Archives par mot-clé : Villeurbanne

Jeunesse militante aux Buers

Cette semaine, continuons notre exploration sonore du fonds Quelle Mémoire ! du Rize (que nous avions déjà présenté ici ou ). En ligne sur le portail régional du patrimoine oral depuis 2017, ce fonds est constitué de quelques 65 entretiens avec des habitants de Villeurbanne, et renseigne des aspects divers de la mémoire de la ville. Du fait notamment de l’histoire ouvrière de Villeurbanne, la mémoire militante de la ville y tient une place de choix.
Aujourd’hui, embarquons dans un voyage sonore dans le temps et la mémoire des Buers, quartier populaire de Villeurbanne, avec Muriel Andrieu le Gall, ancienne habitante du quartier.


***

Continuer la lecture de Jeunesse militante aux Buers

Mémoire ouvrière de Villeurbanne : l’usine Bally-Camsat

Le fonds « Quelle Mémoire ! », décrit et mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral par le CMTRA en 2017, reflète à bien des égards le projet scientifique et culturel du Rize, Centre Mémoires et Société.  Souhaitant construire un récit commun de la ville de Villeurbanne, le Rize mène depuis sa création il y a 10 ans un programme permanent de recueil de témoignages faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le passé industriel de la ville, qui a accueilli dès la fin du XIXe siècle de nombreuses usines, transparaît ainsi dans nombre d’entretiens. Cette semaine, tendons l’oreille vers la mémoire ouvrière de l’usine de chaussure Bailly-Camsat, à travers le témoignage de Madeleine Lesage.  Continuer la lecture de Mémoire ouvrière de Villeurbanne : l’usine Bally-Camsat

Une chanson douce…

Cette semaine, « l’Archive de la semaine » nous emmène dans l’univers de la conteuse et poète cubaine Mercedes Alfonso, à travers son interprétation de la berçeuse « Drume Negrita », une douceur à l’oreille…mais des paroles au cœur lourd.

« Drume Negrita » (extraits et commentaires) – Contes et chants de Cuba  – Lire la notice détaillée

La langue de Mercedes Alfonso est « chantante » des accents et héritages multiples qui composent la culture cubaine, mais elle ne se définit pas comme chanteuse : « Je chante comme on chante à Cuba parce que tu as entendu depuis que tu es petite les berceuses que chantaient ta mère, ta grand mère ou la voisine d’à côté qui est en train d’étendre son linge… Pour nous c’est quelque chose de très naturel ! ». Mercedes est bien connue de la communauté cubaine de l’agglomération lyonnaise où elle a élu domicile au début des années 2000, et où elle créée en 2010 l’association Ekelekua, dédiée à la promotion de la culture cubaine. Elle l’est aussi du mouvement du Renouveau du conte cubain né dans les ateliers du Grand Théâtre National de Garcia Llorca à la Havane, où elle a fait ses premières armes en tant qu’écrivaine.

Nous avons rencontré Mercedes Alfonso en avril 2011 dans le cadre du projet de collectage des « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Elle a choisi de nous interpréter cette berceuse qu’elle entonnait en ouverture de chacune des représentations de son spectacle « Le Lézard vert » qui reprend le surnom communément donné à cette île longiligne des Caraïbes.

« Drume Negrita »
Paroles originales, traduction en castillan et traduction française

Mamá la negrita se le salen lo pie e’ la cunita la negra Merce’ ya no sabe que hace’.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

Si tu drumi yo te traigo un mamey muy colorao’
y si no drumi yo te traigo un babalao
que da pau pau.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

A la negrita se le salen los pies de la cunita
Y la negra Merce’ ya no sabe que hacerDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabelSi tu duermes yo te traigo un mamey muy colorao
Si no drume yo te
traigo un babalao
Que da pau pauDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabel
Les pieds de la petite fille noire sortent du berceau
Et la noire Merce’ ne
sait plus quoi faireDors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochetSi tu dors, je t’apporte un mamey bien rouge
Si tu ne dors pas, j’appelle un babalao
Qui te fait pan pan.Dors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit  berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochet

Les lecteurs hispanophones (ou à peu près) de cette page auront sûrement remarqué que la version originale reproduite ci-dessus laisse entendre les accents créolisés de l’espagnol cubain, imprégné des différentes langues parlées dans les Caraïbes depuis les débuts de la colonisation du pays au XVIe siècle : du castillan bien sûr, de l’anglais et du français également, mais aussi des traces d’anciennes langues amérindiennes et de différents dialectes du Yoruba, qui est encore parlé dans les rituels de la Santeria. Le « duerme » (qui signifie « dort », à l’impératif) se transforme alors en « drume » tandis que certains termes renvoient clairement au culte des Orishas qui structure les pratiques religieuses des peuples yoruba telles que le candomblé dans le Nord du Brésil, l’umbanda autour de Rio de Janeiro, ou la Santeria à Cuba. Le « Babalao » dont il est question dans cette berçeuse est un prêtre yoruba, littéralement « le père qui détient les secrets » et qui les transmet aux initiés.

Certainement composée par le pianiste et compositeur Eliseo Grenet (l’histoire reste floue à ce sujet…), « Drume Negrita » a fait l’objet de nombreuses reprises notamment dans le monde du jazz. C’est toutefois l’icône cubaine Bola de Nieve (Ignacio Villa dit « Boule de Neige », chanteur, pianiste et compositeur) qui lui donna ses lettres de noblesse avec l’interprétation toute en finesse que voici :

Il serait en outre difficile de passer à côté de la superbe version offerte par la grande chanteuse argentine, Mercedes Sosa, dont l’engagement politique et social était reconnu sur la scène internationale :

Un mystère demeure : existe-t-il un lien entre ce « Drume Negrita » et la fameuse berceuse « Duerme Negrito » rendue célèbre par Atahualpa Yupanqui ? Si la référence à la situation des esclaves africains est plus prégnante au sein de la seconde, les deux chants se ressemblent par la dureté de la réalité décrite ou sous-entendues, les origines sociales culturelles auxquels ils renvoient… et cet espoir d’un monde meilleur.

Cette question soulevée, nous vous laissons désormais voguer au gré des « suggestions » d’écoute de vos lecteurs de musique, à la (re)découverte de ce patrimoine musical latino-américain aussi fascinant que bouleversant !

À la semaine prochaine !

Pour aller plus loin :

– Jorge Bello, « Duerme, Duerme Negrita », Diario Uno, 9 juillet 2013 – Accessible en ligne 

– Enrique Balmaseda Maestu, « A huella africana en el español caribeño a través de Mojana, Drume negrita y Saludo Chango », Actas del XXXVII Simposio Internacional de la Sociedad Española de Lingüística (SEL), 2008 – Accessible en ligne

Crédits photo : Public Domain Pictures 

Ando et le Gospel Colors

Andomalala Ratovelomanana, dit « Ando », née en France, partage ses racines malgaches à travers le chant. Chef de chœur de Gospel Colors, une chorale gospel qui se réunit au Centre Culturel Oecuménique (CCO) de Villeurbanne, Ando chante également dans différents groupes de musique malgache et dans des chorales, notamment Tiharea (polyphonies du Sud de Madagascar, basées sur le style beko ou békou : chant de griot). Elle est la fondatrice de l’association Ankathileis dédiée à la promotion de la culture malgache dans la région. En 2009, le CMTRA la rencontre à plusieurs reprises, seule ou accompagnée de la chorale Gospel Colors, l’occasion pour Ando de nous raconter le récit d’une vie musicale étroitement liée à la foi protestante.

Berceuse malgache : « Mamisolofo »
Les paroles et la traduction

« Mangina ‘nao zaza, mangina ka tomane
Avia ‘nao babeko, fafao ny rano maso »

« Calme toi mon bébé, arrête de pleurer
Viens là que je te berce, essuies donc tes larmes »

Les parents d’Ando  sont arrivés en France en 1981. Ils sont alors les premiers étudiants immigrés malgaches à Lyon. 0 Vaulx-en-Velin, ils créent leur propre église protestante et la chorale lui étant liée. Ce n’est qu’en 2007 que Ando s’initie au Gospel, alors peu chanté dans les églises protestantes en France. Autodidacte, elle apprend à chanter dans la langue du sud de Madagascar et est influencée par d’autres styles, notamment la variété nord-américaine. Ces diverses influences s’entendent de plus en plus dans les chorales Gospel protestantes qui tendent à apporter une « touche de modernisation » à l’interprétation de leurs répertoires traditionnels.

Le répertoire chansonnier malgache compte environ 900 chants religieux traduits des cantiques anglicans. Que ce soit en France ou à Madagascar, Ando a souvent éprouvé et a toujours dû s’accommoder des réticences des personnels ecclésiastiques à l’égard du Gospel. Pourtant souligne-t-elle, le rapport à la spiritualité est le terreau de ce genre musical, ce que son étymologie rappelle : « God Spell », annoncer la bonne nouvelle.

Gospel Colors : chant polyphonique sud-africain

Ce chant de résistance issu du répertoire de Gospel Colors leur a été présenté par l’une des chanteuses membres, originaire du Gabon. Les chanteurs du groupe sont tous de confessions et d’origines différentes. Ce qui compte pour Ando au sein de sa formation chorale, c’est davantage la spiritualité que la pratique d’une religion en particulier. Leur répertoire est le reflet de la diversité des cultures d’origine des choristes : chants en malgache, en français, en anglais, taki taki (Guyane), chants en zoulou, du Gabon (Swali), créoles (Martinique). Le groupe se produit lors de concerts, de mariages, de fêtes de quartiers…

Chant polyphonique malgache : « Espoir »
« On a faillit se laisser abattre par les choses de ce monde, mais de par ta venue, tu nous a donné un espoir nouveau … »

La musique malgache est riche d’influences diverses. Issue d’un patrimoine très ancien austronésien (de l’archipel indonésienne), elle emprunte aussi à de nombreuses cultures d’Afrique. Cette musique n’est pas homogène sur l’Île rouge: 18 ethnies aux cultures singulières y cohabitent. La Grande Île est victime d’un racisme latent, parfois de conflits ouverts, entre ethnies : celles des hauts-plateaux (parmi eux : les Mérinas, descendants des peuples asiatiques) et celles des plaines. La culture des côtes (essentiellement d’origines bantoues) représentée dans le groupe Tiharea, l’un des groupes d’Ando, n’est d’ailleurs pas celle d’origine de sa famille. Toutes les ethnies, si elles n’ont pas les mêmes traditions, partagent cependant certaines constantes dans la pratique musicale, et notamment celle du chant polyphonique. La chorale, dont la tradition remonte aux fêtes rituelles des sociétés traditionnelles, est la première, si ce n’est l’unique, mode d’expression musical vocal à Madagascar.

Au niveau international, le genre le plus connu reste certainement le répertoire “ba-gasy” (chants malgaches théatralisés, souvent accompagnés au gorodo). C’est dans les années 1990 que certains groupes s’exportent et redonnent à ce genre une écoute alors qu’il est en voie de disparaître (le groupe Feo-Gasy, avec Erick Manana).

Pour aller plus loin…
> Les enquêtes réalisées par le CMTRA auprès d’Ando : la première / la seconde
> Les répétitions, enregistrées par le CMTRA en 2011, d’une autre chorale Gospel de Villeurbanne : « Gospel Joy » ; la première / la senconde 

Visuel : Photo de profil Facebook du groupe Gospel Colors, 2009