Archives par mot-clé : le Rize

Quelle Mémoire !

Pour commencer cette nouvelle année, présentation d’un nouveau venu sur le portail des archives sonores de Rhône-Alpes : le fonds Quelle Mémoire !  du Rize – Centre Mémoire et Société.

***

Le Rize, équipement culturel singulier de la ville de Villeurbanne porte, depuis son inauguration en 2008, un projet culturel original souhaitant associer le travail des Archives municipales et de chercheurs associés à la mémoire des habitants de Villeurbanne pour construire un récit commun de la ville faisant la part belle aux mémoires ouvrières et de l’immigration. Le Rize a ainsi mis en place un programme permanent de recueil de témoignages et de récits de vie de Villeurbannais, dans le but de documenter les différents temps forts qui rythment sa programmation culturelle et de constituer un fonds d’archives orales au sein des archives municipales.

Depuis sa création, le Rize a noué un partenariat étroit avec le CMTRA en entreprenant dès 2008 une vaste enquête ethnologique sur les musiques traditionnelles et populaires à Villeurbanne. Les nombreuses collectes menées par le CMTRA dans le cadre de ce projet de recherche ont donné lieu à l’exposition « Musiques ! Voyages sonores de Villeurbanne » et ont servi à la conception de documentaires sonores diffusés lors des Escales Sonores, soirées de découvertes des territoires musicaux de Villeurbanne (à l’occasion de 10 ans du Rize, une exposition rétrospective s’y tiendra d’ailleurs à partir du 2 février 2018). En 2016, les collectes ont été traitées et mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral au sein du fonds Musiques migrantes de Villeurbanne.

L’année dernière, dans le cadre du réseau documentaire dédié aux archives sonores en région Auvergne-Rhône-Alpes, le CMTRA a documenté, décrit et mis en ligne une partie du fonds Quelle Mémoire !  : ce sont 65 entretiens réalisés entre 2014 et 2016 par la biographe Cécile Mathias, récits de vie spontanés ou témoignages thématiques liés aux temps forts du Rize qui donnent à entendre une mémoire vivante de la ville.

Souvenirs du café familial « La Joyeuse Gargote » par Chantal Crolla, habitante de Villeurbanne – voir la notice complète ici

Au fil des entretiens, qui ont été réunis en plusieurs corpus, se dévoilent des trajectoires singulières, mais également des récits collectifs et des expériences communes. Le petit corpus ouvrières à Villeurbanne, qui présente deux parcours de femmes ayant travaillé à l’usine de chaussure Bally-Camsat, entre évidemment en résonance avec l’histoire industrielle de la commune. Mais il est intéressant de noter que les traces du passé industriel de Villeurbanne transparaissent dans la plupart des entretiens du fonds, bien au-delà de la seule question du travail. Dans le quartier Flachet notamment, c’est par l’entrée de l’habitat que la question ouvrière surgit. Dans ce quartier où l’entreprise Gillet a construit dans les années 1920 une importante cité ouvrière, la mémoire du passé industriel s’inscrit dans le bâti et les jardins, dont continuent aujourd’hui de bénéficier les habitants. De même, lorsque la propriétaire de la Joyeuse Gargote livre à Cécile Mathias l’histoire du café familial, implanté aux abords de l’usine Delle, les ouvriers sont encore au centre du récit : dans les années 1950, ce sont les 3 x 8 qui dictent les horaires d’ouverture du café, de 4h du matin à 23h.

A ce type d’entrées thématiques dans le fonds s’ajoutent des entrées territoriales. En effet, chaque année, le Rize met à l’honneur un quartier de Villeurbanne. Dans la partie du fonds que nous avons documentée et mise en ligne, deux quartiers, Flachet et les Buers, font ainsi l’objet de corpus spécifiques. Cette entrée par quartier est également extrêmement intéressante, mettant en lumière les réseaux de solidarités au niveau très local, ainsi que les évènements qui ont pu fédérer les habitants d’un quartier et contribué à construire un récit collectif et un sentiment d’appartenance. Dans le quartier des Buers, par exemple, la mobilisation pour la construction d’un mur anti-bruit le long du périphérique fait partie de ces épisodes marquants de l’histoire du quartier :

Témoignage de Pierre Corbier, habitant des Buers, sur la mobilisation pour le mur anti-bruit – voir la notice complète ici

Ce fonds a vocation à être enrichi en 2018 par d’autres entretiens, désormais menés par l’équipe du CMTRA. Au programme, une nouvelle entrée territoriale autour de la Doua, et des corpus thématiques sur la danse et l’accueil des migrants. De quoi nourrir notre connaissance du territoire villeurbannais et mieux appréhender sa richesse et son histoire.

En savoir plus :

  • Le Rize +, centre de ressources multimédia sur Villeurbanne

Crédit photo : Archives municipales de Villeurbanne – Inauguration des Gratte-Ciel en juin 1934 : affiche d’Albert Boucherat (8Fi132)

 

« Des mondes d’amour en musique »

coeur-seulLe jeudi 16 Juillet 2015 a eu lieu la seconde Escale Sonore de l’année, autour du couple « Amour et Musiques ».  Des habitants-musiciens de Villeurbanne et la Chorale Intergalactique coordonnée par le CMTRA nous ont fait voyager à travers une myriade de façons de dire, chanter, jouer et orchestrer les élans de chairs et d’âmes suivant les territoires et les cultures.

Ces rendez-vous trimestriels proposés par le CMTRA et le Rize – Centre Mémoires et Sociétés,  sont nés en 2013 et proposent aux musiciens, étudiants, curieux et passionnés des soirées de découverte d’un répertoire ou d’une thématique originale explorant les patrimoines musicaux des habitants de Villeurbanne. Ces soirées sont ponctuées d’ateliers de transmission, de moments d’écoute collective d’un documentaire sonore, de rencontres avec les musiciens et de concerts.

La soirée « Des mondes d’amour en musiques » a ainsi accompagné la sortie de résidence artistique de la compagnie de théâtre Anda Jaleo, qui pendant son année passée au Rize avait décidé de « mettre de l’amour plein la ville« .

L’écoute collective de « Mère_émoi », un magnifique documentaire sonore de Péroline Barbet,  compagne de longue route du CMTRA, ainsi que les échanges qui ont suivi avec le public nous l’ont bien montré : l’amour peut être un immense terrain d’exploration ethnomusicologique. En attendant la publication dans ces pages d’un petit dossier documentaire à l’issue de cette escale amoureuse, nous vous invitons à lire ce très riche article de l’anthropologue Carmen Bernand : « Le coeur brisé et les larmes noires. Survol sur l’amour en musique », consultable en ligne sur le site ethnographique.org.

Plus largement, sur la thématique « Musiques et émotions », ne pas manquer les écrits de la philosophe Sandrine Darsel. L’ntroduction de son ouvrage De la musique aux émotions : Une exploration philosophique paru aux Presses Universtitaires de Rennes en 2009 est consultable ici.