Archives par mot-clé : collectage

COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK


Vendredi 15 mars 2019, dans le cadre de sa septième édition, le Festival Eurofonik, a ouvert le bal avec une rencontre professionnelle, co-organisée par la FAMDT et le Nouveau Pavillon, sur le sujet des musiques de l’immigration en Europe.

Quelle réalité les musiques de l’immigration ont-elles dans les communautés de nos agglomérations  françaises et européennes ? Quelle place et quelle légitimité trouvent-elles ? Sont-elles cantonnées à des contextes intimes, familiaux, rituels, communautaires ? Quelles interactions avec d’autres mondes culturels ? Quelles influences les autres musiques ont-elles sur ces musicien.ne.s “amateurs” ?

Continuer la lecture de COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK

Présentation du projet

AFFICHE Comment sonne la villeLe projet “Comment sonne la Ville ? Musiques migrantes de Saint-Étienne” rassemble deux équipes complémentaires, le CIEREC (Centre de Recherche de l’Université Jean Monnet à Saint-Etienne) et le CMTRA qui réalisent ensemble un travail de recherche autour des pratiques musicales liées aux parcours migratoires des habitants de la ville de Saint-Étienne. Ce projet s’étend sur trois années, de 2014 à 2017.

Cette rencontre originale d’un laboratoire universitaire et d’une structure culturelle de terrain a pour triple ambition de :
– produire des connaissances sur les pratiques musicales migrantes de la ville de Saint-Étienne ;
– contribuer à la cohésion sociale par la valorisation de la diversité des parcours et des cultures musicales des habitants ;
– former à la recherche des étudiants du Département de Musicologie de l’université de Saint-Étienne, par une approche pratique et humaine de la réalité musicale de leur ville.

L’histoire industrielle de la ville de Saint-Étienne explique la pluralité culturelle de sa population. Le développement industriel des XIXe et XXe siècles a entraîné la recherche d’une forte main d’œuvre ouvrière et par conséquent le recours à une population immigrée, venant tout d’abord des campagnes environnantes, d’Alsace, puis de Pologne, d’Espagne, du Portugal, d’Italie, enfin du Maghreb, de Turquie et d’Afrique. L’immigration ouvrière a amené avec elle des langues, des chants, des musiques. Ces pratiques musicales et langagières ont parfois disparu ou se sont conservées dans des formes spécifiques à la diaspora ; elles en ont croisé d’autres, s’en sont nourri, les ont enrichies. Elles constituent une mémoire sensible des gens de la ville, de leur mobilité, de leur histoire, que le projet « Comment sonne la ville » se propose de recueillir et valoriser.

Centrée sur le recueil de témoignages auprès des habitants, la démarche mise en œuvre permet de réaliser cet état des lieux des pratiques culturelles populaires qui s’expriment dans l’espace privé de la vie familiale, des réseaux de solidarité (associations, amicales), dans les lieux de culte et dans différents espaces de proximité (bars, cafés, restaurants,  commerces). L’articulation des méthodes de terrain ethnographiques (enquêtes) et du collectage musical (enregistrement de témoignages musicaux dans leur contexte d’expression, le cas échéant) rend possible une approche sensible et humaine de la réalité multiculturelle des territoires.

Ci-dessous, une émission radiophonique dédiée au projet Comment Sonne la Ville, réalisée par l’impertinente, libre et sauvage équipe de Radio Dio !

Pour plus d’informations sur le projet, contacter Mélaine Lefront, chargée de l’action culturelle au CMTRA : melaine.lefront@cmtra.org // 04 78 70 56 56

DES MOTS DES SONS SANS CIBLE aux Archives Municipales de Saint-Etienne 20/09/2015 by Programmation Dio on Mixcloud

“Mes voisins”

Depuis le 20 septembre 2015, les Archives Municipales de Saint-Etienne accueillent une exposition d’envergure autour de l’histoire culturelle des migrations dans la ville. “Saint-Etienne Métropolitaine. Des migrations dans la ville” dresse son portrait, telle qu’elle a été façonnée par la diversité des habitants qui la composent.

st é cosmopolitaine

Cette exposition a ouvert le champ, pour cette saison  stéphanoise 2015 / 2016, à la diversité des initiatives locales dédiées à une meilleure connaissance et reconnaissance des patrimoines culturels issus de l’immigration, et leur rôle dans l’histoire de ce territoire.

C’est le cas du projet “Mes voisins. Récits de l’immigration et l’installation en France” accueilli par le centre social Le Babet. Une exposition sur la mémoire de l’accueil associatif des étrangers en Rhône-Alpes est installée depuis le 17 mars dans l’espace galerie du centre. Jusqu’au vendredi 25 mars, de 11h à 18h une collecte participative de témoignages et de photographies est proposée par Benjamin Vanderlick, ethnologue-photographe et coordinateur du réseau Traces et par Péroline Barbet, collectrice et réalisatrice sonore. Enfin, une projection-rencontre publique autour des créations multimédias réalisées avec les habitants-collecteurs ayant pris part au projet sera organisée le mercredi 30 mars à 18h.

N’hésitez pas à aller découvrir cette initiative proche de nos actions et préoccupations dans le cadre du projet “Comment sonne la ville“, présenté dans un précédent billet.

Pour toute information sur “Mes voisins”, contacter Le Babet :
04 77 33 33 92 ou à secretariat@mqbabet.fr

Former aux collectes de mémoire

Vendredi 18 mars 2016 / 9h30-17h00
Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris
Entrée libre sur inscription par mail à claire.scopsi@lecnam.net

CONSULTER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ DE LA FORMATION

Constituer un réseau d’échange, de réflexion sur les méthodes des collectes de mémoires

Le 10 avril 2014 le projet Mediatore della Memoria, financé par la région Emilie Romagne, a permis d’organiser une première journée d ‘étude consacrée à une rencontre entre chercheurs et associations français et italiens, afin de partager et comparer les expériences et les méthodes de collectes de témoignages oraux. Les textes des deux conférences introductives sont publiés dans le numéro 41 du Bulletin de l’AFAS http://afas.revues.org/2936. Cette première expérience a confirmé la richesse d’une confrontation des expériences françaises et étrangères et la présence d’un public varié d’étudiants, historiens, associations, archivistes ou documentalistes audiovisuels, a montré la pertinence d’une approche plurielle ouverte aux milieux académiques institutionnels et associatifs.

La collaboration se poursuit dans le cadre du projet « Passerelle de Mémoires » qui bénéficie d’un financement de la région Ile-de-France pour la réalisation d’une plateforme web de formation en ligne, destinée aux associations porteuses de projets de mémoire http://passerelle.hypotheses.org/.

Cette seconde session a pour thème « former aux témoignages oraux et collectes de mémoire ». Nous souhaitons y faire le point sur les compétences et méthodes des acteurs des projets de mémoire, en questionnant les programmes des formations universitaires diplômantes, des stages de formation continue et des guides méthodologiques.

En septembre 2015, l’université Paris Est Créteil Val de Marne annonce l’ouverture d’un  Master « Histoire Publique ». Au même moment l’université de Modène et Reggio Emilia annonce l’ouverture du premier Master d’Histoire publique italien. Il nous semble important de profiter de cette occasion pour comparer les deux approches et d’évoquer comment les historiens des deux pays répondent à la demande sociale et médiatique de mémoire. Nous ferons ensuite le point sur les formations destinées aux enseignants, associations et particuliers en Belgique, Italie et France : quelles compétences transférer pour favoriser la collaboration entre les citoyens et les professionnels de la mémoire et du patrimoine ? Quels sont les enjeux d’une transmission éducative auprès des jeunes ?