Archives par mot-clé : Villeurbanne

Mémoire ouvrière de Villeurbanne : l’usine Bally-Camsat

Le fonds « Quelle Mémoire ! », décrit et mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral par le CMTRA en 2017, reflète à bien des égards le projet scientifique et culturel du Rize, Centre Mémoires et Société.  Souhaitant construire un récit commun de la ville de Villeurbanne, le Rize mène depuis sa création il y a 10 ans un programme permanent de recueil de témoignages faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le passé industriel de la ville, qui a accueilli dès la fin du XIXe siècle de nombreuses usines, transparaît ainsi dans nombre d’entretiens. Cette semaine, tendons l’oreille vers la mémoire ouvrière de l’usine de chaussure Bailly-Camsat, à travers le témoignage de Madeleine Lesage. 

***

Madeleine Lesage est née en Turquie. Elle a 21 ans lorsqu’elle rejoint sa famille à Lyon, en 1983. Recommandée par son oncle et sa tante, elle commence vite à travailler à l’usine de chaussure Bally-Camsat, à Villeurbanne. En 2016, au micro de Cécile Mathias, elle raconte ses 15 années passées dans l’entreprise, à différents postes. Très rapidement, l’entretien aborde la forte solidarité qui unissait les quelques 1200 ouvriers de l’usine.

Dès son arrivée dans l’usine, Madeleine Lesage est prise en charge par ses collègues, qui la forment à « habiller » les chaussures. À chacun de ses changements de postes (« je suis passé par tous les postes ! »), elle apprend le travail grâce à ses collègues. Payés « aux pièces », les ouvriers s’aident également à remplir les objectifs journaliers (1500 paires de chaussures) : « celui qui finissait, il venait donner un coup de main à la collègue, et puis ça partait ! » L’ancienne employée se souvient également que la solidarité entre les ouvriers de l’usine Bally-Camsat se déployait certes dans le travail quotidien, mais aussi dans l’action collective et syndicale.

Témoignage de Madeleine Lesage sur les grèves à l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

Lors de son premier jour de travail, le contremaître qui l’accueille la prévient : « Attention, il y en a qui aiment bien faire la grève ici. Si jamais on vous le propose, dites non ! » En effet, les syndicats sont très forts à Bally, et selon Madeleine Lesage, la participation aux mouvements de grève est unanime. Finalement, l’avertissement du contremaître n’a pas eu l’effet escompté : trois semaines plus tard, nous dit-elle, elle faisait grève pour défendre le 13ème mois aux côtés de ses collègues.

Le témoignage de Madeleine Lesage nous rappelle, s’il en était besoin, que l’histoire industrielle à Villeurbanne comme ailleurs, est aussi une histoire de luttes. Celles-ci ont pu être offensives, comme celle évoquée dans l’extrait ci-dessus. Cependant, dans le contexte économique des années 1980 et 1990, marqué par la désindustrialisation de nombreux bassins industriels et des délocalisations de plus en plus nombreuses, les luttes ouvrières se font bien souvent défensives. À la fin des années 1990, l’usine Bally-Camsat de Villeurbanne est elle aussi en danger. Une partie de la production est délocalisée en Inde, puis en 1997, la production de chaussures à Villeurbanne s’arrête. Les ouvriers s’engagent alors dans une lutte de plusieurs mois pour sauver leurs emplois.

Souvenirs de Madeleine Lesage de la lutte contre la fermeture de l’usine Bally-Camsat – voir la notice complète ici

La mobilisation prend des formes diverses : distribution des tracts sur les marchés de l’agglomération, manifestations, ouverture d’un magasin Bally dans le centre de Lyon dans lequel les ouvriers vendent près de 1 000 paires de chaussures en octobre 1997. Surtout, à partir de juin 1997 et jusqu’en janvier de l’année suivante, les ouvriers se relaient nuit et jour pour occuper l’usine.

Madeleine Lesage garde un souvenir ému de cette période. À plusieurs reprises dans l’entretien, elle parle de la « panique » qui s’est emparée des salariés à l’annonce de la fermeture. Sentiment qui resurgit encore, près de 20 ans plus tard, lorsqu’elle entend à la télévision les témoignages d’ouvriers confrontés à la fermeture de leur usine. Tout au long de l’entretien transparaît également une certaine nostalgie teintée d’amusement face à la solidarité qui animait les ouvriers en lutte. Lorsqu’elle évoque l’occupation du magasin Bally à Paris, au milieu des touristes chinois « avec leurs 500 francs » , on ne peut s’empêcher d’imaginer Madeleine Lesage sourire.

Du fait de l’ampleur et de la durée de cette lutte, qui rencontre de nombreux soutiens à la mairie et parmi les habitants de Villeurbanne, l’occupation de Bally a fortement marqué les mémoires villeurbannaises. Le bâtiment lui-même, bien qu’amputé de sa cheminée en 2002, reste aujourd’hui emblématique de cette histoire. Longtemps resté en friche, il abrite désormais le tribunal d’instance de Villeurbanne ainsi que des logements.

Usine Bally-Camsat, Villeurbanne (1999)

Aujourd’hui, si le patrimoine bâti continue de témoigner du passé industriel de Villeurbanne – à l’instar de la cheminée du parc du Centre –  les témoignages collectés par le Rize constituent une trace précieuse de son histoire ouvrière et de ses luttes.  Ainsi, au sein du fonds Quelle mémoire! du Rize, que l’on parle des cafés ou de l’habitat ouvrier, le passé ouvrier de Villeurbanne n’est jamais loin.

En savoir + :

Crédit Photo :

 

Quelle Mémoire !

Pour commencer cette nouvelle année, présentation d’un nouveau venu sur le portail des archives sonores de Rhône-Alpes : le fonds Quelle Mémoire !  du Rize – Centre Mémoire et Société.

***

Le Rize, équipement culturel singulier de la ville de Villeurbanne porte, depuis son inauguration en 2008, un projet culturel original souhaitant associer le travail des Archives municipales et de chercheurs associés à la mémoire des habitants de Villeurbanne pour construire un récit commun de la ville faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le Rize a ainsi mis en place un programme permanent de recueil de témoignages et de récits de vie de Villeurbannais, dans le but de documenter les différents temps forts qui rythment sa programmation culturelle et de constituer un fonds d’archives orales au sein des archives municipales.

Depuis sa création, le Rize a noué un partenariat étroit avec le CMTRA en entreprenant dès 2008 une vaste enquête ethnologique sur les musiques traditionnelles et populaires à Villeurbanne. Les nombreuses collectes menées par le CMTRA dans le cadre de ce projet de recherche ont donné lieu à l’exposition « Musiques ! Voyages sonores de Villeurbanne » et ont servi à la conception de documentaires sonores diffusés lors des Escales Sonores, soirées de découvertes des territoires musicaux de Villeurbanne (à l’occasion de 10 ans du Rize, une exposition rétrospective s’y tiendra d’ailleurs à partir du 2 février 2018). En 2016, les collectes ont été traitées et mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral au sein du fonds Musiques migrantes de Villeurbanne.

L’année dernière, dans le cadre du réseau documentaire dédié aux archives sonores en région Auvergne-Rhône-Alpes, le CMTRA a documenté, décrit et mis en ligne une partie du fonds Quelle Mémoire !  : ce sont 65 entretiens réalisés entre 2014 et 2016 par la biographe Cécile Mathias, récits de vie spontanés ou témoignages thématiques liés aux temps forts du Rize qui donnent à entendre une mémoire vivante de la ville.

Souvenirs du café familial « La Joyeuse Gargote » par Chantal Crolla, habitante de Villeurbanne – voir la notice complète ici

Au fil des entretiens, qui ont été réunis en plusieurs corpus, se dévoilent des trajectoires singulières, mais également des récits collectifs et des expériences communes. Le petit corpus ouvrières à Villeurbanne, qui présente deux parcours de femmes ayant travaillé à l’usine de chaussure Bally-Camsat, entre évidemment en résonance avec l’histoire industrielle de la commune. Mais il est intéressant de noter que les traces du passé industriel de Villeurbanne transparaissent dans la plupart des entretiens du fonds, bien au-delà de la seule question du travail. Dans le quartier Flachet notamment, c’est par l’entrée de l’habitat que la question ouvrière surgit. Dans ce quartier où l’entreprise Gillet a construit dans les années 1920 une importante cité ouvrière, la mémoire du passé industriel s’inscrit dans le bâti et les jardins, dont continuent aujourd’hui de bénéficier les habitants. De même, lorsque la propriétaire de la Joyeuse Gargote livre à Cécile Mathias l’histoire du café familial, implanté aux abords de l’usine Delle, les ouvriers sont encore au centre du récit : dans les années 1950, ce sont les 3 x 8 qui dictent les horaires d’ouverture du café, de 4h du matin à 23h.

A ce type d’entrées thématiques dans le fonds s’ajoutent des entrées territoriales. En effet, chaque année, le Rize met à l’honneur un quartier de Villeurbanne. Dans la partie du fonds que nous avons documentée et mise en ligne, deux quartiers, Flachet et les Buers, font ainsi l’objet de corpus spécifiques. Cette entrée par quartier est également extrêmement intéressante, mettant en lumière les réseaux de solidarités au niveau très local, ainsi que les évènements qui ont pu fédérer les habitants d’un quartier et contribué à construire un récit collectif et un sentiment d’appartenance. Dans le quartier des Buers, par exemple, la mobilisation pour la construction d’un mur anti-bruit le long du périphérique fait partie de ces épisodes marquants de l’histoire du quartier :

Témoignage de Pierre Corbier, habitant des Buers, sur la mobilisation pour le mur anti-bruit – voir la notice complète ici

Ce fonds a vocation à être enrichi en 2018 par d’autres entretiens, désormais menés par l’équipe du CMTRA. Au programme, une nouvelle entrée territoriale autour de la Doua, et des corpus thématiques sur la danse et l’accueil des migrants. De quoi nourrir notre connaissance du territoire villeurbannais et mieux appréhender sa richesse et son histoire.

En savoir plus :

  • Le Rize +, centre de ressources multimédia sur Villeurbanne

Crédit photo : Archives municipales de Villeurbanne – Inauguration des Gratte-Ciel en juin 1934 : affiche d’Albert Boucherat (8Fi132)

 

Une chanson douce…

Cette semaine, « l’Archive de la semaine » nous emmène dans l’univers de la conteuse et poète cubaine Mercedes Alfonso, à travers son interprétation de la berçeuse « Drume Negrita », une douceur à l’oreille…mais des paroles au cœur lourd.

« Drume Negrita » (extraits et commentaires) – Contes et chants de Cuba  – Lire la notice détaillée

La langue de Mercedes Alfonso est « chantante » des accents et héritages multiples qui composent la culture cubaine, mais elle ne se définit pas comme chanteuse : « Je chante comme on chante à Cuba parce que tu as entendu depuis que tu es petite les berceuses que chantaient ta mère, ta grand mère ou la voisine d’à côté qui est en train d’étendre son linge… Pour nous c’est quelque chose de très naturel ! ». Mercedes est bien connue de la communauté cubaine de l’agglomération lyonnaise où elle a élu domicile au début des années 2000, et où elle créée en 2010 l’association Ekelekua, dédiée à la promotion de la culture cubaine. Elle l’est aussi du mouvement du Renouveau du conte cubain né dans les ateliers du Grand Théâtre National de Garcia Llorca à la Havane, où elle a fait ses premières armes en tant qu’écrivaine.

Nous avons rencontré Mercedes Alfonso en avril 2011 dans le cadre du projet de collectage des « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Elle a choisi de nous interpréter cette berceuse qu’elle entonnait en ouverture de chacune des représentations de son spectacle « Le Lézard vert » qui reprend le surnom communément donné à cette île longiligne des Caraïbes.

« Drume Negrita »
Paroles originales, traduction en castillan et traduction française

Mamá la negrita se le salen lo pie e’ la cunita la negra Merce’ ya no sabe que hace’.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

Si tu drumi yo te traigo un mamey muy colorao’
y si no drumi yo te traigo un babalao
que da pau pau.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

A la negrita se le salen los pies de la cunita
Y la negra Merce’ ya no sabe que hacerDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabelSi tu duermes yo te traigo un mamey muy colorao
Si no drume yo te
traigo un babalao
Que da pau pauDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabel
Les pieds de la petite fille noire sortent du berceau
Et la noire Merce’ ne
sait plus quoi faireDors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochetSi tu dors, je t’apporte un mamey bien rouge
Si tu ne dors pas, j’appelle un babalao
Qui te fait pan pan.Dors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit  berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochet

Les lecteurs hispanophones (ou à peu près) de cette page auront sûrement remarqué que la version originale reproduite ci-dessus laisse entendre les accents créolisés de l’espagnol cubain, imprégné des différentes langues parlées dans les Caraïbes depuis les débuts de la colonisation du pays au XVIe siècle : du castillan bien sûr, de l’anglais et du français également, mais aussi des traces d’anciennes langues amérindiennes et de différents dialectes du Yoruba, qui est encore parlé dans les rituels de la Santeria. Le « duerme » (qui signifie « dort », à l’impératif) se transforme alors en « drume » tandis que certains termes renvoient clairement au culte des Orishas qui structure les pratiques religieuses des peuples yoruba telles que le candomblé dans le Nord du Brésil, l’umbanda autour de Rio de Janeiro, ou la Santeria à Cuba. Le « Babalao » dont il est question dans cette berçeuse est un prêtre yoruba, littéralement « le père qui détient les secrets » et qui les transmet aux initiés.

Certainement composée par le pianiste et compositeur Eliseo Grenet (l’histoire reste floue à ce sujet…), « Drume Negrita » a fait l’objet de nombreuses reprises notamment dans le monde du jazz. C’est toutefois l’icône cubaine Bola de Nieve (Ignacio Villa dit « Boule de Neige », chanteur, pianiste et compositeur) qui lui donna ses lettres de noblesse avec l’interprétation toute en finesse que voici :

Il serait en outre difficile de passer à côté de la superbe version offerte par la grande chanteuse argentine, Mercedes Sosa, dont l’engagement politique et social était reconnu sur la scène internationale :

Un mystère demeure : existe-t-il un lien entre ce « Drume Negrita » et la fameuse berceuse « Duerme Negrito » rendue célèbre par Atahualpa Yupanqui ? Si la référence à la situation des esclaves africains est plus prégnante au sein de la seconde, les deux chants se ressemblent par la dureté de la réalité décrite ou sous-entendues, les origines sociales culturelles auxquels ils renvoient… et cet espoir d’un monde meilleur.

Cette question soulevée, nous vous laissons désormais voguer au gré des « suggestions » d’écoute de vos lecteurs de musique, à la (re)découverte de ce patrimoine musical latino-américain aussi fascinant que bouleversant !

À la semaine prochaine !

Pour aller plus loin :

– Jorge Bello, « Duerme, Duerme Negrita », Diario Uno, 9 juillet 2013 – Accessible en ligne 

– Enrique Balmaseda Maestu, « A huella africana en el español caribeño a través de Mojana, Drume negrita y Saludo Chango », Actas del XXXVII Simposio Internacional de la Sociedad Española de Lingüística (SEL), 2008 – Accessible en ligne

Crédits photo : Public Domain Pictures 

Ando et le Gospel Colors

Andomalala Ratovelomanana, dit « Ando », née en France, partage ses racines malgaches à travers le chant. Chef de chœur de Gospel Colors, une chorale gospel qui se réunit au Centre Culturel Oecuménique (CCO) de Villeurbanne, Ando chante également dans différents groupes de musique malgache et dans des chorales, notamment Tiharea (polyphonies du Sud de Madagascar, basées sur le style beko ou békou : chant de griot). Elle est la fondatrice de l’association Ankathileis dédiée à la promotion de la culture malgache dans la région. En 2009, le CMTRA la rencontre à plusieurs reprises, seule ou accompagnée de la chorale Gospel Colors, l’occasion pour Ando de nous raconter le récit d’une vie musicale étroitement liée à la foi protestante.

Berceuse malgache : « Mamisolofo »
Les paroles et la traduction

« Mangina ‘nao zaza, mangina ka tomane
Avia ‘nao babeko, fafao ny rano maso »

« Calme toi mon bébé, arrête de pleurer
Viens là que je te berce, essuies donc tes larmes »

Les parents d’Ando  sont arrivés en France en 1981. Ils sont alors les premiers étudiants immigrés malgaches à Lyon. 0 Vaulx-en-Velin, ils créent leur propre église protestante et la chorale lui étant liée. Ce n’est qu’en 2007 que Ando s’initie au Gospel, alors peu chanté dans les églises protestantes en France. Autodidacte, elle apprend à chanter dans la langue du sud de Madagascar et est influencée par d’autres styles, notamment la variété nord-américaine. Ces diverses influences s’entendent de plus en plus dans les chorales Gospel protestantes qui tendent à apporter une « touche de modernisation » à l’interprétation de leurs répertoires traditionnels.

Le répertoire chansonnier malgache compte environ 900 chants religieux traduits des cantiques anglicans. Que ce soit en France ou à Madagascar, Ando a souvent éprouvé et a toujours dû s’accommoder des réticences des personnels ecclésiastiques à l’égard du Gospel. Pourtant souligne-t-elle, le rapport à la spiritualité est le terreau de ce genre musical, ce que son étymologie rappelle : « God Spell », annoncer la bonne nouvelle.

Gospel Colors : chant polyphonique sud-africain

Ce chant de résistance issu du répertoire de Gospel Colors leur a été présenté par l’une des chanteuses membres, originaire du Gabon. Les chanteurs du groupe sont tous de confessions et d’origines différentes. Ce qui compte pour Ando au sein de sa formation chorale, c’est davantage la spiritualité que la pratique d’une religion en particulier. Leur répertoire est le reflet de la diversité des cultures d’origine des choristes : chants en malgache, en français, en anglais, taki taki (Guyane), chants en zoulou, du Gabon (Swali), créoles (Martinique). Le groupe se produit lors de concerts, de mariages, de fêtes de quartiers…

Chant polyphonique malgache : « Espoir »
« On a faillit se laisser abattre par les choses de ce monde, mais de par ta venue, tu nous a donné un espoir nouveau … »

La musique malgache est riche d’influences diverses. Issue d’un patrimoine très ancien austronésien (de l’archipel indonésienne), elle emprunte aussi à de nombreuses cultures d’Afrique. Cette musique n’est pas homogène sur l’Île rouge: 18 ethnies aux cultures singulières y cohabitent. La Grande Île est victime d’un racisme latent, parfois de conflits ouverts, entre ethnies : celles des hauts-plateaux (parmi eux : les Mérinas, descendants des peuples asiatiques) et celles des plaines. La culture des côtes (essentiellement d’origines bantoues) représentée dans le groupe Tiharea, l’un des groupes d’Ando, n’est d’ailleurs pas celle d’origine de sa famille. Toutes les ethnies, si elles n’ont pas les mêmes traditions, partagent cependant certaines constantes dans la pratique musicale, et notamment celle du chant polyphonique. La chorale, dont la tradition remonte aux fêtes rituelles des sociétés traditionnelles, est la première, si ce n’est l’unique, mode d’expression musical vocal à Madagascar.

Au niveau international, le genre le plus connu reste certainement le répertoire “ba-gasy” (chants malgaches théatralisés, souvent accompagnés au gorodo). C’est dans les années 1990 que certains groupes s’exportent et redonnent à ce genre une écoute alors qu’il est en voie de disparaître (le groupe Feo-Gasy, avec Erick Manana).

Pour aller plus loin…
> Les enquêtes réalisées par le CMTRA auprès d’Ando : la première / la seconde
> Les répétitions, enregistrées par le CMTRA en 2011, d’une autre chorale Gospel de Villeurbanne : « Gospel Joy » ; la première / la senconde 

Visuel : Photo de profil Facebook du groupe Gospel Colors, 2009

N’Goni et Balafon burkinabés

Né d’une famille de griots originaire de Bobo Dioulasso au Burkina Faso,  Adama Dembele s’est plongé dans les rythmes d’Afrique de l’Ouest dès l’âge de huit ans, en s’essayant au djembé, au balafon, au n’goni… Adama, « griot » au Burkina, est devenu « musicien professionnel » en Rhône-Alpes où il s’est installé en 2003, et poursuit aujourd’hui ses recherches musicales autour des métissages ouest-africains et européens au sein de différentes formations. L’équipe du CMTRA l’a rencontré en 2011 (consulter ici l’enquête complète).

N’goni et voix : « Anganason »
composition personnelle en langue dioula

Les musiques ouest-africaines sont d’une grande richesse et recouvrent des rythmes, des danses et des contextes d’expression très différents d’un pays à l’autre, mais aussi au sein d’un même pays ou d’une même région. Instruments, styles de jeu et répertoires, varient en fonction des différentes lignées de griots. Cependant, la tradition et la transmission restent des valeurs partagées entre  griots, quelque soit leur appartenance ethnique ou communautaire.

Dans les familles griots, nous explique Adama, le père assure très tôt la transmission orale de la pratique instrumentale. Il se souvient que lorsqu’il était enfant, il se rendait à l’école en semaine et jouait les weekends au côté de son père durant les cérémonies et festivals programmés à Bobo Dioulassou ou dans sa région. Le rôle de la famille d’Adama était alors d’animer les baptêmes, les funérailles, les mariages. Aujourd’hui, l’apprentissage et la pratique de la musique n’est plus une injonction pour les familles de griots, en tout cas comme cela pouvait être le cas dans les années 60-70, et ne doit pas nécessairement devenir une vocation. Adama lui-même est attentif à ne pas précipiter ses enfants vers le même parcours que lui, au nom du maintien d’une tradition culturelle.

Balafon 

Depuis que ses premiers enseignements auprès de son père, Adama cherche à explorer le répertoire traditionnel qui lui a été transmis au prisme de son propre univers, entre la France et le Burkina Faso. Cette quête s’est concrétisée au début des années 2000 au sein d’un groupe de musiques d’Afrique de l’Ouest basé en Belgique, qui l’invite pour une tournée d’un mois et demi en Europe. Au moment où nous rencontrons Adama, en 2011, il fait partie de trois groupes de musique et enregistre son premier album solo. Ces différents projets explorent des mondes musicaux divers (Adama a notamment travaillé aux côtés de musiciens français, finlandais, new-yorkais…), et invitent dans ses formations, aux côtés des instruments traditionnels burkinabés, des saxophones, basses, guitares, pianos… En 2012, Adama s’est vu décerner le prix de reconnaissance d’ambassadeur de la musique burkinabée en dehors du pays.

N’goni et voix : chanson très populaire au Burkina Faso

Pour aller plus loin…
> Les projets de recherche et de valorisation patrimoniale menés par le CMTRA à Villeurbanne nous ont permis la rencontre d’autres musiciens griots du Burkina, ou du Sénégal tels qu’Ibrahima Cissokho ou Moussa Fayé. N’hésitez pas à les écouter!
> Nous avons consacré un billet à Florent Marciau, djembefola, « joueur de djembé », originaire de la région Rhône-Alpes ayant appris la pratique de son instrument en immersion auprès de familles griots au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.
> Nous vous invitons également à consulter le billet sur la danse du Sabar du Sénégal, issu de la rencontre entre Sokhna Thiam et le CMTRA
La rencontre du CMTRA avec Moussa Faye, professeur de Sabar sénégalais et frère de Sokhna Thiam

Visuel : Adama Dembélé en concert, depuis le site de l’Institut Français – Burkina Faso