Archives par mot-clé : occitan

Mais d’où vient la Pernette? Enquête sur une des plus vieilles chansons françaises

Quelques heures par semaine, coiffés de notre plus belle casquette de détective, nous prenons plaisir à remonter le fil d’airs, de chansons ou de témoignages en ligne sur le Portail régional du patrimoine oral. La semaine dernière, cette enquête nous emmenait dans le nord de l’Inde, à la rencontre des tablas et des flûtes doubles. Aujourd’hui, nous vous invitons à un voyage dans le temps, sur la trace d’une des plus anciennes chansons françaises.

***

Le 27 juillet 1973, Charles Joisten est à Ribeyret, dans les Hautes-Alpes, chez Monsieur Thore et sa mère.  La mère et le fils livrent des commentaires sur les coutumes d’autrefois et interprètent plusieurs chants en occitan, dont « Périnetta se lève » :

« Périnetta se lève » chanté par Monsieur Thore – voir la notice complète ici

Cette très belle chanson en patois est remarquable à plusieurs niveaux. D’abord, il faut noter la finesse mélodique ainsi que l’inventivité du « tralala », qui devient rien de moins que « Térounlarouladérounla et téralonlarounladérounla ». Surtout, quelques recherches rapides font apparaître la grande célébrité de la Périnetta : il s’agit de la version occitane d’une chanson bien connue des collecteurs de musiques traditionnelles, « La Pernette se lève », qui a fait l’objet d’une littérature abondante depuis plus d’un siècle .

Dès le  XIXe siècle, de nombreux folkloristes et collecteurs de musiques traditionnelles ont noté des versions de la Pernette, dans plusieurs régions françaises. Cette chanson, qui prend la forme d’un petit tableau, raconte l’histoire d’un amour impossible entre la Pernette et son Pierrot. Filant la laine, la Pernette pousse un soupir à chaque tour. Sa mère (ou dans la version de Monsieur Thore, son père), comprenant qu’il s’agit de soupirs d’amour, lui promet un prince, ou le fils d’un baron. Mais la Pernette ne veut pas d’un noble, et veut se marier avec son Pierrot qui est en prison et doit être pendu. Sa mère refusant, la jeune fille demande à être pendue avec son amant et enterrée sous le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, pour témoigner de leur amour impossible.

En 1891, Georges Doncieux publiait « La Pernette. Origine, histoire et restitution critique d’une chanson populaire romane » , article dans lequel il retraçait le « lignage » (pour reprendre l’expression de l’ethnomusicologue Patrice Coirault) de la chanson. Selon lui, « l‘intérêt singulier de la Pernette, c’est que de toutes les poésies populaires connues, c’est celle qui a le plus intime rapport avec ces romances ou chansons de toile, qui abondèrent en France vers le XIIe siècle » .

En effet, le thème de la jeune fille qui refuse un mariage noble pour lui préférer un prisonnier est répandue depuis le Moyen Âge classique. Dans le manuscrit de Bayeux, qui recueille une centaine de chansons au début du XVIe siècle,  on retrouve ainsi « La belle se sied au pied de la tour », dont le thème est la forme est très proche de la Pernette :

La belle se sied au pied de la tour,
La belle se sied au pied de la tour,
Qui pleure et soupire et mène grand dolour.
Son père lui demande:
fille qu’avez-vous volez-vous mari ou volez-vous seignour?
Je ne veuille mari je ne veuille seignour
Je veuille le mien ami qui pourrit en la tour.
Par Dieu ma belle fille alors ne l’aurez vous
Car il sera pendu demain au point du jour.
Père si on le pend enfouyés moi dessous
Ainsi diront les gens ce sont loyales amours.

 

Pour Georges Doncieux, il ne fait pas de doute que la Belle est l’ancêtre de la Pernette. Depuis plus de 400 ans, l’histoire de cette jeune fille prête à mourir par amour est ainsi chantée dans nos contrées. Au gré de sa diffusion au cours des siècles, de ses traductions et transpositions, la chanson a connu bien des modifications. Par exemple, à la fin du XIXe siècle,  « la renommée de Saint Jacques de Compostelle ayant décliné, le vers, qui n’était plus compris, est tombé ou a été altéré dans un bon nombre de versions » et en 1973, Monsieur Thor ne chante plus ces couplets. Cependant, l’histoire de la Belle et de la Pernette n’a cessé d’être chantée depuis le Moyen Âge, de Normandie jusqu’au Piémont et en Catalogne, de Francis Poulenc au groupe Malicorne.

Pour aller + loin :

Crédit photo : Gallica BNF – Manuscrit de Bayeux, « La Belle se siet au pie de la tour »

 

Adieu Paure Carnava !

D’un chant de carnaval occitan au générique de « Bonne nuit les Petits », il n’y a qu’un pas ! 

Alors que le Carnaval de Nice a lancé les hostilités il y a quelques jours, nous étions bien décidées à faire de cette « Archive de la semaine » une ode aux déguisements bigarrés, aux chants festifs et aux bouleversements des rapports sociaux ! C’est la larme à l’œil que nous avons achevé nos recherches, devant cette émission pour enfants dont les héros s’appelaient Nounours, le marchand de sable, Pimprenelle et Nicolas…

C’est, comme souvent, grâce à une brève exploration de notre Portail oral du Patrimoine oral et notamment du Fonds Charles Joisten sur lequel nous travaillons particulièrement ces derniers jours, que nous avons déniché « Adieu Paure Carnava » chantée par l’inimitable Alexandrine Gaillard dite « Tante Sandrine » en 1957 :

« Adieu Paure Carnava » par Tante Sandrine – Voir la notice détaillée
Partition téléchargeable 

 « Adieu Paure Carnava » est une chanson populaire très connue sur le territoire Occitan. Entonnée à l’occasion de l’incinération de Monsieur Carnaval, les paroles ne sont pas particulièrement tendres :

« Carnaval foutu
Qu’l’on en parle guère
Carnaval foutu
Qu’l’on en parle plus »
(Extraits)

La transcription de la chanson propose toutefois des paroles assez différentes des autres versions trouvées sur le web, qui, elles, vont parfois très loin dans la haine de ce bonhomme de paille synonyme de débauche mais aussi de maladie, de tristesse et de mauvais esprits. Bref, un beau ramassis de tous les maux de la société.

La traduction de la version enregistrée par les Ogres de Barback avec la chorale Occitania All Stars en est un bon exemple :

« Adieu, toi qui te la coulais douce,
toi qui t’es vu adulé.
Adieu l’argent que tu jetais par les fenêtres,
maintenant la roue a tourné.
Il te faut changer de train de vie,
et si tu ne veux pas en pâtir,
pour te punir de tes crimes,
vermine, on va t’achever ! »

Et voilà qu’à l’écoute de cette version, la mélodie réveille en nous quelques souvenirs. En cherchant un peu sur la toile, nous découvrons qu’en fait, « Adieu Paure Carnava » est issue d’un air du XVIIIè siècle vraisemblablement composé par Pergolèse ou le chanteur Antoine Albanèse.

Cette mélodie, qui accompagne le poème « Les tendres Souhaits » de Charles-Henri Ribouté, plus connu sous le nom « Que ne suis-je la fougère », semble avoir essaimé un peu partout dans le Sud de l’Europe, si bien que nous la retrouvons dans cet « Adieu paure Carnava » encore chanté aujourd’hui et même dans le générique de fin de… « Bonne nuit les Petits » !

Allez… replongez-bien !

Pour en savoir + sur le Carnaval :

Crédits photo : Annca sur Pixabay

Fonds Charles Joisten

Dans le cadre du réseau régional des archives sonores , le CMTRA, en collaboration avec le Musée dauphinois de Grenoble, se lance dans la documentation d’une partie du fonds Charles Joisten, qui sera peu à peu catalogué sur le portail régional du patrimoine oral : une quinzaine d’heures enregistrées de récits de vie et coutumes, de légendes, de chansons populaires (dont certaines en patois du domaine franco-provençal et occitan) et collectées en territoire rhodanien (majoritairement en Isère) entre 1957 et 1980.

En 1975, Mme Simone Benoit de Montagny, Planay (Savoie, 73) interprète les Vêpres de Montagny en patois savoyard du domaine franco-provençal

Conservateur du Musée dauphinois de 1970 à 1981, Charles Joisten  (1936-1981) est également fondateur de la revue Le monde alpin et rhodanien. Tout au long de sa carrière d’ethnologue et de folkloriste, il mène des recherches et collectages dans le champ des traditions populaires orales (notamment celles des contes et légendes fantastiques), principalement en territoires alpins de Savoie et de Dauphiné. Pendant plus de 25 ans, épaulé par son épouse, Alice Joisten, professeur de musique qui poursuivra l’œuvre de son mari après son décès, Charles Joisten a constitué l’un des fonds les plus riches jamais réalisé en France dans le domaine des traditions orales populaires.

Récompensé par la redécouverte d’une centaine de contes et de milliers de récits légendaires, Charles Joisten va donner une nouvelle visibilité à une société rurale, encore très active car peu touchée par la désertification, dans laquelle la tradition orale est toujours présente (dans les décennies 50 et 60).  Plus que le simple recueil de récits, contes, légendes ou chansons, le fonds Joisten révèle une réalité sociale historique dont la mémoire subsiste essentiellement par la présence d’informateurs nés avant la guerre de 14-18.  Entre les légendes et récits contés par les habitants, les interludes sont des conversations décomplexées et s’avèrent être des ruches d’informations ethnologiques autour d’une vie rurale en pleine révolution.  Les contes eux-mêmes sont de formidables outils de compréhension des sociétés qui les racontent: les petits détails, les anecdotes, empruntent à la vie quotidienne des villages et se glissent souvent dans les trames de récits pour éclairer un peu plus sur la réalité historique et quotidienne des territoires vécus.  

Charles Joisten a également eu un apport considérable dans la mise en avant de la diversité de ce qui fait “conte” en territoires ruraux. Alors qu’il demande à ses informateurs de lui en conter, il est confronté à de nombreux récits qui ne répondent pas à cette définition du conte. Un autre type de récit intéresse particulièrement Charles Joisten : les récits légendaires, des histoires auxquels les habitants, et particulièrement celui qui le raconte, sont censés croire, mettant en scène des personnages voisins, des lieux connus de tous, ils ne sont pas perçus comme fictionnels. Plus spécifiquement, Charles Joisten s’est focalisé sur les récits légendaires incluant des personnages fantastiques : des hommes sauvages, des esprits, le diable, des revenants… S’ils nous paraissent peu vraisemblables ces récits au style peu structuré témoignent de l’étendue, de la richesse, des croyances et superstitions.

En hommage à l’héritage patrimonial laissé par le travail de l’ethnologue, en mémoire du conservateur qui a très tôt donné une place aux archives sonores alors peu valorisées en muséographie, le Musée Dauphinois a édité 5 volumes regroupant l’œuvre de Charles Joisten : Patrimoine narratif de l’Isère (2005) ; Patrimoine narratif des Hautes‐Alpes (2006) ; Patrimoine narratif de la Drôme (2007) ; Patrimoine narratif du département de la Savoie (2009) ; et Patrimoine narratif du département de la Haute‐Savoie (2010).

Visuel : Charles Joisten