Archives par mot-clé : musique traditionnelle

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar

 

Oud syrien

Hassan Abd Alrahman est syrien, arrivé en France en 1998.  C’est adolescent qu’il commence à étudier le oud et les musiques traditionnelles du Moyen Orient. Mais le déclic musical se fera plus tard, alors qu’Hassan est fait prisonnier politique par le régime syrien. Aujourd’hui, sa palette musicale s’étend des répertoires traditionnels moyen-orientaux aux influences jazz et contemporaines de ses compositions au sein de l’ensemble Bassma Trio. Lorsque nous le rencontrons chez lui à Villeurbanne le 20 Juin 2011, Hassan nous offre deux chants, le premier d’un poète syrien, le second d’un poète palestinien.

Alors qu’il s’apprête à devenir médecin diplômé en Syrie, Hassan pratique la musique pour son loisir. Dans le bruit et la lourdeur de l’espace carcéral, Hassan fait la rencontre d’un professeur de oud qui lui donne des cours. Alors même que la pratique musicale et l’écoute y sont interdites, avec une trentaine d’autres musiciens, pour la majorité, opposants au régime syrien, ils organisent des concerts clandestins et dissimulent leur propre fabrique d’instruments. Guitares, saz, percussions et violons y sont intégralement construits, à l’aide des rares matériaux qu’ils parviennent à rassembler : un bois, de très mauvaise qualité, qu’ils renforcent par du carton, de la pâte à pain ou un mélange de sucre et de confiture, le fil à coudre fait office de cordes.

En 1999, alors qu’il vient d’arriver à Paris, Hassan intègre le groupe « Shezar », un quartet de Jazz Oriental, toujours sur scène aujourd’hui. Après quatre années de vie à Strasbourg, il part vivre à Mayotte où il enseigne la musique en école. C’est en 2008 qu’ il emménage à Lyon et crée ses deux autres groupes. Madarat est l’un d’entre eux et est représentatif des influences variées ayant inspiré Hassan, composé d’un oud et d’un violon Jazz (joué par Jean-Pierre Rudolph). Aux airs traditionnels appris en prison, Hassan intègre d’autres couleurs musicales qui composent son environnement amical et artistique en France. Il revendique aujourd’hui une liberté de composition et d’interprétation au-delà des frontières de genres, de répertoires, mais aussi de disciplines scéniques ou instrumentales. Il accompagne régulièrement des créations théâtrales, et pratique désormais d’autres instruments comme le ney, ou nay (flute oblique originaire d’Asie centrale ), les percussions et le bouzouki (luth considéré comme l’instrument « national » en Grèce).

La musique traditionnelle syrienne1 est empreinte du métissage culturel moyen-oriental, de ses influences arabo-musulmanes, chrétiennes syriaques, juives séfarades, bédouines, kurdes… Damas a été longtemps capitale du monde arabe moyenâgeux, l’islamisation a enrichi une musique vouée aux rites (le mawlid, la danse du sama, les cérémonies de dhikr…). Au XVe siècle, Alep devient terre d’accueil des arabes-andalous fuyant l’Espagne, l’apport artistique qui en découle est symbolisé par la pratique musico-poétique : le muwachchah andalou. La musique traditionnelle syrienne connait un renouveau dans la première moitié du XXe siècle grâce à un enseignement jugé de grande qualité, lors de la constitution de groupes institutionnalisés voués à préserver une pratique alors majoritairement orale, du fait de l’arrivée d’une nouvelle lignée de musiciens luthiers réputés et de l’élargissement de l’ensemble oriental classique (qui admet désormais, en plus du oud, le kamân violon occidental, le nay et le qânûn cithare-psaltérion). Aujourd’hui, ce patrimoine ancien inestimable, marqueur de la mémoire collective de toute une communauté, est menacé par la guerre qui se prolonge. Dans les pays d’exil, des voix se lèvent en soutien au peuple syrien : Waed Bouhassoun, Racha Rizk, Ibrahim Keivo, Moslem Rahal en sont quelques-unes bien connues, auxquelles il importe d’ajouter celles, moins audibles mais de plus en plus nombreuses, des syriennes et syriens qui par la musique et le chant, gardent le lien avec leurs terres qu’ils ne peuvent plus fouler.

Pour aller plus loin…
> Consulter l’enquête complète: Hassan Abd Alrahman nous offre le récit d’une partie de sa vie et interprète plusieurs morceaux oud-voix, également une démonstration de Ney.
> L’article « Luths, luthistes et luthiers. Place de la musique et du ’ud dans la culture damascène », issu de la revue Damas, miroir brisé d’un Orient arabe,  sous la dir. d’Anne-Marie Bianquis et consultable à la bibliothèque municipale de Lyon.
> « Patrimoine culturel syrien« , un reportage de Françoise Degeorges dans l’émission « Couleurs du Monde » avec Fawaz Baker (musicien (oud), compositeur, ethnomusicologue et ancien directeur du Conservatoire d’Alep) et Wahed Bouhassoun (voix et oud)

1 Informations extraites de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique », dont une partie est consultable ici. 

Visuel: Hassan Abd Alrahman 

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association « Visages de notre Pilat« , dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

« De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté »

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

« L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.« 

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.