Archives par mot-clé : Fonds Charles Joisten

Souvenirs des migrations alpines

La petite partie du fonds Charles Joisten mise en ligne en 2016 sur le Portail Régional du patrimoine oral est principalement constituée de collectes musicales. Vous avez ainsi pu (re)découvrir dans ces colonnes le  Rigodon d’Emile Escalle ou le répertoire chanté d’Alexandrine Gaillard. Cependant, certaines enquêtes disponibles en ligne débordent largement les questions musicales. Elles ont été regroupées dans le corpus « Paroles : contes, croyances, témoignages et commentaires du Fonds Joisten ».

Entre  contes mimologiques et blagues grivoises et scatologiques, ce corpus donne aussi à entendre la mémoire orale d’un territoire. On y commente ainsi les veillées ou bien le chant à l’usine. On y parle également des migrants saisonniers italiens, qui venaient travailler dans les fermes alpines pendant l’été.

******

Dès les années 1950, le jeune Charles Joisten (1936-1981) sillonne  régulièrement les Hautes-Alpes à la recherche d’une mémoire orale dont il constate par ailleurs l’érosion dans les autres départements alpins.  À la fin des années 1970, c’est accompagné de Jean-Pierre Laurent, emblématique directeur du Musée Dauphinois de 1972 à 1986, que Charles Joisten retourne dans le Queyras, dans ces confins alpins qui font frontière avec le Piémont.

À Ceillac, ils font la rencontre de Marcel Simon, qui après leur avoir interprété une chanson, livre des informations sur les coutumes et croyances locales. Marcel Simon leur conte ainsi l’histoire de Gloudinetta, enlevée par les « foultons », les esprits ( « c’est-y vrai ou pas vrai, j’en sais rien ! » ), ou encore la « Magie de la brindille de bois » qui transportait les gens grâce à une formule magique en patois. Puis, les deux ethnologues interrogent Marcel Simon sur les liens de Ceillac avec l’Italie :

Souvenirs de Marcel Simon sur les rapports entre le Queyras et le Piémont – voir la notice complète ici

Si lui-même n’allait pas souvent en Piémont, Marcel Simon sait que de nombreux Italiens, hommes et femmes, venaient autrefois travailler dans les fermes de Ceillac. L’historienne Anne-Marie Granet-Abisset, dont la recherche de doctorat portait sur les migrations dans le Queyras, explique le recours fréquent des agriculteurs du Queyras à la main d’œuvre piémontaise ainsi : « À cette altitude […], il faut des bras abondants pour effectuer les travaux agricoles pendant un été souvent bref » . Cette contrainte climatique fait que dès le Moyen-Âge, des hommes et des femmes traversent les Alpes dans les deux sens et franchissent périodiquement les cols séparant le Piémont du Queyras pour travailler dans les fermes des vallées voisines. Piémontais et Queyrassins commercent également des deux côtés de la frontière, à l’instar des colporteurs qui, encore à la fin du XIXe siècle, parcourent les campagnes françaises et italiennes le dos chargé de livres et d’objets en tous genres, ou des contrebandiers qui n’ont cessé de franchir discrètement les frontières successives.

Ainsi, bien avant la fixation des frontières nationales entre la France et l’Italie dans la seconde moitié du XIXe siècle, les hautes vallées alpines sont le foyer d’une intense mobilité. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, comme le rapporte Marcel Simon, Français et Italiens se comprennent bien : ils négocient le salaire et les conditions de travail dans un patois commun. Certains travailleurs italiens reviennent d’ailleurs  tous les ans dans les mêmes fermes : des relations de confiance entre employeurs et employés se nouent au fil des ans. Parfois, ces relations débordent le cadre professionnel, et aboutissent à des mariages franco-italiens. Marcel Simon lui-même descend d’une union transfrontalière : son grand-père Daniel venait d’Angrogna, non loin de Sampeyre en Italie.

Souvenirs de Marcel Simon sur les mariages franco-italiens
voir la notice complète ici

La porosité de la frontière franco-italienne dans cette région alpine transparaît également dans les formalités administratives exigées des travailleurs Piémontais venant travailler dans le Queyras. Marcel Simon se souvient que les Italiens venant se placer demandaient comme salaire (en plus d’une somme d’argent, d’une paire de souliers et d’un kilo de laine), la « feuja ». Marcel Simon traduit ce terme Piémontais par « passeport », mais la « feuille » n’était vraisemblablement pas un passeport comme un autre. En effet, la feuille est un papier officiel autorisant la circulation temporaire à proximité de la frontière, nous dit Anne-Marie Granet-Abisset. Ainsi, « [le] principe de l’interconnaissance entre employés et employeurs permettait de transcender le cadre administratif légal. La notion de « feuille », acceptée dans un certain périmètre par l’administration, traduit la réalité de cet espace de l’entre-deux ».

Marcel Simon, interrogé à la fin des années 1970, n’a fait qu’entrevoir ces migrations saisonnières. Lorsqu’il était enfant, ce modèle économique était déjà sur le déclin. Cependant, alors que les crises climatiques, économiques et humanitaires poussent un nombre croissant d’hommes et de femmes hors de leurs pays d’origine, son témoignage résonne à nos oreilles avec une acuité particulière. Il invite notamment à réfléchir sur la notion de frontière : plus qu’une ligne de démarcation franche entre des territoires clairement identifiés, il convient de l’appréhender dans toute son épaisseur, comme un espace de rencontre, de circulations et d’intenses échanges économiques, linguistiques, et culturels.

Pour aller + loin :

Crédits photo : Loveombra – Pixabay

Les vêpres de Montagny

L’archive de la semaine revient aujourd’hui dans l’immense fonds de Charles Joisten, conservé au Musée Dauphinois et dont un petit corpus musical a été mis en ligne en 2016 sur le Portail Régional du Patrimoine Oral.

Direction les montagnes savoyardes pour écouter les Vêpres de Montagny, chant satirique en francoprovençal
interprété par Simone Benoit.

*******

En mai 1975, Charles Joisten et l’érudit savoyard Marius Hudry posent leur micro au Planay en Savoie, chez Simone Benoit. Âgée de 63 ans à l’époque, celle-ci leur interprète les Vêpres de Montagny, une chanson en dialecte savoyard qu’elle avait apprise enfant.

Les Vêpres de Montagny, chantées par Simone Benoit – retrouvez la notice complète ici

Cette parodie de chant religieux, chantée à la manière d’un chant grégorien, reprend une chanson satirique qui évoque un dialogue entre un père et son fils, en pleine préparation du mariage de celui-ci. Georges (Dzourrdzô) imagine un mariage des plus fastueux, qu’il oppose au fruste de celui de son père. Voici par exemple le couplet sur la robe de la mariée :

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon fis ,

Que vâh’ açhta c’min rrôb’ a ta fena

Dzourrdzô mon ami?

Na bèla rrôb in soué blantsé

pâré qu’in pinsâ-vô?

Non pa na rrôba de drêt

mon vôz é fé vô.

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon fils,

Que vas-tu acheter comme robe à ta femme

Georges mon ami?

Une belle robe en soie blanche

père qu’en pensez-vous?

Non pas une robe de drap

comme vous avez fait vous?

Chaque couplet de la chanson est construit de la même manière, et décline tous les préparatifs du mariage : du choix de la femme (« Na bèla dzouin-na fèna […] Non pa na vèyé gèrbiche » / « Une belle jeune femme […] Non pas une vieille gribiche »), à la maison (« Na p(t)chita méson […] Non pa le cârro du bô » / « Une petite maison […] Non pas le coin de l’étable ») en passant par les chaussures, le chapeau et les boucles d’oreille de la mariée.

Parmi les nombreux couplets chantés par Simone, insistons tout de même sur celui relatif aux invités :

Tanta Yonie qu’y a guéyar de sou…

Non pa l’incroua de Montégny qui no lésera pas danhié

Tante Léonie qui a beaucoup de sous…

Non pas le curé de Montagny qui ne nous laissera pas danser

Ce couplet fait écho à d’autres vêpres parodiques où « le comique de la situation se double d’un comique mélodique puisque l’air qui supporte les paroles est une parodie de Vêpres » (Françoise Etay, « Moqueries limousines. Chansons en pays rebelle » ). Non content de moquer le curé, on le fait sur un air religieux !

Simone Benoit se remémore avoir appris cette chanson d’une vieille dame, qui filait sa laine dans l’écurie d’un hameau voisin. Les enfants du coin avaient alors l’habitude d’aller la regarder travailler, et surtout l’écouter chanter ses complaintes. « C’était notre grande distraction » se souvient-elle.

Commentaires sur le patois par Simone Benoit – voir la notice complète ici

L’évocation des circonstances dans lesquelles Simone a appris les Vêpres de Montagny conduisent naturellement la discussion sur la question du patois. Ou plutôt des patois, car le patois de la vieille dame n’était pas celui du Planay : quand Simone parle ce patois à son mari, il lui réponds que « ça, c’est le patois du Champ Béranger ». Variations de la langue dans l’espace donc, mais aussi dans le temps. Ainsi Simone,  à propos de la langue de la vieille dame, se souvient : « Puis alors, elle avait un patois, vous savez, un patois qu’on dit plus, nous maintenant » .

Là réside toute la richesse des répertoires en francoprovençal, auxquels nous avons consacré le 22ème Atlas Sonore du CMTRA en 2012 : langue de transmission orale, elle est constamment enrichie, modifiée, infléchie par ceux qui, à l’instar de Simone Benoit, la font vivre et la transmettent.

Pour aller + loin :

Crédits photos : ardulei – Pixabay

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et « Zin-Zin ». L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : « Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles! »…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : « fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo! » (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un « moment de musique » dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (« ! », « Chuchoté »…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : « plumage dindon sauvage », photo libre de droit sur Pixabay.