Archives par mot-clé : musicologie

COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK


Vendredi 15 mars 2019, dans le cadre de sa septième édition, le Festival Eurofonik, a ouvert le bal avec une rencontre professionnelle, co-organisée par la FAMDT et le Nouveau Pavillon, sur le sujet des musiques de l’immigration en Europe.

Quelle réalité les musiques de l’immigration ont-elles dans les communautés de nos agglomérations  françaises et européennes ? Quelle place et quelle légitimité trouvent-elles ? Sont-elles cantonnées à des contextes intimes, familiaux, rituels, communautaires ? Quelles interactions avec d’autres mondes culturels ? Quelles influences les autres musiques ont-elles sur ces musicien.ne.s “amateurs” ?

Continuer la lecture de COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK

Écouter le Paris du 18e siècle

Une équipe pluridisciplinaire d’universitaires lyonnais a reconstitué méticuleusement des paysages sonores du Paris de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sous la direction de la musicologue Mylène Pardoen,  accompagnée d’une équipe d’historiens, d’archéologues, de sociologues, d’ethnologues et de spécialistes 3D, la maquette du projet a été présentée en juin 2015 au Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales. Depuis, elle est accessible en ligne pour le grand public, à travers une vidéo de 70 tableaux reproduisant les ambiances sonores du quartier du Grand Châtelet. La grande particularité de ce dispositif, c’est qu’il ne se limite pas à une création sonore accolée à des images, mais qu’il tente de reproduire le son dans ses interactions avec les volumes architecturaux environnants. Dans ce cadre, reconstituer un paysage sonore ne revient pas simplement à donner un son à l’objet visible mais à envisager tout ce qui, même invisible, émet du son ou le transforme. Plus qu’une cartographie sonore en 3D, ce projet constitue ainsi une expérience d’immersion virtuelle fondée sur un ample travail d’archéologie acoustique.

Les 08:30 que durent la vidéo nous conduisent dans les cliquetis de la Seine, dans les foules cacophoniques de marchands, passants, animaux…L’expérience devient presque olfactive lorsque l’on traverse les nuées de mouches de la rue de la Grande Boucherie, cœur battant du quartier des abattoirs. Parmi les paysages sonores ainsi reconstitués, ou plutôt devinés au travers d’un croisement d’indices historiques de différentes natures, beaucoup ne sont plus audibles nulle part de nos jours. C’est le cas notamment des sons s’échappant de l’ancienne rue de la Pelleterie, dans le quartier des artisans. Les bruits de machines et d’outils sont issus de captations que des artisans spécialistes de la conservation patrimoniale industrielle ont accepté de réaliser pour le projet.

La méthodologie employée pour en arriver à ce rendu complexe s’est faite en plusieurs temps :

  • Celui de la documentation a regroupé plusieurs chercheurs qui ont examiné une centaine d’archives de l’époque afin de recueillir des indices sur le mobilier urbain, l’architecture, les matériaux, les lieux et le temps d’occupation de l’espace public.
  • Le temps que l’on pourrait qualifier de « chasse aux sons », a été celui de la captation :  grâce à la recherche dans des bibliothèques sonores, ou par un collectage direct sur le terrain (par exemple auprès des artisans utilisant des outils d’époque).
  • Le temps de la maquette virtuelle conçue à partir des informations d’ordres architectural, urbanistique, social recueillies par les chercheurs.
  • Et enfin, celui de l’assemblage, faisant en sorte que les sons, leur volume, leur amplitude soient positionnés précisément dans la maquette 3D, et interagissent correctement avec le positionnement de l’auditeur-flâneur.

Un nouveau pas a été franchi dans le monde de la valorisation patrimoniale, dans lequel la question des perceptions et des identités sonores avait déjà fait son entrée. Avec ce projet d’archéologie sonore, c’est aussi la muséographie et la recherche historique en général qui rencontrent de nouvelles voies de réinvention des pratiques, des frontières disciplinaires, et professionnelles.

Pour aller plus loin…
> Écouter en ligne l’émission consacrée à Mylène Pardoen, archéologue des sons, en décembre 2015  sur France Inter.>  Consulter l’ouvrage Silences et bruits du Moyen-Âge à nos jours.
> Naviguer sur le site du Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (le CRESSON, basé à Grenoble et dirigé par Anthony Pecqueux)