Archives par mot-clé : les bronzés

Étoile des neiges

On la gardait sous le coude « pour quand ce serait l’hiver » et que les stations de ski ouvriraient donc leurs pistes, assurées d’avoir un minimum de neige. La vague de froid que nous avons traversée ces dernières semaines est donc un excellent prétexte pour faire sortir cette « Étoile des neiges » des méandres de notre portail !

Quand on vous dit que le Portail régional du Patrimoine Oral est une véritable mine d’or, il faut nous croire sur parole ! Mais parfois, on se surprend nous-mêmes : quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’en re-parcourant le fonds Charles Joisten, nous sommes tombées sur la fameuse chanson « Étoile des Neiges ».

Oui oui oui, « Étoile des neiges ».
Oui oui oui, celle-ci.
La même.
Exactement…

Enfin presque !

Étoile des Neiges – Lire la notice complète 

L’enregistrement date du 17 décembre 1980 alors qu’une visite du Musée Dauphinois de Grenoble était organisée pour un groupe d’habitants de la commune de Saint-Véran, une commune située dans les Hautes-Alpes, à proximité de l’Italie. Dans ce groupe, une personnalité, Gabriel Berge, est particulièrement remarquée pour sa connaissance d’un important répertoire de chansons populaires locales. Il est ici accompagné par une femme qui n’est pas identifiée.

Ah ça oui, ça attire l’attention de « tomber » sur cette chanson. On rit un peu, on clique en se disant que ça ne va pas être « ça ». Et puis si, le même air… C’est indubitable, c’est le même air. Ah… Mais tout de même ! Non, ce ne sont pas les mêmes paroles ! Mais alors pourquoi ? Et s’ensuit alors une recherche sur internet qui nous permet de recréer le fil de tous les remous qu’a connus cette « Étoile des neiges ».

Pour être sûre que tout le monde voie bien à quoi cette version de 1980 est comparée, osons cette vidéo :

Comment est-on donc passé de cette « Étoile des neiges » qui raconte l’amour impossible liant, à l’image du conte d’Andersen, une bergère à un ramoneur, à ce « Quand reverrais-je ce pays merveilleux » qui pleure l’exil ?

Il faut apparemment remonter bien avant le début des années 1980 et faire un détour par l’Autriche où fut créée en 1944 et par Franz Winkler la première version de cette valse, « Fliege mit mir in die Heimat ». Exprimant le mal du pays, cette chanson sentimentale est reprise ensuite dans de nombreux pays dont l’Angleterre où elle fut connue sous le nom de « For ever and ever » puis en France où elle prit le nom d’« Étoile des neiges » grâce au travail conjoint de Jacques Hélian et de son parolier, Jacques Plante. Dans cette version, ce n’est déjà plus la même histoire qui y est racontée : exit la nostalgie, place à la Savoie, au ramoneur et à la bergère. La version de Line Renaud dans les années 1950 remporte elle aussi un vif succès.

En 1979 sort le film humoristique « Les Bronzés font du ski » écrit et interprété par la troupe du Splendid et réalisé par Patrice Leconte. La scène – mythique – de Michel Blanc resté bloqué sur un télésiège en pleine nuit et entonnant une drôle de chanson qui ressemble étonnamment à notre « Étoile des neiges » interroge donc : « Quand te reverrai-je, pays merveilleux » est-elle une version parallèle à celle imposée en France par Jacques Hélian ? Ou s’agit-il de la bande originale du film ?

Dans « L’après-ski des Bronzés » (« making of » intégré à l’édition « collector » du film), Patrice Leconte raconte : « Au départ, il [Michel Blanc] chantait Étoile des neiges … parce qu’on était sûr que c’était dans le domaine public ou peu s’en faut. Et puis, on apprit que pour chanter « Étoile des neiges », il fallait payer très cher et nous on s’est dit plutôt crever que de payer cher. Ce n’était pas nos sous mais on était solidaire du producteur et j’ai demandé au compositeur de la musique de nous faire un “à la manière de”, mais autre chose, c’est-à-dire que ça puisse se caler sur Étoile de neiges, mais qu’il chante autre chose. Et donc Étoile des neiges est devenue Quand te reverrai-je ? ».

C’est donc Pierre Bachelet et Raymond Gimenes qui ont retravaillé la chanson pour le film… offrant une version française au sens presque plus « fidèle » à l’originale que notre chère « Étoile des neiges ».

Crédits photo : Vignette de La Bergère et le ramoneur d’après le conte d’Andersen par Bertall représentant le ramoneur, la bergère et le « grand-père ».