Archives par mot-clé : Rhône-Alpes

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et “Zin-Zin”. L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : “Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles!”…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : “fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo!” (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un “moment de musique” dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (“!”, “Chuchoté”…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : “plumage dindon sauvage”, photo libre de droit sur Pixabay.

LES FÊTES DU 15 AOÛT D’AUTREFOIS…

En 1980, une habitante de Pélussin, commune du territoire du massif du Pilat dans la Loire, partage ses souvenirs autour des processions chrétiennes traditionnelles le jour de la fête mariale du 15 août qui célèbre l’Assomption de la vierge Marie. Cet extrait est tiré de l’enquête “Chansons du Pilat 1” du fonds Jacques Bardot que nous avons plusieurs fois mis en valeur dans ce carnet. Cette semaine nous avons donc choisi de vous présenter l’écoute de la parole d’une habitante, contrastant avec nos précédents billets accès sur des répertoires musicaux.

En France, les processions de l’Assomption existent depuis le règne de Louis XIII et mêlent festivités et rituels religieux. Aujourd’hui, ce jour férié a maintenu sa popularité dans les territoires ruraux, mais sa dimension religieuse est inégalement présente dans les processions comme dans les mémoires. Ces rassemblements étaient avant tout une occasion de réunir les habitants pour célébrer la Vierge et pour louer leur appartenance à une paroisse : les bannières de procession représentent généralement les Saints identifiant une paroisse, une congrégation… L’habitante de Pélussin enregistrée par Jacques Bardot dans cette enquête se souvient ainsi de celles illustrant Saint Laurent, un Saint célébré par de nombreuses Églises de France ; ou encore de Saint Sabin qui, spécifiquement honoré dans le massif du Pilat (un sommet y porte son nom), est une marque identitaire pour le territoire. Saint Sabin fait d’ailleurs l’objet de nombreuses légendes locales (la plus connue affirmant que St-Sabin aurait converti Ponce Pilate, l’étymologie populaire considère que le massif du Pilat tire son nom du célèbre romain).

Aujourd’hui, et depuis notamment la désertification des campagnes qui touche également le costume ecclésiastique, cette tradition de la procession est très peu pratiquée localement et a perdu son caractère ritualisé. Cependant, si les cantiques ne résonnent plus dans la rue, plusieurs manifestations publiques (les défilés de chars, les dépôts de gerbe…), religieux (la messe du 15 aout), festifs (feux d’artifices, fêtes foraines,  concours, bals…) continuent d’animer les villages en ce jour férié et de réinventer ainsi son rôle dans nos temps et territoires contemporains.

Pour aller plus loin…
> L’enregistrement dans son intégralité
> Dans la même région du Pilat : discussion autour des chants de procession et de rogation 
> Celle autour des fêtes liturgiques au village (Véranne, Loire)

Visuel : photos de Céline et Jacques Lanciault, “L’assomption de la VIerge”, Le Corrège, XVIe siècle, dôme de Parme (Italie)

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de “Soin soin”, “Son son” ou “Som som” selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, “Soin soin” illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de “soin soin”  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : “Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc.” Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

“Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi.” 

Ici, “la mami” désigne “Le petit”. Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le “fanfan” : raccourci du terme “enfant” ou tiré du prénom “Fanfan” pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le “poupon”.

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: “Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc.”, autrement dit “Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc.”. A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : “Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!“.

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, “Fais dodo Cola mon petit frère” (variante) et “Dodo Ninette”

Visuel : Camille Frouin