« Voilà les boches » : mémoire d’une réfugiée de la Grande Guerre

Cette semaine, nous nous arrêtons une nouvelle fois sur le fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne, en ligne sur le Portail rhônalpin du patrimoine oral. Cette petite collection, composée de 6 enquêtes menées au début des années 1990 par Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales de Saint-Étienne, renseigne des pans très divers de la mémoire stéphanoise : la mode, les marchés, l’histoire minière ou encore la seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, l’archive de la semaine fait entendre un témoignage précieux sur la grande Guerre, celui de Marie-Thérèse Ponsard, réfugiée à Montbrison en 1914.

***

Marie-Thérèse Ponsard est née à Verdun en 1907. Lorsque Anne-Catherine Marin recueille son témoignage, elle est âgée de 86 ans et se remémore les premières années de la guerre de 14-18, près de 80 ans plus tôt. Forcément, la chronologie est parfois un peu confuse et le déroulé des évènements hasardeux, mais Marie-Thérèse Ponsard livre avec humour plusieurs souvenirs forts de son histoire familiale pendant la guerre.

Au déclenchement de la guerre, la famille de Mme Ponsard réside à Warcq dans les Ardennes, à quelques kilomètres de la frontière belge. Quand, à la fin de l’été 1914, les troupes allemandes envahissent la Belgique et le Nord de la France, Marie-Thérèse Ponsard, sa mère et ses 12 sœurs se mêlent au flot de réfugiés belges et français qui fuient les zones de combat et se dirigent vers le Sud et le centre du pays.

Souvenir de son voyage des Ardennes à Montbrison, en 1914, par Marie-Thérèse Ponsard – voir la notice complète ici

Elle et sa famille embarquent ainsi dans un train en direction de Montbrison, probablement affrété par l’autorité militaire. Mme Ponsard livre des souvenirs très précis de son voyage en train, aux côtés de nombreux autres réfugiés : « Y en avait un plein train ! » Cet épisode marquant a laissé des traces encore vives dans la mémoire de Marie-Thérèse Ponsard, qui ressurgissent au fil de l’entretien :  le plat de lentille qu’on lui avait servi dans le train, le manteau qu’on lui avait donné (« On est partis tout nus !  Tout nus !« ) ou encore la visite d’une infirmière. Autant de souvenirs d’enfance qui nous renseignent, plus d’un siècle plus tard, sur les tentatives de gestion par l’État de l’urgence humanitaire.

À Montbrison, se souvient Mme Ponsard, des femmes attendaient l’arrivée du train sur le quai de la gare. Ces montbrisonnaises se proposaient en effet pour accueillir des réfugiés chez eux, moyennant une allocation délivrée par la municipalité.

Le Montbrisonnais, 16 septembre 1914

Marie-Thérèse Ponsard garde un mauvais souvenir de sa prise en charge par sa famille d’accueil : âgée de seulement 7 ans, elle est alors séparée de sa mère et de ses sœurs.

Elle se souvient également de l’accueil hostile qui fut réservé aux réfugiés à la descente du train.

Souvenir de son arrivée à Montbrison, en 1914, par Marie-Thérèse Ponsard – voir la notice complète ici

Lorsqu’on lui demande pourquoi sa famille avait choisi de se réfugier à Montbrison, Mme Ponsard répond :

« On nous y a amené, Madame ! On nous a pas demandé si on voulait! […] Et savez-vous les premiers mots qu’on a entendu? Voilà les boches ! »

Son témoignage fait écho à l’histoire plus large de l’accueil des populations déplacées pendant la première Guerre mondiale. L’historien Philippe Nivet a travaillé sur les mouvements de population pendant la grande Guerre, et s’est penché sur la formule qui se forge alors dans les départements de l’intérieur pour désigner ceux qui ont fui les combats : les « boches du Nord ». Il identifie plusieurs éléments expliquant la méfiance, voire l’hostilité vis à vis des Français du Nord et de l’Est cherchant refuge, ainsi que leur assimilation à l’ennemi.

D’abord, les réfugiés, bien que Français, sont souvent perçus comme des étrangers : la distance linguistique et culturelle qui peut séparer les populations accueillantes de celles accueillies, conduit parfois à les considérer comme des « étrangers français », d’autant plus lorsqu’ils portent des noms à consonance germanique. À cela s’ajoute un soupçon de compromission, voire de trahison, notamment à l’encontre des femmes soupçonnées d’avoir eu des relations sexuelles avec  des Allemands. Enfin, tout une panoplie de reproches moraux se déploie à l’encontre des réfugiés Français : lâcheté pour avoir fuit devant l’ennemi ; oisiveté pour ne pas travailler et se contenter des secours publics ; déviance enfin avec la mise en exergue de comportements incivils ou délinquants attribués aux populations déplacées.

« Déjà traumatisés par ce qu’ils ont subi avant leur arrivée, les réfugiés se heurtent donc souvent dans les départements de l’intérieur à des situations de nouveau traumatogènes :  la perte des biens et la séparation d’avec leur famille, un logement souvent misérable, une froideur, voire une hostilité des populations du lieu de refuge, une suspicion constante. »

Un  constat qui, plus d’un siècle plus tard, résonne étrangement avec une réalité très contemporaine.

Pour aller plus loin :

Crédits photos : BnF – Gallica – Agence Meurice

Faire sien le répertoire : rencontre avec Joseph Pariaud

L’archive de la semaine retourne dans le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne, mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral et invite à (ré)écouter l’entretien réalisé en 2016 avec Joseph Pariaud, musicien villeurbannais spécialiste des répertoires traditionnels d’Amérique du Sud. Il nous racontait alors comment les musiques d’Amérique du Sud avaient pris place dans sa vie de musicien, et de quelle manière il avait fait sien ce répertoire.

***

Au début de l’année 2016, le CMTRA prépare une  nouvelle escale sonore au Rize, soirée mettant à l’honneur les transfuges et les adoptions musicales, les trajectoires sonores et personnelles,  transnationales et ultramarines : en somme les musiques de cœur et d’adoption. Dans ce cadre, Laura Jouve-Villard rencontre pour le CMTRA Joseph Pariaud, musicien et professeur à l’École Nationale de Musique de Villeurbanne, en charge du cours de musiques sud-américaines. Avant de l’enseigner, Joseph Pariaud a du faire sienne cette musique, et il livrait alors son parcours musical, de la chanson française au folklore argentin.

Son parcours de musicien s’inscrit dans une histoire familiale singulière : alors qu’il n’a que 13 ans, le père de Joseph, professeur à l’ENM, lui présente Jean-Michel Cayre, qui dirige alors la classe atelier Musiques des Andes. Cette rencontre, avec la personne et le répertoire, est déterminante. Il intègre rapidement l’atelier de Jean-Michel Cayre et se passionne pour les musiques andines et le folklore argentin en particulier.

Quelques années plus tard, à 18 ans, Joseph fait un premier voyage en Argentine. C’est l’occasion d’une première confrontation de sa culture musicale avec la réalité de la pratique à la fin des années 2000. Il est frappé, nous dit-il, par l’écart entre le répertoire qu’il a appris en France, principalement produit par des musiciens des années 1950 à 1970, et la modernité des formations qui occupent alors le devant de la scène en Argentine.

Tout déroutant qu’il soit, le voyage reste un acte fondateur du rapport de Joseph aux musiques d’Amérique du Sud. Bien qu’il refuse d’y voir une condition sine qua none de la pratique d’une musique venue d’ailleurs, Joseph Pariaud souligne dans son cas l’importance symbolique du voyage en tant que « pèlerinage » : pour lui, ses voyages en Argentine sont aussi un moyen de dire « j’y suis allé » . Mais surtout, le voyage est avant tout une manière d’incarner un répertoire.

Témoignage de Joseph Pariaud sur le répertoire – voir la notice complète ici

Pour le musicien du XXIe siècle, nous dit Joseph Pariaud, l’enjeu du voyage n’est pas tellement de collecter un répertoire qui ne serait transmissible qu’oralement. De fait, de nombreux enregistrements sont accessibles à distance, grâce à Internet. En revanche, ce sont les voyages et les rencontres dont ils sont émaillés qui donnent du sens au répertoire. Au micro de Laura Jouve-Villard, il livre une anecdote qui illustre l’importance de l’incarnation du répertoire dans son propre récit. Au terme d’une série de rencontres plus ou moins fortuites, il fait la rencontre du Mago Piuman, magicien de formation, qui avait accueilli son maître quelque 20 ans plus tôt. Il passe alors une semaine chez l’homme, à copier une partie de sa collection de vinyles de folklore argentin sur des cassettes. À son retour en France, il chérira ces cassettes, les écoutera en boucle, « des milliards de fois« , jusqu’à les connaître par cœur… avant de se rendre compte que la plupart de ces enregistrements sont disponibles sur Internet.

« Ça a pris […] une valeur inestimable… Alors que j’ai exactement la même chose en mp3 sur mon ordinateur… mais ça n’a aucun sens. Je ne les écouterai pas. Ou peut être un jour par hasard quand quelqu’un va me dire « t’as jamais écouté ça? » […] Et là je vais m’y intéresser, mais ce sera uniquement par le biais de la rencontre « 

Le but du voyage n’est donc pas tant de découvrir un répertoire accessible par ailleurs, mais de lui donner sens en l’inscrivant dans son propre récit personnel, de l’incarner dans son histoire.

Donner du sens au répertoire, et donc à sa pratique, est également passé pour Joseph Pariaud par l’apprentissage de la langue.

Extraits de chansons apprises phonétiquement par Joseph Pariaud- voir la notice complète ici

Adolescent lors de sa rencontre avec Jean-Michel Cayre et du folklore argentin, son apprentissage du répertoire et de l’espagnol sont concomitants. Dans un premier temps, il apprend donc les chansons phonétiquement, tentant de reproduire au mieux ce qu’il entend. Le texte des  premières chansons qu’il apprend ne font pas tout de suite sens pour lui, et ce n’est que bien des années plus tard qu’il allait les comprendre. Se lisent dans l’itinéraire musical de Joseph Pariaud la diversité des niveaux d’appropriation de la musique. À l’émotion esthétique originelle, qui suscite une plongée immédiate et passionnée dans une culture étrangère, succède un processus d’analyse, de compréhension, d’apprivoisement de la complexité et de la richesse de cette musique.

Bien plus qu’une découverte donc, mais une véritable adoption au sens du dictionnaire : « choisir quelque chose pour le faire sien, s’y rallier, y conformer sa vie » .

Pour aller plus loin :

Crédits photos : Still life with a guitar, Juan Gris – Metropolitan Museum of Art

Mémoire ouvrière de Villeurbanne : l’usine Bally-Camsat

Le fonds « Quelle Mémoire ! », décrit et mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral par le CMTRA en 2017, reflète à bien des égards le projet scientifique et culturel du Rize, Centre Mémoires et Société.  Souhaitant construire un récit commun de la ville de Villeurbanne, le Rize mène depuis sa création il y a 10 ans un programme permanent de recueil de témoignages faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le passé industriel de la ville, qui a accueilli dès la fin du XIXe siècle de nombreuses usines, transparaît ainsi dans nombre d’entretiens. Cette semaine, tendons l’oreille vers la mémoire ouvrière de l’usine de chaussure Bailly-Camsat, à travers le témoignage de Madeleine Lesage. 

***

Madeleine Lesage est née en Turquie. Elle a 21 ans lorsqu’elle rejoint sa famille à Lyon, en 1983. Recommandée par son oncle et sa tante, elle commence vite à travailler à l’usine de chaussure Bally-Camsat, à Villeurbanne. En 2016, au micro de Cécile Mathias, elle raconte ses 15 années passées dans l’entreprise, à différents postes. Très rapidement, l’entretien aborde la forte solidarité qui unissait les quelques 1200 ouvriers de l’usine.

Dès son arrivée dans l’usine, Madeleine Lesage est prise en charge par ses collègues, qui la forment à « habiller » les chaussures. À chacun de ses changements de postes (« je suis passé par tous les postes ! »), elle apprend le travail grâce à ses collègues. Payés « aux pièces », les ouvriers s’aident également à remplir les objectifs journaliers (1500 paires de chaussures) : « celui qui finissait, il venait donner un coup de main à la collègue, et puis ça partait ! » L’ancienne employée se souvient également que la solidarité entre les ouvriers de l’usine Bally-Camsat se déployait certes dans le travail quotidien, mais aussi dans l’action collective et syndicale.

Témoignage de Madeleine Lesage sur les grèves à l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

Lors de son premier jour de travail, le contremaître qui l’accueille la prévient : « Attention, il y en a qui aiment bien faire la grève ici. Si jamais on vous le propose, dites non ! » En effet, les syndicats sont très forts à Bally, et selon Madeleine Lesage, la participation aux mouvements de grève est unanime. Finalement, l’avertissement du contremaître n’a pas eu l’effet escompté : trois semaines plus tard, nous dit-elle, elle faisait grève pour défendre le 13ème mois aux côtés de ses collègues.

Le témoignage de Madeleine Lesage nous rappelle, s’il en était besoin, que l’histoire industrielle à Villeurbanne comme ailleurs, est aussi une histoire de luttes. Celles-ci ont pu être offensives, comme celle évoquée dans l’extrait ci-dessus. Cependant, dans le contexte économique des années 1980 et 1990, marqué par la désindustrialisation de nombreux bassins industriels et des délocalisations de plus en plus nombreuses, les luttes ouvrières se font bien souvent défensives. À la fin des années 1990, l’usine Bally-Camsat de Villeurbanne est elle aussi en danger. Une partie de la production est délocalisée en Inde, puis en 1997, la production de chaussures à Villeurbanne s’arrête. Les ouvriers s’engagent alors dans une lutte de plusieurs mois pour sauver leurs emplois.

Souvenirs de Madeleine Lesage de la lutte contre la fermeture de l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

La mobilisation prend des formes diverses : distribution des tracts sur les marchés de l’agglomération, manifestations, ouverture d’un magasin Bally dans le centre de Lyon dans lequel les ouvriers vendent près de 1 000 paires de chaussures en octobre 1997. Surtout, à partir de juin 1997 et jusqu’en janvier de l’année suivante, les ouvriers se relaient nuit et jour pour occuper l’usine.

Madeleine Lesage garde un souvenir ému de cette période. À plusieurs reprises dans l’entretien, elle parle de la « panique » qui s’est emparée des salariés à l’annonce de la fermeture. Sentiment qui resurgit encore, près de 20 ans plus tard, lorsqu’elle entend à la télévision les témoignages d’ouvriers confrontés à la fermeture de leur usine. Tout au long de l’entretien transparaît également une certaine nostalgie teintée d’amusement face à la solidarité qui animait les ouvriers en lutte. Lorsqu’elle évoque l’occupation du magasin Bally à Paris, au milieu des touristes chinois « avec leurs 500 francs » , on ne peut s’empêcher d’imaginer Madeleine Lesage sourire.

Du fait de l’ampleur et de la durée de cette lutte, qui rencontre de nombreux soutiens à la mairie et parmi les habitants de Villeurbanne, l’occupation de Bally a fortement marqué les mémoires villeurbannaises. Le bâtiment lui-même, bien qu’amputé de sa cheminée en 2002, reste aujourd’hui emblématique de cette histoire. Longtemps resté en friche, il abrite désormais le tribunal d’instance de Villeurbanne ainsi que des logements.

Usine Bally-Camsat, Villeurbanne (1999)

Aujourd’hui, si le patrimoine bâti continue de témoigner du passé industriel de Villeurbanne – à l’instar de la cheminée du parc du Centre –  les témoignages collectés par le Rize constituent une trace précieuse de son histoire ouvrière et de ses luttes.  Ainsi, au sein du fonds Quelle mémoire! du Rize, que l’on parle des cafés ou de l’habitat ouvrier, le passé ouvrier de Villeurbanne n’est jamais loin.

En savoir + :

Crédit Photo :

 

Quelle Mémoire !

Pour commencer cette nouvelle année, présentation d’un nouveau venu sur le portail des archives sonores de Rhône-Alpes : le fonds Quelle Mémoire !  du Rize – Centre Mémoire et Société.

***

Le Rize, équipement culturel singulier de la ville de Villeurbanne porte, depuis son inauguration en 2008, un projet culturel original souhaitant associer le travail des Archives municipales et de chercheurs associés à la mémoire des habitants de Villeurbanne pour construire un récit commun de la ville faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le Rize a ainsi mis en place un programme permanent de recueil de témoignages et de récits de vie de Villeurbannais, dans le but de documenter les différents temps forts qui rythment sa programmation culturelle et de constituer un fonds d’archives orales au sein des archives municipales.

Depuis sa création, le Rize a noué un partenariat étroit avec le CMTRA en entreprenant dès 2008 une vaste enquête ethnologique sur les musiques traditionnelles et populaires à Villeurbanne. Les nombreuses collectes menées par le CMTRA dans le cadre de ce projet de recherche ont donné lieu à l’exposition « Musiques ! Voyages sonores de Villeurbanne » et ont servi à la conception de documentaires sonores diffusés lors des Escales Sonores, soirées de découvertes des territoires musicaux de Villeurbanne (à l’occasion de 10 ans du Rize, une exposition rétrospective s’y tiendra d’ailleurs à partir du 2 février 2018). En 2016, les collectes ont été traitées et mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral au sein du fonds Musiques migrantes de Villeurbanne.

L’année dernière, dans le cadre du réseau documentaire dédié aux archives sonores en région Auvergne-Rhône-Alpes, le CMTRA a documenté, décrit et mis en ligne une partie du fonds Quelle Mémoire !  : ce sont 65 entretiens réalisés entre 2014 et 2016 par la biographe Cécile Mathias, récits de vie spontanés ou témoignages thématiques liés aux temps forts du Rize qui donnent à entendre une mémoire vivante de la ville.

Souvenirs du café familial « La Joyeuse Gargote » par Chantal Crolla, habitante de Villeurbanne – voir la notice complète ici

Au fil des entretiens, qui ont été réunis en plusieurs corpus, se dévoilent des trajectoires singulières, mais également des récits collectifs et des expériences communes. Le petit corpus ouvrières à Villeurbanne, qui présente deux parcours de femmes ayant travaillé à l’usine de chaussure Bally-Camsat, entre évidemment en résonance avec l’histoire industrielle de la commune. Mais il est intéressant de noter que les traces du passé industriel de Villeurbanne transparaissent dans la plupart des entretiens du fonds, bien au-delà de la seule question du travail. Dans le quartier Flachet notamment, c’est par l’entrée de l’habitat que la question ouvrière surgit. Dans ce quartier où l’entreprise Gillet a construit dans les années 1920 une importante cité ouvrière, la mémoire du passé industriel s’inscrit dans le bâti et les jardins, dont continuent aujourd’hui de bénéficier les habitants. De même, lorsque la propriétaire de la Joyeuse Gargote livre à Cécile Mathias l’histoire du café familial, implanté aux abords de l’usine Delle, les ouvriers sont encore au centre du récit : dans les années 1950, ce sont les 3 x 8 qui dictent les horaires d’ouverture du café, de 4h du matin à 23h.

A ce type d’entrées thématiques dans le fonds s’ajoutent des entrées territoriales. En effet, chaque année, le Rize met à l’honneur un quartier de Villeurbanne. Dans la partie du fonds que nous avons documentée et mise en ligne, deux quartiers, Flachet et les Buers, font ainsi l’objet de corpus spécifiques. Cette entrée par quartier est également extrêmement intéressante, mettant en lumière les réseaux de solidarités au niveau très local, ainsi que les évènements qui ont pu fédérer les habitants d’un quartier et contribué à construire un récit collectif et un sentiment d’appartenance. Dans le quartier des Buers, par exemple, la mobilisation pour la construction d’un mur anti-bruit le long du périphérique fait partie de ces épisodes marquants de l’histoire du quartier :

Témoignage de Pierre Corbier, habitant des Buers, sur la mobilisation pour le mur anti-bruit – voir la notice complète ici

Ce fonds a vocation à être enrichi en 2018 par d’autres entretiens, désormais menés par l’équipe du CMTRA. Au programme, une nouvelle entrée territoriale autour de la Doua, et des corpus thématiques sur la danse et l’accueil des migrants. De quoi nourrir notre connaissance du territoire villeurbannais et mieux appréhender sa richesse et son histoire.

En savoir plus :

  • Le Rize +, centre de ressources multimédia sur Villeurbanne

Crédit photo : Archives municipales de Villeurbanne – Inauguration des Gratte-Ciel en juin 1934 : affiche d’Albert Boucherat (8Fi132)

 

Le qanûn arménien

La voici, la dernière archive de la semaine de 2017 ! Du bombardement de Saint-Étienne aux flutes doubles du Rajasthan, en passant par la recette de la soupe de crozets ou l’Étoile des Neiges, nous avons pris beaucoup de plaisir à écrire ces courts  articles qui, par le petit bout de la lorgnette, donnent à entendre le patrimoine oral d’Auvergne Rhône-Alpes dans toute sa richesse et sa diversité. Conçues comme autant de portes d’entrée sur les collections sonores du réseau documentaire dédié aux archives sonores, tous ces billets renvoient à des notices détaillées, fruit d’un important travail de documentation, d’archivage et de mise en ligne des fonds sur le portail régional du patrimoine oral.

Pour cette dernière archive de l’année, partons à la rencontre de Meri Vardanyan, musicienne arménienne installée à Villeurbanne.

***

Il y a deux ans, dans le cadre du projet de collectage des musiques migrantes de Villeurbanne, mené en collaboration avec le Rize – centre mémoire et société, nous rencontrions Meri Vardanyan. Cette musicienne arménienne nous racontait alors son parcours migratoire et musical. À cette occasion, elle évoquait longuement son rapport au répertoire traditionnel arménien, et présentait son instrument de prédilection :  le quanûn.

Improvisation au qanûn par Meri Vardanyan – voir la notice complète ici

 Meri Vardanyan a commencé à apprendre le qanûn quand elle était enfant, attirée par les plectres brillants accrochés aux doigts tels des bagues, pour pincer les 72 cordes de l’instrument. De la famille des harpes, le qanûn est une cithare sur table à cordes pincées, jouée dans de nombreux pays du Moyen-Orient. En Arménie, nous dit Meri Vardanyan, ce sont surtout les femmes qui en jouent. Poussée par sa mère et sa professeure Angela Atabekian, qui a contribué à féminiser la pratique, Meri a continué son apprentissage jusqu’à devenir l’une des meilleures instrumentistes de sa génération, et enseigner elle-même le qanûn.

Cet instrument, qui se prête à un jeu virtuose et très ornementé tel que celui développé dans cette improvisation par Meri, permet de jouer les intervalles caractéristiques de la musique traditionnelle arménienne : grâce à un système de leviers, le musicien peut altérer la tension des cordes de manière très fine, et moduler d’un quart de ton, voire moins selon les types d’instruments. Cette spécificité du qanûn arménien, essentielle pour jouer le répertoire traditionnel, a cependant été remis en question dans les années 1950. Dans une volonté de se rapprocher de la musique européenne tempérée, une école a créé un qanûn diatonique, inspiré du piano. Meri Vardanyan a ainsi appris a jouer de cet instrument traditionnel avec un répertoire classique européen. L’enjeu, nous dit-elle, était de légitimer l’instrument en prouvant qu’il pouvait tout jouer, aussi bien du Bach que du jazz.

Commentaires sur le répertoire en Arménie et en France – voir la notice complète ici

En France, la pratique musicale de Meri a pris une autre direction. Bien qu’elle ne remette pas en cause l’intérêt des hybridations musicales, et qu’elle dise par exemple très touchée par la musique d’un Tigran Hamasyan, sa migration et son inscription dans la diaspora arménienne a fondamentalement changé la manière dont elle aborde sa pratique et sa fonction de musicienne. « Parce qu’ici, nous dit-elle, on est obligés de garder notre identité, c’est très important de ne jouer que la musique Arménienne […] « . La dimension identitaire du répertoire, qui s’est développée dans un contexte migratoire, lui impose « de renouer avec [ses] racines ».

Cette redécouverte de la musique traditionnelle de son pays passe, pour Meri, par un recours systématique aux travaux de l’ethnomusicologue Komitas, ce religieux arménien qui a collecté près de 3 000 chants populaires à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. En Arménie, nous dit Meri, Komitas est comme un saint. Grâce à son travail de collectage, il représente pour de nombreux musiciens de la diaspora un point d’ancrage face aux ravages culturels du génocide puis de la période soviétique, ainsi qu’aux douleurs de l’exil. Déporté, emprisonné et torturé en 1915 lors du génocide, il constitue également pour beaucoup une figure de martyr national.  Finalement, Meri conclue: « Komitas, c’est la base » .

L’histoire que nous livre Meri Vardanyan illustre ainsi parfaitement tout l’intérêt d’interroger la vivacité des répertoires traditionnels par le biais de la migration. Dans son cas, c’est bel et bien l’éloignement qui a suscité une redécouverte, tant d’un répertoire que de sa propre pratique musicale. Dans d’autres, la migration provoque au contraire des hybridations inédites, impose d’adapter les instruments traditionnels ou de revisiter les formations. Dans tous les cas, cette perspective, qui a présidé aux récents projets de recherche du CMTRA à Villeurbanne, Saint-Étienne ou plus récemment Vaulx-en-Velin, incitent à appréhender les musiques traditionnelles dans leur dimension éminemment dynamique.

Pour aller + loin :

Crédits photos : Nosha – Flickr