Archives par mot-clé : franco-provençal

Quand mon grand-père semait l’avoine

Il n’aura pas échappé aux plus ruraux de nos lecteurs que ces derniers jours, le ballet des moissonneuses-batteuses a repris dans les campagnes. L’occasion pour nous de retourner sonder le portail régional du patrimoine oral à la recherche d’une archive sonore sur le thème des moissons.

***

Entre les commentaires sur les coutumes et costumes liés aux semailles et moissons aux Avénières, et la « Chanson des blés d’or » , notre oreille se trouve une nouvelle fois accrochée par la voix de Germaine Panel. De son ample répertoire collecté par Jacques Bardot à Véranne (Loire) dans la première moitié des années 1980, nous vous avons déjà donné à écouter plusieurs interprétations : « Soin soin » , « La chanson de Roland » ou encore « Sous le soleil marocain« .  Aujourd’hui, penchons-nous sur la chanson en francoprovençal « Quand mon grand-père semait l’avoine », qu’elle interprète au micro de l’enquêteur en février 1984 :

« Quand mon grand-père semait l’avoine » , par Germaine Panel – voir la notice complète ici

Quan mon grand-pôre senôve son avène, (bis)                                                       Senôve la palha,                                                 Senôve lo gran,                                                  Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.                                                     A ! la bèla avèna, que Dièu me la ramena !

Quan mon grand-pôre repayôve son avèna, (bis)

Repayôve la palha,

Repayôve lo gran,

Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.

A ! la bèlà avèna, Que Dièu me la ramena !

Quand mon grand-père semait son avoine, (bis)
Il semait la paille,                                        Il semait le grain,                                         Il tapait du pied,                                         Levait la main.                                                 Ah ! la belle avoine, que Dieu  me la ramène !

Quand mon grand-père hersait l’avoine, (bis)                                                  Il hersait la paille,                                        Il hersait le grain,                                         Il tapait du pied,                                           Levait la main.                                                Ah !  la belle avoine, que Dieu me la ramène !                                                            

Nous avons là une chanson énumérative : à chaque nouveau couplet, un mot change pour retracer les différentes étapes de la culture de l’avoine : les semis, la moisson, le battage, la mouture, la cuisson du pain et enfin… sa digestion (« Je me souviens qu’à la fin, c’était pas joli ! »  nous dit Germaine) !

Patrice Coirault, qui consacra aux chansons énumératives des pages devenues fameuses, écrivait en 1953 que « leur origine semble se perdre dans la nuit de nos préhistoires, leurs commencements se confondre avec ceux de l’art verbal » . Et de s’interroger : « Leur genre serait-il aussi vieux que le monde des hommes ? » Il est vrai que quelques recherches rapides sur « La belle avoine », qu’on peut ranger dans la catégorie « H – Métiers et travaux (cycliques et saisonniers) » de la classification de Patrice Coirault, nous amènent aux quatre coins de la France et nous font remonter jusqu’au milieu du XIXe siècle. On en trouve ainsi une version collectée par Joannès Dufaud dans le Haut-Vivarais (300 chansons populaires d’Ardèche. Textes et partitions, pages 396-397), plusieurs interprétations d’habitants des Monts du Lyonnais, filmés et visibles sur le site « Francoprovençal des Monts du Lyonnais« , mais également une version collectée lors de l’enquête de 1853 sur la chanson populaire en Normandie.

Ce genre de chanson très ancien a très tôt retenu l’attention de collecteurs de la littérature orale. Déjà en 1880, les collecteurs et éditeurs Achille Montel et Louis Lambert s’étaient penchés sur les chansons énumératives, qu’il voyaient avant tout comme des petites pièces puériles, idéales pour distraire les enfants car extensibles à l’infini, tout en soulignant le rôle pédagogique de ce type de poésie populaire. Ainsi, note Madeleine Béland, « [pour les pionniers de l’étude des chants énumératifs], ces chants donnent une leçon de mots et de logique à l’enfant tout en ayant comme avantage de tuer le temps, dissiper l’ennui et de l’apaiser » .

Leçon de mots et de logique disions-nous, mais également leçon sur la valeur du travail pour le père de Germaine, qui profite de cette chanson pour l’avertir : « Pense le bien, combien avant que ton morceau de pain soit sur la table, ce qu’il a fallu faire » .

Pour aller + loin :

  • Patrice Coirault, « Chansons énumératives et randonnées », dans Formation de nos chansons folkloriques, Éditions du scarabée, 1953, pages 389-484
  • Conrad Laforte, « Poétique des chansons énumératives » , dans Poétiques de la chanson traditionnelle française: classification de la chanson folklorique française, pages 83-105

Crédits photo : AlainAudet – Pixabay

Les vêpres de Montagny

L’archive de la semaine revient aujourd’hui dans l’immense fonds de Charles Joisten, conservé au Musée Dauphinois et dont un petit corpus musical a été mis en ligne en 2016 sur le Portail Régional du Patrimoine Oral.

Direction les montagnes savoyardes pour écouter les Vêpres de Montagny, chant satirique en francoprovençal
interprété par Simone Benoit.

*******

En mai 1975, Charles Joisten et l’érudit savoyard Marius Hudry posent leur micro au Planay en Savoie, chez Simone Benoit. Âgée de 63 ans à l’époque, celle-ci leur interprète les Vêpres de Montagny, une chanson en dialecte savoyard qu’elle avait apprise enfant.

Les Vêpres de Montagny, chantées par Simone Benoit – retrouvez la notice complète ici

Cette parodie de chant religieux, chantée à la manière d’un chant grégorien, reprend une chanson satirique qui évoque un dialogue entre un père et son fils, en pleine préparation du mariage de celui-ci. Georges (Dzourrdzô) imagine un mariage des plus fastueux, qu’il oppose au fruste de celui de son père. Voici par exemple le couplet sur la robe de la mariée :

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon fis ,

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon ami?

Na bèla rrôb in soué blantsé

pâré qu’in pinsâ-vô?

Non pa na rrôba de drêt

mon vôz é fé vô.

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon fils,

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon ami?

Une belle robe en soie blanche

père qu’en pensez-vous?

Non pas une robe de drap

comme vous avez fait vous?

Chaque couplet de la chanson est construit de la même manière, et décline tous les préparatifs du mariage : du choix de la femme (« Na bèla dzouin-na fèna […] Non pa na vèyé gèrbiche » / « Une belle jeune femme […] Non pas une vieille gribiche »), à la maison (« Na p(t)chita méson […] Non pa le cârro du bô » / « Une petite maison […] Non pas le coin de l’étable ») en passant par les chaussures, le chapeau et les boucles d’oreille de la mariée.

Parmi les nombreux couplets chantés par Simone, insistons tout de même sur celui relatif aux invités :

Tanta Yonie qu’y a guéyar de sou…

Non pa l’incroua de Montégny qui no lésera pas danhié

Tante Léonie qui a beaucoup de sous…

Non pas le curé de Montagny qui ne nous laissera pas danser

Ce couplet fait écho à d’autres vêpres parodiques où « le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres » (Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle » ). Non content de moquer le curé, on le fait sur un air religieux !

Simone Benoit se remémore avoir appris cette chanson d’une vieille dame, qui filait sa laine dans l’écurie d’un hameau voisin. Les enfants du coin avaient alors l’habitude d’aller la regarder travailler, et surtout l’écouter chanter ses complaintes. « C’était notre grande distraction » se souvient-elle.

Commentaires sur le patois par Simone Benoit – voir la notice complète ici

L’évocation des circonstances dans lesquelles Simone a appris les Vêpres de Montagny conduisent naturellement la discussion sur la question du patois. Ou plutôt des patois, car le patois de la vieille dame n’était pas celui du Planay : quand Simone parle ce patois à son mari, il lui réponds que « ça, c’est le patois du Champ Béranger ». Variations de la langue dans l’espace donc, mais aussi dans le temps. Ainsi Simone,  à propos de la langue de la vieille dame, se souvient : « Puis alors, elle avait un patois, vous savez, un patois qu’on dit plus, nous maintenant » .

Là réside toute la richesse des répertoires en francoprovençal, auxquels nous avons consacré le 22ème Atlas Sonore du CMTRA en 2012 : langue de transmission orale, elle est constamment enrichie, modifiée, infléchie par ceux qui, à l’instar de Simone Benoit, la font vivre et la transmettent.

Pour aller + loin :

Crédits photos : ardulei – Pixabay

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin

“V’tia la Saint Martin qu’approuche”

Extrait en franco-provençal de la chanson de « La Saint-Martin », interprétée par les chanteurs participants aux Rencontres de Lescheroux, commune de l’Ain. Enregistrement réalisé par Les musiciens routiniers le 15 mars 1981.

Historiquement, la fête de la Saint-Martin, le 11 novembre, est une tradition qui remonterait au Moyen-Âge. Dès le XVIIIe siècle, cette journée est consacré à la louée1 des domestiques. La Saint-Martin célébrait surtout un temps festif : le seul véritable jour non travaillé symbolisant l’émancipation du valet face au maître. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, cette fête revêtait une dimension sociale singulière. De grandes foires et des bals étaient organisés, les gens de la ville n’y étaient pas conviés et leurs employés n’hésitaient pas à dépenser des mille et des cents pour inviter leurs zettes2. Cirques, grandes roues, marchands ambulants, arracheurs de dents, singes savants, jeux de quilles et de tirs tenus par les bléquis3, étals en tous genres, et, surtout, des flots de vin… constituaient le paysage  de cette célébration qui reste d’actualité dans les campagnes bressanes d’aujourd’hui, sous des formes revues au goût du jour…et du lieu. Défilés de tambours et fifres, fanfares, gastronomie, flots de vin et lampions : de Biarritz à la Bavière, les fêtes de la Saint-Martin s’adaptent aux traditions festives locales.

Quant aux chansons  de la Saint-Martin, elles ont en commun l’amour du vin bien sûr, un art de la caricature et des scénarios récurrents de maris cocus et de valets Don Juan. Notre archive de la semaine illustre bien cette thématique :

« […]Savez-vous ce que je bois,
Sète-vous ce que je bavou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet puis la maîtresse
Lou vôle et la maitrecha
De bon vin blanc
D’bon vin blanc
Et puis moi de la piquette,
E pi ma de la pequeta,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…

Savez-vous ce que je mange,
Séte-vous ce que que je mangeou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet et puis la maîtresse
Lou vôle pi la maitrecha
De bon pain blanc,
D’bon pan blanc,
Et puis moi du pain de seigle
E pi ma de pan de chelia,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…
[…] « 

Nous avons catalogué à ce jour dans notre base de données sept interprétations de chansons de la Saint-Martin (ci-dessous), pour la plupart enregistrées par l’association des Musiciens routiniers de Bresse, parmi lesquels figure Sylvestre Ducaroy. Spécialiste de la cornemuse, il a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS à la tradition des conscrits.

Autres interprétations de chansons de la Saint-Martin :

1 La louée : date à laquelle les commis de ferme touchaient leurs gages et se présentaient à des nouveaux patrons potentiels.
2Les « zets » et « zettes » : surnoms donnés aux fiancés bressans, le jour de la Saint Martin la tradition voulait qu’ils circulent en se tenant par le petit doigt.
3Les bléquis : tenanciers forains 

Visuel : Saint-Martin dans une scène de charité, vitrail réalisé par Lucien-Léopold Lobin, à Tours, en 1864. Eglise d’Ingrandes-de-Touraine.