Archives par mot-clé : Seconde Guerre Mondiale

26 mai 1944 : Saint-Étienne bombardée par les Alliés

Parmi les derniers venus sur le portail régional du patrimoine oral, le fonds des « Amis du Vieux Saint-Étienne » occupe une place un peu particulière. Ce corpus sonore, que nous vous avions présenté il y a quelques mois, est constitué de plusieurs enquêtes enregistrées au début des années 1990 lors d’ « ateliers-mémoire » organisés par l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » autour de certains aspects de l’histoire stéphanoise. L’archive de la semaine a déjà été l’occasion de nous pencher sur le thème du « vêtement » à Saint-Étienne, ou encore sur la catastrophe du puits de la Chana. Aujourd’hui, profitons de cette publication hebdomadaire pour revenir sur un événement douloureux de l’histoire stéphanoise : le bombardement du 26 mai 1944.

 ***********

Le 26 mai 1944, dans le but de couper les voies de communication en préparation du débarquement de Normandie, l’aviation américaine bombardait lourdement plusieurs villes du sud-est et du centre-est de la France : Lyon, Chambéry, Grenoble, Nice, mais aussi Saint-Étienne où 440 tonnes de bombes explosives et incendiaires furent lâchées, faisant près de 1000 morts et détruisant plusieurs quartiers de la ville.

Près de 50 ans plus tard, les membres de l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » organisent une rencontre autour de cet événement marquant de l’histoire stéphanoise. Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales, y assiste et enregistre les échanges. Après une présentation générale du bombardement, le parole est ouverte aux personnes présentes à Saint-Étienne ce 26 mai 1944. Madame Rossignol, alors âgée de 7 ans, témoigne :

Souvenirs du bombardement, Madame Rossignol – Voir la notice complète

Si Madame Rossignol se souvient avec une pointe d’amusement la couleur du visage du conducteur de train (qu’on imagine livide) arrêtant sa locomotive quelques mètres avant la gare de Châteaucreux, ou encore sa mère qui dans la panique fourre son tablier sale dans sa valise avant de partir, d’autres témoignages se font plus amers. Ainsi Monsieur Besson, qui anime la discussion à grand renfort de diapositives, n’hésite pas à parler de « génocide ».

Souvenirs du bombardement, Monsieur Besson – Voir la notice complète

De fait, la violence des bombardements est sans précédent. De nombreux quartiers, autour de la gare de Châteaucreux et de la manufacture d’armes sont complètement détruits (voyez cette carte de la ville sur le Portail de géolocalisation du patrimoine stéphanois). Monsieur Besson témoigne dans cet extrait d’un sentiment d’injustice et d’une incompréhension générale qui se répandent chez les stéphanois au lendemain des bombardements. « La population, à cette époque là, était vraiment bloquée contre les Américains » nous dit-il. Pourquoi avoir largué les bombes de si haut, alors que Saint-Étienne ne disposait d’aucun système de Défense Contre les Avions (DCA), et que le temps était clair ?

Encore aujourd’hui, la violence du bombardement du 26 mai 1944, qui a fait près de 1 000 morts et plus de 20 000 sinistrés, continue de susciter un intense travail mémoriel à Saint-Étienne. A l’instar de cet atelier-mémoire organisé par les « Amis du Vieux Saint-Étienne », plusieurs initiatives ont récemment vu le jour sur la toile, notamment pour sensibiliser les plus jeunes à un bel exemple de ce que l’on nomme désormais pudiquement des « dommages collatéraux » (voyez par exemple cette valise pédagogique virtuelle, conçue par la ville de Saint-Étienne).

Pour aller + loin :

  • Pour une lecture critique des bombardements américains : Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011, 96 p.
  • Le témoignage de Maurice Plassard, sapeur-pompier auxiliaire au moment du bombardement de Saint Etienne, sur le portail régional du patrimoine oral

Crédits photos : bernswaelz – Pixabay