Archives par mot-clé : Ducaroy

« Lo busseron de Brasse » : variations sur le thème de la femme qui boit

L’archive sonore de la semaine fait sa rentrée ! Cette fois, notre  promenade hebdomadaire dans les fonds sonores en ligne sur le Portail régional du Patrimoine oral s’est arrêtée sur un chant en francoprovençal, enregistré par Sylvestre Ducaroy et l’association des Musiciens routiniers en 1981. On y parle d’un bûcheron bressan et de sa femme, de vin et de maux de crâne.

***

En 1981, le collecteur Sylvestre Ducaroy et ses amis musiciens routiniers organisent les rencontres des musiques traditionnelles à Lescheroux, dans l’Ain. Ils y invitent certains des informateurs qu’ils ont collecté  à se produire en public : Paul et Henri Lambert (illustres musiciens de la « petite montagne » jurassienne dont nous vous avions parlé ici il y a quelques mois), M. Pommatau au chant, Benoît Teppe ainsi que Gaston Mettret se succèdent. Parmi les nombreux airs et chants enregistrés ce jour là, figure la fameuse histoire du « Busseron de Brasse » (« Le bûcheron de Bresse ») :

« Lo busseron de brasse », interprète anonyme – voir la notice complète ici

Fameuse, cette histoire l’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on en trouve des traces anciennes. Une première version est attestée dès 1749, et l’on en fait mention dans de nombreuses publications du début du XXe siècle : une rapide recherche sur Gallica fait remonter plusieurs résultats intéressants. On retrouve le bûcheron chez Julien Tiersot et ses fameuses Chansons populaires, recueillies dans les Alpes françaises (1903), ou chez le folkloriste Bressan Paul Carru dans un article de 1917. Plus étonnant, la chanson est évoquée dans une publication médicale de 1902 sur « Les boissons hygiéniques – L’eau et la chanson » . Car, comme son titre ne le dit pas, le sujet de la chanson n’est pas le bûcheron, mais plutôt sa femme, et ses problèmes de boisson… jugez plutôt :

Quand lo benhom’vinci du beu
Quand lo benhom’vinci du beu
Trovi sa fènna ivra,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,

Trovi sa fènna ivra.

Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?    Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?   Z’ai on gre mau de téta                  Oua, ma fion oua, me n’argua oua, Z’ai on gre mau de téta.

Y don bin venu prontaman                Y don bin venu prontaman                Faut bayre na tisanna                     Oua, ma fion oua, me n’argua oua,  Faut bayre na tisanna.

L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’aidie me fa malada ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
L’aidie me fa malada.

 […]   

Se ze venivai à meri
Se ze venivai à meri
Enterô m’à la cova ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Enterô m’à la cova

Leu deu piè contre la paray
Leu deu piè contre la paray
La téta sous la gueille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
La téta sous la gueille.

Tote le gotte que chèron
Tote le gotte que chèron
M’areuseran la lingua ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
M’areuseran la lingua.

Quand le bonhomme revint du bois
Quand le bonhomme revint du bois
Trouva sa femme ivre
Oui, ma foi oui, mon âme oui,

Trouva sa femme ivre.

Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?          
Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?       
   
J’ai un grand mal de tête
Oui, ma foi oui, mon âme oui, J’ai un grand mal de tête.
C’est donc venu bien promptement          C’est donc venu bien promptement           Faut boire une tisane ;                            Oui, ma foi oui, mon âme oui,             Faut boire une tisane.

L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’eau me fait malade ;                 
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            L’eau me fait malade.

[…]

Si je venais à mourir
Si je venais à mourir
Enterrez moi à la cave ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Enterrez moi à la cave.

Les deux pieds contre la paroi
Les deux pieds contre la paroi
La tête sous le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
La tête sous le fausset.

Toutes les gouttes qui tomberont
Toutes les gouttes qui tomberont
M’arroseront la langue ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
M’arroseront la langue.

La chanson du bûcheron est également fameuse parce qu’elle reprend un thème bien connu de la littérature populaire : la femme qui boit. Dans la préface qu’il signe à la première édition des Chansons populaires de Charles Guillon, le poète bressan Gabriel Vicaire évoque rapidement ce type de chansons satiriques et bachiques. Après avoir pris soin de noter que le paysan « ne sait ni raffiner l’ordure, ni ciseler l’obscénité » et que « son esprit est, comme lui, lourd, pataud, épais », il souligne que l’ivrognerie des femmes constitue un thème comique important des chansons populaires du département et s’interroge : « Le beau sexe de notre région est-il vraiment animé d’une telle passion pour la dive bouteille? On serait tenté de le croire, tant les histoires de femmes grises abondent chez nous. »

En effet, Charles Guillon a recueilli à la fin du XIXe siècle plusieurs chansons sur ce thème, dont les ressorts comiques  sont incontestables. Cependant, une rapide analyse fait apparaître des aspects plus graves. « Le bûcheron de Bresse », tout comme « La moisson » , ou « Buvons, ma commère » (Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, vol. 2, pages 345-346) opposent l’ivrogne à son mari, au champ ou rentrant du travail. Dans ces chansons, transparaît en filigrane une condamnation morale de ces femmes oisives et imbibées. Dans « La moisson » par exemple, la Madelon délaisse la maison  et dilapide l’argent du ménage  :

Tandis que nos hommes
Sont à la moissonne,
Vidons-y le tonneau
De ce bon vin nouveau !
[…]
Voilà son mari qui entre
De l’eau jusqu’à mi-jambes
Regarde de tous côtés
Son bouillon renversé.
[…]
Diable ta maladie,
Toi et ta voisine !
Tu as bu tout mon vin,
Tu manges mon butin !

Replacée dans le contexte social et moral de la fin du XIXe siècle, cette condamnation en demi-teinte de l’oisiveté de la femme qui boit fait échos à une production discursive plus large sur l’alcoolisme féminin. Hélène Millot, chargée de recherche au CNRS, note ainsi que « la figure de la femme qui boit prend une importance grandissante dans le discours moral et social, mais aussi dans la littérature […] ».  Dans ce discours, dont l’incarnation littéraire la plus emblématique est sans doute la Gervaise de l’Assommoir, « on assiste ainsi à l’élaboration d’un système de représentations fantasmatiques, qui définit la femme qui boit comme n’étant plus véritablement une femme, et en même temps comme étant l’incarnation primitive et sauvage d’une féminité exacerbée : ce n’est plus une femme, mais une femelle, et c’est par son ivrognerie que la femme révèle la part obscure et inquiétante du féminin, c’est à dire son « hystérie » au sens premier du terme. »

Pour l’interprète qui livra cette chanson au micro des Musiciens routiniers au début des années 1980, il est peu probable que « Lo busseron de Brasse » ait revêtu une telle signification : le caractère comique de la scène prend vraisemblablement le pas sur les condamnations morales. Quoi qu’il en soit, et avec toutes les précautions d’usage (l’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…), concluons ce billet en vous livrant le dernier couplet de la chanson :

Feille, qu’allo sovan u vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Ne torzi po la guille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,Ne torzi po la guille.       
Filles, qui allez souvent au vin
Filles, qui allez souvent au vin
Ne tordez pas le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Ne tordez pas le fausset.

Autrement dit : ne bouchez pas le trou du tonneau. Un conseil avisé aux amatrices (et aux amateurs) de grands crus ou d’humbles piquettes.

Pour en savoir + :

Crédits photo : J. Hubert Bonnefoy – Héraldie et Poèsie

Petit guide touristique des archives sonores

Elles commençaient à se faire attendre, mais les voici enfin qui pointent le bout de leur nez… les vacances arrivent ! Puisque que les archives sonores de la semaine vont prendre quelques semaines de repos (et l’équipe du CMTRA par la même occasion), nous vous proposons aujourd’hui un petit guide touristique en région Rhône-Alpes, construit à partir d’une sélection d’hymnes locaux présents dans les fonds en ligne sur le portail régional du patrimoine oral.

***

À l’hiver 1980, des habitants de Saint-Véran dans les Hautes-Alpes visitent le musée dauphinois de Grenoble en compagnie de Charles Joisten, Jean-Pierre Laurent (alors directeur du musée) et Alain Garcin. Le petit groupe est de bonne humeur, et n’hésite pas à lancer d’énergiques « Pour le musée dauphinois : Hip Hip Hip ! Hourra ! ». Entre chansons paillardes et chants en patois, Gabriel Berge entonne l’hymne de son village :

« Saint-Véran est un pays charmant » par des habitants de Saint-Véran – voir la notice complète ici

Écrite au début des années 1930 par l’instituteur du village,  Joseph Lannes, cette chanson présente, dans un mélange de français et d’occitan, les principales caractéristiques du pays de Saint-Véran : ses skieurs, chasseurs et scieurs de long, mais aussi ses maisons rustiques et son pain dur. Idéal, donc, pour un séjour montagnard et ascétique.

L’austérité des villages du Queyras ne vous tente pas? Pourquoi ne pas prendre la direction de la Loire, et du Mont Pilat ?

« Chanson du Mont Pilat » , par Yvonne et Jeannette Chavas, Louis Ericher et l’ensemble instrumental de Pélussin – voir la notice complète ici

À en croire cette chanson, enregistrée par Jacques Bardot lors d’une soirée organisée par l’association « Visages de notre Pilat », la nature y est magnifique, idéale pour fuir le « fracas de la ville ». Autre bon point : si l’hiver est le temps des neiges et de la « froidure », « l’été, le soleil radieux ».

Enfin, si cette ode au calme et à la beauté du Pilat n’a su vous convaincre de vous rendre cet été dans la Loire, nous vous proposons une dernière destination : Saint-Julien-sur-Veyle, entre Bresse et Dombes. Au début des années 1990, Sylvestre Ducaroy est allé y collecter musiques et coutumes des conscrits, et a enregistré ce chant mettant à l’honneur le village.

« Si tu es d’Saint-Jean-sur-Veyle » – voir la notice complète ici

Ici, pas de long discours ou de présentation des activités emblématiques du pays. Encore moins de description émue des beautés de la nature environnante, mais une promesse : celle d’une ambiance conviviale et de soirées bien arrosées.

Ce rapide passage en revue de chansons populaires à la gloire des « pays » invite certes au voyage, mais aussi à une réflexion sur l’ultra-localité des répertoires populaires. Bien souvent source de revendications autant que de mythification, l’association d’une musique ou d’une danse traditionnelle à un village, une vallée ou un département spécifiques est une problématique récurrente parmi les musiciens et ethnomusicologues (lire à ce sujet l’article de Luc-Charles Dominique référencé ci-dessous). Sans entrer de plain pied dans le débat, notons que l’approche régionaliste des musiques traditionnelles, qui a pu prévaloir dans les années 1970 dans de nombreuses régions, a depuis posé question parmi les acteurs engagés dans la collecte et la valorisation des musiques traditionnelles. La Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT) a ainsi initié dès 1990 une réflexion sur le thème de l’ancrage identitaire des musiques traditionnelles. Cette dynamique s’est poursuivie dès le début des années 2000 par la réalisation de travaux universitaires dans le champ de la géographie culturelle notamment, questionnant les formes et enjeux de ces intrications entre identités musicales, culturelles, linguistiques et territoriales (voir références ci-dessous).

Quoi qu’il en soit, ce petit florilège de chants vantant les gloires d’un  village ou d’un pays est une entrée parmi d’autres dans ce champ très hétérogènes des petites mélodies de territoire qui se déclinent dans bien d’autres mondes que les seules musiques traditionnelles. Manau, Panique celtique, meilleur album rap & groove des Victoires de la Musique 1999, ça vous rappelle quelque chose ? Rafraîchissez vous la mémoire (et lisez le très bon article du sociologue Karim Hammou à ce sujet).

Concluons ce billet avec une pensée pour les juilletistes qui ont déjà égrainé leurs congés payés, pour les malins qui partent hors saison ou quiconque qui aurait besoin d’une petite escapade sans quitter sa chaise de bureau : les odes au territoire ne sont pas l’apanage de nos régions, nous vous invitons à un plongeon dans le fonds « Musiques migrantes de Villeurbanne » qui ne manquera pas de vous faire voyager dans des territoires rêvés, regrettés ou réinventés.

Pour aller plus loin :

Crédit photo : Bnf – Carte routière pour automobilistes et cyclistes

 

La boulangère a des écus

Après l’appel à la désobéissance du fameux « Mon papa ne veut pas que je danse la polka » et la portée politique de « J’ai du bon tabac« , continuons cette semaine à décortiquer les  chants enfantins et autres comptines, avec la fameuse chanson « La boulangère a des écus »

******

A l’été 1981, Agnès et Sylvestre Ducaroy sont à Salavre dans l’Ain, en compagnie d’Aymé Pommateau. Parmi les nombreux airs qu’il interprète à la vielle à roue et au micro de ce duo fondateur des « Musiciens Routiniers » bressans, se trouve « La boulangère a deux écus »

« La boulangère a deux écus », interprété à la vielle à roue puis chanté par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

À en croire la requête faite au sein de la Base interrégionale du patrimoine oral, qui affiche 187 notices à la requête « boulangère a des écus », cette chanson n’était pas chantée que dans l’Ain. Elle jouissait d’un grand succès chez nos aïeux de la France entière, qui la chantaient tant en Vendée qu’en Normandie. Aujourd’hui encore, « la boulangère » est fameuse ! Les jeunes parents qui nous lisent l’auront sûrement reconnue tant on la retrouve souvent sur les CD de comptines et chansons enfantines. Certaines versions ont même été écoutées près d’un million de fois sur Youtube. Les personnels des crèches et des écoles y ont également souvent recours, pour faire danser les rondes aux enfants. D’ailleurs, nous dit Aymé Pommateau, lors des noces et des veillées, l’on dansait souvent la ronde de la boulangère.

Description de la ronde de la boulangère, par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

Mais, malgré toutes ces explications et les premières paroles entonnées par Aymé Pommateau dans le premier extrait, la signification du texte de la chanson demeure bien mystérieuse. Une question surtout  reste en suspens : si nous avons bien compris que ses écus ne lui coûtent guère, à la boulangère, Aymé ne nous dit pas où elle les a eu. Pour le découvrir, il faut revenir à la genèse de la chanson.

Elle a été écrite dans la première moitié du XVIIIe siècle par  Pierre Gallet, chansonnier et co-fondateur de la société du Caveau. Le Caveau était, selon Brigitte Level qui lui a consacré sa thèse, autant une « société bachique et chantante » qu’un haut lieu de la « création littéraire collective ». S’y côtoyaient d’illustres chansonniers (Pierre Gallet, Alexis Piron…), compositeurs (Jean-Philippe Rameau) et dramaturges (La Bruère, Fagan) dans une ambiance épicurienne.

Connaissant désormais le cadre dans lequel a été composée cette chanson, il n’y a rien d’étonnant à ce que les paroles originales n’aient rien d’enfantin. Jugez plutôt :

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.
La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Elle en a, je les ai vus,
J’ai vu la boulangère aux écus
J’ai vu la boulangère.

Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?
Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?

Ils me viennent d’un gros Crésus
Dont je fais bien l’affaire, vois-tu,
Dont je fais bien l’affaire.

À mon four aussi sont venus
De galants militaires.
À mon four aussi sont venus
De galants militaires.

Moi je préfère les Crésus
À tous les gens de guerre, vois-tu,
À tous les gens de guerre.

Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère,
Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère

Vous êtes plus belle que Vénus. »
Je n’les écoutai guère, vois-tu,
Je n’les écoutai guère.

Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire
Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire

Des fleurettes au lieu d’écus.
Je les envoyai faire, vois-tu
Je les envoyai faire.

Ses écus, la boulangère les tient donc d’un « gros Crésus », à qui « [elle] fait bien l’affaire » ! La seconde partie de la chanson va encore plus loin dans le grivois, en filant une métaphore boulangère du meilleur goût. Le prétendant de la boulangère, tout en reconnaissant  qu’ « [il n’est] pas un Crésus » lui assure ainsi :

Mais mes talents sont bien connus
Boulanger de Cythère, vois-tu
Boulanger de Cythère.

Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.
Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.

Et la nuit, au four, assidu
J’enfournerai, ma chère, vois-tu
J’enfournerai, ma chère

Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.
Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.

Et tu ne seras pas déçue
Avec moi boulangère, aux écus !
Avec moi boulangère.

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Loin de nous l’idée de nous lancer dans une explication de texte détaillée… On comprend cependant pourquoi en 1958, enregistrant le 8e volume des « Rondes et chansons de France » Lucienne Vernay  édulcora quelque peu les paroles. Plus étonnant, les versions enregistrées ces dernières années sont revenues aux paroles originales de Pierre Gallet, telle celle-ci, accompagnée d’une animation toute naïve :

Pour en savoir + :

  • Évelyne Resmond-Wenz, Rimes et comptines. ERES, 2008 (l’introduction en ligne sur cairn.info)
  • Brigitte Level Brigitte, « Poètes et musiciens du caveau« , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1989, n°41. pp. 161-176
  • L’émission de France Culture « Chanson Boum » sur la Société du Caveau

Crédits photos : Bibliothèque Nationale de France

Les Frères Lambert

Dans le Panthéon des personnalités musicales qui ont marqué la trajectoire de bon nombre de collecteurs rhônalpins, les frères Lambert font figures d’incontournables.

Air instrumental (clarinette et violon) du répertoire des Frères Lambert – Voir la notice complète

C’est qu’ils sont cocasses les Frères Lambert. Les écrits de Patrice Martinot et de Sylvestre Ducaroy à leur sujet ne manquent pas d’humour. Jugez plutôt :

« Entre ses sept chats et ses treize lapins, lorsqu’il ne se promène pas, [Henri] fait des paniers, lit l’Humanité, et le soir prend le violon et joue de vieilles rangaines » (Patrice Martinot, « Musiques en Petit Montagne »)
« C’était un boute-en-train très demandé et sachant profiter des situations : mécréant notoire et bouffeur de curés, [Paul] devint finalement la mascotte des bonnes sœurs de la maison de retraite » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »)

Et l’on perçoit à ces dires combien Paul et Henri sont différents : un bref retour sur leurs parcours respectifs est utile afin d’éclairer ces deux personnalités à l’influence notoire sur l’histoire musicale locale.

Henri, l’aîné, a 81 ans quand Patrice Martinot fait leur connaissance en 1984. Il habite depuis toujours la maison familiale située au Hameau des Carrats, dans la commune de Loisia (Jura). Célibataire invétéré, il est considéré comme un « vieux sauvage pas très fréquentable » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds ») qui a passé sa vie entre agriculture paysanne, braconnage, communisme… et violon. Henri est un violoneux et n’a jamais appris à proprement parler à en jouer : très influencé par le « Père Badinet » dont il est beaucoup question dans le fonds Sylvestre Ducaroy, il explique : « Il venait, il jouait ; je le regardais jouer. J’ai appris sur les autres musiciens que j’ai vu jouer. Les danses qu’ils jouent, je les joue comme je leur ai entendu jouer (…) J’ai bien mis quinze ans pour que dire que ça rime » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »). En ce sens, Henri Lambert était un « vrai routinier qui ne connaissait que le répertoire des bals de granges locaux et les chansons de ses parents et grands-parents » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »).

Paul, de 9 ans le cadet, n’est revenu dans le Jura que plus tard après avoir vécu à côté de Lyon durant plusieurs années. Connu dans la région pour avoir exercé de nombreux métiers : domestique, ouvrier, aiguiseur de ciseaux, coiffeur et clarinettiste, Paul se considère avant tout comme musicien. Contrairement à son frère aîné, après avoir commencé de manière autodidacte, Paul a bénéficié d’une formation musicale reçue dans les sociétés de musiques qui s’étaient montées au sein des usines.  Après avoir animé les fêtes des conscrits et les bals de grange, il est rémunéré essentiellement pour ses prestations dans les bals de fête.

Pour autant, comme le souligne Sylvestre Ducaroy alors qu’il évoque sa rencontre avec les frères Lambert, aucun des deux est « le plus vrai » : « Ce sont tous les deux des musiciens avec lesquels on a beaucoup appris, tant en répertoire que dans le style. Très souvent, les personnes qu’on a rencontré étaient des gens ordinaires » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »). Et c’est bien cela qu’il convient de souligner au sujet des frères Lambert : ils ont marqué toute une génération de collecteurs par la mémoire qu’ils portaient, loin d’une certaine folklorisation alors en marche. C’est d’ailleurs ainsi que Patrice Martinot conclut son article consacré aux frères Lambert : « Le soir, les frères Lambert prennent leur violon et jouent pour leur plaisir. Pas de spectacle !!! Ils ne jouent ni « les airs montagnons » ni les « airs bressans », ils jouent les airs de routine, ceux qui leur plaisent » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »).

En outre, ils sont les fiers représentants d’une forme de tradition territoriale qui faisait de « la Petite Montagne » (contreforts du Jura) et notamment du village de Loisia, une sorte de repère de violoneux. Patrice Martinot raconte : « Dans un périmètre de 100 kilomètres, j’ai retrouvé plus de 80 joueurs de violon » et renchérit : « [il] occupe une place prépondérante de par le nombre de joueurs et la place qui lui était réservée dans la tradition. D’après Henri Lambert, il n’était pas rare de danser au son de trois violons assemblés » (Patrice Martinot, « Musiques en Petite Montagne »). Quant à la clarinette, si elle était moins répandue, elle figure toutefois parmi les instruments habituellement utilisés pour accompagner les musiques de danse dans la vallée du Suran.

Les frères Lambert ont fait l’objet de plusieurs articles dont certains ont été fort utiles dans le cadre de la préparation de ce billet. En 1985, un disque « Musiques en Petit Montagne » réalisé par les Musiciens Routiniers est publié, concentré sur nos deux frères (et sur Victor Dagot, ce même Victor dont il était question lors de notre précédente « Archive de la semaine » : « Chibreli, Chibrela »). Pour Sylvestre Ducaroy, cet enregistrement est « bien dans la continuité de la démarche autodidacte du musicien chercheur de ces années 75 à 85. Il marque aussi la fin d’une époque. Ce fut sans doute l’une des dernières publications de ce type, quasiment auto-produites, en tout cas le sixième et dernier disque des « Musiciens Routiniers » » (Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse »)

Les frères Lambert sont peut-être des gens « ordinaires » : ils sont toutefois devenus, sans revendication en la matière, de véritables symboles : symboles d’une époque pour les collecteurs et symboles d’un territoire vivant et créatif.

Pour aller plus loin :

  • Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse » in Regard sur l’histoire particulière des collecteurs lyonnais de musiques traditionnelles, 1975-1985, Association Rhône-Alpes d’Anthropologie, 2è semestre 2004 (en ligne)
  • Entretien avec Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds », Lettre d’info n°59, CMTRA, Automne 2005 (en ligne)
  • Agnès Ducaroy, « A la croisée des musiques – Musiques de Bresse et du Révermont », Lettre d’info n°69, CMTRA (en ligne)
  • Les Musiciens Routiniers, « Musiques en Petite Montagne », livret d’accompagnement du vinyle, 1985 (en ligne)
  • Patrice Martinot, « Les Frères Lambert », Revue des Musiciens Routiniers n°5, Automne 1984 (en ligne)

Crédits photo : Sylvestre Ducaroy