Archives par mot-clé : Saint-Etienne

COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK


Vendredi 15 mars 2019, dans le cadre de sa septième édition, le Festival Eurofonik, a ouvert le bal avec une rencontre professionnelle, co-organisée par la FAMDT et le Nouveau Pavillon, sur le sujet des musiques de l’immigration en Europe.

Quelle réalité les musiques de l’immigration ont-elles dans les communautés de nos agglomérations  françaises et européennes ? Quelle place et quelle légitimité trouvent-elles ? Sont-elles cantonnées à des contextes intimes, familiaux, rituels, communautaires ? Quelles interactions avec d’autres mondes culturels ? Quelles influences les autres musiques ont-elles sur ces musicien.ne.s “amateurs” ?

Continuer la lecture de COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK

26 mai 1944 : Saint-Étienne bombardée par les Alliés

Parmi les derniers venus sur le portail régional du patrimoine oral, le fonds des « Amis du Vieux Saint-Étienne » occupe une place un peu particulière. Ce corpus sonore, que nous vous avions présenté il y a quelques mois, est constitué de plusieurs enquêtes enregistrées au début des années 1990 lors d’ « ateliers-mémoire » organisés par l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » autour de certains aspects de l’histoire stéphanoise. L’archive de la semaine a déjà été l’occasion de nous pencher sur le thème du « vêtement » à Saint-Étienne, ou encore sur la catastrophe du puits de la Chana. Aujourd’hui, profitons de cette publication hebdomadaire pour revenir sur un événement douloureux de l’histoire stéphanoise : le bombardement du 26 mai 1944.

 ***********

Le 26 mai 1944, dans le but de couper les voies de communication en préparation du débarquement de Normandie, l’aviation américaine bombardait lourdement plusieurs villes du sud-est et du centre-est de la France : Lyon, Chambéry, Grenoble, Nice, mais aussi Saint-Étienne où 440 tonnes de bombes explosives et incendiaires furent lâchées, faisant près de 1000 morts et détruisant plusieurs quartiers de la ville.

Près de 50 ans plus tard, les membres de l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » organisent une rencontre autour de cet événement marquant de l’histoire stéphanoise. Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales, y assiste et enregistre les échanges. Après une présentation générale du bombardement, le parole est ouverte aux personnes présentes à Saint-Étienne ce 26 mai 1944. Madame Rossignol, alors âgée de 7 ans, témoigne :

Souvenirs du bombardement, Madame Rossignol – Voir la notice complète

Si Madame Rossignol se souvient avec une pointe d’amusement la couleur du visage du conducteur de train (qu’on imagine livide) arrêtant sa locomotive quelques mètres avant la gare de Châteaucreux, ou encore sa mère qui dans la panique fourre son tablier sale dans sa valise avant de partir, d’autres témoignages se font plus amers. Ainsi Monsieur Besson, qui anime la discussion à grand renfort de diapositives, n’hésite pas à parler de « génocide ».

Souvenirs du bombardement, Monsieur Besson – Voir la notice complète

De fait, la violence des bombardements est sans précédent. De nombreux quartiers, autour de la gare de Châteaucreux et de la manufacture d’armes sont complètement détruits (voyez cette carte de la ville sur le Portail de géolocalisation du patrimoine stéphanois). Monsieur Besson témoigne dans cet extrait d’un sentiment d’injustice et d’une incompréhension générale qui se répandent chez les stéphanois au lendemain des bombardements. « La population, à cette époque là, était vraiment bloquée contre les Américains » nous dit-il. Pourquoi avoir largué les bombes de si haut, alors que Saint-Étienne ne disposait d’aucun système de Défense Contre les Avions (DCA), et que le temps était clair ?

Encore aujourd’hui, la violence du bombardement du 26 mai 1944, qui a fait près de 1 000 morts et plus de 20 000 sinistrés, continue de susciter un intense travail mémoriel à Saint-Étienne. A l’instar de cet atelier-mémoire organisé par les « Amis du Vieux Saint-Étienne », plusieurs initiatives ont récemment vu le jour sur la toile, notamment pour sensibiliser les plus jeunes à un bel exemple de ce que l’on nomme désormais pudiquement des « dommages collatéraux » (voyez par exemple cette valise pédagogique virtuelle, conçue par la ville de Saint-Étienne).

Pour aller + loin :

  • Pour une lecture critique des bombardements américains : Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011, 96 p.
  • Le témoignage de Maurice Plassard, sapeur-pompier auxiliaire au moment du bombardement de Saint Etienne, sur le portail régional du patrimoine oral

Crédits photos : bernswaelz – Pixabay

La catastrophe du Puits de la Chana

L’archive sonore de la semaine nous emmène vers les territoires mémoriels de Saint-Etienne l’industrieuse, derrière le micro d’Anne-Catherine Marin, et autour des récits des membres de l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne. Le CMTRA a réalisé la numérisation et la description de ce fonds documentaire déposé au Archives Municipales de Saint-Etienne, désormais consultable intégralement en ligne sur le portail régional du patrimoine oral.

******************

« Au fond, là où on extrait le charbon, c’est une sorte de monde à part qu’on peut aisément ignorer sa vie durant. Il est probable que la plupart des gens préféreraient ne jamais en entendre parler. Pourtant, c’est la contrepartie obligée de notre monde là-haut. La quasi-totalité des activités auxquelles nous nous livrons, qu’il s’agisse de manger une glace ou de traverser l’Atlantique, de cuire un pain ou d’écrire un roman, suppose – directement ou indirectement – l’emploi du charbon. Le charbon est nécessaire à toutes les activités du temps de paix. Qu’une guerre éclate, et il se fait encore plus indispensable. (…) Nous savons tous que « le charbon est primordial », mais nous ne pensons jamais, ou presque jamais, à tous ce qu’implique l’extraction de ce charbon. »

Georges ORWELL, Le quai de Wigan, 1937, Édition 10-18, p.39.

C’est justement en temps de guerre qu’eut lieu la tristement célèbre catastrophe du Puits de la Chana dans la banlieue de Saint-Étienne, à Villars. Auguste Masson est l’un des rares rescapés du coup de grisou qui frappa le puits – et plus précisément la 14è couche, à 650 mètres sous terre – aux alentours de quatre heures du matin le 21 Janvier 1942. Il livre son témoignage au micro d’Anne-Catherine Marin dans le cadre des « Ateliers mémoires » organisés par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne le 3 novembre 1993 :

Extrait du témoignage d’Auguste Masson – Voir l’entretien complet et la notice détaillée

L’explosion, qui s’est propagée sur une centaine de mètres a fait vraisemblablement plus de soixante-cinq morts et très peu de survivants. Parmi ces derniers figurent notre témoin, Jean-Marie Somet, dont il sera question un peu plus bas dans ce billet, ainsi que Joseph Vinot et son frère, qui est évoqué dans l’entretien disponible à l’écoute.

Vers six heures, les médias annoncent la nouvelle et le travail cesse dans les mines du bassin stéphanois. Il est annoncé qu’une enquête aurait lieu sur le champ pour connaître les causes de cette explosion. Cette conversation enregistrée le 3 novembre 1993 est révélatrice des zones d’ombres qui semblent persister sur cet événement :

Autour de la table, Auguste Masson n’est plus seul : deux personnes prennent la parole, défendant des positions relativement discordantes. Le ton monte au sujet de la raison réelle de l’explosion. Parmi eux se trouve Xavier Charpin, qui eut un rôle important bien que controversé dans la mise en récits et en mémoire de la Chana. Dans son livre L’Adieu Différé, paru en 1972 puis en 1978, l’ex-mineur tente de démontrer que la version officielle donnée par le préfet –  selon laquelle un mineur qui était en train de fumer à l’intérieur de la mine aurait causé l’explosion – est fausse. Selon lui, le fait que l’on ait retrouvé du tabac et du papier à cigarette à côté d’un des corps ne serait pas plausible et la bague du briquet dont il fut question plus tardivement n’aurait jamais été retrouvée. Dans ses lignes comme au cours de cet entretien, Xavier Charpin met surtout en lumière les conditions de travail des mineurs du Puits Chana, où il ne travailla que huit mois et qu’il chercha par tous les moyens à fuir du fait de la dangerosité du site.

La position au sujet de la cause de l’explosion n’est pas partagée par tous : Jean-Marie Somet, lui-même rescapé du 21 janvier 1942 et fondateur du Musée de la Mine de Villars, livre un témoignage qui révèle aussi l’état des opinions : « C’était la guerre et il y avait au fond des gens qui étaient venus des mines de fer où là, on peut fumer au fond. Alors normalement, ils travaillaient au rocher, ça ne risquait rien, mais ce jour là, le moteur qu’on a été changer, c’est eux qui l’avaient apporté et pour manger la portion après, ils avaient arrêté les ventilateurs. En général, toutes les grandes catastrophes, c’est quand des gens viennent d’ailleurs… ». 

Xavier Charpin pourtant, n’en démord pas et justifie sa position dans l’entretien par le contexte social tendu que connaît l’hiver 1942 : il accuse les autorités d’avoir cherché à casser la grève qui menaçait les mines en « rejetant la responsabilité sur un mineur » et en divisant de fait l’unité ouvrière.

Aujourd’hui, les doutes demeurent tandis que la mémoire de ce triste événement se perd progressivement, à mesure que les témoins disparaissent : si la CGT locale fit grève durant 15 ans à chaque 21 janvier, et bien que les commémorations annuelles surent mobiliser les foules, la fermeture progressive des mines et le temps passant ont conduit à un certain essoufflement des formes de commémorations classiques. Toutefois, quelques établissements à l’image du Musée de la Mine de Villars, également appelé Musée Jean-Marie Somet, qui réouvrira en 2017 après plusieurs années de travaux, assureront une certaine transmission de cette histoire locale qui aura marqué toute une génération et plus largement, de nombreux ouvriers d’ici et d’ailleurs dans le monde.

En savoir + : 

Crédits photo : Hangela – Pixabay

Histoire et chiffons

Au cours de l’année 2016, nous avons achevé le traitement documentaire et la mise en ligne du Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne qui est conservé aux Archives municipales de Saint-Étienne. Nous vous l’avions brièvement présenté à l’occasion d’un billet publié ici. Si certains pans de la passionnante histoire ouvrière  stéphanoise sont évidemment abordés, plusieurs autres thèmes sont explorés, comme celui du « Vêtement ».

Mais ne fuyez pas ! Si le sujet semble léger, les liens entre la mode et l’histoire sont plus nombreux que l’on ne pourrait penser. Et c’est justement de la mode féminine pendant la Première Guerre Mondiale dont il sera question cette semaine.

Extraits de l’atelier-mémoire « Vêtements » à Saint-Étienne – Consulter la notice détaillée ici

Vendeuse de vêtements à la retraite, la stéphanoise Madame Pontvianne anime cet atelier-mémoire captivant organisé par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne (aujourd’hui Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne). Nous sommes le 2 février 1993, la rencontre rassemble une petite dizaine de personnes invitées à réagir à la projection de nombreuses diapositives (nous entendons le bruit si significatif du changement de photographie à quelques reprises dans l’extrait ci-dessus).

Plusieurs fois lors de l’enregistrement, Madame Pontvianne et ses interlocuteurs évoquent la Première Guerre Mondiale comme une période « charnière » au cours de laquelle la mode vestimentaire aurait particulièrement évolué. Si la pudeur empêche de temps à autre de détailler davantage ces métamorphoses (féminines), certaines pièces sont toutefois détaillées : raréfaction du corset, apparition du soutien-gorge – et ses prémices ! -, du manteau, les jupes se font plus souples… et création du fameux « costume tailleur » dont il est question dans les extraits choisis. Ce qui change fondamentalement ? L’apparition d’éléments jugés plus « masculins » dans la garde-robe des femmes.

Les causes de ce changement apparaissent clairement : appelées à contribuer à l’économie du pays pendant la Première Guerre Mondiale, les femmes ont massivement « remplacé » les hommes partis au front dans les hôpitaux, les champs, les usines, les administrations… Les toilettes d’autrefois, jugées peu pratiques, ont donc subi quelques aménagements. En outre, les pénuries touchent également le secteur du textile : il s’agit alors d’imaginer des vêtements moins chargés, de les raccourcir légèrement… Enfin, l’industrie américaine influence, ou en tous cas accompagne ce glissement en faisant découvrir à l’Europe de nouvelles matières et de nouvelles formes.

Si ces changements sont en effet notables, ils ont aussi fait l’objet d’un affolement certain à l’époque… et d’une légère exagération dans la presse française.

« Prends garde au môme… hein ! » – Dessin publié dans La Baïonnette, n° 124, 15 novembre 1917 – in J.-M. PINCHEDEZ et J.-M. DELAIRE, Vivre et faire vivre la guerre

En réalité, comme le rappellent Maude Bass-Krueger et Sophie Kurkdjian, historiennes et commissaires de l’exposition « Mode & Femmes / 14-18 » qui ouvrira ses portes à la Bibliothèque Forney à Paris le 28 février prochain, « seules celles qui sont de l’industrie de l’armement et fabriques les obus portent parfois des combinaisons d’homme, parce que leurs jupes flottantes sont dangereuses » (entretien accordé au Magazine Causette actuellement en kiosque). L’émancipation est donc contenue. Mais la liberté de mouvement  des femmes,  acquise entre autre par le trousseau, est elle en bonne voie !

Pour aller + loin :

Crédits photo : Photo libre de droits de Mike Bird – Pixabay

Fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne

L’archive de la semaine a un peu tardé…depuis 2 semaines ! Quelques jours de congés, une nouvelle recrue dans l’équipe (la bienvenue à Capucine Jaussaud !) et nous revoici dans la ronde.

Cette semaine, nous avons entamé le catalogage d’un nouveau fonds rassemblant des enquêtes enregistrées  entre 1993 et 1994 par le collectif des « Amis du Vieux Saint-Étienne », conservées aux Archives Municipales de Saint-Étienne. S’il n’y est pas question spécifiquement de musique, on retrouve dans le contenu de cette collection orale l’un des axes structurants des activités documentaires du CMTRA, à savoir son intérêt pour les questions mémorielles et la mise en résonance des différents récits individuels et collectifs qui composent l’histoire locale d’un territoire ; une histoire rarement univoque, parfois faite de conflits de représentation, d’ellipses et de non dits plus ou moins conscients ; une mémoire vivante, en constante renégociation.

Les dialogues recueillis lors de ces enquêtes mettent en lumière l’histoire sociale, politique et en particulier ouvrière de Saint-Etienne. Les informateurs y évoquent les spécificités de langage et des métiers « d’autrefois », mais aussi les souvenirs et les traces du bombardement du  26 mai 1944, de la catastrophe minière de la Chana le 21 janvier 1942, de la mode vestimentaire d’antan ou de l’histoire des marchés de quartier.

A l’époque où Anne-Catherine Marin, principale enquêtrice et auteure de cette collection sonore, tend son micro aux Amis du Vieux Saint-Etienne, elle est encore  conservatrice aux Archives municipales. Les membres les plus actifs de l’association avaient décidé de mettre en place des « ateliers-mémoire » réguliers afin de poursuivre le travail mémoriel qui était leur fer de lance depuis les premiers pas de ce collectif, en 1930. Il en résulte une série d’enregistrements réalisés sur le modèle de l’arroseur-arrosé : au-delà du contenu historique des témoignages des informateurs, c’est également de la documentation sur l’histoire de cette société d’historiens locaux qu’Anne-Catherine Marin a permis de rassembler.

Car cette « amicale » a eu une importance cardinale dans l’écriture de l’histoire stéphanoise. Aujourd’hui renommée Histoire et Patrimoine de Saint-Étienne, sa création remonte à la fin de l’année 1929, à une époque où d’importants travaux d’urbanismes sont entrepris au sein d’un vieux quartier de Saint-Étienne, entraînant d’importantes démolitions. L’idée germe alors de sauvegarder certains éléments d’architecture et de réaliser des photographies de la zone prête à tomber. Cet objectif verra notamment son aboutissement en 1932 avec l’édification d’un musée, toujours en activité. Très énergique, l’association ne s’arrête pas là : elle développe entre autres depuis 1936 une revue trimestrielle, Saint-Étienne, histoire et mémoire, et dispose d’un département d’action culturelle à travers duquel elle organise des conférences, et des animations en milieu scolaire…

Ce travail sur le fonds des Amis de Saint-Etienne est aussi l’occasion de mettre en lumière le rôle d’Anne-Catherine Marin quant à son implication pour une meilleure prise en compte du témoignage oral et de l’archive sonore au sein des institutions qu’elle a fréquentées au cours de sa longue carrière. Conservatrice des Archives municipales de Lyon, Anne-Catherine Marin avait été interviewée par le CMTRA en 2003 à ce sujet et l’article, « La face humaine des archives orales », toujours disponible ici, est un exemple de cet engagement fort en la matière.

Dans la piste sonore à l’écoute ci-dessus, trois extraits :  
– un aperçu de l’organisation des ateliers-mémoires mis en place par l’association ;
– quelques indications méthodologiques d’Anne-Catherine Marin
– et un court échange entre Anne-Catherine Marin et l’une des informatrices de l’atelier sur l’importance du témoignage oral. 

Pour en savoir +  : 

Visuel : photo libre de droit de Drippy Cat