Le son de la semaine de grève

Le CMTRA, comme de nombreux acteurs culturels (réunis notamment dans les collectifs Culturopoing69 et Art en Grève), prend part au mouvement social actuel contre la réforme des retraites. Chaque semaine depuis le 5 décembre, salariés et administrateurs battent le pavé.

Seulement, cela n’aura échappé à personne que n’étant ni un raffinerie, ni une entreprise de transports publics, nos capacités de peser dans le rapport de force sont minimes. Loin de nous décourager, ce constat nous a amené à réfléchir à la manière  de rendre notre grève visible. Nous avons sérieusement envisagé la possibilité de jouer des tableaux du Lac des Cygnes sur le parking de la MJC de Villeurbanne, mais l’idée étant déjà prise par le ballet de l’Opéra de Paris, nous avons décidé de mettre différemment (et beaucoup plus modestement) nos compétences professionnelles au service du mouvement social.

C’est pourquoi le son de cette semaine prend un tour militant, et tente de croiser, dans un montage bricolé , mémoires de luttes et chansons protestataires issues des fonds sonores du CMTRA et du Rize et captations des dernières manifestations lyonnaises.

 

Un petit montage sonore avec dedans des vrais bouts de :

  • Poio pas travalhar, ode occitan à l’oisiveté chantée par Joseph Delhomme en 1996 dans l’Atlas Sonore n°5 du CMTRA et dont voici les paroles et la traduction française :
Poio pas travalhar lo luns
Per ço me rend tot tortut
 
De minjar bien de beure bien
Qu’ei lo meitier que m’agrada
De minjar bien de beure bien
Qu’es lo meitier que m’agrada fort bien
 
Poio pas travalhar lo març
Perço que co fai mau a mon lard
 
Poio pas travalhar lo mecres
Perço que co fai mau a mon etre
 
Poio pas travalhar lo jos
Perço que co fai mau a mos os
 
Poio pas travalhar lo vendres
Perço que co fai mau a mon ventre
 
Poio pas travalhar lo sande
Perço que co me bota los trambles
Je ne peux pas travailler le lundi
Parce que ça me rend tout tordu
 
De bien manger de bien boire
C’est le métier qui me plait
De bien manger de bien boire
C’est le métier qui me plait fort bien
 
Je ne peux pas travailler le mardi
Parce que ça fait mal à mon lard
 
Je ne peux pas travailer le mercredi
Parce que ça fait mal à mon être
 
Je ne peux pas travailler le jeudi
Parce que  ça fait mal à mes os
 
Je ne peux pas travailler le vendredi
Parce que ça fait mal à mon ventre
 
Je ne peux pas travailler le samedi
Parce que ça me donne des tremblements
  • La FAME (Fanfare À Manif Engagée ou Festoyeurs Avinés contre Machines Ecervelées)
  • La Chorale des Canulars
  • Les sifflets des avocats en grève
  • Les souvenirs de lutte de Madeleine Lesage, ancienne ouvrière de l’usine de chaussure Bally-Camsat à Villeurbanne
  • Le mégaphone saturé du camion de la CGT

Pour prolonger cette écoute, on ne saurait trop conseiller de tendre une oreille du côté du documentaire sonore d’Olivier Minot “La révolution ne sera pas podcastée” et de la version de Poio pas travalhar par Bistanclaque. 

Et pour une analyse sérieuse et documentée des liens entre musique et luttes populaires, cet article paru récemment sur Equaltimes.

Et en bonus une piste de travail pour la prochaine manifestation à Lyon ou ailleurs

Crédit photo :  Culturopoing69

LE RIGODON N’EST PAS UN FROMAGE !

En septembre dernier à l’occasion des journées du patrimoine, le CMTRA et les associations de danses et de musiques traditionnelles de la région organisaient l’événement “Sur les pavés, le trad”. Trois morceaux originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes ont été mis à l’honneur lors de bals spontanés. Entre une valse et une bourrée apparaissait un mystérieux “rigodon”…

Quasiment oublié après la Seconde Guerre Mondiale puis remis au goût du jour dans les années revivalistes, le rigodon reste souvent complexe et peu visible sur la scène des musiques traditionnelles. Nous avons cherché à en savoir un peu plus sur cette danse et les airs qui y sont rattachés, ainsi que sur les réappropriations dont ils font aujourd’hui l’objet.

Présent principalement dans le Dauphiné (qui regroupe les départements de la Drôme, des Hautes-Alpes et de l’Isère) et dans le Vivarais (qui correspond approximativement à l’Ardèche), le rigodon est souvent qualifié d’être une musique  rythmique et énergique, simple dans sa structure et qui laisse la part belle aux ornementations. Concernant les sources dont nous disposons, le constat est rapide : très peu d’informations concernant la danse ont été collectées, à peine plus pour la musique.

Sur la Base Inter-régionale du Patrimoine Oral on trouve entre autre les collectes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle, violoneux routinier du Champsaur en 1973. Parmi la cinquantaine des airs collectés figure le Rigodon à quatre cordons, un des rigodons les plus joués aujourd’hui. N’oublions pas que beaucoup d’enregistrements de rigodons dorment encore dans les placards de collecteurs et restent à découvrir.

Rigodon à 4 cordons collecté par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973
Disponible sur la Base Inter-régionale du Patrimoine Oral

 

On peut entendre différentes interprétations de ce rigodon sur de nombreuses productions, par exemple :

Rigodon à 4 cordons – Les violons du rigodon – Fanfare ménétrière, 2002, par la Compagnie du Rigodon

Rigodon à 4 cordons – La Preyra, album éponyme, 2015

 

 

Nombreux sont ceux qui font part de leur désir de voir cette musique et cette danse vivre et se perpétuer dans les bals. Dans la lettre d’information du CMTRA d’automne 2006, Véronique Elouard, danseuse professionnelle et enseignante, disait son envie de dépasser la peur de trahir les traditions et, au delà du manque de sources, choisir de le danser avec le parti-pris de l’interprétation. Les associations du territoire telles que le Folk des Terres Froides encouragent également chacun à se (ré)approprier cette danse, élément majeur de la mémoire collective des Dauphinois.

De même du côté de la musique, Patrick Mazellier, musicien enseignant et chercheur du Vivarais, remarque dans un article de Trad Mag (n° 168) les potentiels inexploités du rigodon. Héritage culturel peu sollicité, cette musique constitue d’après lui une ressource pédagogique intéressante et permet de nombreuses “ouvertures créatives”.

Nous nous sommes demandé, au delà des groupes folkloriques, quelle est aujourd’hui la perception de ces airs qu’ont les musiciens qui les font vivre. Nous sommes allé poser quelques question à Perrine Bourel, violoneuse des Hautes-Alpes. Perrine joue dans diverses formations : en solo, au sein des Violons du Rigodon mais aussi dans divers groupes du collectif La Novià, espace d’expérimentation autour des musiques traditionnelles et/ou expérimentales basé en Haute-Loire.

Pour Perrine, le rigodon a constitué une porte d’entrée dans le monde des musiques traditionnelles. Lorsqu’elle découvre par hasard les enregistrements des collectages d’Emile Escalle, c’est un vrai choc esthétique. Ce qui la marque avant tout ce n’est pas tant la forme, les airs ou les ornementations, c’est la qualité du son. Elle passe alors de nombreuses années à se familiariser avec ces airs, mais aussi à s’imprégner des territoires et des histoires des personnes qui y sont rattachées. D’après Perrine, ce n’est pas en apprenant à jouer techniquement cette musique qu’on l’apprend mais plutôt en la nourrissant de rencontres, de sensations et de paysages, de la raccrocher aux humains qui l’ont modelée.

En dépit de ce besoin de filiation, il est amusant de noter que le manque de sources en terme de collectages existant a certes constitué une difficulté mais que l’absence du regard des “anciens” a également permis une part importante de prise de liberté. Le manque de sources à peut être eut cet effet inattendu : amener les musiciens qui font vivre ces répertoires à s’expérimenter sans contrainte.

Aujourd’hui,  dans le rapport que Perrine entretient avec les musiques expérimentales, le rigodon constitue avant tout un matériau qui la nourrit. Il s’agirait de zoomer, comme avec une loupe, sur quelques détails, puis de les amplifier, de les répéter et ainsi vraiment entrer dans le son. La démarche avec le collectif de la Novià consiste à rechercher les bourdons, les fréquences, laisser toute la place aux aspérités et, à la manière des violoneux collectés, trouver sa propre justesse. Il s’agit d’interpréter ces airs de manière sobre pour retranscrire au mieux l’essence de cette musique modale.

D’après Perrine, ces aller-retours avec les musiques expérimentales lui ont permis d’entrer encore plus profondément dans la matière du rigodon, de conscientiser chaque détail. Le plaisir de jouer ces airs n’en devient alors que plus grand.

Si nous avons jusqu’à présent beaucoup parlé des musiciens, des danseurs et chercheurs professionnels, il ne faut cependant pas oublier que le répertoire des rigodons perdure aussi grâce à tous les amateurs, danseurs et musiciens. On pense à tous ces passionnés de l’ombre, cette force vive cachée qui, en se réappropriant librement ces airs et ces danses les font vivre sur les parquets.

 

Pour aller plus loin :

 

Crédit photo couverture : “Rigodon dansé par des hommes.” Saint-Pierre-de-Méarotz (environs de La Mûre). 1908. © Collection Musée dauphinois- Département de l’Isère

 

Vacher, mémoire collective d’un vagabond-criminel

Cette semaine, nous continuons notre exploration du fonds André Julliard, que le CMTRA a documenté et mis en ligne dernièrement en partenariat avec la Direction des Musées Départementaux de l’Ain. Au début des années 1980, l’ethnologue est allé à la rencontre d’habitants du Bugey dépositaires de récits et de contes populaires. Parmi les histoires qui lui ont été contées, une en particulier revient fréquemment : celle de Joseph Vacher. Continuer la lecture de Vacher, mémoire collective d’un vagabond-criminel

légendes et récits du bugey

La Direction des Musées Départementaux de l’Ain a mené au début des années 2010 un projet d’édition de livre-audio autour de la littérature orale du Bugey, qui a abouti en 2013 avec la parution de « Le Bugey au creux de l’oreille. Légendes et récits au 20e siècle. ». Ce projet s’est basé en grande partie sur des entretiens réalisés par l’ethnologue André Julliard entre 1979 et 1981 avec des habitants du Bugey. Le CMTRA a documenté, décrit et mis en ligne ce fonds sur le portail rhônalpin du patrimoine oral.

Continuer la lecture de légendes et récits du bugey

Le carnet du CMTRA