Archives par mot-clé : patrimoine culturel immatériel

« SAFAR » ou le voyage d’une archive

Le 25 mai 1916, durant la Première Guerre Mondiale, Abdul Kadir Khan, jeune afghan pashtun, interprète une chanson dans sa langue maternelle : le Pashto. Il est enregistré au gramophone dans un camp allemand regroupant les prisonniers de guerre de l’armée de l’Empire britannique : le Halfmoon Camp au Sud de Berlin.

Cent ans plus tard, grâce à l’initiative du Centre de Recherche sur la musique afghane créé au sein de l’Université de Musique de Weimar, l’enregistrement a parcouru plus de 6000 kilomètres jusqu’à Kaboul afin d’être entendu par plusieurs musiciens de L’Institut national de musique d’Afghanistan (ANIM). Plus qu’un retour aux sources, cette rencontre a donné lieu à un véritable travail de recherche sur l’évolution de la musique afghane, de ses traditions, depuis un siècle. Conduisant également à une réécriture, cet échange sera concrétisé, en septembre 2016, par une série de concerts donnés en Allemagne par un orchestre regroupant les deux nationalités. Voici la vidéo de présentation de la redécouverte de cette chanson par les musiciens afghans  participant au projet :

Il existe très peu de traces historiques de l’interaction culturelle, notamment musicale, entre les cultures réfugiées extra européennes et celles du vieux continent en temps de crises majeures. Cette archive traçable en est d’ailleurs un exemple rarissime, les cultures migrantes des populations réfugiées faisant rarement l’objet de démarches patrimoniales ou de projets de valorisation dans les pays d’accueil. Le portail Europeanasound a pour projet de relayer les initiatives actuelles, depuis quelques mois de plus en plus nombreuses, qui proposent de questionner la dite « crise des migrants » à travers le medium sonore. Alors qu’aujourd’hui la crise des migrants secoue l’Europe, certaines voix militantes se lèvent pour faire résonner les pratiques  culturelles de ces populations, notamment à travers la valorisation de la pluralité de leurs pratiques artistiques et notamment musicales. Dans cette entreprise, le risque est bien sûr celui de la folklorisation de répertoires musicaux à propos desquels les acteurs principaux de cette diffusion militante ont peu de connaissances. Là réside toute la richesse du projet SAFAR qui réunit des musiciens et ethnomusicologues autour d’une recherche appliquée et engagée sur l’évolution des cultures et leur transmission dans le temps.

Pour aller plus loin…
L’article d’Europeanasounds évoquant l’engagement du portail dans ce type de projet

Visuel : Répétition à l’ANIM à Kaboul. Image tirée de la video “SAFAR 2016 – hundred years old recording returns to Afghanistan”, par Markus Schlaffke.

Bretania, portail du patrimoine breton

La Bretagne a désormais son portail régional du patrimoine vivant.
Gérée par l’association Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, la plateforme Bretania dresse un portrait de la Bretagne historique à travers la mise en ligne de ressources sonores, d’archives audiovisuelles, d’inventaires patrimoniaux, d’archives de presse,  de fonds iconographiques, de bulletins de sociétés savantes… Pas moins de 350 000 documents numérisés sont désormais en accès libre.

Bretagne Culture Diversité/Sevenadurioù, l’association à l’initiative du projet, a pour objectif principal de promouvoir et valoriser la diversité du patrimoine culturel des cinq départements bretons, de vulgariser les savoirs locaux, de diffuser le matériau scientifique propre au terrain régional. Elle se donne pour mission la mise en réseau des acteurs de ce patrimoine et l’accompagnement de leurs projets.

Concernant les contributeurs au projet Bretania, les profils sont variés. On compte parmi eux : divers organismes de presses, bibliothèques, acteurs des archives, universitaires (notamment le laboratoire CRBC, Brest), le musée Cartolis (spécialisé dans les cartes postales), la cinémathèque de Bretagne, L’association Kreizen Dafar (KDSK, valorisant la littérature en langue bretonne), Glad (la base de donnée du service de l’inventaire du patrimoine régional), Radiobreizh.bzh (assurant la sauvegarde et la diffusion des émissions produites en langue bretonne), l’IDEMEC (l’institut a permis la diffusion du, très riche, fonds collecté par C. Marcel-Dubois et F. Falc’hun issu d’une enquête pour l’ancien musée des ATP en 1939). Concernant spécifiquement le champ des musiques et danses traditionnelles, nos amis de Dastum, le CMT breton, détiennent 8 000 heures de son, 40 000 images, 3 000 affiches de fest-noz et concerts accessibles en ligne.

Voici un extrait de chanson en langue bretonne tirée d’une émission radio disponible intégralement sur le portail de Radiobreizh.bzh et référencée sur Bretania.
Le lien vers l’émission : « ABADENN KREIZ MINTIN – PENNAD SKIGNET D’AR 02.06.2015« 

S’appuyant donc sur un premier réseau d’une dizaine de contributeurs, le portail a pour objectif d’évoluer vers toujours plus de collaborations en allant à la rencontre des détenteurs d’archives sonores. La mise en ligne de ces fonds permet une plus grande visibilité, et celle ci, plus que régionale, s’étend à un niveau national (via une visibilité sur le portail Gallica) et européen (l’accès aux fonds est possible depuis le portail d’Europeana Sounds). Plus qu’un simple moteur de recherche, c’est un véritable projet de valorisation qui est entrepris grâce à la participation d’universitaires, d’auteurs et spécialistes, à la création d’un contenu  éditorial (dossiers thématiques, cartes interactives, frises chronologiques, vidéos…) basé sur les ressources du portail.