Archives par mot-clé : Côte d’Ivoire

Chant de deuil Bété

Cette fin de semaine de la Toussaint nous donne une belle occasion de tendre l’oreille aux chants et sonorités qui dans le monde entier, sont chargés d’accompagner les défunts dans l’au-delà, et leurs proches dans leur deuil. Cette archive sonore nous emmène en Côte d’Ivoire avec Maguy Zogbo, chanteuse franco-ivoirienne et villeurbannaise depuis près de trente ans. Nous avons rencontré Maguy une première fois en 2010, puis une seconde fois en 2014, quelques semaines avant la tenue d’une soirée organisée par Le Rize et le CMTRA consacrée aux musiques sacrées, pendant laquelle elle a livré au public plusieurs chants de veillée funéraires, dont celui-ci :

Auteure et interprète, Maguy définit sa musique comme « tradi-moderne », la modernité étant principalement liée ici à la présence d’instruments amplifiés. Mais elle est aussi connue pour les veillées funéraires qu’elle anime au sein de la communauté ivoirienne de l’agglomération lyonnaise. Ce chant est un appel au réveil qui s’adresse en premier lieu aux femmes du village. Interprété très tôt le matin, aux alentours de 4h30 par une proche du défunt, il apostrophe d’abord le coq : « tu fais comprendre au coq que je ne dors pas (…) tu n’as pas à me réveiller, c’est moi qui vais te réveiller » ; puis, les cousines et les sœurs : « réveillez-vous, pour que l’on puisse veiller mon frère, ma sœur… ». La musique se poursuit et interpelle celles qui savent plonger « pour retrouver ce qui est tombé dans l’eau », et s’achève sur « ça c’est mon petit tabouret, je l’ai perdu aussi, trouve le moi ».

Maguy Zogbo reconnaît toutefois que cette pratique n’existe presque plus et d’autant moins à Lyon où les rites funéraires ont, dans leur expatriation, en partie perdu leur sens originel pour recouvrir d’autres significations, d’autres formes de pratique et de partage.

« Certains pensent que l’on est contents alors que c’est notre façon de pleurer ». Dans la tradition ivoirienne, et notamment chez les Bété (peuple vivant essentiellement au Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire), il est fréquent qu’une personne ne soit enterrée que plusieurs semaines après sa mort. Il est en effet important d’attendre que les enfants ou les proches puissent avoir le temps de rejoindre le lieu des funérailles, mais aussi que l’argent soit suffisant pour que ces dernières soient à la fois dignes et festives.

C’est à l’occasion des veillées que chaque membre de la communauté verse sa contribution et que l’on vient chanter la mémoire du défunt : issu du « polihet », un style musical qui accompagne les joies et les peines du quotidien, la complainte a pour objectif de réveiller les émotions, d’évoquer l’histoire familiale du mort, et de se remémorer la vie de ses ancêtres. Si ces veillées peuvent durer en Côte d’Ivoire jusqu’à trois jours en fonction de l’importance et de la notoriété des personnes décédées, elles sont plus courtes ici à Lyon, et davantage dédiées à l’urgence de rassembler les fonds nécéssaires au rapatriement du corps au pays. Mais Maguy témoigne du rôle encore central du chant durant ces veillées : c’est par lui que « ceux qui restent » se connectent au sacré et accompagnent le mort dans l’au-delà.

Pour aller plus loin…
Gérald Arnaud, « Un pays fou de culture », Africultures, Septembre 2003, P.111 à 120

Visuel :
Photo libre de droit – Bruce Emmerling

Les territoires d’un djembefola

Rencontre avec Florent Marciau, djembefola
Villeurbanne, février 2016

Florent Marciau est  djembefola, « joueur de djembé ». Nous l’avons rencontré en février 2016 alors que nous préparions l’Escale Sonore consacrée aux « adoptions musicales« , c’est à dire aux trajectoires d’immersion, de conversion à des expressions culturelles qui, a priori, seraient étrangères au terreau natal des musiciens qui les pratiquent. Comme d’autres musiciens rencontrés à l’occasion de la réalisation du documentaire sonore associé à la thématique de cette Escale, Florent incarne de façon riche et singulière ces vies de musiciens qui se retrouvent à jouer un rôle de canal culturel entre deux mondes. Un pied en Rhône-Alpes, un autre au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, Florent compose depuis près de vingt ans une vie artistique soucieuse de comprendre de l’intérieur cette musique mandingue qui le passionne depuis l’adolescence, tout en cherchant à l’adapter aux scènes, aux publics, aux danses et aux pédagogies qui sont ceux de son territoire natal et quotidien.

C’est à 16 ans que Florent tombe en amour pour le djembé. Il s’est alors déjà essayé à la batterie, mais ne se retrouve pas dans les modalités pédagogiques relativement classiques de son école de musique communale. Encouragé par sa mère, il part très jeune vers Ouagadougou pour faire l’apprentissage, sur place, de l’art du djembefola dans son contexte culturel, festif, familial quotidien. Depuis lors, il ne cessera les allers et retours entre sa terre de naissance et sa terre d’adoption, d’abord au Burkina, puis en Côte d’Ivoire où il rencontre celui qui allait devenir son maître, guide et ami, Abou Bakar Bamba. 

Dans ce parcours fait de hasards, de rencontres déterminantes, de ténacité et d’humilité, au moins trois moments clefs se dégagent : son tout premier atterrissage à Ouagadougou bien sûr, où il est accueilli par une famille de griots habitués à dispenser des cours de djembé à de jeunes stagiaires français comme lui. Mais aussi et peut-être surtout son premier voyage en Côte d’Ivoire, en 2002, qui le conduit dans des territoires plus ruraux où il découvre les musiques de ce vaste et poreux monde mandingue dans leur contexte quotidien d’expression. C’est lors de ce séjour qu’il commence à pratiquer le djembé non plus comme un instrument se suffisant à lui-même, mais dans son rôle d’accompagnateur du griot, des danseuses et danseurs. C’est également à ce tournant de sa vie de musicien qu’il prend la mesure de l’amplitude du monde musical mandingue qui de la Guinée à la Gambie en passant par le Mali, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, admet des singularités à des niveaux ultra localisés. D’un village à l’autre, les rythmes « traditionnels » attendus par les danseurs et le griot peuvent largement différer. Troisième moment, son mariage : sur l’invitation d’Abou et de sa famille, Florent et sa femme Heloïse se marient chez eux, en Côte d’Ivoire, en participant aux rites d’union traditionnels de Bouaké.

Alors, djembefola de Côte d’Ivoire ? De Romans-sur-Isère ? D’entre deux rives ?  Florent se définit comme un djembefola français. Ce rôle, il ne pense pas pouvoir, ni même vouloir, le jouer en Afrique, où une connaissance ample et fine des répertoires traditionnels des différents territoires de l’aire mandingue serait incontournable, et rendue possible par des séjours de plusieurs années sur place. Mais la question ne se pose même pas en ces termes pour Florent : son métier est celui de la transmission d’un savoir qu’on lui a offert et dans lequel il s’est immergé, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, à Annecy, à Villeurbanne… Un métier qu’il exerce dans le cadre d’une association basée à Romans-sur-Isère et à Valence, qu’il a créée avec sa femme Héloïse, elle-même danseuse formée en Côte d’Ivoire. Dans les récits de Florent, la question de son territoire musical dilue les binarités de l’ici et de l’ailleurs, mais parle de dynamiques, de flux, d’échanges, de vases communicants.

Une fluidité que l’on retrouve dans son aisance à naviguer entre chant, instruments percussifs et instrument harmonique, ici : le N’goni.

Pour aller plus loin…
>
Les projets de recherche et de valorisation patrimoniale menés par le CMTRA à Villeurbanne nous ont permis la rencontre d’autres musiciens griots du Burkina, ou du Sénégal tels qu’Adama Dembele, Ibrahima Cissokho ou Moussa Fayé. N’hésitez pas à les écouter!
> Lire l’article du percussionniste suisse romand Vincent Zanetti sur « La nécessaire reconnaissance des milieux traditionnels dans l’apprentissage des percussions ouest-africaines », paru dans l’ouvrage dirigé par Laurent Aubert, Musiques Migrantes, dont nous reparlerons dans ce carnet.

Visuel : « Do you speak Djembé? »