Archives par mot-clé : musique arabe

Le “Romancero Sefardi”

Passionnante Eliane Banbanaste ! Si passionnante, que nous retrouvons au sein de la Base interrégionale du Patrimoine Oral deux « enquêtes » qui la concernent. Il y est à chaque fois question de l’histoire qui l’habite, celle des judéo-espagnols, et des musiques qui leur sont liées et dont il sera question cette semaine.

Eliane Benbanaste est issue d’une famille judéo-espagnole de Turquie au sein de laquelle le chant a joué un rôle fondamental dans la transmission de cette culture aux multiples influences. Hispaniste de formation, cette enseignante parle avec beaucoup de nostalgie de l’histoire de son peuple qu’elle a longuement étudiée. Son propos, aussi vibrant qu’érudit, est émaillé de divers chants dont un qui retiendra notre attention cette semaine : le fameux « La rosa enflorece » aussi appelé « Los Bilbìlicos » (Rossignols en judéo-espagnol) qu’elle interprète avec beaucoup d’émotion.

Pour consulter la notice complète : cliquer ici

Paroles (extrait)

La rosa enflorece, en el mes de mayo
Mi alma s’escurece, sufriendo
de amor
Sufriendo de amor

Los bilbílicos cantan, suspirando el amor
Y la pasión me mata, muchigua mi dolor
Muchigua mi dolor
(…)

Traduction (extrait)

La rose fleurit au mois de mai,
Mon âme s’obscurcit, elle souffre d’amour
Elle souffre d’amour.

Le rossignol chante, et soupire d’amour,
La passion me tue, ma douleur redouble
Ma douleur redouble.
(…)

Eliane Banbanaste chantait « La rosa enflorece » à ses deux filles au moment de s’endormir alors que “La Rosa” n’est pas à proprement parler une berceuse. Il s’agit d’un air très représentatif du « Romancero Sefardi » (littéralement, la Romance Séfarade), le répertoire judéo-espagnol par excellence.

L’histoire du peuple judéo-espagnol est celle de la famille d’Eliane Banbanaste. En 1492, après la Chute de Grenade qui a marqué la fin de la Reconquista, les Rois catholiques, Isabelle et Ferdinand, prirent la décision d’expulser toute personne de religion juive qui refuserait la conversion. On estime à près de 200 000 les juifs espagnols qui fuirent ainsi le royaume et qui se dispersèrent entre le Portugal, le nord de l’Europe et, en majorité, vers le bassin méditerranéen, rejoignant un Empire Ottoman en pleine expansion. Au cours de cet exil, ils développèrent une langue propre, à la croisée de l’espagnol, auquel ils ne renonceront jamais, l’hébreu et les différents idiomes avec lesquels ils furent en contact lors de leur périple : turque, bulgare, roumain, serbe, grec, italien, arabe ou encore français… Reflet d’une culture et d’une vision du monde, le « judéo-espagnol » encore parlé aujourd’hui est le résultat de cinq siècles d’exil. La musique, et plus largement les arts, a connu ce même « métissage » : Sami Sadak, dans sa publication « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols » raconte : « dans ce contexte, la musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où le sacré coexiste avec le profane, les thèmes juifs avec les thèmes non juifs, l’Orient avec l’Occident, l’ancien avec le nouveau ». Le « Romancero Sefardi » est issu de cette histoire.

Au sein de l’Empire Ottoman, les juifs arrivés d’Espagne s’adaptent rapidement à leur nouvel environnement musical, ces derniers étant habitués aux modes de la musique arabe qu’ils avaient côtoyés sur la péninsule ibérique. Le « Romancero » ou romance, ensemble de poèmes courts écrits en langue castillane au cours du Moyen-Âge et exaltant les valeurs chevaleresques, n’échappera pas à cette acclimatation alors qu’en Espagne, plusieurs pans de cette histoire sont abandonnés. Transmise par voie orale, la Romance abordera au fil des siècles des thématiques plus populaires comme l’amour malheureux, la politique ou encore historique, tout en conservant sa forme littéraire originelle (métrique octosyllabique ou hexasyllabique) et « s’orientalisera » manifestement, notamment au contact des Balkans.

En s’attachant à conserver ce répertoire, les juifs exilés expriment le lien fort qu’ils gardent avec l’Espagne. Eliane explique : « Tous ces chants qu’on a emporté avec nous, tout ce patrimoine musical qui date de cette époque – et qui a évolué aussi dans le temps, il est là comme un pays, comme une terre. Il peuple l’exil ».

Souvent mélancoliques et malgré la douleur exprimée par notre interlocutrice, l’évolution de ces romances séfarades marque toutefois la vivacité d’une culture qui n’a eu de cesse de s’enrichir au gré des tragédies.

A écouter : “la Rosa enflorece” par la soprano Esther Lamandier qui a participé à populariser ce répertoire en France

Visuel : Schnauzer, photo libre de droits

En savoir + :
Sami Sadak, « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2016.
– Discographie : Susana Weich Shahal, “cantares y romances tradicionales sefardies de Oriente”, vol. 2, Saga KPD, 10.906, 1993
– A relire : “Pour Ata Horéta” sur le carnet Hypothèses du CMTRA

Oud syrien

Hassan Abd Alrahman est syrien, arrivé en France en 1998.  C’est adolescent qu’il commence à étudier le oud et les musiques traditionnelles du Moyen Orient. Mais le déclic musical se fera plus tard, alors qu’Hassan est fait prisonnier politique par le régime syrien. Aujourd’hui, sa palette musicale s’étend des répertoires traditionnels moyen-orientaux aux influences jazz et contemporaines de ses compositions au sein de l’ensemble Bassma Trio. Lorsque nous le rencontrons chez lui à Villeurbanne le 20 Juin 2011, Hassan nous offre deux chants, le premier d’un poète syrien, le second d’un poète palestinien.

Alors qu’il s’apprête à devenir médecin diplômé en Syrie, Hassan pratique la musique pour son loisir. Dans le bruit et la lourdeur de l’espace carcéral, Hassan fait la rencontre d’un professeur de oud qui lui donne des cours. Alors même que la pratique musicale et l’écoute y sont interdites, avec une trentaine d’autres musiciens, pour la majorité, opposants au régime syrien, ils organisent des concerts clandestins et dissimulent leur propre fabrique d’instruments. Guitares, saz, percussions et violons y sont intégralement construits, à l’aide des rares matériaux qu’ils parviennent à rassembler : un bois, de très mauvaise qualité, qu’ils renforcent par du carton, de la pâte à pain ou un mélange de sucre et de confiture, le fil à coudre fait office de cordes.

En 1999, alors qu’il vient d’arriver à Paris, Hassan intègre le groupe “Shezar”, un quartet de Jazz Oriental, toujours sur scène aujourd’hui. Après quatre années de vie à Strasbourg, il part vivre à Mayotte où il enseigne la musique en école. C’est en 2008 qu’ il emménage à Lyon et crée ses deux autres groupes. Madarat est l’un d’entre eux et est représentatif des influences variées ayant inspiré Hassan, composé d’un oud et d’un violon Jazz (joué par Jean-Pierre Rudolph). Aux airs traditionnels appris en prison, Hassan intègre d’autres couleurs musicales qui composent son environnement amical et artistique en France. Il revendique aujourd’hui une liberté de composition et d’interprétation au-delà des frontières de genres, de répertoires, mais aussi de disciplines scéniques ou instrumentales. Il accompagne régulièrement des créations théâtrales, et pratique désormais d’autres instruments comme le ney, ou nay (flute oblique originaire d’Asie centrale ), les percussions et le bouzouki (luth considéré comme l’instrument “national” en Grèce).

La musique traditionnelle syrienne1 est empreinte du métissage culturel moyen-oriental, de ses influences arabo-musulmanes, chrétiennes syriaques, juives séfarades, bédouines, kurdes… Damas a été longtemps capitale du monde arabe moyenâgeux, l’islamisation a enrichi une musique vouée aux rites (le mawlid, la danse du sama, les cérémonies de dhikr…). Au XVe siècle, Alep devient terre d’accueil des arabes-andalous fuyant l’Espagne, l’apport artistique qui en découle est symbolisé par la pratique musico-poétique : le muwachchah andalou. La musique traditionnelle syrienne connait un renouveau dans la première moitié du XXe siècle grâce à un enseignement jugé de grande qualité, lors de la constitution de groupes institutionnalisés voués à préserver une pratique alors majoritairement orale, du fait de l’arrivée d’une nouvelle lignée de musiciens luthiers réputés et de l’élargissement de l’ensemble oriental classique (qui admet désormais, en plus du oud, le kamân violon occidental, le nay et le qânûn cithare-psaltérion). Aujourd’hui, ce patrimoine ancien inestimable, marqueur de la mémoire collective de toute une communauté, est menacé par la guerre qui se prolonge. Dans les pays d’exil, des voix se lèvent en soutien au peuple syrien : Waed Bouhassoun, Racha Rizk, Ibrahim Keivo, Moslem Rahal en sont quelques-unes bien connues, auxquelles il importe d’ajouter celles, moins audibles mais de plus en plus nombreuses, des syriennes et syriens qui par la musique et le chant, gardent le lien avec leurs terres qu’ils ne peuvent plus fouler.

Pour aller plus loin…
> Consulter l’enquête complète: Hassan Abd Alrahman nous offre le récit d’une partie de sa vie et interprète plusieurs morceaux oud-voix, également une démonstration de Ney.
> L’article “Luths, luthistes et luthiers. Place de la musique et du ’ud dans la culture damascène”, issu de la revue Damas, miroir brisé d’un Orient arabe,  sous la dir. d’Anne-Marie Bianquis et consultable à la bibliothèque municipale de Lyon.
> “Patrimoine culturel syrien“, un reportage de Françoise Degeorges dans l’émission “Couleurs du Monde” avec Fawaz Baker (musicien (oud), compositeur, ethnomusicologue et ancien directeur du Conservatoire d’Alep) et Wahed Bouhassoun (voix et oud)

1 Informations extraites de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique », dont une partie est consultable ici. 

Visuel: Hassan Abd Alrahman 

RÉINTERPRÉTER LES ARCHIVES MUSICALES

Comme nous l’avions détaillé dans un précédent billet, la BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, ont récemment publié l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages.

Après une présentation de ce coffret par Jean Lambert, Chérif Khaznadar (président de la Maison des Cultures du Monde), et Pascal Cordereix, directeur du services des documents sonores à la BNF, le chanteur syrien Hamam Khairy accompagné de trois musiciens(oud, qanûn et contrebasse) ont proposé une réinterprétation contemporaine de ces musiques anciennes. De quoi nous  convaincre entièrement que le souci de perpétuation de répertoires et de pratiques musicales est indissociable des campagnes de numérisation…mais pas seulement ! Reste leur réappropriation et leur diffusion en livre, en ligne, en scène.

Image de Une : captation d’une archive photographique du Congrès du Caire diffusée par Chérif Khaznadar pendant sa présentation (à 10’40)

Enregistrements du Congrès du Caire (1932)

115162107

La BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, viennent de publier l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages. Un important travail de restauration, mené par Luc Verrier (expert en numérisation et préservation numérique des documents audiovisuel) a été nécessaire pour rendre publiques ces archives sonores issues d’un des premiers forums d’envergure internationale consacré aux musiques non-européennes. Le Congrès du Caire, commandé par le Roi Fouad et le gouvernement égyptien dès 1929, visait à réunir les plus grands compositeurs et musiciens du monde islamique autour d’un projet de système modal unique qui serait reconnu par toutes les musiques arabes.  Premier congrès musicologique rassemblant des spécialistes et artistes des mondes arabes et européens, il s’agit aussi d’un des premiers rendez-vous internationaux destiné à collecter, enregistrer et archiver des interprétations de référence des musiques traditionnelles du Maghreb et du Proche-Orient. Le Congrès du Caire joua enfin un rôle majeur dans l’invention des contours identitaire d’une “musique arabe”.

Lire l’article de Jean Lambert : “Retour sur le Congrès de Musique Arabe du Caire de 1932. Identité, diversité, acculturation : les prémisses d’une mondialisation“. Actes du Congrès des Musiques dans le Monde de l’Islam, Assilah, 8-13 Août 2007.

Crédit illustration : image de couverture du vinyle édité par les archives sonores de la Phonothèque Nationale (BNF) avec le concours de l’Institut du Monde Arabe en 1988.