Archives par mot-clé : musique traditionnelle

Amour, Saz et tradition

Pour cette dernière archive de la semaine de l’année 2018, c’est Elisa Cordesse, étudiante en anthropologie actuellement en stage au CMTRA, qui a été chargée d’aller fouiller dans les foisonnantes archives sonores du portail régional du patrimoine oral. Elle est ressortie de ce singulier bizutage avec une chanson d’amour anatolienne, accompagnée au saz par Osman Adiguzel, musicien villeurbannais originaire de Turquie. 

Continuer la lecture de Amour, Saz et tradition

Le rigodon d’Emile Escalle

Un jour de juin 1973, Charles Joisten rencontre Emile Escalle, célèbre violoneux routinier de la vallée de Champsaur dans les massifs du département des Hautes-Alpes. Celui que l’on surnommait « Milou » a vécu de 1900 à 1987  à Molines-en-Champsaur et, comme la plupart des musiciens routiniers, ne vivait pas de sa pratique musicale. Emile était berger et vivait avec sa famille, également présente lors de l’enregistrement. Plusieurs musiciens et ethnologues le rencontrent dans les années 1970. Parmi eux, Charles Joisten tire de cette rencontre conviviale plusieurs enquêtes auxquelles il faut ajouter celles, réalisées dans le même cadre, de Jean-Michel et Hélène Guilcheren. L’objectif est alors de compléter la documentation du musée Dauphinois de Grenoble dans le champ des danses traditionnelles du Dauphiné, et plus spécifiquement autour du rigodon. Le résultat donne à entendre plus de 5h d’un riche répertoire musical ainsi que quelques commentaires sur sa pratique. Plus tard, l’ethnologue et musicien Patrick Mazellier, animé par d’autres problématiques, ira lui aussi à plusieurs reprises à la rencontre de Milou.

Rigodon de Charance (le « coucou ») et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.56 Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.00

Essentiellement joué au violon, le rigodon du Dauphiné est une danse traditionnelle à deux temps issue de la société paysanne étendue de Grenoble à Gap. Traditionnellement transmise oralement, il en existe autant de versions que de vallées, villages, musiciens… Certains rigodons sont identifiables à un lieu : ainsi, Milou interprète celui de Charance, du Solon, de Valgaudemar… Sa pratique reste encore vivace, notamment à Charance où de grands rassemblements villageois continuent à donner le pas. Le rigodon se danse à deux, à quatre ou en rond, ses figures sont relativement peu complexes et structurées, laissant une grande liberté d’ornementation aux danseurs. Alors que cette danse était presque oubliée, plus guerre dansée dans le Dauphiné du milieu du 20ième siècle, les décennies 70 et 80 ravivent son souvenir. Le mouvement en faveur des musiques et danses traditionnelles, les collectes revivalistes engagées en ce sens, celles des ethnologues, la réinterprétation des répertoires, ont permis de redonner une place à cette danse dans le vaste champ de celles traditionnelles : aux côtés des valses, polkas, scottishs, mazurkas,  bourrées auvergnates, danses bretonnes, et autres rondos, qui n’ont pas été autant menacés de disparition.

Rigodon du Solon et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.32

Emile Escalle est musicien routinier : celui appelé à animer les fêtes communales, les cérémonies, les rassemblements. Dans la première moitié du 20ième siècle les musiciens routiniers ont un rôle social important au sein des sociétés villageoises. Ils apprennent la pratique instrumentale des « anciens », des joueurs des villages voisins, selon leur propre oreille, leurs réinterprétations, parfois compositions. S’ils ne vivent pas de leur art, s’ils sont agriculteurs ou artisans au même titre que de nombreux habitants, ils bénéficient d’une « place à part » au sein de la communauté, jouissant d’une notoriété locale certaine dépassant les frontières communales. La vague de collectes des années 70 engagée par les jeunes musiciens revivalistes se base essentiellement sur les répertoires routiniers, dans une optique artistique, plus que de conservation, de réappropriation de ces airs variés. Les récits de vie narrés au cours de ces différentes enquêtes donnent à entendre les parcours singuliers, une diversité de profils de musiciens routiniers qui ont alors entre 70 et 80 ans et dont la pratique a fortement perdu de sa portée sociale.
Sylvestre Ducaroy, un grand nom de l’histoire des musiciens routiniers, se souvient : « Ces musiciens routiniers croisés au fil des bandes étaient-ils marginalisés au sein de leur communauté villageoise ou se sont-ils taillés une place particulière ? En fait, il ne faut pas trop s’attarder sur le cliché du musicien routinier, témoin esseulé et anachronique. Certes, beaucoup sont porteurs de quelque chose d’anachronique, de survivances, puisqu’on s’y intéresse comme tels. Mais qui ne devient pas quelque part, à 70 ou 80 ans, un témoin de son temps ? On rencontre toutes les histoires possibles. […] Mais dans leur histoire revient toujours l’idée du privilège d’être musicien, ou chanteur. C’est une fierté, et un statut reconnu comme tel, dans un contexte cependant parfois disparu ou presque.« 1
Reconnu, Emile Escalle l’est très certainement, il demeure une figure de la mémoire locale, en laissant derrière lui un répertoire sans lequel la revitalisation des musiques traditionnelles du Dauphiné, en particulier celle du rigodon, n’aurait pas eu la même couleur.

Rigodon de Valgaudemar et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.29
1 _ Archive du CMTRA : « Histoire d’un fonds … » entretien avec Sylvestre Ducaroy, lettre d’information n°59, 2005

Pour aller plus loin…
> Une partie des enquêtes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973 ont été mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral dans le cadre d’une collaboration entre le Musée Dauphinois et le CMTRA au sein du réseau documentaire. Ces notices contiennent de nombreuses partitions transcrites par Charles Joisten, dont celles des rigodons présentés ci-dessus :
« Airs instrumentaux (violon) : enquête auprès d’Emile Escalle, dit « Milou, violoneux en Champsaur »  01  /  02 03 04  /  05  /  06
> Notre billet sur le Fonds Charles Joisten

Visuel : Emile Escale et ses proches photographiés lors de l’enquête réalisée par Charles Joisten en 1973. Documentation du Musée Dauphinois de Grenoble.

Tchestit praznik

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute d’une chanson issue du répertoire traditionnel bulgare interprétée par le groupe Harmonie et enregistrée par le CMTRA au CCVA de Villeurbanne lors de la fête nationale bulgare du 3 mars 2010 organisée par l’association Rhône-Alpes Bulgarie .

L’immigration bulgare en France débute dès la première moitié du 20e siècle et a grandement contribué, au côté de nombreuses autres communautés, au fonctionnement de la machine industrielle en temps de guerre. L’association Rhône-Alpes Bulgarie, basée à Villeurbanne, existe officiellement depuis 2004 mais fonctionne de manière informelle depuis 1998 grâce à l’initiative de quelques citoyens bulgares. Elle compte, au moment de l’enregistrement en en 2010, plus de 300 membres adhérents qui représentent une communauté de 2000 étudiants et d’environ 1300 familles.

La fête nationale de la libération bulgare est le symbole de l’émancipation du peuple bulgare le 3 mars 1878 après une domination ottomane de près de trois siècles débouchant sur une guerre meurtrière qui dura plus d’un an. La coutume veut que, quelques jours avant cette occasion, les bulgares célèbrent la martenitsa, en référence à la légende de Khan Asparoukh : les participants s’offrent des fils blancs et rouges tressés en forme de bracelets, de pompons,  ou de colliers pour se souhaiter santé et bonheur et fêter la venue du printemps. Le jour de la célébration du 3 mars, à Villeurbanne, la communauté bulgare honore cette tradition.

La musique bulgare, très variée selon les régions et périodes de l’année,  s’inscrit dans le vaste répertoire issu des balkans et très fortement imprégné d’une influence turque-ottomane. Une des particularités de ce folklore musical bulgare est d’avoir très tôt suscité un intérêt savant sous fond idéologique. Transcrite vers le milieu du XIXe siècle, cette musique folklorique a fait l’objet de grandes collectes dès le début du XXe siècle. Les travaux de recherche qui en découlent ont permis de sauvegarder, à travers des recueils colossaux (ceux de musicologues connus tels qu’Atanas Badev, Dobri Christov…), la mémoire d’un répertoire ancien qui ne sera pourtant plus joué quelques décennies plus tard. Ces recueils permettront également l’exportation du répertoire à d’autres pays européens (notamment à travers l’oeuvre du compositeur Béla Bartók et ses « mesures bulgares »). L’apport de Stoyan Dzhudzhev, ethnomusicologue reconnu qui étudiera à Paris jusqu’au début des années 30, est également essentiel. Il théorisera cette musique traditionnelle, et inspirera, par la justesse de sa méthode, de nombreux chercheurs en musicologie sur le terrain des Balkans.

Les musiques bulgares, qui, tout comme les danses, n’émanent pas des mêmes sytèmes métriques que les répertoires dits « occidentaux » d’Europe de l’Ouest,  sont caractérisées par le rythme aksak aux mesures asymétriques. Ce rythme permettant une grande liberté de jeu inspirera de nombreux musiciens contemporains sans pour autant que ces derniers soient affiliés au mouvement traditionnel (notamment la génération rock 70’s).

Pour aller plus loin …
> L’article de Nikolai Kaufman, « L’ethnomusicologie bulgare » : les informations de ce billet en sont en grande partie issues.
> La rencontre du CMTRA avec Elsa Ille autour des musiques des Balkans à Villeurbanne.
> La rencontre du CMTRA avec Dimitrina Bertrand, chanteuse bulgare.

Visuel : « Blossoming Magnolia full of tied Martenitsi« 

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar

 

Oud syrien

Hassan Abd Alrahman est syrien, arrivé en France en 1998.  C’est adolescent qu’il commence à étudier le oud et les musiques traditionnelles du Moyen Orient. Mais le déclic musical se fera plus tard, alors qu’Hassan est fait prisonnier politique par le régime syrien. Aujourd’hui, sa palette musicale s’étend des répertoires traditionnels moyen-orientaux aux influences jazz et contemporaines de ses compositions au sein de l’ensemble Bassma Trio. Lorsque nous le rencontrons chez lui à Villeurbanne le 20 Juin 2011, Hassan nous offre deux chants, le premier d’un poète syrien, le second d’un poète palestinien.

Alors qu’il s’apprête à devenir médecin diplômé en Syrie, Hassan pratique la musique pour son loisir. Dans le bruit et la lourdeur de l’espace carcéral, Hassan fait la rencontre d’un professeur de oud qui lui donne des cours. Alors même que la pratique musicale et l’écoute y sont interdites, avec une trentaine d’autres musiciens, pour la majorité, opposants au régime syrien, ils organisent des concerts clandestins et dissimulent leur propre fabrique d’instruments. Guitares, saz, percussions et violons y sont intégralement construits, à l’aide des rares matériaux qu’ils parviennent à rassembler : un bois, de très mauvaise qualité, qu’ils renforcent par du carton, de la pâte à pain ou un mélange de sucre et de confiture, le fil à coudre fait office de cordes.

En 1999, alors qu’il vient d’arriver à Paris, Hassan intègre le groupe « Shezar », un quartet de Jazz Oriental, toujours sur scène aujourd’hui. Après quatre années de vie à Strasbourg, il part vivre à Mayotte où il enseigne la musique en école. C’est en 2008 qu’ il emménage à Lyon et crée ses deux autres groupes. Madarat est l’un d’entre eux et est représentatif des influences variées ayant inspiré Hassan, composé d’un oud et d’un violon Jazz (joué par Jean-Pierre Rudolph). Aux airs traditionnels appris en prison, Hassan intègre d’autres couleurs musicales qui composent son environnement amical et artistique en France. Il revendique aujourd’hui une liberté de composition et d’interprétation au-delà des frontières de genres, de répertoires, mais aussi de disciplines scéniques ou instrumentales. Il accompagne régulièrement des créations théâtrales, et pratique désormais d’autres instruments comme le ney, ou nay (flute oblique originaire d’Asie centrale ), les percussions et le bouzouki (luth considéré comme l’instrument « national » en Grèce).

La musique traditionnelle syrienne1 est empreinte du métissage culturel moyen-oriental, de ses influences arabo-musulmanes, chrétiennes syriaques, juives séfarades, bédouines, kurdes… Damas a été longtemps capitale du monde arabe moyenâgeux, l’islamisation a enrichi une musique vouée aux rites (le mawlid, la danse du sama, les cérémonies de dhikr…). Au XVe siècle, Alep devient terre d’accueil des arabes-andalous fuyant l’Espagne, l’apport artistique qui en découle est symbolisé par la pratique musico-poétique : le muwachchah andalou. La musique traditionnelle syrienne connait un renouveau dans la première moitié du XXe siècle grâce à un enseignement jugé de grande qualité, lors de la constitution de groupes institutionnalisés voués à préserver une pratique alors majoritairement orale, du fait de l’arrivée d’une nouvelle lignée de musiciens luthiers réputés et de l’élargissement de l’ensemble oriental classique (qui admet désormais, en plus du oud, le kamân violon occidental, le nay et le qânûn cithare-psaltérion). Aujourd’hui, ce patrimoine ancien inestimable, marqueur de la mémoire collective de toute une communauté, est menacé par la guerre qui se prolonge. Dans les pays d’exil, des voix se lèvent en soutien au peuple syrien : Waed Bouhassoun, Racha Rizk, Ibrahim Keivo, Moslem Rahal en sont quelques-unes bien connues, auxquelles il importe d’ajouter celles, moins audibles mais de plus en plus nombreuses, des syriennes et syriens qui par la musique et le chant, gardent le lien avec leurs terres qu’ils ne peuvent plus fouler.

Pour aller plus loin…
> Consulter l’enquête complète: Hassan Abd Alrahman nous offre le récit d’une partie de sa vie et interprète plusieurs morceaux oud-voix, également une démonstration de Ney.
> L’article « Luths, luthistes et luthiers. Place de la musique et du ’ud dans la culture damascène », issu de la revue Damas, miroir brisé d’un Orient arabe,  sous la dir. d’Anne-Marie Bianquis et consultable à la bibliothèque municipale de Lyon.
> « Patrimoine culturel syrien« , un reportage de Françoise Degeorges dans l’émission « Couleurs du Monde » avec Fawaz Baker (musicien (oud), compositeur, ethnomusicologue et ancien directeur du Conservatoire d’Alep) et Wahed Bouhassoun (voix et oud)

1 Informations extraites de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique », dont une partie est consultable ici. 

Visuel: Hassan Abd Alrahman