Archives par mot-clé : Piémont

Souvenirs des migrations alpines

La petite partie du fonds Charles Joisten mise en ligne en 2016 sur le Portail Régional du patrimoine oral est principalement constituée de collectes musicales. Vous avez ainsi pu (re)découvrir dans ces colonnes le  Rigodon d’Emile Escalle ou le répertoire chanté d’Alexandrine Gaillard. Cependant, certaines enquêtes disponibles en ligne débordent largement les questions musicales. Elles ont été regroupées dans le corpus « Paroles : contes, croyances, témoignages et commentaires du Fonds Joisten ».

Entre  contes mimologiques et blagues grivoises et scatologiques, ce corpus donne aussi à entendre la mémoire orale d’un territoire. On y commente ainsi les veillées ou bien le chant à l’usine. On y parle également des migrants saisonniers italiens, qui venaient travailler dans les fermes alpines pendant l’été.

******

Dès les années 1950, le jeune Charles Joisten (1936-1981) sillonne  régulièrement les Hautes-Alpes à la recherche d’une mémoire orale dont il constate par ailleurs l’érosion dans les autres départements alpins.  À la fin des années 1970, c’est accompagné de Jean-Pierre Laurent, emblématique directeur du Musée Dauphinois de 1972 à 1986, que Charles Joisten retourne dans le Queyras, dans ces confins alpins qui font frontière avec le Piémont.

À Ceillac, ils font la rencontre de Marcel Simon, qui après leur avoir interprété une chanson, livre des informations sur les coutumes et croyances locales. Marcel Simon leur conte ainsi l’histoire de Gloudinetta, enlevée par les « foultons », les esprits ( « c’est-y vrai ou pas vrai, j’en sais rien ! » ), ou encore la « Magie de la brindille de bois » qui transportait les gens grâce à une formule magique en patois. Puis, les deux ethnologues interrogent Marcel Simon sur les liens de Ceillac avec l’Italie :

Souvenirs de Marcel Simon sur les rapports entre le Queyras et le Piémont – voir la notice complète ici

Si lui-même n’allait pas souvent en Piémont, Marcel Simon sait que de nombreux Italiens, hommes et femmes, venaient autrefois travailler dans les fermes de Ceillac. L’historienne Anne-Marie Granet-Abisset, dont la recherche de doctorat portait sur les migrations dans le Queyras, explique le recours fréquent des agriculteurs du Queyras à la main d’œuvre piémontaise ainsi : « À cette altitude […], il faut des bras abondants pour effectuer les travaux agricoles pendant un été souvent bref » . Cette contrainte climatique fait que dès le Moyen-Âge, des hommes et des femmes traversent les Alpes dans les deux sens et franchissent périodiquement les cols séparant le Piémont du Queyras pour travailler dans les fermes des vallées voisines. Piémontais et Queyrassins commercent également des deux côtés de la frontière, à l’instar des colporteurs qui, encore à la fin du XIXe siècle, parcourent les campagnes françaises et italiennes le dos chargé de livres et d’objets en tous genres, ou des contrebandiers qui n’ont cessé de franchir discrètement les frontières successives.

Ainsi, bien avant la fixation des frontières nationales entre la France et l’Italie dans la seconde moitié du XIXe siècle, les hautes vallées alpines sont le foyer d’une intense mobilité. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, comme le rapporte Marcel Simon, Français et Italiens se comprennent bien : ils négocient le salaire et les conditions de travail dans un patois commun. Certains travailleurs italiens reviennent d’ailleurs  tous les ans dans les mêmes fermes : des relations de confiance entre employeurs et employés se nouent au fil des ans. Parfois, ces relations débordent le cadre professionnel, et aboutissent à des mariages franco-italiens. Marcel Simon lui-même descend d’une union transfrontalière : son grand-père Daniel venait d’Angrogna, non loin de Sampeyre en Italie.

Souvenirs de Marcel Simon sur les mariages franco-italiens
voir la notice complète ici

La porosité de la frontière franco-italienne dans cette région alpine transparaît également dans les formalités administratives exigées des travailleurs Piémontais venant travailler dans le Queyras. Marcel Simon se souvient que les Italiens venant se placer demandaient comme salaire (en plus d’une somme d’argent, d’une paire de souliers et d’un kilo de laine), la « feuja ». Marcel Simon traduit ce terme Piémontais par « passeport », mais la « feuille » n’était vraisemblablement pas un passeport comme un autre. En effet, la feuille est un papier officiel autorisant la circulation temporaire à proximité de la frontière, nous dit Anne-Marie Granet-Abisset. Ainsi, « [le] principe de l’interconnaissance entre employés et employeurs permettait de transcender le cadre administratif légal. La notion de « feuille », acceptée dans un certain périmètre par l’administration, traduit la réalité de cet espace de l’entre-deux ».

Marcel Simon, interrogé à la fin des années 1970, n’a fait qu’entrevoir ces migrations saisonnières. Lorsqu’il était enfant, ce modèle économique était déjà sur le déclin. Cependant, alors que les crises climatiques, économiques et humanitaires poussent un nombre croissant d’hommes et de femmes hors de leurs pays d’origine, son témoignage résonne à nos oreilles avec une acuité particulière. Il invite notamment à réfléchir sur la notion de frontière : plus qu’une ligne de démarcation franche entre des territoires clairement identifiés, il convient de l’appréhender dans toute son épaisseur, comme un espace de rencontre, de circulations et d’intenses échanges économiques, linguistiques, et culturels.

Pour aller + loin :

Crédits photo : Loveombra – Pixabay