Histoire et chiffons

Au cours de l’année 2016, nous avons achevé le traitement documentaire et la mise en ligne du Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne qui est conservé aux Archives municipales de Saint-Étienne. Nous vous l’avions brièvement présenté à l’occasion d’un billet publié ici. Si certains pans de la passionnante histoire ouvrière  stéphanoise sont évidemment abordés, plusieurs autres thèmes sont explorés, comme celui du « Vêtement ».

Mais ne fuyez pas ! Si le sujet semble léger, les liens entre la mode et l’histoire sont plus nombreux que l’on ne pourrait penser. Et c’est justement de la mode féminine pendant la Première Guerre Mondiale dont il sera question cette semaine.

Extraits de l’atelier-mémoire « Vêtements » à Saint-Étienne – Consulter la notice détaillée ici

Vendeuse de vêtements à la retraite, la stéphanoise Madame Pontvianne anime cet atelier-mémoire captivant organisé par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne (aujourd’hui Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne). Nous sommes le 2 février 1993, la rencontre rassemble une petite dizaine de personnes invitées à réagir à la projection de nombreuses diapositives (nous entendons le bruit si significatif du changement de photographie à quelques reprises dans l’extrait ci-dessus).

Plusieurs fois lors de l’enregistrement, Madame Pontvianne et ses interlocuteurs évoquent la Première Guerre Mondiale comme une période « charnière » au cours de laquelle la mode vestimentaire aurait particulièrement évolué. Si la pudeur empêche de temps à autre de détailler davantage ces métamorphoses (féminines), certaines pièces sont toutefois détaillées : raréfaction du corset, apparition du soutien-gorge – et ses prémices ! -, du manteau, les jupes se font plus souples… et création du fameux « costume tailleur » dont il est question dans les extraits choisis. Ce qui change fondamentalement ? L’apparition d’éléments jugés plus « masculins » dans la garde-robe des femmes.

Les causes de ce changement apparaissent clairement : appelées à contribuer à l’économie du pays pendant la Première Guerre Mondiale, les femmes ont massivement « remplacé » les hommes partis au front dans les hôpitaux, les champs, les usines, les administrations… Les toilettes d’autrefois, jugées peu pratiques, ont donc subi quelques aménagements. En outre, les pénuries touchent également le secteur du textile : il s’agit alors d’imaginer des vêtements moins chargés, de les raccourcir légèrement… Enfin, l’industrie américaine influence, ou en tous cas accompagne ce glissement en faisant découvrir à l’Europe de nouvelles matières et de nouvelles formes.

Si ces changements sont en effet notables, ils ont aussi fait l’objet d’un affolement certain à l’époque… et d’une légère exagération dans la presse française.

« Prends garde au môme… hein ! » – Dessin publié dans La Baïonnette, n° 124, 15 novembre 1917 – in J.-M. PINCHEDEZ et J.-M. DELAIRE, Vivre et faire vivre la guerre

En réalité, comme le rappellent Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian, historiennes et commissaires de l’exposition « Mode & Femmes / 14-18 » qui ouvrira ses portes à la Bibliothèque Forney à Paris le 28 février prochain, « seules celles qui sont de l’industrie de l’armement et fabriques les obus portent parfois des combinaisons d’homme, parce que leurs jupes flottantes sont dangereuses » (entretien accordé au Magazine Causette actuellement en kiosque). L’émancipation est donc contenue. Mais la liberté de mouvement  des femmes,  acquise entre autre par le trousseau, est elle en bonne voie !

Pour aller + loin :

Crédits photo : Photo libre de droits de Mike Bird – Pixabay

Adieu Paure Carnava !

D’un chant de carnaval occitan au générique de « Bonne nuit les Petits », il n’y a qu’un pas ! 

Alors que le Carnaval de Nice a lancé les hostilités il y a quelques jours, nous étions bien décidées à faire de cette « Archive de la semaine » une ode aux déguisements bigarrés, aux chants festifs et aux bouleversements des rapports sociaux ! C’est la larme à l’œil que nous avons achevé nos recherches, devant cette émission pour enfants dont les héros s’appelaient Nounours, le marchand de sable, Pimprenelle et Nicolas…

C’est, comme souvent, grâce à une brève exploration de notre Portail oral du Patrimoine oral et notamment du Fonds Charles Joisten sur lequel nous travaillons particulièrement ces derniers jours, que nous avons déniché « Adieu Paure Carnava » chantée par l’inimitable Alexandrine Gaillard dite « Tante Sandrine » en 1957 :

« Adieu Paure Carnava » par Tante Sandrine – Voir la notice détaillée
Partition téléchargeable 

 « Adieu Paure Carnava » est une chanson populaire très connue sur le territoire Occitan. Entonnée à l’occasion de l’incinération de Monsieur Carnaval, les paroles ne sont pas particulièrement tendres :

« Carnaval foutu
Qu’l’on en parle guère
Carnaval foutu
Qu’l’on en parle plus »
(Extraits)

La transcription de la chanson propose toutefois des paroles assez différentes des autres versions trouvées sur le web, qui, elles, vont parfois très loin dans la haine de ce bonhomme de paille synonyme de débauche mais aussi de maladie, de tristesse et de mauvais esprits. Bref, un beau ramassis de tous les maux de la société.

La traduction de la version enregistrée par les Ogres de Barback avec la chorale Occitania All Stars en est un bon exemple :

« Adieu, toi qui te la coulais douce,
toi qui t’es vu adulé.
Adieu l’argent que tu jetais par les fenêtres,
maintenant la roue a tourné.
Il te faut changer de train de vie,
et si tu ne veux pas en pâtir,
pour te punir de tes crimes,
vermine, on va t’achever ! »

Et voilà qu’à l’écoute de cette version, la mélodie réveille en nous quelques souvenirs. En cherchant un peu sur la toile, nous découvrons qu’en fait, « Adieu Paure Carnava » est issue d’un air du XVIIIè siècle vraisemblablement composé par Pergolèse ou le chanteur Antoine Albanèse.

Cette mélodie, qui accompagne le poème « Les tendres Souhaits » de Charles-Henri Ribouté, plus connu sous le nom « Que ne suis-je la fougère », semble avoir essaimé un peu partout dans le Sud de l’Europe, si bien que nous la retrouvons dans cet « Adieu paure Carnava » encore chanté aujourd’hui et même dans le générique de fin de… « Bonne nuit les Petits » !

Allez… replongez-bien !

Pour en savoir + sur le Carnaval :

Crédits photo : Annca sur Pixabay

J’aime les bugnettes !

Depuis une petite semaine, les bugnes ont fait leur retour sur les étals des marchés rhônalpins, pour le plus grand plaisir des gourmands ! 

Au CMTRA, nous sommes gourmand-e-s et puis, il faut l’admettre, les spécialités culinaires c’est comme les chansons traditionnelles : il existe des centaines de variantes, on s’en dispute la provenance et ça ne cesse d’évoluer… Et c’est aussi ça qui nous passionne.

Et comme nos fonds sont d’une richesse insoupçonnés, nous avons bien sûr mis la main sur une chanson qui célèbre ces fameuses bugnes. Malheureusement, les droits de diffusion du Fonds Rhône-Alpes du MUCEM (ex-MNATP) dont elle est issue ne nous permettent pas de vous donner à entendre les documents sonores qui y font référence. Les notices détaillées des deux versions dont nous disposons sont toutefois bien référencées ici et là, enregistrées toutes deux dans le Haut-Jura par l’ethnomusicologue André-Marie Despringre.

Ces deux notices font toutes les deux références à la chanson « J’aime les bugnettes » interprétée en franco-provençal et qui est évoquée dans deux ouvrages de Marie-Thérèse Hermann, historienne et auteur de plusieurs livres sur la Savoie :

D’amô lé bougnette
E lo matafan
E lé drôle fènè
Qu’on lo têtê blian

Traduction : 

J’aime les bugnettes
Et les matefaims
Et les jolies femmes
Qui ont les seins blancs

Mentionnées par François Rabelais dans la première édition de Pantagruel en 1532 lors de la longue énumération qu’il dresse au sujet de la gastronomie lyonnaise, les bugnes ne sont pourtant pas nées au sein de la capitale des Gaules. Si on considère que son origine remonte davantage à la Rome Antique où elles étaient préparées à l’occasion des carnavals, c’est la Savoie qui traditionnellement remporte la « paternité » de ce type de beignets. Cuisinées pour les vogues, les grandes fêtes ou encore Mardi Gras, leur diffusion à l’ensemble de l’aire franco-provençale et notamment à Lyon, dans le Dauphiné, la Vallée du Rhône, Saint-Étienne et la Franche-Comté s’est ensuite faite rapidement, chacun y apportant une touche « locale » spécifique (formes, tailles, tressages…), d’où les multiples noms qui lui sont attribués.

Si vous souhaitez vous lancer, ou, comme à l’époque, profiter d’un reste d’huile de friture avant que le Carême ne vous l’interdise, vous trouverez ici la recette des bugnes « à la mode de Saint-Étienne ».

Et pour terminer avec tout de même sur quelques notes et pas de danse, voici une célébration de la bugnette très entraînante :

Bibliographie :

  • Marie-Thérèse Hermann, La Cuisine paysanne de SavoieLa vie des fermes et des chalets racontés par une enfant du pays, La Fontaine de Siloë, 2004
  • Marie-Thérèse Hermann, La Savoie traditionnelleLa Fontaine de Siloë, 2005

Crédits photos : Bugnes © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons / CC-BY 2.5

Étoile des neiges

On la gardait sous le coude « pour quand ce serait l’hiver » et que les stations de ski ouvriraient donc leurs pistes, assurées d’avoir un minimum de neige. La vague de froid que nous avons traversée ces dernières semaines est donc un excellent prétexte pour faire sortir cette « Étoile des neiges » des méandres de notre portail !

Quand on vous dit que le Portail régional du Patrimoine Oral est une véritable mine d’or, il faut nous croire sur parole ! Mais parfois, on se surprend nous-mêmes : quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’en re-parcourant le fonds Charles Joisten, nous sommes tombées sur la fameuse chanson « Étoile des Neiges ».

Oui oui oui, « Étoile des neiges ».
Oui oui oui, celle-ci.
La même.
Exactement…

Enfin presque !

Étoile des Neiges – Lire la notice complète 

L’enregistrement date du 17 décembre 1980 alors qu’une visite du Musée Dauphinois de Grenoble était organisée pour un groupe d’habitants de la commune de Saint-Véran, une commune située dans les Hautes-Alpes, à proximité de l’Italie. Dans ce groupe, une personnalité, Gabriel Berge, est particulièrement remarquée pour sa connaissance d’un important répertoire de chansons populaires locales. Il est ici accompagné par une femme qui n’est pas identifiée.

Ah ça oui, ça attire l’attention de « tomber » sur cette chanson. On rit un peu, on clique en se disant que ça ne va pas être « ça ». Et puis si, le même air… C’est indubitable, c’est le même air. Ah… Mais tout de même ! Non, ce ne sont pas les mêmes paroles ! Mais alors pourquoi ? Et s’ensuit alors une recherche sur internet qui nous permet de recréer le fil de tous les remous qu’a connus cette « Étoile des neiges ».

Pour être sûre que tout le monde voie bien à quoi cette version de 1980 est comparée, osons cette vidéo :

Comment est-on donc passé de cette « Étoile des neiges » qui raconte l’amour impossible liant, à l’image du conte d’Andersen, une bergère à un ramoneur, à ce « Quand reverrais-je ce pays merveilleux » qui pleure l’exil ?

Il faut apparemment remonter bien avant le début des années 1980 et faire un détour par l’Autriche où fut créée en 1944 et par Franz Winkler la première version de cette valse, « Fliege mit mir in die Heimat ». Exprimant le mal du pays, cette chanson sentimentale est reprise ensuite dans de nombreux pays dont l’Angleterre où elle fut connue sous le nom de « For ever and ever » puis en France où elle prit le nom d’« Étoile des neiges » grâce au travail conjoint de Jacques Hélian et de son parolier, Jacques Plante. Dans cette version, ce n’est déjà plus la même histoire qui y est racontée : exit la nostalgie, place à la Savoie, au ramoneur et à la bergère. La version de Line Renaud dans les années 1950 remporte elle aussi un vif succès.

En 1979 sort le film humoristique « Les Bronzés font du ski » écrit et interprété par la troupe du Splendid et réalisé par Patrice Leconte. La scène – mythique – de Michel Blanc resté bloqué sur un télésiège en pleine nuit et entonnant une drôle de chanson qui ressemble étonnamment à notre « Étoile des neiges » interroge donc : « Quand te reverrai-je, pays merveilleux » est-elle une version parallèle à celle imposée en France par Jacques Hélian ? Ou s’agit-il de la bande originale du film ?

Dans « L’après-ski des Bronzés » (« making of » intégré à l’édition « collector » du film), Patrice Leconte raconte : « Au départ, il [Michel Blanc] chantait Étoile des neiges … parce qu’on était sûr que c’était dans le domaine public ou peu s’en faut. Et puis, on apprit que pour chanter « Étoile des neiges », il fallait payer très cher et nous on s’est dit plutôt crever que de payer cher. Ce n’était pas nos sous mais on était solidaire du producteur et j’ai demandé au compositeur de la musique de nous faire un “à la manière de”, mais autre chose, c’est-à-dire que ça puisse se caler sur Étoile de neiges, mais qu’il chante autre chose. Et donc Étoile des neiges est devenue Quand te reverrai-je ? ».

C’est donc Pierre Bachelet et Raymond Gimenes qui ont retravaillé la chanson pour le film… offrant une version française au sens presque plus « fidèle » à l’originale que notre chère « Étoile des neiges ».

Crédits photo : Vignette de La Bergère et le ramoneur d’après le conte d’Andersen par Bertall représentant le ramoneur, la bergère et le « grand-père ».

Les Frères Lambert

Dans le Panthéon des personnalités musicales qui ont marqué la trajectoire de bon nombre de collecteurs rhônalpins, les frères Lambert font figures d’incontournables.

Air instrumental (clarinette et violon) du répertoire des Frères Lambert – Voir la notice complète

C’est qu’ils sont cocasses les Frères Lambert. Les écrits de Patrice Martinot et de Sylvestre Ducaroy à leur sujet ne manquent pas d’humour. Jugez plutôt :

« Entre ses sept chats et ses treize lapins, lorsqu’il ne se promène pas, [Henri] fait des paniers, lit l’Humanité, et le soir prend le violon et joue de vieilles rangaines » (Patrice Martinot, « Musiques en Petit Montagne »)
« C’était un boute-en-train très demandé et sachant profiter des situations : mécréant notoire et bouffeur de curés, [Paul] devint finalement la mascotte des bonnes sœurs de la maison de retraite » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »)

Et l’on perçoit à ces dires combien Paul et Henri sont différents : un bref retour sur leurs parcours respectifs est utile afin d’éclairer ces deux personnalités à l’influence notoire sur l’histoire musicale locale.

Henri, l’aîné, a 81 ans quand Patrice Martinot fait leur connaissance en 1984. Il habite depuis toujours la maison familiale située au Hameau des Carrats, dans la commune de Loisia (Jura). Célibataire invétéré, il est considéré comme un « vieux sauvage pas très fréquentable » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds ») qui a passé sa vie entre agriculture paysanne, braconnage, communisme… et violon. Henri est un violoneux et n’a jamais appris à proprement parler à en jouer : très influencé par le « Père Badinet » dont il est beaucoup question dans le fonds Sylvestre Ducaroy, il explique : « Il venait, il jouait ; je le regardais jouer. J’ai appris sur les autres musiciens que j’ai vu jouer. Les danses qu’ils jouent, je les joue comme je leur ai entendu jouer (…) J’ai bien mis quinze ans pour que dire que ça rime » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »). En ce sens, Henri Lambert était un « vrai routinier qui ne connaissait que le répertoire des bals de granges locaux et les chansons de ses parents et grands-parents » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »).

Paul, de 9 ans le cadet, n’est revenu dans le Jura que plus tard après avoir vécu à côté de Lyon durant plusieurs années. Connu dans la région pour avoir exercé de nombreux métiers : domestique, ouvrier, aiguiseur de ciseaux, coiffeur et clarinettiste, Paul se considère avant tout comme musicien. Contrairement à son frère aîné, après avoir commencé de manière autodidacte, Paul a bénéficié d’une formation musicale reçue dans les sociétés de musiques qui s’étaient montées au sein des usines.  Après avoir animé les fêtes des conscrits et les bals de grange, il est rémunéré essentiellement pour ses prestations dans les bals de fête.

Pour autant, comme le souligne Sylvestre Ducaroy alors qu’il évoque sa rencontre avec les frères Lambert, aucun des deux est « le plus vrai » : « Ce sont tous les deux des musiciens avec lesquels on a beaucoup appris, tant en répertoire que dans le style. Très souvent, les personnes qu’on a rencontré étaient des gens ordinaires » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »). Et c’est bien cela qu’il convient de souligner au sujet des frères Lambert : ils ont marqué toute une génération de collecteurs par la mémoire qu’ils portaient, loin d’une certaine folklorisation alors en marche. C’est d’ailleurs ainsi que Patrice Martinot conclut son article consacré aux frères Lambert : « Le soir, les frères Lambert prennent leur violon et jouent pour leur plaisir. Pas de spectacle !!! Ils ne jouent ni « les airs montagnons » ni les « airs bressans », ils jouent les airs de routine, ceux qui leur plaisent » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »).

En outre, ils sont les fiers représentants d’une forme de tradition territoriale qui faisait de « la Petite Montagne » (contreforts du Jura) et notamment du village de Loisia, une sorte de repère de violoneux. Patrice Martinot raconte : « Dans un périmètre de 100 kilomètres, j’ai retrouvé plus de 80 joueurs de violon » et renchérit : « [il] occupe une place prépondérante de par le nombre de joueurs et la place qui lui était réservée dans la tradition. D’après Henri Lambert, il n’était pas rare de danser au son de trois violons assemblés » (Patrice Martinot, « Musiques en Petite Montagne »). Quant à la clarinette, si elle était moins répandue, elle figure toutefois parmi les instruments habituellement utilisés pour accompagner les musiques de danse dans la vallée du Suran.

Les frères Lambert ont fait l’objet de plusieurs articles dont certains ont été fort utiles dans le cadre de la préparation de ce billet. En 1985, un disque « Musiques en Petit Montagne » réalisé par les Musiciens Routiniers est publié, concentré sur nos deux frères (et sur Victor Dagot, ce même Victor dont il était question lors de notre précédente « Archive de la semaine » : « Chibreli, Chibrela »). Pour Sylvestre Ducaroy, cet enregistrement est « bien dans la continuité de la démarche autodidacte du musicien chercheur de ces années 75 à 85. Il marque aussi la fin d’une époque. Ce fut sans doute l’une des dernières publications de ce type, quasiment auto-produites, en tout cas le sixième et dernier disque des « Musiciens Routiniers » » (Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse »)

Les frères Lambert sont peut-être des gens « ordinaires » : ils sont toutefois devenus, sans revendication en la matière, de véritables symboles : symboles d’une époque pour les collecteurs et symboles d’un territoire vivant et créatif.

Pour aller plus loin :

  • Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse » in Regard sur l’histoire particulière des collecteurs lyonnais de musiques traditionnelles, 1975-1985, Association Rhône-Alpes d’Anthropologie, 2è semestre 2004 (en ligne)
  • Entretien avec Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds », Lettre d’info n°59, CMTRA, Automne 2005 (en ligne)
  • Agnès Ducaroy, « A la croisée des musiques – Musiques de Bresse et du Révermont », Lettre d’info n°69, CMTRA (en ligne)
  • Les Musiciens Routiniers, « Musiques en Petite Montagne », livret d’accompagnement du vinyle, 1985 (en ligne)
  • Patrice Martinot, « Les Frères Lambert », Revue des Musiciens Routiniers n°5, Automne 1984 (en ligne)

Crédits photo : Sylvestre Ducaroy

Le carnet du CMTRA