Archives par mot-clé : randonnée

Petit nigaud

Au sein du fonds Jacques Bardot et parmi les différentes « Chanson du Pilat » enregistrées au cours de l’année 1980, une femme chante la comptine, pour certain-e-s fameuse, « Le Petit Nigaud ».

“Le Petit Nigaud” chanté par une femme inconnue – Voir la notice détaillée ici

Aussi connue sous le nom du « Peureux », du « Peureux de tout » ou du « Poltron », la chanson relate les aventures d’un personnage qui craint tout ce qu’il croise, déformant les propos de ceux qui les expriment. Dans l’extrait proposé par cette femme, le coucou menace notre nigaud de lui couper le cou, les canards de le « mettre dans l’coin », le moulin du meunier de le « mettre dans le sac ». Dans les différentes variantes que l’on peut lire, il y a aussi des moissonneurs qui crient « Oh ! le voleur », des moines qui appellent « Tuez donc l’homme ! » et toujours, notre nigaud s’enfuit.

« Le Petit Nigaud » fait partie des ces chansons et contes de « randonnées », un terme très imagé pour décrire les formes littéraires orales qui pourraient se réciter à l’infini. La « randonnée » se déroule comme lors d’une promenade, le personnage principal faisant sur sa route de multiples rencontres : ici, le canard, le coucou, le moulin… L’histoire est simple, tout comme la construction du récit, accessible aux tout-petits qui s’amusent par ailleurs beaucoup des répétitions du texte.

Il y a plusieurs types de « randonnées » (par accumulation – à l’exemple de “Alouette, gentille alouette” ou par élimination, entre autres) et il s’agit vraisemblablement ici d’une « randonnée de succession » c’est-à-dire un récit d’étapes au sein desquelles un problème, une situation, un scénario se répète inlassablement.

Théoriquement, la « randonnée de succession » s’achève lorsqu’une solution apparaît. Dans le cas de notre petit nigaud, nous n’avons mis la main sur aucune fin connue… Peureux il est, peureux il restera !

Pour en savoir + : 

  • Chantal Grimm, “La randonnée dans la chanson et dans le conte” à lire ici
  • Marie-Claire Bruley, “Ces histoires qui chantent”, La lettre de Didier Jeunesse, Février 2003

Crédits photoAnnaBetlejewska sur Pixabay