Archives par mot-clé : fête patronale

Tous à la vogue !

Cette semaine, nous voulions vous proposer une archive saisonnière. Mais, force est de constater qu’il n’y a plus de saison, ma bonne dame, et que l’automne rechigne à pointer le bout de son nez. Heureusement, à Lyon, il est une tradition qui ne déroge pas à la saisonnalité : la Vogue des Marrons, qui s’est installée ces derniers jours sur le plateau de la Croix-Rousse. L’occasion de revenir sur la tradition régionale des vogues.

***

Pour les plus jeunes d’entre nous, la vogue – des Marrons à Lyon, ou des Noix à Firminy – évoque surtout une grosse fête foraine : barbes à papa, tir à la carabine, et frustration aux manettes des machines à pinces. Cependant, il s’agit là d’une tradition ancienne et très répandue dans la majeure partie de l’ancienne région Rhône-Alpes, qui correspond globalement à l’aire française de diffusion des langues francoprovençales. Ce régionalisme, qui a des équivalents dans d’autres espaces linguistiques (vote en Occitanie, ducasse ou kermesse dans le Nord de la France et en Belgique) désigne à l’origine les fêtes que chaque ville ou village organisait en l’honneur du saint patron de la paroisse.

Ainsi, en 1973, Pierre Escalier, habitant d’un petit village de montagne dans les Hautes-Alpes livrait au micro de l’ethnologue Charles Joisten ses souvenirs de la modeste vogue de la Sainte-Brigitte, qui avait lieu en plein hiver :

Souvenir de la vogue de la Sainte-Brigitte, par Pierre Escalier – voir la notice complète ici

Pierre Escalier se souvient que deux ou trois familles se retrouvaient, dansaient et festoyaient toute la nuit lors de cette « seconde vogue », moins importante que celle de l’été.

Dans l’Ain également, la tradition des vogues est ancienne et répandue, et a donné lieu à plusieurs chants en francoprovençal. En 1992, le collecteur Sylvestre Ducaroy en a enregistré un fameux auprès de Mme Poly, qui l’avait appris de son père :

« La vougua de Veria », par Mme Poly – voir la notice complète ici

Cette chanson, écrite par le chansonnier  Prosper Convert au tournant des XIXe et XXe siècles, vante les mérites de sa commune à l’instar des hymnes locaux sur lesquels nous nous étions penché il y a quelques mois. Les couplets nous renseignent également sur le déroulement des vogues bressanes il y a plus d’un siècle :

I

On parle de le vougue
De Crau, pi de Tenia,
Mé avè toute
Et oncour à Veria
De tui leu jallètou,
Mémou ple teu qu’à Brou,
Qu’on vint de préféronche
A neutron rindez-vous
Faure bonbonche. ( bis )

II

Dé toute le fameille
Pe fétau cé zou tie
E faut qu’è breille
Du ron u seurdeille.
On saigne de poulets.
De vè, mémou dè bouë,
On rèplo la futaille
Pi de Bu è Grefouè
Tout fa ripaille. ( bis )

III

Sè fa bon pe la vougua,
Què on a biè gueutau,
On va à troupa
U bou se promenau.
Lè, des tenio de jeu,
Que pipon neutreu seu.
E faut va lou ramazou.
Vè leu chevau de beu,
Tout fa tapazou. ( bis )

IV

Pèdè que teu vio chèton
L’atou des chepenon
Leu zeunou dèchon
Pi che font de bon chon.
Lou cha, què é fa bon,
Deu-ja-deu y s’è von
Choule, pe le charire,
Què l’ombra des boichons
Cha de lemire. ( bis )

V

E pre cè que le vougue
Font, à n’è pau doutau,
Faure de nouches
Qu’on ne comptove pau.
Mé, malhereujamè,
De feille, biè chouvè,
Per avai voulu rire
Ont fauta devè n’è
Da na brèlire. ( bis )

I

On parle des vogues
De Cras, puis d’Attignat,
Mais avant toutes
C’est encore à Viriat
De tous les alentours
Même plutôt qu’à Bourg,
Qu’on vient de préférence
A notre rendez-vous
Faire bombance.

II

Dans toutes les familles
Pour fêter ce jour-là,
Il faut que ça brille
Du balai au ciel de lit.
On saigne des poulets,
Des veaux, même des bœufs,
On remplit la futaille,
Puis de But aux Greffets
Tout fait ripaille.

III

S’il fait beau pour la vogue,
Quand on a bien dîné,
On va en troupe
Au bourg se promener.
Là, des teneurs de jeux,
Qui pipent nos sous,
Il faut voir le ramage.
Vers les chevaux de bois
Tout fait tapage.

IV

Pendant que les vieux chantent
Autour des chopinons
Les jeunes dansent
Puis se font du bon sang.
Le soir quand il fait beau,
Deux à deux ils s’en vont,
Seuls, par les charrières,
Quand l’ombre des buissons
Sert de lumière.

V

C’est pour ça que les vogues
Font, à n’en pas douter,
Faire des noces
Sur lesquelles on ne comptaient pas.
Mais malheureusement,
Des filles, bien souvent,
Pour avoir voulu rire
Ont besoin avant un an
D’une barcelonnette.

La chanson fait mention des « tenio de jeu / Que pipon neutreu seu » : déjà au XIXe siècle, la vogue attire des manèges forains et des « chevau de beu » . La vogue est également, à en croire Prosper Convert, un lieu de rencontre de la jeunesse, qui font « faire des noces sur lesquelles on ne comptaient pas », et des enfants tout aussi imprévus.

 À la vogue, en Bresse comme dans les Hautes-Alpes, on danse, on mange, et surtout on boit. Parfois goulument, à n’en pas douter. « La vogue de Saint-Alban », collectée par Charles Joisten en Isère au début des années 1970, insiste ainsi sur la dimension alcoolique de telles réunions. La chanson, qui semble reprendre les paroles de la « Vôga de Domèssin » , raconte en substance l’histoire d’un homme s’étant rendu à la vogue, et n’ayant réussi à faire danser une jeune femme de 18 ans, se met à boire plus de pots qu’il n’est capable de s’en rappeler. Ce n’est peut-être pas un hasard si ce chant a été chanté au collecteur par l’inénarrable Zin-Zin (dont nous vous avions parlé ici il y a quelques temps), lors d’une collecte mémorable et particulièrement arrosée. Avant de nous quitter, nous ne résistons pas à l’envie de vous faire écouter sa version, quelque peu approximative.

« À la vogue de Saint-Alban », par Zin-Zin – voir la notice complète ici

Si les vogues rhônalpines étaient surtout  des moments de fête et de rencontre, où l’on dansait et buvait allègrement, cet aspect semble s’être quelque peu estompé. Mais ce week-end, si vous montez faire un tour sur le boulevard de la Croix-Rousse à la Vogue des marrons, il ne tient qu’à vous de raviver cette ancienne tradition régionale, en esquissant un pas de danse, en offrant un verre à votre voisin ou en entonnant une de ces chansons en francoprovençal !

Pour aller plus loin :

Crédits photos : Pixabay – FreePhotos

 

Chibreli, Chibrela !

Chibreli, Chibrela !
Les filles sont malades
Chibreli, Chibrela,
Elles n’en guériront pas !
Tra la la la la la la la la la la

Quels pas de danse pour l’humour noir ? Le Chibreli pardi !

Au sein du Portail régional du Patrimoine oral, on recense trois versions de « Chibreli » issues du fonds Sylvestre Ducaroy. Deux sont interprétées à la vielle tandis que la troisième, celle que vous trouverez ci-dessous, est jouée à l’accordéon par Victor Dagot, discret mais important musicien et danseur de Saint-Julien-sur-Suran (Jura).

Enquête auprès de Victor Dagot – voir la notice détaillée

Bien moins connu que d’autres danses populaires, le Chibreli est une danse des plus réjouissantes, généralement exécutée lors du bal de clôture des fêtes votives. Est-ce dû à ses origines étymologiques supposées ? L’on dit en effet dans le Bourbonnais que le terme Chibreli viendrait du latin caper qui signifie chèvre et dont les pas de danse seraient en rapport avec les sauts de l’animal. Pour d’autres, le Chibreli se disant également « Chibeurli », cela renverrait à l’expression italienne in cimbérli introduite en France par les ouvriers piémontais du Creusot et qui signifie « de belle humeur ».

Difficile à localiser toutefois, beaucoup se sont accordés à dire que le Chibreli nous venait de l’Est de la France : il se serait notamment répandu en Alsace-Lorraine, en Franche-Comté et dans la Bresse, connaissant bien sûr quelques variations. Des formes proches ont en outre été observées sur le reste du territoire à l’instar du Gibouli breton, où l’on retrouve l’héritage du Chibreli.

L’humour noir peut-il être considéré comme un indicateur géoculturel ? Potentiellement oui, répondait Le Carillon, un hebdomadaire bressan qui a officié entre 1912 et 1914 et qui en mars 1913, consacrait un article au Chibreli. L’auteur y affirmait que les paroles enregistrées dans le Revermont étaient politiquement beaucoup moins correctes que celles de leurs voisins, les Bressans de la plaine :

« Non seulement, ils se réjouissent de savoir les jeunes filles malades mais ils laissent encore percer leur secret espoir de ne les point voir guérir. On ne peut guère être plus railleur. Par contre, les Bressans de la plaine sont bien plus galants que leurs voisins du Revermont. Ceux-ci n’hésitent pas à mettre la grammaire sous leurs sabots pour le simple plaisir d’être agréables aux demoiselles. Ils chantent donc (…) : Elles n’en mouriront pas ! »

Et, si les paroles portent à rire, il en est de même de la danse (décidément !) : ce même article du Carillon révèle en effet comment le Chibreli était utilisé par les musiciens à fins d’épuisement :

« [Ils] s’en servaient habituellement pour se débarrasser des danseurs infatigables. Quand, vers deux ou trois heures du matin, ils se trouvaient infiniment las de souffler ou de tourner la manivelle, ils proposaient le Chibreli (…) Et comme ces diables de ménétriers le recommençaient indéfiniment, les couples rendus, exténués, demandaient bientôt grâce et chacun s’allait coucher »

Jugez plutôt :

Et bonne semaine à tous ! (Avec toutes nos excuses d’avance pour cet air légèrement obsédant qui vous poursuivra peut-être quelques jours…)

Pour en savoir davantage sur le Chibreli :
Paul Carru, « Le Chibreli », Le Carillon n°13, 29 mars 1913, disponible en version numérisée sur le site Mémoire et actualité en Rhône-Alpes