Archives par mot-clé : Loire

Les chants de mai du Mont Pilat

Pour cette seconde archive du mois de mai, restons dans le thème saisonnier et penchons nous quelques instants sur une tradition rurale très ancienne : les quêtes et les chants de mai.

******

Parmi les traditions villageoises autrefois répandues, les chants de quête rythmaient les saisons : à diverses occasions (à Noël ou à Pâques par exemple), des groupes de chanteurs se déplaçaient de maison en maison pour récolter nourriture ou argent. Les chants de mai s’inscrivent dans cette tradition des quêtes. Attestée dans de nombreuses régions (dans la Loire-Atlantique notamment, comme le rapportent nos confrères de Datsum), les quêtes de mai dans nos contrées rhônalpines ont été contées au micro de Jacques Bardot.

Ce collecteur aux multiples casquettes a parcouru le département de la Loire dans les années 1980, à la recherche de chansons, d’airs instrumentaux et de commentaires sur les coutumes de ce territoire qui sont désormais consultables sur la site de la Base inter-régionale du Patrimoine oral. À Pélussin dans le Pilat, une habitante lui raconte ses souvenirs de jeunesse :

Commentaires sur « La chanson du mois de Mai »Voir la notice complète

Dans la nuit de 30 avril au 1er mai, des groupes de jeunes gens parcouraient les chemins, s’arrêtant à toutes les maisons pour y chanter le mai. Les chanteurs ne s’arrêtaient de chanter que lorsque les habitants descendaient pour remplir le panier d’œufs et de lards, qui servaient le dimanche suivant à faire une grande omelette pour les jeunes du village. Les paroles des chants rappelaient souvent le marché aux habitants, en des termes plus ou moins imagés (voyez la menace dans l’extrait ci-dessous).

« Monsieur réveillez vous » – Voir la notice complète

C’était donc avant tout un moment de fête, au sujet duquel l’écrivain Michel Jeury raconte qu’ « on ne dormait pas beaucoup dans nos campagnes, cette nuit-là. Les chiens, excités, aboyaient sans arrêt et se taisaient seulement à l’aube avec les derniers chanteurs » (Michel Jeury, Les gens du Mont Pilat : histoire de Claudia et Joseph, mes parents, Paris, Pocket, 2002).

Pour appréhender tous les enjeux de ces quêtes de mai, il n’est peut-être pas inutile d’écouter un dernier chant de mai, interprété par Germaine Panel dans le cadre d’une soirée organisée par l’association « Visages de notre Pilat » en 1982 (sur cette soirée, voyez cette autre archive de la semaine).

« Là -bas sous l’olivier le rossignol y chante » – Voir la notice complète

Ce dernier chant donne à entendre les deux principaux aspects de cette tradition. Le premier couplet célèbre l’arrivée des beaux jours, « où qu’il fait bon coucher la nuit sans couverture » . Le second évoque des galants, se pressant à la porte des jeunes filles pour leur porter « un joli bouquet, de roses toutes jolies » .

Dans le premier extrait, l’habitante de Pélussin se souvient que les garçons et les filles, « ça se fréquentait pas ». D’autres témoignages laissent cependant penser que, au delà de la célébration du printemps (qui s’inscrit dans une tradition païenne très ancienne et répandue en Europe), les quêtes de mai servaient également à faire se rencontrer les jeunes des hameaux voisins, et jouait vraisemblablement un rôle dans le marché matrimonial local.

Pour en savoir + :

Crédits photos : ARLOUK – Pixabay

LES FÊTES DU 15 AOÛT D’AUTREFOIS…

En 1980, une habitante de Pélussin, commune du territoire du massif du Pilat dans la Loire, partage ses souvenirs autour des processions chrétiennes traditionnelles le jour de la fête mariale du 15 août qui célèbre l’Assomption de la vierge Marie. Cet extrait est tiré de l’enquête « Chansons du Pilat 1 » du fonds Jacques Bardot que nous avons plusieurs fois mis en valeur dans ce carnet. Cette semaine nous avons donc choisi de vous présenter l’écoute de la parole d’une habitante, contrastant avec nos précédents billets accès sur des répertoires musicaux.

En France, les processions de l’Assomption existent depuis le règne de Louis XIII et mêlent festivités et rituels religieux. Aujourd’hui, ce jour férié a maintenu sa popularité dans les territoires ruraux, mais sa dimension religieuse est inégalement présente dans les processions comme dans les mémoires. Ces rassemblements étaient avant tout une occasion de réunir les habitants pour célébrer la Vierge et pour louer leur appartenance à une paroisse : les bannières de procession représentent généralement les Saints identifiant une paroisse, une congrégation… L’habitante de Pélussin enregistrée par Jacques Bardot dans cette enquête se souvient ainsi de celles illustrant Saint Laurent, un Saint célébré par de nombreuses Églises de France ; ou encore de Saint Sabin qui, spécifiquement honoré dans le massif du Pilat (un sommet y porte son nom), est une marque identitaire pour le territoire. Saint Sabin fait d’ailleurs l’objet de nombreuses légendes locales (la plus connue affirmant que St-Sabin aurait converti Ponce Pilate, l’étymologie populaire considère que le massif du Pilat tire son nom du célèbre romain).

Aujourd’hui, et depuis notamment la désertification des campagnes qui touche également le costume ecclésiastique, cette tradition de la procession est très peu pratiquée localement et a perdu son caractère ritualisé. Cependant, si les cantiques ne résonnent plus dans la rue, plusieurs manifestations publiques (les défilés de chars, les dépôts de gerbe…), religieux (la messe du 15 aout), festifs (feux d’artifices, fêtes foraines,  concours, bals…) continuent d’animer les villages en ce jour férié et de réinventer ainsi son rôle dans nos temps et territoires contemporains.

Pour aller plus loin…
> L’enregistrement dans son intégralité
> Dans la même région du Pilat : discussion autour des chants de procession et de rogation 
> Celle autour des fêtes liturgiques au village (Véranne, Loire)

Visuel : photos de Céline et Jacques Lanciault, « L’assomption de la VIerge », Le Corrège, XVIe siècle, dôme de Parme (Italie)

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin

« Sous le soleil marocain »

« Sous le soleil marocain » est une chanson interprétée par Germaine Panel, habitante du Pilat (Loire), et collectée par Jacques Bardot en 1980.

La chanson a été écrite en 1925 et est aujourd’hui considérée classée au répertoire des chants d’engagement communiste. À cette époque, la France est engagée dans la guerre du Rif (territoire berbère, rural et montagneux du Nord du Maroc), l’un des sombres épisodes de notre histoire qui a bien peu marqué la mémoire collective. Sur le territoire marocain sous protectorat depuis 1912, armées françaises et espagnoles se sont opposées de 1921 à 1926 à l’Armée de libération du monde musulman, mouvement de rébellion rifaine dirigé par Abd el-Krim.

Figure d’opposition aux impérialismes, le Parti Communiste Français (PCF) a, au début de la même décennie, signé son adhésion à la IIIe Internationale dont l’une des conditions était de soutenir les mouvements de rébellion anticolonialiste. Toutes les gauches, françaises et espagnoles, s’unissent en 1925 autour d’un vaste mouvement de grèves et de manifestations, particulièrement suivi par la jeunesse, alliant soutien à Abdelkrim et anticapitalisme, en France autour du « comité central d’action contre la guerre du Rif et les impôts Caillaux. ».

« Sous le soleil marocain » est écrite dans ce cadre militant en 1925, année de l’entrée de la France dans le conflit du Rif, commencé en 1921 par la bataille d’Anoual, où Abd el Krim écrasa les forces du général espagnol Sylvestre. La chanson fait partie d’un corpus attribué au PCF, dans lequel l’on en retrouve d’autres aux titres encore plus explicites, tels que « Le Maroc aux marocains ». Exigeant le retour à la paix, l’indépendance de la République du Rif et le retrait des troupes françaises, ces chansons populaires antimilitaristes constituent un trouble à l’ordre public pour le gouvernement. Les arrestations sont nombreuses et les chansons les plus ouvertement engagées contre la guerre du Rif, censurées aussitôt connues du public.

On retrouve dans les paroles de « Sous le Soleil Marocain » les trois piliers phares du PCF de l’époque : anticapitalisme, antimilitarisme, anticolonialisme. L’anticapitalisme est présent dès le premier couplet par la référence à la misère économique extrême du personnage central. L’antimilitarisme apparaît à travers le personnage d’un jeune soldat engagé de force par son père, séparé de sa compagne et de leur enfant. La souffrance est tachetée d’espoir au premier couplet, de tristesse au second, d’inquiétude de ne jamais connaître son fils qui vient au monde en son absence ; de tragédie au troisième, lorsque le jeune soldat perd la vie, loin des siens, sur un sable sur lequel il n’a jamais souhaité se battre.

Mais des burnous blancs
Et des coups de feu
Alertent le camp
Quand fermant les yeux
Le petit soldat
Tomb’ le cœur troué
En r’voyant là-bas
Ceux qu’il va quitter
Et c’est pour eux, dans un dernier soupir,
Qu’il dit encore, déjà près de mourir.

Sous le soleil marocain
Adieu ! adieu ! mon enfant, ma jolie
Au pays des rifains
Sans vous revoir, je vais quitter la vie
Dans le sable sans fin
Sans vos baisers, je connais l’agonie
Seule une croix, demain sera mon destin
Sous le soleil marocain

Alors que le souvenir de la guerre du Rif a été, dès la fin du conflit, volontairement occulté, « Sous le soleil marocain » a perduré dans le répertoire français. Certainement la chanson était-elle relativement tolérée bien que produite par une idéologie qui était loin de faire l’unanimité. Paradoxalement et par déformation, vidée de sa dimension politique, la chanson a pu être rangée dans le répertoire des « chansons coloniales » ou « exotiques » car usant effectivement d’un registre quelque peu stéréotypé qui rappelle des chants pro-coloniaux servant pourtant la cause opposée. André Perchicot, le chanteur qui rendra populaire cet air, interprétera quelques années plus tard: « Ah! que c’est beau l’exposition« , louant l’exposition coloniale de 1931, pourtant ouvertement pro-colonialiste et boycottée par le PCF.

Pour aller plus loin…

>Consultez La chanson française et son histoire, par Dietmar Rieger.
>L’article scientifique « Magnifier, rigoler, oublier, protester… Complaintes de soldats sous les tropiques », par Alain Ruscio.
>Celui de Jacques Cremadeills pour Les cahiers de la Méditerranée, sur la position du PCF pendant la guerre du Rif 

Visuel : Partition « Sous le soleil marocain » par Perchicot