Archives par mot-clé : savoie

Les vêpres de Montagny

L’archive de la semaine revient aujourd’hui dans l’immense fonds de Charles Joisten, conservé au Musée Dauphinois et dont un petit corpus musical a été mis en ligne en 2016 sur le Portail Régional du Patrimoine Oral.

Direction les montagnes savoyardes pour écouter les Vêpres de Montagny, chant satirique en francoprovençal
interprété par Simone Benoit.

*******

En mai 1975, Charles Joisten et l’érudit savoyard Marius Hudry posent leur micro au Planay en Savoie, chez Simone Benoit. Âgée de 63 ans à l’époque, celle-ci leur interprète les Vêpres de Montagny, une chanson en dialecte savoyard qu’elle avait apprise enfant.

Les Vêpres de Montagny, chantées par Simone Benoit – retrouvez la notice complète ici

Cette parodie de chant religieux, chantée à la manière d’un chant grégorien, reprend une chanson satirique qui évoque un dialogue entre un père et son fils, en pleine préparation du mariage de celui-ci. Georges (Dzourrdzô) imagine un mariage des plus fastueux, qu’il oppose au fruste de celui de son père. Voici par exemple le couplet sur la robe de la mariée :

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon fis ,

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon ami?

Na bèla rrôb in soué blantsé

pâré qu’in pinsâ-vô?

Non pa na rrôba de drêt

mon vôz é fé vô.

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon fils,

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon ami?

Une belle robe en soie blanche

père qu’en pensez-vous?

Non pas une robe de drap

comme vous avez fait vous?

Chaque couplet de la chanson est construit de la même manière, et décline tous les préparatifs du mariage : du choix de la femme (« Na bèla dzouin-na fèna […] Non pa na vèyé gèrbiche » / « Une belle jeune femme […] Non pas une vieille gribiche »), à la maison (« Na p(t)chita méson […] Non pa le cârro du bô » / « Une petite maison […] Non pas le coin de l’étable ») en passant par les chaussures, le chapeau et les boucles d’oreille de la mariée.

Parmi les nombreux couplets chantés par Simone, insistons tout de même sur celui relatif aux invités :

Tanta Yonie qu’y a guéyar de sou…

Non pa l’incroua de Montégny qui no lésera pas danhié

Tante Léonie qui a beaucoup de sous…

Non pas le curé de Montagny qui ne nous laissera pas danser

Ce couplet fait écho à d’autres vêpres parodiques où « le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres » (Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle » ). Non content de moquer le curé, on le fait sur un air religieux !

Simone Benoit se remémore avoir appris cette chanson d’une vieille dame, qui filait sa laine dans l’écurie d’un hameau voisin. Les enfants du coin avaient alors l’habitude d’aller la regarder travailler, et surtout l’écouter chanter ses complaintes. « C’était notre grande distraction » se souvient-elle.

Commentaires sur le patois par Simone Benoit – voir la notice complète ici

L’évocation des circonstances dans lesquelles Simone a appris les Vêpres de Montagny conduisent naturellement la discussion sur la question du patois. Ou plutôt des patois, car le patois de la vieille dame n’était pas celui du Planay : quand Simone parle ce patois à son mari, il lui réponds que « ça, c’est le patois du Champ Béranger ». Variations de la langue dans l’espace donc, mais aussi dans le temps. Ainsi Simone,  à propos de la langue de la vieille dame, se souvient : « Puis alors, elle avait un patois, vous savez, un patois qu’on dit plus, nous maintenant » .

Là réside toute la richesse des répertoires en francoprovençal, auxquels nous avons consacré le 22ème Atlas Sonore du CMTRA en 2012 : langue de transmission orale, elle est constamment enrichie, modifiée, infléchie par ceux qui, à l’instar de Simone Benoit, la font vivre et la transmettent.

Pour aller + loin :

Crédits photos : ardulei – Pixabay

J’aime les bugnettes !

Depuis une petite semaine, les bugnes ont fait leur retour sur les étals des marchés rhônalpins, pour le plus grand plaisir des gourmands ! 

Au CMTRA, nous sommes gourmand-e-s et puis, il faut l’admettre, les spécialités culinaires c’est comme les chansons traditionnelles : il existe des centaines de variantes, on s’en dispute la provenance et ça ne cesse d’évoluer… Et c’est aussi ça qui nous passionne.

Et comme nos fonds sont d’une richesse insoupçonnés, nous avons bien sûr mis la main sur une chanson qui célèbre ces fameuses bugnes. Malheureusement, les droits de diffusion du Fonds Rhône-Alpes du MUCEM (ex-MNATP) dont elle est issue ne nous permettent pas de vous donner à entendre les documents sonores qui y font référence. Les notices détaillées des deux versions dont nous disposons sont toutefois bien référencées ici et là, enregistrées toutes deux dans le Haut-Jura par l’ethnomusicologue André-Marie Despringre.

Ces deux notices font toutes les deux références à la chanson « J’aime les bugnettes » interprétée en franco-provençal et qui est évoquée dans deux ouvrages de Marie-Thérèse Hermann, historienne et auteur de plusieurs livres sur la Savoie :

D’amô lé bougnette
E lo matafan
E lé drôle fènè
Qu’on lo têtê blian

Traduction : 

J’aime les bugnettes
Et les matefaims
Et les jolies femmes
Qui ont les seins blancs

Mentionnées par François Rabelais dans la première édition de Pantagruel en 1532 lors de la longue énumération qu’il dresse au sujet de la gastronomie lyonnaise, les bugnes ne sont pourtant pas nées au sein de la capitale des Gaules. Si on considère que son origine remonte davantage à la Rome Antique où elles étaient préparées à l’occasion des carnavals, c’est la Savoie qui traditionnellement remporte la « paternité » de ce type de beignets. Cuisinées pour les vogues, les grandes fêtes ou encore Mardi Gras, leur diffusion à l’ensemble de l’aire franco-provençale et notamment à Lyon, dans le Dauphiné, la Vallée du Rhône, Saint-Étienne et la Franche-Comté s’est ensuite faite rapidement, chacun y apportant une touche « locale » spécifique (formes, tailles, tressages…), d’où les multiples noms qui lui sont attribués.

Si vous souhaitez vous lancer, ou, comme à l’époque, profiter d’un reste d’huile de friture avant que le Carême ne vous l’interdise, vous trouverez ici la recette des bugnes « à la mode de Saint-Étienne ».

Et pour terminer avec tout de même sur quelques notes et pas de danse, voici une célébration de la bugnette très entraînante :

Bibliographie :

  • Marie-Thérèse Hermann, La Cuisine paysanne de SavoieLa vie des fermes et des chalets racontés par une enfant du pays, La Fontaine de Siloë, 2004
  • Marie-Thérèse Hermann, La Savoie traditionnelleLa Fontaine de Siloë, 2005

Crédits photos : Bugnes © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons / CC-BY 2.5

Étoile des neiges

On la gardait sous le coude « pour quand ce serait l’hiver » et que les stations de ski ouvriraient donc leurs pistes, assurées d’avoir un minimum de neige. La vague de froid que nous avons traversée ces dernières semaines est donc un excellent prétexte pour faire sortir cette « Étoile des neiges » des méandres de notre portail !

Quand on vous dit que le Portail régional du Patrimoine Oral est une véritable mine d’or, il faut nous croire sur parole ! Mais parfois, on se surprend nous-mêmes : quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’en re-parcourant le fonds Charles Joisten, nous sommes tombées sur la fameuse chanson « Étoile des Neiges ».

Oui oui oui, « Étoile des neiges ».
Oui oui oui, celle-ci.
La même.
Exactement…

Enfin presque !

Étoile des Neiges – Lire la notice complète 

L’enregistrement date du 17 décembre 1980 alors qu’une visite du Musée Dauphinois de Grenoble était organisée pour un groupe d’habitants de la commune de Saint-Véran, une commune située dans les Hautes-Alpes, à proximité de l’Italie. Dans ce groupe, une personnalité, Gabriel Berge, est particulièrement remarquée pour sa connaissance d’un important répertoire de chansons populaires locales. Il est ici accompagné par une femme qui n’est pas identifiée.

Ah ça oui, ça attire l’attention de « tomber » sur cette chanson. On rit un peu, on clique en se disant que ça ne va pas être « ça ». Et puis si, le même air… C’est indubitable, c’est le même air. Ah… Mais tout de même ! Non, ce ne sont pas les mêmes paroles ! Mais alors pourquoi ? Et s’ensuit alors une recherche sur internet qui nous permet de recréer le fil de tous les remous qu’a connus cette « Étoile des neiges ».

Pour être sûre que tout le monde voie bien à quoi cette version de 1980 est comparée, osons cette vidéo :

Comment est-on donc passé de cette « Étoile des neiges » qui raconte l’amour impossible liant, à l’image du conte d’Andersen, une bergère à un ramoneur, à ce « Quand reverrais-je ce pays merveilleux » qui pleure l’exil ?

Il faut apparemment remonter bien avant le début des années 1980 et faire un détour par l’Autriche où fut créée en 1944 et par Franz Winkler la première version de cette valse, « Fliege mit mir in die Heimat ». Exprimant le mal du pays, cette chanson sentimentale est reprise ensuite dans de nombreux pays dont l’Angleterre où elle fut connue sous le nom de « For ever and ever » puis en France où elle prit le nom d’« Étoile des neiges » grâce au travail conjoint de Jacques Hélian et de son parolier, Jacques Plante. Dans cette version, ce n’est déjà plus la même histoire qui y est racontée : exit la nostalgie, place à la Savoie, au ramoneur et à la bergère. La version de Line Renaud dans les années 1950 remporte elle aussi un vif succès.

En 1979 sort le film humoristique « Les Bronzés font du ski » écrit et interprété par la troupe du Splendid et réalisé par Patrice Leconte. La scène – mythique – de Michel Blanc resté bloqué sur un télésiège en pleine nuit et entonnant une drôle de chanson qui ressemble étonnamment à notre « Étoile des neiges » interroge donc : « Quand te reverrai-je, pays merveilleux » est-elle une version parallèle à celle imposée en France par Jacques Hélian ? Ou s’agit-il de la bande originale du film ?

Dans « L’après-ski des Bronzés » (« making of » intégré à l’édition « collector » du film), Patrice Leconte raconte : « Au départ, il [Michel Blanc] chantait Étoile des neiges … parce qu’on était sûr que c’était dans le domaine public ou peu s’en faut. Et puis, on apprit que pour chanter « Étoile des neiges », il fallait payer très cher et nous on s’est dit plutôt crever que de payer cher. Ce n’était pas nos sous mais on était solidaire du producteur et j’ai demandé au compositeur de la musique de nous faire un “à la manière de”, mais autre chose, c’est-à-dire que ça puisse se caler sur Étoile de neiges, mais qu’il chante autre chose. Et donc Étoile des neiges est devenue Quand te reverrai-je ? ».

C’est donc Pierre Bachelet et Raymond Gimenes qui ont retravaillé la chanson pour le film… offrant une version française au sens presque plus « fidèle » à l’originale que notre chère « Étoile des neiges ».

Crédits photo : Vignette de La Bergère et le ramoneur d’après le conte d’Andersen par Bertall représentant le ramoneur, la bergère et le « grand-père ».

Soupe de crozets et croziflette !

Il faut le savoir, l’équipe salariée du CMTRA est particulièrement gourmande. L’idée de dénicher parmi les archives sonores de notre Portail régional du patrimoine oral une notice qui ferait référence de près ou de loin à une recette a donc rapidement fait son chemin. Et nous voilà donc parties sur la trace des crozets, ces petites pâtes carrées à la farine de sarrasin qui seraient d’origine savoyardes et qui sont mentionnées au sein de deux enquêtes, toutes deux extraites du Fonds sonore de Charles Joisten déposé au Musée Dauphinois, et dont nous avons documenté une petite partie l’été dernier.

Point de « croziflette » ici (si vous êtes pressés : jetez tout de même un œil au bas de cet article) : il s’agit plutôt de soupe de crozets, dont la recette a été enregistrée le 3 juin 1973 par Charles Joisten auprès d’une habitante de Molines-en-Queyras.

« La recette des crozets à Poligny » – Voir la notice détaillée

« Et la soupe, comment vous la faites avec ça ? »
« Et bien, vous les faites cuire ! (…) Et vous y mettez du bon ! »

LA SOUPE DE CROZETS – Comment y mettre du bon
Ingrédients : crozets, beurre, sel, lait et fromage râpé

  • Faire bouillir une casserole d’eau chaude. Y mettre les crozets et rajouter un peu de beurre et du sel.
  • Quand les crozets montent et restent à la surface, cela signifie qu’ils sont cuits.
  • Rajouter du lait et un peu de fromage râpé.

Cette recette diffère de peu avec celle exposée par Zélie Cohard dans son témoignage relatif aux conditions de vie et de travail des mineurs de la Taillat en Isère, enregistré quelques années plus tard le 13 juin 1977, toujours par Charles Joisten :

« Coutumes et croyances, les trésors cachés et la mine de la Taillat » Voir la notice détaillée

« On mettait ces petits bouts (…) un grain de fromage et puis on mettait de l’eau. Y remuaient bien pour faire fondre le fromage, et puis ils mettaient le beurre, de l’eau et du lait (…) Ils faisaient cette soupe mais très épaisse. Mon grand père disait que la cuillère se tenait droite au milieu !»

Composée de farine (de sarrasin originellement mais on en trouve également de blé dur), d’œuf, de sel et d’eau, la pâte de crozets ressemble à une sorte de pâte brisée, abaissée au rouleau et découpée en petits carrés. Au sujet de sa réalisation « maison » Zélie Cohard raconte : « J’ai encore la planche qui coupaient dessus. Mais moi je ne sais pas faire : c’est une pâte très très dure ! (…) Il faut la couper très vite, il faut avoir bien l’habitude ».

Souvent assimilés à la Savoie, les Crozets seraient en réalité d’origine piémontaise et remonteraient au XIIIè siècle : beaucoup de conditionnels pour une genèse incertaine ! L’étymologie même du terme « Crozet » porte aussi à confusion : en patois savoyard, il y a bien « croé » qui signifie « petit » ; mais en latin, « crux » (croix) qui a donné naissance en savoyard à « crwé »  pourrait aussi renvoyer à la croix que les dauphinoises traçaient sur les pâtes avant de les jeter à l’eau…

Le plat s’est en tous cas répandu et chaque vallée a ensuite développé sa propre recette : à ce sujet, il semble que la soupe de crozets – dont il est question dans les témoignages collectés et présentés ci-dessus – était la nourriture exclusive des mineurs du Pays d’Allevar, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie. C’est ce que confirme Zélie Cohard à qui est posée la question de la nourriture des mineurs de la mine de la Taillat : « La soupe de crozets et la polenta ! – Tous les jours ? – Tous les jours ! »

A l’approche de Noël, toutefois, nous ne pouvions vous laisser sans la recette de la « croziflette »… et la version proposée ci-dessous nous a paru tout à fait à propos !

Bon appétit !

La croziflette de Marie et Florence from L’Art de Vivre on Vimeo.

Vous aimez et les archives et la cuisine ?

  • Retrouvez « la recette du mois » publiée sur les formidables « Carnets de la Phonothèque ». Mathilde Bresc, en charge, entre autres, des archives sonores des Alpes de Haute-Provence au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), y reprend les recettes enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain puis les teste elle-même avant de les livrer sur le blog !
  • Découvrez également le « blog du fonds gourmand » de la Bibliothèque municipale de Dijon qui est proposé avec beaucoup d’humour mais avec aussi – et surtout – de vrais bouts d’Histoire dedans !

Visuel : BastienM, photo libre de droits