Archives par mot-clé : Pilat

Les chants de mai du Mont Pilat

Pour cette seconde archive du mois de mai, restons dans le thème saisonnier et penchons nous quelques instants sur une tradition rurale très ancienne : les quêtes et les chants de mai.

******

Parmi les traditions villageoises autrefois répandues, les chants de quête rythmaient les saisons : à diverses occasions (à Noël ou à Pâques par exemple), des groupes de chanteurs se déplaçaient de maison en maison pour récolter nourriture ou argent. Les chants de mai s’inscrivent dans cette tradition des quêtes. Attestée dans de nombreuses régions (dans la Loire-Atlantique notamment, comme le rapportent nos confrères de Datsum), les quêtes de mai dans nos contrées rhônalpines ont été contées au micro de Jacques Bardot.

Ce collecteur aux multiples casquettes a parcouru le département de la Loire dans les années 1980, à la recherche de chansons, d’airs instrumentaux et de commentaires sur les coutumes de ce territoire qui sont désormais consultables sur la site de la Base inter-régionale du Patrimoine oral. À Pélussin dans le Pilat, une habitante lui raconte ses souvenirs de jeunesse :

Commentaires sur « La chanson du mois de Mai »Voir la notice complète

Dans la nuit de 30 avril au 1er mai, des groupes de jeunes gens parcouraient les chemins, s’arrêtant à toutes les maisons pour y chanter le mai. Les chanteurs ne s’arrêtaient de chanter que lorsque les habitants descendaient pour remplir le panier d’œufs et de lards, qui servaient le dimanche suivant à faire une grande omelette pour les jeunes du village. Les paroles des chants rappelaient souvent le marché aux habitants, en des termes plus ou moins imagés (voyez la menace dans l’extrait ci-dessous).

« Monsieur réveillez vous » – Voir la notice complète

C’était donc avant tout un moment de fête, au sujet duquel l’écrivain Michel Jeury raconte qu’ « on ne dormait pas beaucoup dans nos campagnes, cette nuit-là. Les chiens, excités, aboyaient sans arrêt et se taisaient seulement à l’aube avec les derniers chanteurs » (Michel Jeury, Les gens du Mont Pilat : histoire de Claudia et Joseph, mes parents, Paris, Pocket, 2002).

Pour appréhender tous les enjeux de ces quêtes de mai, il n’est peut-être pas inutile d’écouter un dernier chant de mai, interprété par Germaine Panel dans le cadre d’une soirée organisée par l’association « Visages de notre Pilat » en 1982 (sur cette soirée, voyez cette autre archive de la semaine).

« Là -bas sous l’olivier le rossignol y chante » – Voir la notice complète

Ce dernier chant donne à entendre les deux principaux aspects de cette tradition. Le premier couplet célèbre l’arrivée des beaux jours, « où qu’il fait bon coucher la nuit sans couverture » . Le second évoque des galants, se pressant à la porte des jeunes filles pour leur porter « un joli bouquet, de roses toutes jolies » .

Dans le premier extrait, l’habitante de Pélussin se souvient que les garçons et les filles, « ça se fréquentait pas ». D’autres témoignages laissent cependant penser que, au delà de la célébration du printemps (qui s’inscrit dans une tradition païenne très ancienne et répandue en Europe), les quêtes de mai servaient également à faire se rencontrer les jeunes des hameaux voisins, et jouait vraisemblablement un rôle dans le marché matrimonial local.

Pour en savoir + :

Crédits photos : ARLOUK – Pixabay