Archives par mot-clé : transmission musicale

Quand l’élève dépasse le maître

Rencontre algéroise avec Smaïl et Feriel Yedjer

L’archive de cette semaine a été choisie et décortiquée par Elisa Cordesse, stagiaire au CMTRA. Elle a décidé cette semaine de de revenir sur un entretien réalisée en 2010 par Yaël Epstein, dans le cadre du projet Musiques migrantes de Villeurbanne mené en partenariat avec le Rize. Entre 2008 et 2010, des dizaines de collectes ont été menées auprès d’habitant(e)s musicien(ne)s, enregistré(e)s à leur domicile ou au cours d’événements publics, d’ateliers et de pratiques musicales collectives. Cette initiative a permis de documenter l’histoire sociale de Villeurbanne et de souligner la grande diversité d’origines de ses habitants. Ces collectes ont donné naissance à une exposition en 2010 : « Musiques ! Voyages sonores de Villeurbanne« .

L’homme qui parle au micro de Yaël Epstein s’appelle Smaïl Yedjer.

Continuer la lecture de Quand l’élève dépasse le maître

Mamie Paulette, ambassadrice de la culture orale polynésienne

Cette semaine, l’ « Archive de la semaine » nous emmène à la rencontre de Paulette Maoni, dite « Mamie Paulette », figure de la communauté polynésienne de Villeurbanne. Il y a quelques années, elle parlait à notre micro de la musique de son île natale, Tahiti, et insistait sur l’importance de la transmission orale du répertoire traditionnel.

***

Lorsque nous  rencontrons Paulette Maoni en octobre 2009, il apparaît très vite qu’elle est une figure incontournable du paysage associatif et culturel villeurbannais : à peine l’entretien entamé, Mamie Paulette nous parle du CCO de Villeurbanne où nous la retrouvons, du Rize ou encore des Invites de Villeurbanne pour lesquelles elle a dansé. Arrivée de Tahiti en métropole en 1989, Mamie Paulette œuvre en effet depuis de nombreuses années à la transmission des danses polynésiennes, au sein de l’association Tamarii Tahiti Nui. Rapidement cependant, c’est de musique et non de danse qu’elle nous parle, déplorant les difficultés qu’elle rencontre pour faire accompagner ses spectacles de danse par des musiciens. « Tout se fait avec les CDs maintenant, c’est vraiment dommage » .

Car pour Mamie Paulette, la musique est avant tout une affaire de transmission, et de jeu en commun. En Polynésie, nous dit-elle, la musique ne s’apprend pas dans les écoles, « tout se fait à l’oreille » .

Témoignage sur l’apprentissage de la musique, par Mamie Paulette – voir la notice complète ici

Les répertoires traditionnels, souvent anciens, sont transmis de générations en générations, et les techniques vocales et instrumentales s’acquièrent par la pratique en commun. Le moment privilégié de cet apprentissage est la « bringue » . Si en métropole, faire la bringue n’est pas bien différent de faire la fête (ou la nouba pour les plus ringards d’entre nous), la bringue polynésienne a une signification particulière, et ne peut se penser sans musicien. Lors de ces fêtes typiques de l’archipel, on mange, on boit et surtout on joue de la musique polynésienne. Jusqu’au petit matin, on y chante le quotidien, la maladie ou le chômage, mais aussi l’amour et la religion.

Lieux d’apprentissage et de transmission des répertoires traditionnels, les bringues sont également des lieux de sociabilité qui, en contexte migratoire, revêtent une fonction sociale primordiale. Ainsi, Mamie Paulette nous parle longuement des bringues organisées régulièrement chez les membres de la communauté polynésienne de la région. Ce répertoire traditionnel que nous présente Mamie Paulette a une importante dimension identitaire : on le chante en groupe, lors de moments festifs qui réunissent la communauté polynésienne.

Pour Mamie Paulette, qui a quitté son île depuis plus de 20 ans,  ces chants constituent également un lien fort au pays d’origine et à son histoire migratoire singulière : transmis oralement par ses parents et ses grands parents, ces répertoires anciens ressurgissent souvent avec une émotion difficile à dissimuler.  C’est le cas de « E ta’u Mama here » , un hommage à la mère que lui chantait sa propre mère avant son départ de Tahiti, et dont elle nous livre une émouvante interprétation :

« E ta’u Mama here », chantée par Paulette Maoni – voir la notice complète ici

Ambassadrice infatigable de la culture polynésienne, Mamie Paulette ne cesse de défendre la transmission orale des chants et danses de son archipel natal. Nous lui souhaitons de continuer longtemps à faire la bringue !

En savoir + :

  • Les épisodes 18 et 19 de l’émission « Musiques d’outremer » sur France Musique, consacrés aux musiques traditionnelles polynésiennes
  • L’entretien avec Tagi Ganahoa, jeune musicien polynésien à écouter sur le Portail régional du patrimoine oral

Crédits photo : Paul Gauguin, Auti Te Pape – The Met

Adoptions musicales ?

ESCALE SONORE DU JEUDI 31 MARS 2016 AU RIZE
23 rue Valentin Hauy // 69100 Villeurbanne
« Musiques de cœur et d’adoption« 

Depuis 2008, Le Rize et le CMTRA mènent ensemble un projet de recherche-action dédié aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. Les Escales Sonores sont des soirées organisées deux à trois fois par an au Rize, destinées à faire résonner ces musiques collectées dans la vie quotidienne du territoire, et à questionner par leur prisme les parcours de vie des habitants qui les jouent, les entonnent et les transmettent. Si nous avons souvent privilégié une entrée territoriale pour donner à voir et à entendre les patrimoines musicaux de la ville (musiques d’Italie, du Maghreb, d’Espagne, d’Arménie…), nous cherchons de plus en plus à les aborder par un angle thématique permettant de croiser les regards, les pratiques et les répertoires de musiciens issus de différentes aires culturelles. Après les « Musiques sacrées » ou les « Mondes d’amour en musiques« , la prochaine Escale Sonore sera consacrée aux « Musiques de cœur et d’adoption ».  Késako ?

Vous avez forcément déjà croisé un spécimen de cette espèce, peut-être même en connaissez-vous personnellement : un breton qui se met au chant diphonique mongol, une ardéchoise qui adopte  le oud arabo-andalou, un parisien qui se prend de passion pour la samba et vole vers Rio comme on part en pèlerinage, un premier prix du conservatoire de Versailles qui troque la flûte traversière pour les flûtes du Rajasthan etc. C’est à ces figures de l’immersion, de l’adoption, de la conversion musicale que nous nous intéresserons ce JEUDI 31 MARS à partir de 17h30, au Rize.

Ces histoires de vie sont passionnantes, car elles incarnent à l’échelle d’une vie de musicien tous les petits riens qui composent la rencontre d’une culture qui a priori, n’avait rien à voir avec la notre. Ces trajectoires mettent en lumière toutes les opérations de traduction nécessaires à ce que cette rencontre ait lieu, tous les malentendus, les hasards, les épreuves et les déceptions  qui pavent le chemin de l’imprégnation d’une culture musicale de laquelle rien ne nous est acquis d’avance. Ces histoires nous parlent aussi de transmission et de dialogue interculturel, des gestes, des mots, des odeurs et de toutes les choses indicibles par lesquelles un monde culturel devient perméable et appropriable. Elles nous conduisent à questionner enfin, comme en miroir, nos propres dispositifs de médiation, d’éducation musicale destinés à des publics pluriels.

Au programme de la soirée :
À 17h30 dans la Médiathèque : un atelier chansons des Balkans pour petits et grands, assuré par Juliette Delachaux (violon), Didier Laurencin (bouzouki) et Alexandre Michel (clarinette), tous trois musiciens de la Bande à Balk.

À 18h30, dans l’espace Cafétéria : écoute collective d’un documentaire sonore, suivie d’une discussion avec le public en présence de :
Talia Bachir-Loopuyt (ethnomusicologue),
Arnaud Didierjean (spécialiste du chant Dhrupad),
– Aurélien Galichet (guitariste flamenco),
-Didier Laurencin (ethnologue et musicien, spécialiste des percussions cubaines et du rebetiko grec).

À partir de 20h30, place aux concerts avec le Trio Janela – Semeurs de Samba, et la Bande à Balk.

Venez nombreux ! Et pour toute question n’hésitez pas à nous appeler ou nous écrire :
laura.jouve-villard@cmtra.org // 04 78 70 45 47