Archives par mot-clé : immigration

Antonio Canovi et la géohistoire

L’équipe Passerelle/Fab’mem a rencontré Antonio Canovi, géo-historien de l’UniMoRe à l’initiative des « géo-explorations » dans la chaîne italienne des Apennins et en région parisienne. Lors de cette interview, il revient sur l’essence de la géohistoire et sur l’intérêt pour les chercheurs d’explorer les terrains étudiés, notamment à travers l’exemple de ses recherches autour de l’immigration italienne à Argenteuil.

A propos de la géohistoire…

La Géohistoire (terme initialement utilisé par l’historien Fernand Braudel) est une posture scientifique qui articule les deux disciplines de l’histoire et de la géographie autour d’un dénominateur commun : l’espace. Cette branche a connu un regain d’intérêt scientifique dans les années 2000, réunissant des chercheurs qui réfutaient les évidences si peu questionnées de la dichotomie espace / temps. La géohistoire abrite des méthodes diverses qui articulent archives contemporaines et archives plus anciennes. On compte notamment dans ses rangs des partisans de « l’histoire du paysage », ou de « l’histoire environnementale ». Antonio Cavoni insiste sur ce terme de « paysage » qui implique de prendre en compte les perceptions, les représentations esthétiques, et donc d’intégrer la part du sensible dans la codification des espaces, à la manière d’un Titien ou d’autres grands peintres italiens ayant longtemps étudié cette notion.

La géo- exploration : l’approche sensible de l’espace

Au cours de sa carrière de géohistorien, Antonio Canovi a mené plusieurs explorations sur ses terrains d’étude, cherchant à faire parler le présent pour chasser les traces du passé. A Argenteuil (95), en banlieue parisienne, il s’est intéressé à l’histoire de l’immigration italienne de la fin du 19e siècle. Anciennement industrielle, Argenteuil a accueilli une importante communauté regroupée dans des bassins de vie communs, sur ses « collines ». Ces quartiers restés populaires sont aujourd’hui habités par d’autres populations issues de l’immigration (des turcs en majorité). Si au premier abord il semble difficile de percevoir les traces d’une influence culturelle italienne, le chercheur nous invite à aborder les lieux autrement. « Une fois dans Argenteuil il faut se promener à pieds ». Cette promenade ne fait pas simplement office d’imprégnation initiale mais constitue pour le chercheur une véritable méthode de constitution de sources historiques. La géo-exploration consiste à « faire parler » le lieu, ou plutôt les lieux car la ville a de multiples visages. A Argenteuil il retrouve la typologie italienne qui résonne avec les espaces verts (des jardins potagers, des arbres fruitiers…) indicateurs de la présence d’une culture méditerranéenne qui, éloignée de Paris, recherchait un rapport à la terre.

Plus qu’un travail d’exploration solitaire, la méthode d’Antonio Canovi consiste à susciter des interactions : de l’habitant avec son lieu de vie, celles des habitants entre eux, entre le chercheur et les habitants, entre le présent et le passé… La géohistoire insiste sur l’importance de la mémoire vivante des lieux, de l’imaginaire social : la population, ses représentations, sont à prendre en considération au même titre que la trace physique d’un vestige. Pour redonner cette place essentielle à cette histoire orale locale, le chercheur organise des promenades collectives au coté d’habitants d’horizons diversifiés, les interroge, et laisse une grande place aux rencontres fortuites. Il analyse ensuite les « tableaux » des autres : discours, anecdotes, représentations, les silences également qu’il estime parfois plus probants, plus connotés, que la parole elle même.

Au delà de l’histoire orale cette recherche est sensorielle : le travail de reconnaissance des cultures des lieux se faisant par l’ouverture des sens, par le dépassement de la seule vision. Les odeurs dans les rues, au sein des foyers, la répartition des sons… sont autant d’indicateurs humains, identitaires, qu’Antonio Canovi combine à l’analyse du visible.

Pour aller plus loin…
> Lire le résumé de l’ouvrage d’Antonio Canovi Argenteuil Creuset d’une petite Italie-Histoire et mémoire d’une migration.
> Écouter les conférences de Philippe Descola sur « les formes du paysage« , au Collège de France, ou lire ses résumés annuels
> L’article de Nicolas Jacob-Rousseau : « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?« , 2009
> L’article de Marie-Luce Gélard : « L’anthropologie sensorielle en France, un champ en devenir?« , 2016

Visuel :
« The Naked City », Guy Debord. Reproduction issue du site du « Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel« 

Colloque : Une pluralité audible ?

Le CMTRA fait partie du comité scientifique d’un colloque international organisé par le CIEREC et l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne. Intitulé « Une pluralité audible? », il réunira sur deux journées une vingtaine de chercheurs et d’acteurs culturels spécialistes des musiques, langues et environnements sonores en contexte urbain. Ce colloque se tiendra les lundi et mardi 4 et 5 avril 2016 à l’Université Jean Monnet.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI.

Dans le cadre du projet de recherche-action « Comment sonne la ville ?« , le CMTRA propose en marge de ce colloque la visite d’une exposition de portraits sonores des habitants-musiciens rencontrés depuis deux ans sur le territoire stéphanois. En clôture du colloque, le mardi 5 avril à 17h, une visite commentée de l’exposition « Saint-Etienne Cosmopolitaine« , sera proposée par Cyril Longin, conservateur et directeur des Archives Municipales de Saint-Étienne.

Pour plus d’informations sur le colloque, n’hésitez pas à contacter ses organisatrices, Anne Damon-Guillot et Talia Bachir-Loopuyt.

Pour toute question concernant l’exposition de portraits sonores, contactez Mélaine Lefront, chargée de l’action culturelle au CMTRA.
Visuel : Photographie de Daniel Valot (sculpture Sans titre de l’artiste Tanguy, Lyon 4)

« Mes voisins »

Depuis le 20 septembre 2015, les Archives Municipales de Saint-Etienne accueillent une exposition d’envergure autour de l’histoire culturelle des migrations dans la ville. « Saint-Etienne Métropolitaine. Des migrations dans la ville » dresse son portrait, telle qu’elle a été façonnée par la diversité des habitants qui la composent.

st é cosmopolitaine

Cette exposition a ouvert le champ, pour cette saison  stéphanoise 2015 / 2016, à la diversité des initiatives locales dédiées à une meilleure connaissance et reconnaissance des patrimoines culturels issus de l’immigration, et leur rôle dans l’histoire de ce territoire.

C’est le cas du projet « Mes voisins. Récits de l’immigration et l’installation en France » accueilli par le centre social Le Babet. Une exposition sur la mémoire de l’accueil associatif des étrangers en Rhône-Alpes est installée depuis le 17 mars dans l’espace galerie du centre. Jusqu’au vendredi 25 mars, de 11h à 18h une collecte participative de témoignages et de photographies est proposée par Benjamin Vanderlick, ethnologue-photographe et coordinateur du réseau Traces et par Péroline Barbet, collectrice et réalisatrice sonore. Enfin, une projection-rencontre publique autour des créations multimédias réalisées avec les habitants-collecteurs ayant pris part au projet sera organisée le mercredi 30 mars à 18h.

N’hésitez pas à aller découvrir cette initiative proche de nos actions et préoccupations dans le cadre du projet « Comment sonne la ville« , présenté dans un précédent billet.

Pour toute information sur « Mes voisins », contacter Le Babet :
04 77 33 33 92 ou à secretariat@mqbabet.fr

« Arriba en la cordillera »

« Arriba en la cordillera« , composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe « Pueblo Latino » au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

« Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique » Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, « tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire ». Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

« On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière. » Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : « J’ai perdu la guerre, mais c’est tout« . Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition « Musiques! » co-réalisée en 2010 avec le CMTRA