Archives par mot-clé : recherche

Antonio Canovi et la géohistoire

L’équipe Passerelle/Fab’mem a rencontré Antonio Canovi, géo-historien de l’UniMoRe à l’initiative des “géo-explorations” dans la chaîne italienne des Apennins et en région parisienne. Lors de cette interview, il revient sur l’essence de la géohistoire et sur l’intérêt pour les chercheurs d’explorer les terrains étudiés, notamment à travers l’exemple de ses recherches autour de l’immigration italienne à Argenteuil.

A propos de la géohistoire…

La Géohistoire (terme initialement utilisé par l’historien Fernand Braudel) est une posture scientifique qui articule les deux disciplines de l’histoire et de la géographie autour d’un dénominateur commun : l’espace. Cette branche a connu un regain d’intérêt scientifique dans les années 2000, réunissant des chercheurs qui réfutaient les évidences si peu questionnées de la dichotomie espace / temps. La géohistoire abrite des méthodes diverses qui articulent archives contemporaines et archives plus anciennes. On compte notamment dans ses rangs des partisans de “l’histoire du paysage”, ou de “l’histoire environnementale”. Antonio Cavoni insiste sur ce terme de “paysage” qui implique de prendre en compte les perceptions, les représentations esthétiques, et donc d’intégrer la part du sensible dans la codification des espaces, à la manière d’un Titien ou d’autres grands peintres italiens ayant longtemps étudié cette notion.

La géo- exploration : l’approche sensible de l’espace

Au cours de sa carrière de géohistorien, Antonio Canovi a mené plusieurs explorations sur ses terrains d’étude, cherchant à faire parler le présent pour chasser les traces du passé. A Argenteuil (95), en banlieue parisienne, il s’est intéressé à l’histoire de l’immigration italienne de la fin du 19e siècle. Anciennement industrielle, Argenteuil a accueilli une importante communauté regroupée dans des bassins de vie communs, sur ses “collines”. Ces quartiers restés populaires sont aujourd’hui habités par d’autres populations issues de l’immigration (des turcs en majorité). Si au premier abord il semble difficile de percevoir les traces d’une influence culturelle italienne, le chercheur nous invite à aborder les lieux autrement. “Une fois dans Argenteuil il faut se promener à pieds”. Cette promenade ne fait pas simplement office d’imprégnation initiale mais constitue pour le chercheur une véritable méthode de constitution de sources historiques. La géo-exploration consiste à “faire parler” le lieu, ou plutôt les lieux car la ville a de multiples visages. A Argenteuil il retrouve la typologie italienne qui résonne avec les espaces verts (des jardins potagers, des arbres fruitiers…) indicateurs de la présence d’une culture méditerranéenne qui, éloignée de Paris, recherchait un rapport à la terre.

Plus qu’un travail d’exploration solitaire, la méthode d’Antonio Canovi consiste à susciter des interactions : de l’habitant avec son lieu de vie, celles des habitants entre eux, entre le chercheur et les habitants, entre le présent et le passé… La géohistoire insiste sur l’importance de la mémoire vivante des lieux, de l’imaginaire social : la population, ses représentations, sont à prendre en considération au même titre que la trace physique d’un vestige. Pour redonner cette place essentielle à cette histoire orale locale, le chercheur organise des promenades collectives au coté d’habitants d’horizons diversifiés, les interroge, et laisse une grande place aux rencontres fortuites. Il analyse ensuite les “tableaux” des autres : discours, anecdotes, représentations, les silences également qu’il estime parfois plus probants, plus connotés, que la parole elle même.

Au delà de l’histoire orale cette recherche est sensorielle : le travail de reconnaissance des cultures des lieux se faisant par l’ouverture des sens, par le dépassement de la seule vision. Les odeurs dans les rues, au sein des foyers, la répartition des sons… sont autant d’indicateurs humains, identitaires, qu’Antonio Canovi combine à l’analyse du visible.

Pour aller plus loin…
> Lire le résumé de l’ouvrage d’Antonio Canovi Argenteuil Creuset d’une petite Italie-Histoire et mémoire d’une migration.
> Écouter les conférences de Philippe Descola sur “les formes du paysage“, au Collège de France, ou lire ses résumés annuels
> L’article de Nicolas Jacob-Rousseau : Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?“, 2009
> L’article de Marie-Luce Gélard : “L’anthropologie sensorielle en France, un champ en devenir?“, 2016

Visuel :
“The Naked City”, Guy Debord. Reproduction issue du site du “Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel

Paysage sonore : le son des cloches

Les cloches, véritables marqueurs sonores des territoires, bien qu’elles ne bercent plus notre quotidien, ont fait l’objet de nombreuses études menées par des érudits aguerris, des amateurs passionnés, également dans le cadre de recherches scientifiques. Alain Corbin est l’un des premiers chercheurs à avoir étudié le son des cloches sous un angle historique et ethnologique sensible. Dans son ouvrage Les cloches de la Terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, datant de 1994, l’auteur présente l’acoustique des campagnes du passé et participe ainsi à ouvrir un pan de recherche en Histoire sensorielle, aujourd’hui en expansion, auquel le CMTRA porte un intérêt particulier. Le Centre de recherche sur l’espace sonore & l’environnement urbain (CRESSON), basé à Grenoble participe notamment à l’enrichissement du nombre de captations et de connaissances  accumulées autour des sons de cloches en espace rural et urbain. European Sounds à travers ce billet, en partage quelques uns.

Jusqu’au siècle dernier le son des cloches servait d’indicateur temporel, rythmant les étapes de la vie quotidienne des habitants et les évènements remarquables. Chaque temps avait sa cloche,  chaque village, chaque famille. Le travail artisanal permettait de rendre chacun de ces sons unique, et les habitants, malgré toute la diversité audible, étaient capables de discerner les différents types, cadences et harmonies des cloches. Particulièrement codifié, le monde campanaire était le reflet des identités communautaires  jusqu’au 20ème siècle. Désormais, le bruit des moteurs a débordé sur le carillon, le tocsin, l’Angélus, la sonnaille, et les systèmes technologiques ont remplacé le rôle initial de la cloche. Si elle a perdu sa fonction sociale, elle est aujourd’hui partie intégrante du patrimoine, et continue d’être produite et échangée dans les campagnes, affectée d’une forte dimension symbolique. Le paysage sonore des territoires ruraux n’a certes  rien de comparable à ce qu’il a pu être au siècle dernier, il est cependant encore fréquent de percevoir la présence des cloches, en particulier celles de l’église ou celles des lieux d’élevage.

Pour aller plus loin…
> Europeana Sounds présente le Cresson dont les enregistrements sont hébergés sur cette base de données.
> La plateforme Hypothèse du Cresson 

Visuel : Détails de cloche en bronze portant la marque Obertino, mai 1991, Pierre Laurence. CC BY-NC

Écouter le Paris du 18e siècle

Une équipe pluridisciplinaire d’universitaires lyonnais a reconstitué méticuleusement des paysages sonores du Paris de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sous la direction de la musicologue Mylène Pardoen,  accompagnée d’une équipe d’historiens, d’archéologues, de sociologues, d’ethnologues et de spécialistes 3D, la maquette du projet a été présentée en juin 2015 au Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales. Depuis, elle est accessible en ligne pour le grand public, à travers une vidéo de 70 tableaux reproduisant les ambiances sonores du quartier du Grand Châtelet. La grande particularité de ce dispositif, c’est qu’il ne se limite pas à une création sonore accolée à des images, mais qu’il tente de reproduire le son dans ses interactions avec les volumes architecturaux environnants. Dans ce cadre, reconstituer un paysage sonore ne revient pas simplement à donner un son à l’objet visible mais à envisager tout ce qui, même invisible, émet du son ou le transforme. Plus qu’une cartographie sonore en 3D, ce projet constitue ainsi une expérience d’immersion virtuelle fondée sur un ample travail d’archéologie acoustique.

Les 08:30 que durent la vidéo nous conduisent dans les cliquetis de la Seine, dans les foules cacophoniques de marchands, passants, animaux…L’expérience devient presque olfactive lorsque l’on traverse les nuées de mouches de la rue de la Grande Boucherie, cœur battant du quartier des abattoirs. Parmi les paysages sonores ainsi reconstitués, ou plutôt devinés au travers d’un croisement d’indices historiques de différentes natures, beaucoup ne sont plus audibles nulle part de nos jours. C’est le cas notamment des sons s’échappant de l’ancienne rue de la Pelleterie, dans le quartier des artisans. Les bruits de machines et d’outils sont issus de captations que des artisans spécialistes de la conservation patrimoniale industrielle ont accepté de réaliser pour le projet.

La méthodologie employée pour en arriver à ce rendu complexe s’est faite en plusieurs temps :

  • Celui de la documentation a regroupé plusieurs chercheurs qui ont examiné une centaine d’archives de l’époque afin de recueillir des indices sur le mobilier urbain, l’architecture, les matériaux, les lieux et le temps d’occupation de l’espace public.
  • Le temps que l’on pourrait qualifier de “chasse aux sons”, a été celui de la captation :  grâce à la recherche dans des bibliothèques sonores, ou par un collectage direct sur le terrain (par exemple auprès des artisans utilisant des outils d’époque).
  • Le temps de la maquette virtuelle conçue à partir des informations d’ordres architectural, urbanistique, social recueillies par les chercheurs.
  • Et enfin, celui de l’assemblage, faisant en sorte que les sons, leur volume, leur amplitude soient positionnés précisément dans la maquette 3D, et interagissent correctement avec le positionnement de l’auditeur-flâneur.

Un nouveau pas a été franchi dans le monde de la valorisation patrimoniale, dans lequel la question des perceptions et des identités sonores avait déjà fait son entrée. Avec ce projet d’archéologie sonore, c’est aussi la muséographie et la recherche historique en général qui rencontrent de nouvelles voies de réinvention des pratiques, des frontières disciplinaires, et professionnelles.

Pour aller plus loin…
> Écouter en ligne l’émission consacrée à Mylène Pardoen, archéologue des sons, en décembre 2015  sur France Inter.>  Consulter l’ouvrage Silences et bruits du Moyen-Âge à nos jours.
> Naviguer sur le site du Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (le CRESSON, basé à Grenoble et dirigé par Anthony Pecqueux)

 

 

Why Anthony Seeger sings ?

Anthony Seeger déborde de toutes les étiquettes qu’on veut lui associer : anthropologue, musicologue, conservateur et archiviste sonore, éminent professeur et spécialiste de l’éducation musicale, défenseur des droits des peuples indigènes d’Amazonie, joueur de banjo, et vous l’aurez peut-être pressenti, membre d’une mythique lignée de la Folk Music anglo-saxonne (son oncle n’étant autre que Pete Seeger, et son grand-père Charles Seeger, l’un des fondateurs de la recherche ethnomusicologique aux États-Unis).

Il a occupé les chaires d’anthropologie ou d’ethnomusicologie aux universités de Californie, de l’Indiana, de Rio de Janeiro, a dirigé les fameuses Archives de Musiques Traditionnelles de Bloomington, a été conservateur et directeur du Smithsonian Folkways Records à Washington DC, puis président et secrétaire général du Conseil international de la musique traditionnelle (International Council for Traditional Music, ICTM). Son ouvrage le plus connu à ce jour, Why Suyá Sing: A Musical Anthropology of an Amazonian People, paru en 1987 aux Presses Universitaires de Cambridge, a été fondateur pour faire de l’ethnomusicologie une science attentive à la musique en actes, à son rôle dans un environnement naturel, culturel, social et spirituel singulier. Anthony Seeger fait partie de ces chercheurs qui nous invitent à quitter nos propres lunettes, normes et grilles d’analyse de la musique pour épouser les croyances et les perceptions des membres de la culture concernée.

Avec ce billet, nous inaugurons une série de courtes publications sur des chercheurs, musiciens ou enseignants, ou tout en même temps, qui ont participé activement au développement d’une ethnomusicologie “appliquée”, “participative” ou “engagée”. En tout cas, d’une science humaine et sociale qui mobilise la compréhension et l’analyse des musiques du monde comme un outil de transformation sociale.

Neveu de l’un des pionniers de la musique folk des années 50 et 60, petit fils de l’activiste et philosophe-musicologue Charles Seeger, la voie d’Anthony Seeger semble, très tôt, vouée à être animée par la musique. Il en fera son activisme, ses recherches étant toujours destinées à révéler le rôle social fédérateur de la pratique musicale. Son environnement familial, tant baigné dans une culture intellectuelle académique que dans un folklore pour l’époque subversif, l’a conduit a adopté une approche théorique et méthodologique plus qu’originale. Dans les années 70, Anthony Seeger est, en quelque sorte, un outsider qui a su imposer son style et ses idées, alors même que l’étude de la musique sous l’angle anthropologique en est à ses balbutiements et que l’ethnomusicologie est une branche inexistante. Aujourd’hui elle constitue une discipline à part entière qui a parcouru un long chemin depuis la thèse de Seeger, cependant il lui en reste à parcourir.

A travers le récit de diverses expériences professionnelles, il nous parle de cette éthique, de ce combat qui l’anime et qui n’est pas encore gagné : donner à l’ethnomusicologie un rôle social actif, notamment à travers ce qui est aujourd’hui désigné comme relevant de l’« Ethnomusicologie appliquée ». En partant de l’étude sous l’angle scientifique souvent anthropologique, l’ethnomusicologie doit pouvoir contribuer aux avancées sociales et culturelles et, ainsi, servir directement la société civile. Le monde de la recherche est-il trop autocentré, autoréférenciel ? Certainement pas autant qu’à l’époque de ses premiers écrits, mais son rôle de partie intégrante et intégrée reste encore à valoriser. Seeger nous parle en ce sens de l’« Applied Ethnomusicology », notamment dans le cadre du Conseil International des Musiques Traditionnelles, qu’il a d’ailleurs présidé. 

Visuel : le banjo de Peter Seeger