Archives par mot-clé : Villeurbanne

“Arriba en la cordillera”

Arriba en la cordillera, composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe “Pueblo Latino” au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique” Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, “tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire”. Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

“On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière.” Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : “J’ai perdu la guerre, mais c’est tout“. Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition “Musiques!” co-réalisée en 2010 avec le CMTRA

le duduk arménien

Première résolution de l’année 2016 : ne pas laisser passer plus d’une semaine sans aller à la pêche aux archives sonores, à mesure que notre base de données régionale dédiée au patrimoine oral se remplit (plus d’infos par ici et par là).

L’ARCHIVE DE LA SEMAINE
Rencontre avec Levon Chatikyan, dudukiste arménien

En écho à l’Escale Sonore sur les “Arménie(s) musicales” organisée en partenariat avec le Rize le 3 décembre dernier, nous vous proposons cette semaine de prêter l’oreille au duduk de Levon Chatikyan, né à Achtarak et habitant aujourd’hui à Villeurbanne. Le CMTRA l’a rencontré dans le cadre des collectes consacrées aux “Musiques migrantes de Villeurbanne”. Dans cet extrait, il interprète un extrait des “Larmes de la Mère Arax”, un morceau récent (le compositeur serait africain) évoquant le fleuve Araxe, aujourd’hui mitoyen de la Turquie, l’Arménie et l’Iran, et par là-même faisant référence à l’histoire conflictuelle et douloureuse des frontières de l’état arménien.

Le duduk est un instrument à vent à anche double ou simple, généralement fabriqué dans du bois d’abricotier. Il est le premier instrument de musique à avoir été reconnu par l’Unesco “chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité”, en 2005. Cette reconnaissance faisait suite au constat émis par les experts consultés pour cette candidature selon lequel le duduk serait pour les musiciens arméniens l’instrument dont le son représenterait le mieux la chaleur, l’espoir mais aussi la tristesse de leur culture. Ce projet de patrimonialisation avait alors pour but de “sauvegarder la musique traditionnelle pour duduk dans le contexte social, culturel et politique moderne difficile de l’Arménie” (voir résumé du projet).

Important territoire d’exil pour la population arménienne rescapée du génocide de 1915 et les générations suivantes, l’agglomération lyonnaise compte plusieurs Maisons Culturelles Arméniennes, ensembles instrumentaux ou vocaux participant à transmettre la connaissance et la pratique de cet instrument. Levon Chatikyan est professeur de musique au conservatoire du Pays de Romans, Valence (26000). Il enseigne également le duduk à la Maison de la Culture Arménienne de Villeurbanne (69100). Il participe notamment aux représentations de mariage, les anniversaire, les soirées et les fêtes, à l’occasion d’un deuil etc. La rencontre a eu lieu pendant un atelier pédagogique à la MCA de Villeurbanne (69100), l’extrait ci-dessus proposant un extrait de l’interprétation d’un air traditionnel à deux voix.

Consulter ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Levon Chatikyan.

Et pour aller plus loin…
> Écoutez le documentaire sonore sur les “Arménie(s) musicales” réalisé par Olivier Minot et le CMTRA en novembre 2015.
> Écoutez la rencontre avec Haïg Sarikouyoumdjian, joueur et luthier de duduk habitant à Bron (son site personnel)
> Consultez le livret du CD “Benik Abovian et Zaven Azibekian, musiciens traditionnels du Tavush”, paru en 2002 au label Inédit / Maison des cultures du monde.

“Des mondes d’amour en musique”

coeur-seulLe jeudi 16 Juillet 2015 a eu lieu la seconde Escale Sonore de l’année, autour du couple “Amour et Musiques”.  Des habitants-musiciens de Villeurbanne et la Chorale Intergalactique coordonnée par le CMTRA nous ont fait voyager à travers une myriade de façons de dire, chanter, jouer et orchestrer les élans de chairs et d’âmes suivant les territoires et les cultures.

Ces rendez-vous trimestriels proposés par le CMTRA et le Rize – Centre Mémoires et Sociétés,  sont nés en 2013 et proposent aux musiciens, étudiants, curieux et passionnés des soirées de découverte d’un répertoire ou d’une thématique originale explorant les patrimoines musicaux des habitants de Villeurbanne. Ces soirées sont ponctuées d’ateliers de transmission, de moments d’écoute collective d’un documentaire sonore, de rencontres avec les musiciens et de concerts.

La soirée “Des mondes d’amour en musiques” a ainsi accompagné la sortie de résidence artistique de la compagnie de théâtre Anda Jaleo, qui pendant son année passée au Rize avait décidé de “mettre de l’amour plein la ville“.

L’écoute collective de “Mère_émoi”, un magnifique documentaire sonore de Péroline Barbet,  compagne de longue route du CMTRA, ainsi que les échanges qui ont suivi avec le public nous l’ont bien montré : l’amour peut être un immense terrain d’exploration ethnomusicologique. En attendant la publication dans ces pages d’un petit dossier documentaire à l’issue de cette escale amoureuse, nous vous invitons à lire ce très riche article de l’anthropologue Carmen Bernand : “Le coeur brisé et les larmes noires. Survol sur l’amour en musique”, consultable en ligne sur le site ethnographique.org.

Plus largement, sur la thématique “Musiques et émotions”, ne pas manquer les écrits de la philosophe Sandrine Darsel. L’ntroduction de son ouvrage De la musique aux émotions : Une exploration philosophique paru aux Presses Universtitaires de Rennes en 2009 est consultable ici.