Archives par mot-clé : violon

Les Frères Lambert

Dans le Panthéon des personnalités musicales qui ont marqué la trajectoire de bon nombre de collecteurs rhônalpins, les frères Lambert font figures d’incontournables.

Air instrumental (clarinette et violon) du répertoire des Frères Lambert – Voir la notice complète

C’est qu’ils sont cocasses les Frères Lambert. Les écrits de Patrice Martinot et de Sylvestre Ducaroy à leur sujet ne manquent pas d’humour. Jugez plutôt :

« Entre ses sept chats et ses treize lapins, lorsqu’il ne se promène pas, [Henri] fait des paniers, lit l’Humanité, et le soir prend le violon et joue de vieilles rangaines » (Patrice Martinot, « Musiques en Petit Montagne »)
« C’était un boute-en-train très demandé et sachant profiter des situations : mécréant notoire et bouffeur de curés, [Paul] devint finalement la mascotte des bonnes sœurs de la maison de retraite » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »)

Et l’on perçoit à ces dires combien Paul et Henri sont différents : un bref retour sur leurs parcours respectifs est utile afin d’éclairer ces deux personnalités à l’influence notoire sur l’histoire musicale locale.

Henri, l’aîné, a 81 ans quand Patrice Martinot fait leur connaissance en 1984. Il habite depuis toujours la maison familiale située au Hameau des Carrats, dans la commune de Loisia (Jura). Célibataire invétéré, il est considéré comme un « vieux sauvage pas très fréquentable » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds ») qui a passé sa vie entre agriculture paysanne, braconnage, communisme… et violon. Henri est un violoneux et n’a jamais appris à proprement parler à en jouer : très influencé par le « Père Badinet » dont il est beaucoup question dans le fonds Sylvestre Ducaroy, il explique : « Il venait, il jouait ; je le regardais jouer. J’ai appris sur les autres musiciens que j’ai vu jouer. Les danses qu’ils jouent, je les joue comme je leur ai entendu jouer (…) J’ai bien mis quinze ans pour que dire que ça rime » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »). En ce sens, Henri Lambert était un « vrai routinier qui ne connaissait que le répertoire des bals de granges locaux et les chansons de ses parents et grands-parents » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »).

Paul, de 9 ans le cadet, n’est revenu dans le Jura que plus tard après avoir vécu à côté de Lyon durant plusieurs années. Connu dans la région pour avoir exercé de nombreux métiers : domestique, ouvrier, aiguiseur de ciseaux, coiffeur et clarinettiste, Paul se considère avant tout comme musicien. Contrairement à son frère aîné, après avoir commencé de manière autodidacte, Paul a bénéficié d’une formation musicale reçue dans les sociétés de musiques qui s’étaient montées au sein des usines.  Après avoir animé les fêtes des conscrits et les bals de grange, il est rémunéré essentiellement pour ses prestations dans les bals de fête.

Pour autant, comme le souligne Sylvestre Ducaroy alors qu’il évoque sa rencontre avec les frères Lambert, aucun des deux est « le plus vrai » : « Ce sont tous les deux des musiciens avec lesquels on a beaucoup appris, tant en répertoire que dans le style. Très souvent, les personnes qu’on a rencontré étaient des gens ordinaires » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »). Et c’est bien cela qu’il convient de souligner au sujet des frères Lambert : ils ont marqué toute une génération de collecteurs par la mémoire qu’ils portaient, loin d’une certaine folklorisation alors en marche. C’est d’ailleurs ainsi que Patrice Martinot conclut son article consacré aux frères Lambert : « Le soir, les frères Lambert prennent leur violon et jouent pour leur plaisir. Pas de spectacle !!! Ils ne jouent ni « les airs montagnons » ni les « airs bressans », ils jouent les airs de routine, ceux qui leur plaisent » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »).

En outre, ils sont les fiers représentants d’une forme de tradition territoriale qui faisait de « la Petite Montagne » (contreforts du Jura) et notamment du village de Loisia, une sorte de repère de violoneux. Patrice Martinot raconte : « Dans un périmètre de 100 kilomètres, j’ai retrouvé plus de 80 joueurs de violon » et renchérit : « [il] occupe une place prépondérante de par le nombre de joueurs et la place qui lui était réservée dans la tradition. D’après Henri Lambert, il n’était pas rare de danser au son de trois violons assemblés » (Patrice Martinot, « Musiques en Petite Montagne »). Quant à la clarinette, si elle était moins répandue, elle figure toutefois parmi les instruments habituellement utilisés pour accompagner les musiques de danse dans la vallée du Suran.

Les frères Lambert ont fait l’objet de plusieurs articles dont certains ont été fort utiles dans le cadre de la préparation de ce billet. En 1985, un disque « Musiques en Petit Montagne » réalisé par les Musiciens Routiniers est publié, concentré sur nos deux frères (et sur Victor Dagot, ce même Victor dont il était question lors de notre précédente « Archive de la semaine » : « Chibreli, Chibrela »). Pour Sylvestre Ducaroy, cet enregistrement est « bien dans la continuité de la démarche autodidacte du musicien chercheur de ces années 75 à 85. Il marque aussi la fin d’une époque. Ce fut sans doute l’une des dernières publications de ce type, quasiment auto-produites, en tout cas le sixième et dernier disque des « Musiciens Routiniers » » (Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse »)

Les frères Lambert sont peut-être des gens « ordinaires » : ils sont toutefois devenus, sans revendication en la matière, de véritables symboles : symboles d’une époque pour les collecteurs et symboles d’un territoire vivant et créatif.

Pour aller plus loin :

  • Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse » in Regard sur l’histoire particulière des collecteurs lyonnais de musiques traditionnelles, 1975-1985, Association Rhône-Alpes d’Anthropologie, 2è semestre 2004 (en ligne)
  • Entretien avec Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds », Lettre d’info n°59, CMTRA, Automne 2005 (en ligne)
  • Agnès Ducaroy, « A la croisée des musiques – Musiques de Bresse et du Révermont », Lettre d’info n°69, CMTRA (en ligne)
  • Les Musiciens Routiniers, « Musiques en Petite Montagne », livret d’accompagnement du vinyle, 1985 (en ligne)
  • Patrice Martinot, « Les Frères Lambert », Revue des Musiciens Routiniers n°5, Automne 1984 (en ligne)

Crédits photo : Sylvestre Ducaroy

Le rigodon d’Emile Escalle

Un jour de juin 1973, Charles Joisten rencontre Emile Escalle, célèbre violoneux routinier de la vallée de Champsaur dans les massifs du département des Hautes-Alpes. Celui que l’on surnommait « Milou » a vécu de 1900 à 1987  à Molines-en-Champsaur et, comme la plupart des musiciens routiniers, ne vivait pas de sa pratique musicale. Emile était berger et vivait avec sa famille, également présente lors de l’enregistrement. Plusieurs musiciens et ethnologues le rencontrent dans les années 1970. Parmi eux, Charles Joisten tire de cette rencontre conviviale plusieurs enquêtes auxquelles il faut ajouter celles, réalisées dans le même cadre, de Jean-Michel et Hélène Guilcheren. L’objectif est alors de compléter la documentation du musée Dauphinois de Grenoble dans le champ des danses traditionnelles du Dauphiné, et plus spécifiquement autour du rigodon. Le résultat donne à entendre plus de 5h d’un riche répertoire musical ainsi que quelques commentaires sur sa pratique. Plus tard, l’ethnologue et musicien Patrick Mazellier, animé par d’autres problématiques, ira lui aussi à plusieurs reprises à la rencontre de Milou.

Rigodon de Charance (le « coucou ») et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.56 Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.00

Essentiellement joué au violon, le rigodon du Dauphiné est une danse traditionnelle à deux temps issue de la société paysanne étendue de Grenoble à Gap. Traditionnellement transmise oralement, il en existe autant de versions que de vallées, villages, musiciens… Certains rigodons sont identifiables à un lieu : ainsi, Milou interprète celui de Charance, du Solon, de Valgaudemar… Sa pratique reste encore vivace, notamment à Charance où de grands rassemblements villageois continuent à donner le pas. Le rigodon se danse à deux, à quatre ou en rond, ses figures sont relativement peu complexes et structurées, laissant une grande liberté d’ornementation aux danseurs. Alors que cette danse était presque oubliée, plus guerre dansée dans le Dauphiné du milieu du 20ième siècle, les décennies 70 et 80 ravivent son souvenir. Le mouvement en faveur des musiques et danses traditionnelles, les collectes revivalistes engagées en ce sens, celles des ethnologues, la réinterprétation des répertoires, ont permis de redonner une place à cette danse dans le vaste champ de celles traditionnelles : aux côtés des valses, polkas, scottishs, mazurkas,  bourrées auvergnates, danses bretonnes, et autres rondos, qui n’ont pas été autant menacés de disparition.

Rigodon du Solon et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.32

Emile Escalle est musicien routinier : celui appelé à animer les fêtes communales, les cérémonies, les rassemblements. Dans la première moitié du 20ième siècle les musiciens routiniers ont un rôle social important au sein des sociétés villageoises. Ils apprennent la pratique instrumentale des « anciens », des joueurs des villages voisins, selon leur propre oreille, leurs réinterprétations, parfois compositions. S’ils ne vivent pas de leur art, s’ils sont agriculteurs ou artisans au même titre que de nombreux habitants, ils bénéficient d’une « place à part » au sein de la communauté, jouissant d’une notoriété locale certaine dépassant les frontières communales. La vague de collectes des années 70 engagée par les jeunes musiciens revivalistes se base essentiellement sur les répertoires routiniers, dans une optique artistique, plus que de conservation, de réappropriation de ces airs variés. Les récits de vie narrés au cours de ces différentes enquêtes donnent à entendre les parcours singuliers, une diversité de profils de musiciens routiniers qui ont alors entre 70 et 80 ans et dont la pratique a fortement perdu de sa portée sociale.
Sylvestre Ducaroy, un grand nom de l’histoire des musiciens routiniers, se souvient : « Ces musiciens routiniers croisés au fil des bandes étaient-ils marginalisés au sein de leur communauté villageoise ou se sont-ils taillés une place particulière ? En fait, il ne faut pas trop s’attarder sur le cliché du musicien routinier, témoin esseulé et anachronique. Certes, beaucoup sont porteurs de quelque chose d’anachronique, de survivances, puisqu’on s’y intéresse comme tels. Mais qui ne devient pas quelque part, à 70 ou 80 ans, un témoin de son temps ? On rencontre toutes les histoires possibles. […] Mais dans leur histoire revient toujours l’idée du privilège d’être musicien, ou chanteur. C’est une fierté, et un statut reconnu comme tel, dans un contexte cependant parfois disparu ou presque.« 1
Reconnu, Emile Escalle l’est très certainement, il demeure une figure de la mémoire locale, en laissant derrière lui un répertoire sans lequel la revitalisation des musiques traditionnelles du Dauphiné, en particulier celle du rigodon, n’aurait pas eu la même couleur.

Rigodon de Valgaudemar et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.29
1 _ Archive du CMTRA : « Histoire d’un fonds … » entretien avec Sylvestre Ducaroy, lettre d’information n°59, 2005

Pour aller plus loin…
> Une partie des enquêtes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973 ont été mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral dans le cadre d’une collaboration entre le Musée Dauphinois et le CMTRA au sein du réseau documentaire. Ces notices contiennent de nombreuses partitions transcrites par Charles Joisten, dont celles des rigodons présentés ci-dessus :
« Airs instrumentaux (violon) : enquête auprès d’Emile Escalle, dit « Milou, violoneux en Champsaur »  01  /  02 03 04  /  05  /  06
> Notre billet sur le Fonds Charles Joisten

Visuel : Emile Escale et ses proches photographiés lors de l’enquête réalisée par Charles Joisten en 1973. Documentation du Musée Dauphinois de Grenoble.