Archives par mot-clé : patrimoine

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar

 

Oud syrien

Hassan Abd Alrahman est syrien, arrivé en France en 1998.  C’est adolescent qu’il commence à étudier le oud et les musiques traditionnelles du Moyen Orient. Mais le déclic musical se fera plus tard, alors qu’Hassan est fait prisonnier politique par le régime syrien. Aujourd’hui, sa palette musicale s’étend des répertoires traditionnels moyen-orientaux aux influences jazz et contemporaines de ses compositions au sein de l’ensemble Bassma Trio. Lorsque nous le rencontrons chez lui à Villeurbanne le 20 Juin 2011, Hassan nous offre deux chants, le premier d’un poète syrien, le second d’un poète palestinien.

Alors qu’il s’apprête à devenir médecin diplômé en Syrie, Hassan pratique la musique pour son loisir. Dans le bruit et la lourdeur de l’espace carcéral, Hassan fait la rencontre d’un professeur de oud qui lui donne des cours. Alors même que la pratique musicale et l’écoute y sont interdites, avec une trentaine d’autres musiciens, pour la majorité, opposants au régime syrien, ils organisent des concerts clandestins et dissimulent leur propre fabrique d’instruments. Guitares, saz, percussions et violons y sont intégralement construits, à l’aide des rares matériaux qu’ils parviennent à rassembler : un bois, de très mauvaise qualité, qu’ils renforcent par du carton, de la pâte à pain ou un mélange de sucre et de confiture, le fil à coudre fait office de cordes.

En 1999, alors qu’il vient d’arriver à Paris, Hassan intègre le groupe “Shezar”, un quartet de Jazz Oriental, toujours sur scène aujourd’hui. Après quatre années de vie à Strasbourg, il part vivre à Mayotte où il enseigne la musique en école. C’est en 2008 qu’ il emménage à Lyon et crée ses deux autres groupes. Madarat est l’un d’entre eux et est représentatif des influences variées ayant inspiré Hassan, composé d’un oud et d’un violon Jazz (joué par Jean-Pierre Rudolph). Aux airs traditionnels appris en prison, Hassan intègre d’autres couleurs musicales qui composent son environnement amical et artistique en France. Il revendique aujourd’hui une liberté de composition et d’interprétation au-delà des frontières de genres, de répertoires, mais aussi de disciplines scéniques ou instrumentales. Il accompagne régulièrement des créations théâtrales, et pratique désormais d’autres instruments comme le ney, ou nay (flute oblique originaire d’Asie centrale ), les percussions et le bouzouki (luth considéré comme l’instrument “national” en Grèce).

La musique traditionnelle syrienne1 est empreinte du métissage culturel moyen-oriental, de ses influences arabo-musulmanes, chrétiennes syriaques, juives séfarades, bédouines, kurdes… Damas a été longtemps capitale du monde arabe moyenâgeux, l’islamisation a enrichi une musique vouée aux rites (le mawlid, la danse du sama, les cérémonies de dhikr…). Au XVe siècle, Alep devient terre d’accueil des arabes-andalous fuyant l’Espagne, l’apport artistique qui en découle est symbolisé par la pratique musico-poétique : le muwachchah andalou. La musique traditionnelle syrienne connait un renouveau dans la première moitié du XXe siècle grâce à un enseignement jugé de grande qualité, lors de la constitution de groupes institutionnalisés voués à préserver une pratique alors majoritairement orale, du fait de l’arrivée d’une nouvelle lignée de musiciens luthiers réputés et de l’élargissement de l’ensemble oriental classique (qui admet désormais, en plus du oud, le kamân violon occidental, le nay et le qânûn cithare-psaltérion). Aujourd’hui, ce patrimoine ancien inestimable, marqueur de la mémoire collective de toute une communauté, est menacé par la guerre qui se prolonge. Dans les pays d’exil, des voix se lèvent en soutien au peuple syrien : Waed Bouhassoun, Racha Rizk, Ibrahim Keivo, Moslem Rahal en sont quelques-unes bien connues, auxquelles il importe d’ajouter celles, moins audibles mais de plus en plus nombreuses, des syriennes et syriens qui par la musique et le chant, gardent le lien avec leurs terres qu’ils ne peuvent plus fouler.

Pour aller plus loin…
> Consulter l’enquête complète: Hassan Abd Alrahman nous offre le récit d’une partie de sa vie et interprète plusieurs morceaux oud-voix, également une démonstration de Ney.
> L’article “Luths, luthistes et luthiers. Place de la musique et du ’ud dans la culture damascène”, issu de la revue Damas, miroir brisé d’un Orient arabe,  sous la dir. d’Anne-Marie Bianquis et consultable à la bibliothèque municipale de Lyon.
> “Patrimoine culturel syrien“, un reportage de Françoise Degeorges dans l’émission “Couleurs du Monde” avec Fawaz Baker (musicien (oud), compositeur, ethnomusicologue et ancien directeur du Conservatoire d’Alep) et Wahed Bouhassoun (voix et oud)

1 Informations extraites de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique », dont une partie est consultable ici. 

Visuel: Hassan Abd Alrahman 

Écouter le Paris du 18e siècle

Une équipe pluridisciplinaire d’universitaires lyonnais a reconstitué méticuleusement des paysages sonores du Paris de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sous la direction de la musicologue Mylène Pardoen,  accompagnée d’une équipe d’historiens, d’archéologues, de sociologues, d’ethnologues et de spécialistes 3D, la maquette du projet a été présentée en juin 2015 au Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales. Depuis, elle est accessible en ligne pour le grand public, à travers une vidéo de 70 tableaux reproduisant les ambiances sonores du quartier du Grand Châtelet. La grande particularité de ce dispositif, c’est qu’il ne se limite pas à une création sonore accolée à des images, mais qu’il tente de reproduire le son dans ses interactions avec les volumes architecturaux environnants. Dans ce cadre, reconstituer un paysage sonore ne revient pas simplement à donner un son à l’objet visible mais à envisager tout ce qui, même invisible, émet du son ou le transforme. Plus qu’une cartographie sonore en 3D, ce projet constitue ainsi une expérience d’immersion virtuelle fondée sur un ample travail d’archéologie acoustique.

Les 08:30 que durent la vidéo nous conduisent dans les cliquetis de la Seine, dans les foules cacophoniques de marchands, passants, animaux…L’expérience devient presque olfactive lorsque l’on traverse les nuées de mouches de la rue de la Grande Boucherie, cœur battant du quartier des abattoirs. Parmi les paysages sonores ainsi reconstitués, ou plutôt devinés au travers d’un croisement d’indices historiques de différentes natures, beaucoup ne sont plus audibles nulle part de nos jours. C’est le cas notamment des sons s’échappant de l’ancienne rue de la Pelleterie, dans le quartier des artisans. Les bruits de machines et d’outils sont issus de captations que des artisans spécialistes de la conservation patrimoniale industrielle ont accepté de réaliser pour le projet.

La méthodologie employée pour en arriver à ce rendu complexe s’est faite en plusieurs temps :

  • Celui de la documentation a regroupé plusieurs chercheurs qui ont examiné une centaine d’archives de l’époque afin de recueillir des indices sur le mobilier urbain, l’architecture, les matériaux, les lieux et le temps d’occupation de l’espace public.
  • Le temps que l’on pourrait qualifier de “chasse aux sons”, a été celui de la captation :  grâce à la recherche dans des bibliothèques sonores, ou par un collectage direct sur le terrain (par exemple auprès des artisans utilisant des outils d’époque).
  • Le temps de la maquette virtuelle conçue à partir des informations d’ordres architectural, urbanistique, social recueillies par les chercheurs.
  • Et enfin, celui de l’assemblage, faisant en sorte que les sons, leur volume, leur amplitude soient positionnés précisément dans la maquette 3D, et interagissent correctement avec le positionnement de l’auditeur-flâneur.

Un nouveau pas a été franchi dans le monde de la valorisation patrimoniale, dans lequel la question des perceptions et des identités sonores avait déjà fait son entrée. Avec ce projet d’archéologie sonore, c’est aussi la muséographie et la recherche historique en général qui rencontrent de nouvelles voies de réinvention des pratiques, des frontières disciplinaires, et professionnelles.

Pour aller plus loin…
> Écouter en ligne l’émission consacrée à Mylène Pardoen, archéologue des sons, en décembre 2015  sur France Inter.>  Consulter l’ouvrage Silences et bruits du Moyen-Âge à nos jours.
> Naviguer sur le site du Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (le CRESSON, basé à Grenoble et dirigé par Anthony Pecqueux)

 

 

Réunion fondatrice du conseil scientifique du CMTRA

Le vendredi 30 Octobre 2015 se tient la réunion fondatrice du Conseil Scientifique du CMTRA.

Rassemblant une quinzaine de personnes issues de différents champs de la recherche et de l’action culturelle, cette instance est destinée à être une force de proposition, de conseil et d’accompagnement dans la définition et la mise en œuvre du projet scientifique et culturel du CMTRA.

Dans la continuité des échanges qu’il mène depuis près de 25 ans avec des chercheurs de différents horizons, le CMTRA a souhaité en 2015 créer un conseil scientifique afin de pérenniser une réflexion collective associant chercheurs et acteurs culturels autour des  patrimoines musicaux et de l’interculturalité.  Le conseil scientifique est destiné à nous accompagner dans la définition d’un programme d’actions de médiation scientifique et culturelle à dérouler dans les trois prochaines années. La réunion fondatrice du 30 Octobre marque une étape importante dans le processus de réflexion concertée que le CMTRA mène depuis plusieurs années en faveur d’une réelle coopération entre artistes, chercheurs, acteurs culturels et patrimoniaux des “mondes de la musique”.

Consulter la liste des membres du Conseil Scientifique du CMTRA.

Crédits illustration : “Why Mindmap ?” Mindmaps on Mindmapping, ©1993, Prof Rolf A. Faste, Stanford University.