Archives par mot-clé : dauphiné

Soupe de crozets et croziflette !

Il faut le savoir, l’équipe salariée du CMTRA est particulièrement gourmande. L’idée de dénicher parmi les archives sonores de notre Portail régional du patrimoine oral une notice qui ferait référence de près ou de loin à une recette a donc rapidement fait son chemin. Et nous voilà donc parties sur la trace des crozets, ces petites pâtes carrées à la farine de sarrasin qui seraient d’origine savoyardes et qui sont mentionnées au sein de deux enquêtes, toutes deux extraites du Fonds sonore de Charles Joisten déposé au Musée Dauphinois, et dont nous avons documenté une petite partie l’été dernier.

Point de « croziflette » ici (si vous êtes pressés : jetez tout de même un œil au bas de cet article) : il s’agit plutôt de soupe de crozets, dont la recette a été enregistrée le 3 juin 1973 par Charles Joisten auprès d’une habitante de Molines-en-Queyras.

« La recette des crozets à Poligny » – Voir la notice détaillée

« Et la soupe, comment vous la faites avec ça ? »
« Et bien, vous les faites cuire ! (…) Et vous y mettez du bon ! »

LA SOUPE DE CROZETS – Comment y mettre du bon
Ingrédients : crozets, beurre, sel, lait et fromage râpé

  • Faire bouillir une casserole d’eau chaude. Y mettre les crozets et rajouter un peu de beurre et du sel.
  • Quand les crozets montent et restent à la surface, cela signifie qu’ils sont cuits.
  • Rajouter du lait et un peu de fromage râpé.

Cette recette diffère de peu avec celle exposée par Zélie Cohard dans son témoignage relatif aux conditions de vie et de travail des mineurs de la Taillat en Isère, enregistré quelques années plus tard le 13 juin 1977, toujours par Charles Joisten :

« Coutumes et croyances, les trésors cachés et la mine de la Taillat » Voir la notice détaillée

« On mettait ces petits bouts (…) un grain de fromage et puis on mettait de l’eau. Y remuaient bien pour faire fondre le fromage, et puis ils mettaient le beurre, de l’eau et du lait (…) Ils faisaient cette soupe mais très épaisse. Mon grand père disait que la cuillère se tenait droite au milieu !»

Composée de farine (de sarrasin originellement mais on en trouve également de blé dur), d’œuf, de sel et d’eau, la pâte de crozets ressemble à une sorte de pâte brisée, abaissée au rouleau et découpée en petits carrés. Au sujet de sa réalisation « maison » Zélie Cohard raconte : « J’ai encore la planche qui coupaient dessus. Mais moi je ne sais pas faire : c’est une pâte très très dure ! (…) Il faut la couper très vite, il faut avoir bien l’habitude ».

Souvent assimilés à la Savoie, les Crozets seraient en réalité d’origine piémontaise et remonteraient au XIIIè siècle : beaucoup de conditionnels pour une genèse incertaine ! L’étymologie même du terme « Crozet » porte aussi à confusion : en patois savoyard, il y a bien « croé » qui signifie « petit » ; mais en latin, « crux » (croix) qui a donné naissance en savoyard à « crwé »  pourrait aussi renvoyer à la croix que les dauphinoises traçaient sur les pâtes avant de les jeter à l’eau…

Le plat s’est en tous cas répandu et chaque vallée a ensuite développé sa propre recette : à ce sujet, il semble que la soupe de crozets – dont il est question dans les témoignages collectés et présentés ci-dessus – était la nourriture exclusive des mineurs du Pays d’Allevar, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie. C’est ce que confirme Zélie Cohard à qui est posée la question de la nourriture des mineurs de la mine de la Taillat : « La soupe de crozets et la polenta ! – Tous les jours ? – Tous les jours ! »

A l’approche de Noël, toutefois, nous ne pouvions vous laisser sans la recette de la « croziflette »… et la version proposée ci-dessous nous a paru tout à fait à propos !

Bon appétit !

La croziflette de Marie et Florence from L’Art de Vivre on Vimeo.

Vous aimez et les archives et la cuisine ?

  • Retrouvez « la recette du mois » publiée sur les formidables « Carnets de la Phonothèque ». Mathilde Bresc, en charge, entre autres, des archives sonores des Alpes de Haute-Provence au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), y reprend les recettes enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain puis les teste elle-même avant de les livrer sur le blog !
  • Découvrez également le « blog du fonds gourmand » de la Bibliothèque municipale de Dijon qui est proposé avec beaucoup d’humour mais avec aussi – et surtout – de vrais bouts d’Histoire dedans !

Visuel : BastienM, photo libre de droits

 

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et « Zin-Zin ». L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : « Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles! »…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : « fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo! » (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un « moment de musique » dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (« ! », « Chuchoté »…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : « plumage dindon sauvage », photo libre de droit sur Pixabay.

Le rigodon d’Emile Escalle

Un jour de juin 1973, Charles Joisten rencontre Emile Escalle, célèbre violoneux routinier de la vallée de Champsaur dans les massifs du département des Hautes-Alpes. Celui que l’on surnommait « Milou » a vécu de 1900 à 1987  à Molines-en-Champsaur et, comme la plupart des musiciens routiniers, ne vivait pas de sa pratique musicale. Emile était berger et vivait avec sa famille, également présente lors de l’enregistrement. Plusieurs musiciens et ethnologues le rencontrent dans les années 1970. Parmi eux, Charles Joisten tire de cette rencontre conviviale plusieurs enquêtes auxquelles il faut ajouter celles, réalisées dans le même cadre, de Jean-Michel et Hélène Guilcheren. L’objectif est alors de compléter la documentation du musée Dauphinois de Grenoble dans le champ des danses traditionnelles du Dauphiné, et plus spécifiquement autour du rigodon. Le résultat donne à entendre plus de 5h d’un riche répertoire musical ainsi que quelques commentaires sur sa pratique. Plus tard, l’ethnologue et musicien Patrick Mazellier, animé par d’autres problématiques, ira lui aussi à plusieurs reprises à la rencontre de Milou.

Rigodon de Charance (le « coucou ») et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.56 Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.00

Essentiellement joué au violon, le rigodon du Dauphiné est une danse traditionnelle à deux temps issue de la société paysanne étendue de Grenoble à Gap. Traditionnellement transmise oralement, il en existe autant de versions que de vallées, villages, musiciens… Certains rigodons sont identifiables à un lieu : ainsi, Milou interprète celui de Charance, du Solon, de Valgaudemar… Sa pratique reste encore vivace, notamment à Charance où de grands rassemblements villageois continuent à donner le pas. Le rigodon se danse à deux, à quatre ou en rond, ses figures sont relativement peu complexes et structurées, laissant une grande liberté d’ornementation aux danseurs. Alors que cette danse était presque oubliée, plus guerre dansée dans le Dauphiné du milieu du 20ième siècle, les décennies 70 et 80 ravivent son souvenir. Le mouvement en faveur des musiques et danses traditionnelles, les collectes revivalistes engagées en ce sens, celles des ethnologues, la réinterprétation des répertoires, ont permis de redonner une place à cette danse dans le vaste champ de celles traditionnelles : aux côtés des valses, polkas, scottishs, mazurkas,  bourrées auvergnates, danses bretonnes, et autres rondos, qui n’ont pas été autant menacés de disparition.

Rigodon du Solon et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.32

Emile Escalle est musicien routinier : celui appelé à animer les fêtes communales, les cérémonies, les rassemblements. Dans la première moitié du 20ième siècle les musiciens routiniers ont un rôle social important au sein des sociétés villageoises. Ils apprennent la pratique instrumentale des « anciens », des joueurs des villages voisins, selon leur propre oreille, leurs réinterprétations, parfois compositions. S’ils ne vivent pas de leur art, s’ils sont agriculteurs ou artisans au même titre que de nombreux habitants, ils bénéficient d’une « place à part » au sein de la communauté, jouissant d’une notoriété locale certaine dépassant les frontières communales. La vague de collectes des années 70 engagée par les jeunes musiciens revivalistes se base essentiellement sur les répertoires routiniers, dans une optique artistique, plus que de conservation, de réappropriation de ces airs variés. Les récits de vie narrés au cours de ces différentes enquêtes donnent à entendre les parcours singuliers, une diversité de profils de musiciens routiniers qui ont alors entre 70 et 80 ans et dont la pratique a fortement perdu de sa portée sociale.
Sylvestre Ducaroy, un grand nom de l’histoire des musiciens routiniers, se souvient : « Ces musiciens routiniers croisés au fil des bandes étaient-ils marginalisés au sein de leur communauté villageoise ou se sont-ils taillés une place particulière ? En fait, il ne faut pas trop s’attarder sur le cliché du musicien routinier, témoin esseulé et anachronique. Certes, beaucoup sont porteurs de quelque chose d’anachronique, de survivances, puisqu’on s’y intéresse comme tels. Mais qui ne devient pas quelque part, à 70 ou 80 ans, un témoin de son temps ? On rencontre toutes les histoires possibles. […] Mais dans leur histoire revient toujours l’idée du privilège d’être musicien, ou chanteur. C’est une fierté, et un statut reconnu comme tel, dans un contexte cependant parfois disparu ou presque.« 1
Reconnu, Emile Escalle l’est très certainement, il demeure une figure de la mémoire locale, en laissant derrière lui un répertoire sans lequel la revitalisation des musiques traditionnelles du Dauphiné, en particulier celle du rigodon, n’aurait pas eu la même couleur.

Rigodon de Valgaudemar et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.29
1 _ Archive du CMTRA : « Histoire d’un fonds … » entretien avec Sylvestre Ducaroy, lettre d’information n°59, 2005

Pour aller plus loin…
> Une partie des enquêtes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973 ont été mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral dans le cadre d’une collaboration entre le Musée Dauphinois et le CMTRA au sein du réseau documentaire. Ces notices contiennent de nombreuses partitions transcrites par Charles Joisten, dont celles des rigodons présentés ci-dessus :
« Airs instrumentaux (violon) : enquête auprès d’Emile Escalle, dit « Milou, violoneux en Champsaur »  01  /  02 03 04  /  05  /  06
> Notre billet sur le Fonds Charles Joisten

Visuel : Emile Escale et ses proches photographiés lors de l’enquête réalisée par Charles Joisten en 1973. Documentation du Musée Dauphinois de Grenoble.