Archives par mot-clé : valorisation

Bretania, portail du patrimoine breton

La Bretagne a désormais son portail régional du patrimoine vivant.
Gérée par l’association Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, la plateforme Bretania dresse un portrait de la Bretagne historique à travers la mise en ligne de ressources sonores, d’archives audiovisuelles, d’inventaires patrimoniaux, d’archives de presse,  de fonds iconographiques, de bulletins de sociétés savantes… Pas moins de 350 000 documents numérisés sont désormais en accès libre.

Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, l’association à l’initiative du projet, a pour objectif principal de promouvoir et valoriser la diversité du patrimoine culturel des cinq départements bretons, de vulgariser les savoirs locaux, de diffuser le matériau scientifique propre au terrain régional. Elle se donne pour mission la mise en réseau des acteurs de ce patrimoine et l’accompagnement de leurs projets.

Concernant les contributeurs au projet Bretania, les profils sont variés. On compte parmi eux : divers organismes de presses, bibliothèques, acteurs des archives, universitaires (notamment le laboratoire CRBC, Brest), le musée Cartolis (spécialisé dans les cartes postales), la cinémathèque de Bretagne, L’association Kreizen Dafar (KDSK, valorisant la littérature en langue bretonne), Glad (la base de donnée du service de l’inventaire du patrimoine régional), Radiobreizh.bzh (assurant la sauvegarde et la diffusion des émissions produites en langue bretonne), l’IDEMEC (l’institut a permis la diffusion du, très riche, fonds collecté par C. Marcel-Dubois et F. Falc’hun issu d’une enquête pour l’ancien musée des ATP en 1939). Concernant spécifiquement le champ des musiques et danses traditionnelles, nos amis de Dastum, le CMT breton, détiennent 8 000 heures de son, 40 000 images, 3 000 affiches de fest-noz et concerts accessibles en ligne.

Voici un extrait de chanson en langue bretonne tirée d’une émission radio disponible intégralement sur le portail de Radiobreizh.bzh et référencée sur Bretania.
Le lien vers l’émission : “ABADENN KREIZ MINTIN – PENNAD SKIGNET D’AR 02.06.2015

S’appuyant donc sur un premier réseau d’une dizaine de contributeurs, le portail a pour objectif d’évoluer vers toujours plus de collaborations en allant à la rencontre des détenteurs d’archives sonores. La mise en ligne de ces fonds permet une plus grande visibilité, et celle ci, plus que régionale, s’étend à un niveau national (via une visibilité sur le portail Gallica) et européen (l’accès aux fonds est possible depuis le portail d’Europeana Sounds). Plus qu’un simple moteur de recherche, c’est un véritable projet de valorisation qui est entrepris grâce à la participation d’universitaires, d’auteurs et spécialistes, à la création d’un contenu  éditorial (dossiers thématiques, cartes interactives, frises chronologiques, vidéos…) basé sur les ressources du portail.

 

La diffusion des archives sonores

Comment valoriser le patrimoine sonore et le rendre accessible au plus grand nombre, et pourquoi le faire ? Quels types d’informations et de descriptions doit-on attacher aux documents afin que ceux-ci soient les plus lisibles possible, y compris pour le public des siècles prochains ? Les outils numériques comportent des avantages certains pour la mise en accès du patrimoine sonore : en attestent les projets présentés par les intervenants invités à la première table-ronde du congrès “Europeana Sound – Le futur des sons historiques“.

Autour de cette table intitulée “De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ?” étaient ainsi réunis les représentants de différentes structures.

  • Alexis Rossi, directrice médias et accès au sein du plus grand organisme d’archivage numérique du web : “Internet Archive“.
  • Aude Julien-Da Cruz Lima, chargée des archives sonores du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM / CNRS).
  • Pascal Cordereix, conservateur et responsable du service des documents sonores  au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France.
  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé au département de dramaturgie et de musicologie à l’Université d’Aarhus au Danemark. Il mène un travail de recherche sur les plus anciens enregistrements sonores danois (la “collection Ruben“, enregistrée à Copenhague dans les années 1890).

De quoi alimenter nos réflexions sur la valorisation des sources du patrimoine oral de la région Rhône-Alpes, question qui occupe particulièrement les membres du réseau documentaire régional que coordonne le CMTRA.

Pour aller plus loin…
– Consulter le rapport de la conférence.
– Lire ou parcourir la véritable Bible de l’historienne Florence Descamps : L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, disponible en accès ouvert sur open edition books.
Suivre assidûment le carnet de recherche de Valérie Ginouvès.

Image de Une :
Dot Records, 1968