Archives par mot-clé : ethnomusicologie

COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK


Vendredi 15 mars 2019, dans le cadre de sa septième édition, le Festival Eurofonik, a ouvert le bal avec une rencontre professionnelle, co-organisée par la FAMDT et le Nouveau Pavillon, sur le sujet des musiques de l’immigration en Europe.

Quelle réalité les musiques de l’immigration ont-elles dans les communautés de nos agglomérations  françaises et européennes ? Quelle place et quelle légitimité trouvent-elles ? Sont-elles cantonnées à des contextes intimes, familiaux, rituels, communautaires ? Quelles interactions avec d’autres mondes culturels ? Quelles influences les autres musiques ont-elles sur ces musicien.ne.s “amateurs” ?

Continuer la lecture de COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK

Why Anthony Seeger sings ?

Anthony Seeger déborde de toutes les étiquettes qu’on veut lui associer : anthropologue, musicologue, conservateur et archiviste sonore, éminent professeur et spécialiste de l’éducation musicale, défenseur des droits des peuples indigènes d’Amazonie, joueur de banjo, et vous l’aurez peut-être pressenti, membre d’une mythique lignée de la Folk Music anglo-saxonne (son oncle n’étant autre que Pete Seeger, et son grand-père Charles Seeger, l’un des fondateurs de la recherche ethnomusicologique aux États-Unis).

Il a occupé les chaires d’anthropologie ou d’ethnomusicologie aux universités de Californie, de l’Indiana, de Rio de Janeiro, a dirigé les fameuses Archives de Musiques Traditionnelles de Bloomington, a été conservateur et directeur du Smithsonian Folkways Records à Washington DC, puis président et secrétaire général du Conseil international de la musique traditionnelle (International Council for Traditional Music, ICTM). Son ouvrage le plus connu à ce jour, Why Suyá Sing: A Musical Anthropology of an Amazonian People, paru en 1987 aux Presses Universitaires de Cambridge, a été fondateur pour faire de l’ethnomusicologie une science attentive à la musique en actes, à son rôle dans un environnement naturel, culturel, social et spirituel singulier. Anthony Seeger fait partie de ces chercheurs qui nous invitent à quitter nos propres lunettes, normes et grilles d’analyse de la musique pour épouser les croyances et les perceptions des membres de la culture concernée.

Avec ce billet, nous inaugurons une série de courtes publications sur des chercheurs, musiciens ou enseignants, ou tout en même temps, qui ont participé activement au développement d’une ethnomusicologie “appliquée”, “participative” ou “engagée”. En tout cas, d’une science humaine et sociale qui mobilise la compréhension et l’analyse des musiques du monde comme un outil de transformation sociale.

Neveu de l’un des pionniers de la musique folk des années 50 et 60, petit fils de l’activiste et philosophe-musicologue Charles Seeger, la voie d’Anthony Seeger semble, très tôt, vouée à être animée par la musique. Il en fera son activisme, ses recherches étant toujours destinées à révéler le rôle social fédérateur de la pratique musicale. Son environnement familial, tant baigné dans une culture intellectuelle académique que dans un folklore pour l’époque subversif, l’a conduit a adopté une approche théorique et méthodologique plus qu’originale. Dans les années 70, Anthony Seeger est, en quelque sorte, un outsider qui a su imposer son style et ses idées, alors même que l’étude de la musique sous l’angle anthropologique en est à ses balbutiements et que l’ethnomusicologie est une branche inexistante. Aujourd’hui elle constitue une discipline à part entière qui a parcouru un long chemin depuis la thèse de Seeger, cependant il lui en reste à parcourir.

A travers le récit de diverses expériences professionnelles, il nous parle de cette éthique, de ce combat qui l’anime et qui n’est pas encore gagné : donner à l’ethnomusicologie un rôle social actif, notamment à travers ce qui est aujourd’hui désigné comme relevant de l’« Ethnomusicologie appliquée ». En partant de l’étude sous l’angle scientifique souvent anthropologique, l’ethnomusicologie doit pouvoir contribuer aux avancées sociales et culturelles et, ainsi, servir directement la société civile. Le monde de la recherche est-il trop autocentré, autoréférenciel ? Certainement pas autant qu’à l’époque de ses premiers écrits, mais son rôle de partie intégrante et intégrée reste encore à valoriser. Seeger nous parle en ce sens de l’« Applied Ethnomusicology », notamment dans le cadre du Conseil International des Musiques Traditionnelles, qu’il a d’ailleurs présidé. 

Visuel : le banjo de Peter Seeger

“Élaboration” des archives sonores à la phonothèque des ATP

La prochaine séance du cycle de conférences SAHIEF – Sources, Archives et Histoire Institutionnelle de lEthnomusicologie de la France – conçu par par Daniel Fabre et proposé par Marie-Barbara Le Gonidec et François Gasnault, aura lieu le jeudi 18 février 2016, de 9h à 12h, salle 9 (2e étage), à l‘EHESS, 105 bd Raspail, 75006.

Le centre de ressources (Phonothèque) et de recherches en ethnomusicologie de la France sous la double autorité de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral (années 1960 – années 1980)

Intervenants : Jacques Cheyronnaud (Centre Norbert Elias), Denis Laborde (Centre Georg Simmel) et Jean Raisky
Discutant : Gérard Nougarol

Avec cette séance se terminera une première série de conférences qui ont porté sur la mise en oeuvre d’un ambitieux programme d’enquêtes ethnomusicologiques, conçu par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, et sur les opérations dites “d’élaboration” mises en oeuvre au retour des terrains.
L‘angle d’approche se déplacera cependant sur la “fabrique” parisienne articulant une structure de conservation et – en théorie plus qu’en pratique – de diffusion d’archives sonores, la phonothèque, et un laboratoire d’étude et de systématisation où devait s’édifier le “corpus des musiques ethniques françaises”.

Les trois intervenants, Jean Raisky, Jacques Cheyronnaud et Denis Laborde, ainsi que Gérard Nougarol, qui avait déjà été le discutant lors de la précédente séance, ont été, plus ou moins longuement, les collaborateurs des responsables du département d’ethnomusicologie ; J. Cheyronnaud puis D. Laborde en ont également assuré la direction, au cours des années 1980. Observateurs-acteurs d’une méthode et d’une pratique, affrontés à la problématique de la relève et d’un infléchissement – voire d’une refondation – du projet épistémologique dans un musée-laboratoire désormais dirigé par Jean Cuisenier, ils apporteront un témoignage critique sur cette entreprise, à la fois institutionnelle et scientifique, qu’on se propose de soumettre à une triple appréhension critique en termes d’ambition, de management et de rayonnement.

Visuel : Claudie Marce-Dubois et Samuel Baud-Bovy au Département d’ethnomusicologie du Musée ATP, Paris, 1978 (photographie issue de l’article de Jacques Cheyronnaud, “Une vie consacrée à l’ethnomusicologie. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989)” consultable ici.