Archives par mot-clé : exil

Lorî Lorî : berceuse, chant de deuil et de l’exil kurde

Cette semaine, nous vous invitons à (re)découvrir le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne en compagnie d’Alba Hesso que nous avons rencontrée en 2010 et qui nous a offert l’un des moments musicaux les plus émouvants de ce chantier de collecte. Tendons l’oreille à la berceuse kurde « Lorî-Lorî ».

******

En mai 2010, Johan Ziàbbar, fondateur de la Maison de la Culture Kurde de Villeurbanne nous présente Alba Hesso, une amie à lui qui nous propose de nous chanter une berceuse. Dès les premières minutes de l’enregistrement, Johan Ziàbbar s’éclipse à la demande d’Alba, « pour qu’elle soit plus à l’aise », nous dit-t-il. Une fois la porte fermée et Alba Hesso  seule avec nous, elle entame les premières notes de « Lorî Lorî ».

Lorî Lorî chanté par Alba Hesso – Voir la notice complète ici

Une grande émotion transparaît aussitôt dans sa voix, qui la submerge et devient sanglot. On entend alors la porte de la pièce s’ouvrir brusquement, et une autre voix féminine – celle de la fille d’Alba – qui l’invective en kurde, avant de poursuivre en français : « Mais t’es folle ou quoi? J’ai cru que quelqu’un était mort!« .  Alba nous explique alors : « Elle a eu peur…c’est pour ça que j’ai dis de fermer la porte ».

Initialement venus pour enregistrer une berceuse traditionnelle, nous découvrons un chant aux contours bien plus complexes. « Lorî » signifie « dors », ou « dodo » en kurde. Interprété littéralement, Lorî-Lorî revêt les traits d’une berceuse traditionnelle, utilisée pour endormir les enfants à l’instar du « fais dodo » français. Mais la lamentation que nous livre Alba Hesso peut aussi être interprétée métaphoriquement : elle devient alors un chant de deuil « pour endormir les morts, c’est à dire pour les accompagner dans leur départ« .

Lorî Lorî, version complète chantée par Alba Hesso – Voir la notice complète ici

L’ethnomusicologue Estelle Amy de la Breteque, qui a étudié ces chants dans le cadre de sa recherche de DEA, explique que « dans la culture kurde, les lamentations sont l’expression de toute douleur, nostalgie ou difficulté« . Elles sont chantées par les femmes kurdes en de nombreuses occasions : lors de décès (plaintes mortuaires) ou de mariages (la mère de la mariée pleure le départ de sa fille), mais aussi pendant des moments du quotidien (tissage, cuisine) où lorsque qu’elles bercent leur enfant. « Les berceuses, nous dit-elle, ainsi que les lamentations, sont des chants d’expression solitaire. Dans cet espace intime partagé avec un bébé issu de sa chair, avec un mort (qui est en général une personne de la famille), ou avec l’entourage familial proche, les femmes se confient, parlent de leurs rêves, de leurs aspirations, de leurs déceptions, de leurs malheurs…« 

En berçant du pied le berceau de leurs enfants, les femmes kurdes  chantent l’absence d’un parent ou du mari, ou encore un Kurdistan mythique. Le chant que nous livre Alba Hesso évoque quant à lui les douleurs de l’exil, autre grand thème des Lorîs kurdes :

Dors dors mon agneau,
dors mon cœur ô toi l’exilé,
loin de ton pays tu n’es qu’un pauvre étranger.
Loin des tiens, tu es diminué.
Dors, dors bien mon agneau,
l’exil n’est que privation et souffrance.
Toi l’exilé, tu n’es qu’un nomade

Sur Internet, l’on trouve beaucoup de montages vidéos sur des Lorîs, qui attestent tant de la popularité de ces chants que de la mixité du répertoire, entre complainte, lamentation et berceuse. Voyez par exemple cette vidéo qui mobilise des images militaires et patriotiques pour illustrer ce qui est présenté par ailleurs comme une « berceuse kurde » (« Kurdish lullaby ») :

Pour aller + loin :

Crédits photo : Alba Hesso, collection personnelle

Le « Romancero Sefardi »

Passionnante Eliane Banbanaste ! Si passionnante, que nous retrouvons au sein de la Base interrégionale du Patrimoine Oral deux « enquêtes » qui la concernent. Il y est à chaque fois question de l’histoire qui l’habite, celle des judéo-espagnols, et des musiques qui leur sont liées et dont il sera question cette semaine.

Eliane Benbanaste est issue d’une famille judéo-espagnole de Turquie au sein de laquelle le chant a joué un rôle fondamental dans la transmission de cette culture aux multiples influences. Hispaniste de formation, cette enseignante parle avec beaucoup de nostalgie de l’histoire de son peuple qu’elle a longuement étudiée. Son propos, aussi vibrant qu’érudit, est émaillé de divers chants dont un qui retiendra notre attention cette semaine : le fameux « La rosa enflorece » aussi appelé « Los Bilbìlicos » (Rossignols en judéo-espagnol) qu’elle interprète avec beaucoup d’émotion.

Pour consulter la notice complète : cliquer ici

Paroles (extrait)

La rosa enflorece, en el mes de mayo
Mi alma s’escurece, sufriendo
de amor
Sufriendo de amor

Los bilbílicos cantan, suspirando el amor
Y la pasión me mata, muchigua mi dolor
Muchigua mi dolor
(…)

Traduction (extrait)

La rose fleurit au mois de mai,
Mon âme s’obscurcit, elle souffre d’amour
Elle souffre d’amour.

Le rossignol chante, et soupire d’amour,
La passion me tue, ma douleur redouble
Ma douleur redouble.
(…)

Eliane Banbanaste chantait « La rosa enflorece » à ses deux filles au moment de s’endormir alors que « La Rosa » n’est pas à proprement parler une berceuse. Il s’agit d’un air très représentatif du « Romancero Sefardi » (littéralement, la Romance Séfarade), le répertoire judéo-espagnol par excellence.

L’histoire du peuple judéo-espagnol est celle de la famille d’Eliane Banbanaste. En 1492, après la Chute de Grenade qui a marqué la fin de la Reconquista, les Rois catholiques, Isabelle et Ferdinand, prirent la décision d’expulser toute personne de religion juive qui refuserait la conversion. On estime à près de 200 000 les juifs espagnols qui fuirent ainsi le royaume et qui se dispersèrent entre le Portugal, le nord de l’Europe et, en majorité, vers le bassin méditerranéen, rejoignant un Empire Ottoman en pleine expansion. Au cours de cet exil, ils développèrent une langue propre, à la croisée de l’espagnol, auquel ils ne renonceront jamais, l’hébreu et les différents idiomes avec lesquels ils furent en contact lors de leur périple : turque, bulgare, roumain, serbe, grec, italien, arabe ou encore français… Reflet d’une culture et d’une vision du monde, le « judéo-espagnol » encore parlé aujourd’hui est le résultat de cinq siècles d’exil. La musique, et plus largement les arts, a connu ce même « métissage » : Sami Sadak, dans sa publication « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols » raconte : « dans ce contexte, la musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où le sacré coexiste avec le profane, les thèmes juifs avec les thèmes non juifs, l’Orient avec l’Occident, l’ancien avec le nouveau ». Le « Romancero Sefardi » est issu de cette histoire.

Au sein de l’Empire Ottoman, les juifs arrivés d’Espagne s’adaptent rapidement à leur nouvel environnement musical, ces derniers étant habitués aux modes de la musique arabe qu’ils avaient côtoyés sur la péninsule ibérique. Le « Romancero » ou romance, ensemble de poèmes courts écrits en langue castillane au cours du Moyen-Âge et exaltant les valeurs chevaleresques, n’échappera pas à cette acclimatation alors qu’en Espagne, plusieurs pans de cette histoire sont abandonnés. Transmise par voie orale, la Romance abordera au fil des siècles des thématiques plus populaires comme l’amour malheureux, la politique ou encore historique, tout en conservant sa forme littéraire originelle (métrique octosyllabique ou hexasyllabique) et « s’orientalisera » manifestement, notamment au contact des Balkans.

En s’attachant à conserver ce répertoire, les juifs exilés expriment le lien fort qu’ils gardent avec l’Espagne. Eliane explique : « Tous ces chants qu’on a emporté avec nous, tout ce patrimoine musical qui date de cette époque – et qui a évolué aussi dans le temps, il est là comme un pays, comme une terre. Il peuple l’exil ».

Souvent mélancoliques et malgré la douleur exprimée par notre interlocutrice, l’évolution de ces romances séfarades marque toutefois la vivacité d’une culture qui n’a eu de cesse de s’enrichir au gré des tragédies.

A écouter : « la Rosa enflorece » par la soprano Esther Lamandier qui a participé à populariser ce répertoire en France

Visuel : Schnauzer, photo libre de droits

En savoir + :
Sami Sadak, « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2016.
– Discographie : Susana Weich Shahal, « cantares y romances tradicionales sefardies de Oriente », vol. 2, Saga KPD, 10.906, 1993
– A relire : « Pour Ata Horéta » sur le carnet Hypothèses du CMTRA

« Arriba en la cordillera »

« Arriba en la cordillera« , composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe « Pueblo Latino » au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

« Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique » Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, « tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire ». Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

« On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière. » Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : « J’ai perdu la guerre, mais c’est tout« . Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition « Musiques! » co-réalisée en 2010 avec le CMTRA