Archives par mot-clé : Maroc

Dakka Marrakchya

Nous doublons la mise avec cette deuxième archive de la semaine qui nous est proposée par Yassine Adouiri Alaoui, étudiant en ethnologie  et oudiste qui vient de finir son stage au CMTRA sur des missions de collectage musical. Merci à lui !

La Dakka Marrakchya est un style musical qui s’est principalement développé dans la ville de Marrakech, au Maroc. « Dakka » voulant littéralement dire « frappe rythmique ». Elle se structure en plusieurs parties dont la première, « El ‘aït » (que l’on pourrait traduire par «appel») peut durer jusqu’à quarante minutes de poésie spirituelle chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Puis, la machine rythmique se met progressivement en route et accélère dans une imbrication complexe d’instruments percussifs : ta’rija, bendir et crotales métalliques. Enfin interviennent les nefars, sorte de longues trompes de cuivre.

Ce contraste rythmique entre les différentes parties de la Dakka en fait un style très polyvalent qui se joue lors de cérémonies religieuses dans un cadre clos et très intime, mais aussi à l’occasion de mariages où la partie rythmée et festive est mise à l’honneur.

Extrait du documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini

Dans le cadre de son projet de recherche et de collectage sur les Musiques migrantes de Villeurbanne, le CMTRA a rencontré en octobre 2009 Salah El Khaldi et Hafid du groupe Coyo de Marrakech. Dans les années 1990, Salah abandonne ses études pour créer un groupe de musiques traditionnelles marocaines formé exclusivement de jeunes (chose assez rare à l’époque, cette musique étant surtout pratiquée par des personnes d’un certain âge). De mariage en mariage, il réussit à se constituer une certaine réputation au Maroc, qu’il sillonne avec son groupe pour animer les fêtes.

La Dakka se jouant à plusieurs, Salah interprète ici un morceau dans le style « gnawa » (très présent à Marrakech également) accompagné de son guembri, sorte de basse afro-maghrébine.

Morceau joué dans le style « gnawa », avec chant et guembri
Voir la notice complète

En France comme au Maroc, le côté festif de la Dakka Marrakchya a pris le pas sur son aspect spirituel. Initialement conçue dans un cadre sacré où elle servait d’accompagnement à un rite religieux au sein d’une confrérie, la Dakka s’est progressivement éloignée de ses origines mystiques pour passer dans le domaine profane. Aujourd’hui, elle est davantage reconnue comme une musique de fête et de célébration, que comme une musique de transe et de recueillement spirituel.

Salah et Hafid se montrent plus définitifs à ce sujet : pour eux, la plupart des gens n’attendent que de la Dakka qu’elle fasse du «bruit», qu’elle soit rythmée, qu’elle fasse danser les foules. Ils déplorent la méconnaissance des aspects moins festifs, plus spirituels  de la « vraie Dakka ». Ce constat ne vient pas de nulle part : lorsqu’on les contacte pour une prestation, nous relatent-ils, les attentes des commanditaires vont généralement en ce sens : de la musique de fête, joyeuse et enlevée. Très rares sont les commandes de « Dakka » appréhendée dans ses aspects plus traditionnels et religieux.

Pour en savoir + :

> Documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini dans la collection « Maroc corps et âme ».
> Ne pas manquer le coffret de 3 DVD « Maroc en musiques » réalisés par Izza Genini également parus aux éditions Ohra en 2011
> Et l’ouvrage de Ahmed Aydoun, 
Musiques du Maroc. Casablanca : éditions EDDIF

« Sous le soleil marocain »

« Sous le soleil marocain » est une chanson interprétée par Germaine Panel, habitante du Pilat (Loire), et collectée par Jacques Bardot en 1980.

La chanson a été écrite en 1925 et est aujourd’hui considérée classée au répertoire des chants d’engagement communiste. À cette époque, la France est engagée dans la guerre du Rif (territoire berbère, rural et montagneux du Nord du Maroc), l’un des sombres épisodes sombres de notre histoire qui a bien peu marqué la mémoire collective. Sur le territoire marocain sous protectorat depuis 1912, armées françaises et espagnoles se sont opposées de 1921 à 1926 à l’Armée de libération du monde musulman, mouvement de rébellion rifaine dirigé par Abd el-Krim.

Figure d’opposition aux impérialismes, le Parti Communiste Français (PCF) a, au début de la même décennie, signé son adhésion à la IIIe Internationale dont l’une des conditions était de soutenir les mouvements de rébellion anticolonialiste. Toutes les gauches, françaises et espagnoles, s’unissent en 1925 autour d’un vaste mouvement de grèves et de manifestations, particulièrement suivi par la jeunesse, alliant soutien à Abdelkrim et anticapitalisme, en France autour du « comité central d’action contre la guerre du Rif et les impôts Caillaux. ».

« Sous le soleil marocain » est écrite dans ce cadre militant en 1925, année de l’entrée de l’Espagne dans le conflit du Rif, alors déjà bien entamé. La chanson fait partie d’un corpus attribué au PCF, dans lequel l’on en retrouve d’autres aux titres encore plus explicites, tels que « Le Maroc aux marocains ». Exigeant le retour à la paix, l’indépendance de la République du Rif et le retrait des troupes françaises, ces chansons populaires antimilitaristes constituent un trouble à l’ordre public pour le gouvernement. Les arrestations sont nombreuses et les chansons les plus ouvertement engagées contre la guerre du Rif, censurées aussitôt connues du public.

On retrouve dans les paroles de « Sous le Soleil Marocain » les trois piliers phares du PCF de l’époque : anticapitalisme, antimilitarisme, anticolonialisme. L’anticapitalisme est présent dès le premier couplet par la référence à la misère économique extrême du personnage central. L’antimilitarisme apparaît à travers le personnage d’un jeune soldat engagé de force par son père, séparé de sa compagne et de leur enfant. La souffrance est tachetée d’espoir au premier couplet, de tristesse au second, d’inquiétude de ne jamais connaître son fils qui vient au monde en son absence ; de tragédie au troisième, lorsque le jeune soldat perd la vie, loin des siens, sur un sable sur lequel il n’a jamais souhaité se battre.

Mais des burnous blancs
Et des coups de feu
Alertent le camp
Quand fermant les yeux
Le petit soldat
Tomb’ le cœur troué
En r’voyant là-bas
Ceux qu’il va quitter
Et c’est pour eux, dans un dernier soupir,
Qu’il dit encore, déjà près de mourir.

Sous le soleil marocain
Adieu ! adieu ! mon enfant, ma jolie
Au pays des rifains
Sans vous revoir, je vais quitter la vie
Dans le sable sans fin
Sans vos baisers, je connais l’agonie
Seule une croix, demain sera mon destin
Sous le soleil marocain

Alors que le souvenir de la guerre du Rif a été, dès la fin du conflit, volontairement occulté, « Sous le soleil marocain » a perduré dans le répertoire français. Certainement la chanson était-elle relativement tolérée bien que produite par une idéologie qui était loin de faire l’unanimité. Paradoxalement et par déformation, vidée de sa dimension politique, la chanson a pu être rangée dans le répertoire des « chansons coloniales » ou « exotiques » car usant effectivement d’un registre quelque peu stéréotypé qui rappelle des chants pro-coloniaux servant pourtant la cause opposée. André Perchicot, le chanteur qui rendra populaire cet air, interprétera quelques années plus tard: « Ah! que c’est beau l’exposition« , louant l’exposition coloniale de 1931, pourtant ouvertement pro-colonialiste et boycottée par le PCF.

Pour aller plus loin…

>Consultez La chanson française et son histoire, par Dietmar Rieger.
>L’article scientifique « Magnifier, rigoler, oublier, protester… Complaintes de soldats sous les tropiques », par Alain Ruscio.
>Celui de Jacques Cremadeills pour Les cahiers de la Méditerranée, sur la position du PCF pendant la guerre du Rif 

Visuel : Partition « Sous le soleil marocain » par Perchicot