Archives par mot-clé : patrimoine sonore

Colloque : Une pluralité audible ?

Le CMTRA fait partie du comité scientifique d’un colloque international organisé par le CIEREC et l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne. Intitulé “Une pluralité audible?”, il réunira sur deux journées une vingtaine de chercheurs et d’acteurs culturels spécialistes des musiques, langues et environnements sonores en contexte urbain. Ce colloque se tiendra les lundi et mardi 4 et 5 avril 2016 à l’Université Jean Monnet.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI.

Dans le cadre du projet de recherche-action “Comment sonne la ville ?“, le CMTRA propose en marge de ce colloque la visite d’une exposition de portraits sonores des habitants-musiciens rencontrés depuis deux ans sur le territoire stéphanois. En clôture du colloque, le mardi 5 avril à 17h, une visite commentée de l’exposition “Saint-Etienne Cosmopolitaine“, sera proposée par Cyril Longin, conservateur et directeur des Archives Municipales de Saint-Étienne.

Pour plus d’informations sur le colloque, n’hésitez pas à contacter ses organisatrices, Anne Damon-Guillot et Talia Bachir-Loopuyt.

Pour toute question concernant l’exposition de portraits sonores, contactez Mélaine Lefront, chargée de l’action culturelle au CMTRA.
Visuel : Photographie de Daniel Valot (sculpture Sans titre de l’artiste Tanguy, Lyon 4)

Conférence : Archive(s) et constitution d’archive(s)

Le lundi 11 avril 2016, à Paris, l’Institut des mondes africains (IMAF), en partenariat avec le groupement universitaire L’HeSam, organisent une conférence intitulée “Archive(s) et constitution d’archive(s) ; perspectives historiques et anthropologiques.”

De 9h30 à 18h30, 11 intervenants chercheurs se succéderont pour présenter leurs travaux autour des enjeux de la constitution, la conservation et l’exploitation des archives. De quoi alimenter les réflexions du réseau rhônalpin dédié aux archives sonores, où la question du traitement et de la mise en accès des fonds sonores est une problématique cardinale.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI

11 AVRIL 2016
Columbia Global Centers, Reid Hall
4 rue de Chevreuse
75006 Paris

Visuel : Florent Bodart

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association “Visages de notre Pilat“, dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté”

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.

La diffusion des archives sonores

Comment valoriser le patrimoine sonore et le rendre accessible au plus grand nombre, et pourquoi le faire ? Quels types d’informations et de descriptions doit-on attacher aux documents afin que ceux-ci soient les plus lisibles possible, y compris pour le public des siècles prochains ? Les outils numériques comportent des avantages certains pour la mise en accès du patrimoine sonore : en attestent les projets présentés par les intervenants invités à la première table-ronde du congrès “Europeana Sound – Le futur des sons historiques“.

Autour de cette table intitulée “De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ?” étaient ainsi réunis les représentants de différentes structures.

  • Alexis Rossi, directrice médias et accès au sein du plus grand organisme d’archivage numérique du web : “Internet Archive“.
  • Aude Julien-Da Cruz Lima, chargée des archives sonores du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM / CNRS).
  • Pascal Cordereix, conservateur et responsable du service des documents sonores  au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France.
  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé au département de dramaturgie et de musicologie à l’Université d’Aarhus au Danemark. Il mène un travail de recherche sur les plus anciens enregistrements sonores danois (la “collection Ruben“, enregistrée à Copenhague dans les années 1890).

De quoi alimenter nos réflexions sur la valorisation des sources du patrimoine oral de la région Rhône-Alpes, question qui occupe particulièrement les membres du réseau documentaire régional que coordonne le CMTRA.

Pour aller plus loin…
– Consulter le rapport de la conférence.
– Lire ou parcourir la véritable Bible de l’historienne Florence Descamps : L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, disponible en accès ouvert sur open edition books.
Suivre assidûment le carnet de recherche de Valérie Ginouvès.

Image de Une :
Dot Records, 1968