Archives par mot-clé : musiques traditionnelles

Musiques en Pays de Cèze

En 1998, l’édition de l’Atlas Sonore n°13 “Cévennes, Pays de Cèze”, de la collection “Atlas Sonores” du CMTRA, co-produit avec le Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles, donne à entendre une partie de l’enquête menée par Valérie Pasturel entre 1995 et 1997. Durant cette recherche en ethnographie musicale, pas moins de 22 heures d’enregistrements de récits de vie, de chants, d’airs instrumentaux, de dictons et formules, de paysages sonores… dont plusieurs en langue occitane, sont collectées pour révéler la richesse de ce territoire imprégné d’influences variées.
Le Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze a été intégralement numérisé (les enregistrements originaux sont conservés au CMTRA) et est désormais disponible en ligne sur le portail oral du Languedoc-Roussillon.

Nous vous proposons l’écoute de cette enquête autour du répertoire chanté et des formulettes des Vans, réalisée auprès de Marguerite et Paul Vidal et collectée en 1995 par Valérie Pasturel : 

L’écoute est disponible ici

La description de cette enquête est visible sur le portail oral du Languedoc-Roussillon 

Lors de l’élaboration de ce travail de collecte puis de valorisation, la collaboration des deux Centres des Musiques Traditionnelles du Languedoc et du Rhône se justifie par les liens forts qui se jouent sur le territoire des Cévennes au delà des frontières régionales établies. Partagés entre Gard, Lozère, et Ardèche, les habitants se disent “Cévenols”, affirmant une identité culturelle propre à cette chaîne montagneuse.  Lorsque Valérie Pasturel s’arme de son micro c’est pour interroger la  mémoire de la culture « des gavots » et la place accordée à la musique dans leur travail : chez les mineurs, les femmes des usines de filatures, les ramasseurs de châtaignes, ou encore pour les nombreux musiciens routiniers. La diversité des profils qu’elle rencontre est significative de l’empreinte de l’immigration ouvrière : beaucoup de saisonniers ont contribué à rendre cette culture généreuse,  à l’enrichissement des répertoires et à la variété des instruments, originaires d’autres régions françaises (d’Auvergne, de Provence, du Bas-Languedoc…) et d’horizons plus lointains (des polonais, italiens, espagnols, arabes…).

Pour aller plus loin…
> Accédez au Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze
> Consultez la fiche “Patrimoines sonores du Pays de Cèze” 
> Ecoutez les enregistrements sélectionnés pour l’Atlas sonore n°13 

Adoptions musicales ?

ESCALE SONORE DU JEUDI 31 MARS 2016 AU RIZE
23 rue Valentin Hauy // 69100 Villeurbanne
Musiques de cœur et d’adoption

Depuis 2008, Le Rize et le CMTRA mènent ensemble un projet de recherche-action dédié aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. Les Escales Sonores sont des soirées organisées deux à trois fois par an au Rize, destinées à faire résonner ces musiques collectées dans la vie quotidienne du territoire, et à questionner par leur prisme les parcours de vie des habitants qui les jouent, les entonnent et les transmettent. Si nous avons souvent privilégié une entrée territoriale pour donner à voir et à entendre les patrimoines musicaux de la ville (musiques d’Italie, du Maghreb, d’Espagne, d’Arménie…), nous cherchons de plus en plus à les aborder par un angle thématique permettant de croiser les regards, les pratiques et les répertoires de musiciens issus de différentes aires culturelles. Après les “Musiques sacrées” ou les “Mondes d’amour en musiques“, la prochaine Escale Sonore sera consacrée aux “Musiques de cœur et d’adoption”.  Késako ?

Vous avez forcément déjà croisé un spécimen de cette espèce, peut-être même en connaissez-vous personnellement : un breton qui se met au chant diphonique mongol, une ardéchoise qui adopte  le oud arabo-andalou, un parisien qui se prend de passion pour la samba et vole vers Rio comme on part en pèlerinage, un premier prix du conservatoire de Versailles qui troque la flûte traversière pour les flûtes du Rajasthan etc. C’est à ces figures de l’immersion, de l’adoption, de la conversion musicale que nous nous intéresserons ce JEUDI 31 MARS à partir de 17h30, au Rize.

Ces histoires de vie sont passionnantes, car elles incarnent à l’échelle d’une vie de musicien tous les petits riens qui composent la rencontre d’une culture qui a priori, n’avait rien à voir avec la notre. Ces trajectoires mettent en lumière toutes les opérations de traduction nécessaires à ce que cette rencontre ait lieu, tous les malentendus, les hasards, les épreuves et les déceptions  qui pavent le chemin de l’imprégnation d’une culture musicale de laquelle rien ne nous est acquis d’avance. Ces histoires nous parlent aussi de transmission et de dialogue interculturel, des gestes, des mots, des odeurs et de toutes les choses indicibles par lesquelles un monde culturel devient perméable et appropriable. Elles nous conduisent à questionner enfin, comme en miroir, nos propres dispositifs de médiation, d’éducation musicale destinés à des publics pluriels.

Au programme de la soirée :
À 17h30 dans la Médiathèque : un atelier chansons des Balkans pour petits et grands, assuré par Juliette Delachaux (violon), Didier Laurencin (bouzouki) et Alexandre Michel (clarinette), tous trois musiciens de la Bande à Balk.

À 18h30, dans l’espace Cafétéria : écoute collective d’un documentaire sonore, suivie d’une discussion avec le public en présence de :
Talia Bachir-Loopuyt (ethnomusicologue),
Arnaud Didierjean (spécialiste du chant Dhrupad),
– Aurélien Galichet (guitariste flamenco),
-Didier Laurencin (ethnologue et musicien, spécialiste des percussions cubaines et du rebetiko grec).

À partir de 20h30, place aux concerts avec le Trio Janela – Semeurs de Samba, et la Bande à Balk.

Venez nombreux ! Et pour toute question n’hésitez pas à nous appeler ou nous écrire :
laura.jouve-villard@cmtra.org // 04 78 70 45 47