Archives par mot-clé : chant traditionnel

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin

“V’tia la Saint Martin qu’approuche”

Extrait en franco-provençal de la chanson de « La Saint-Martin », interprétée par les chanteurs participants aux Rencontres de Lescheroux, commune de l’Ain. Enregistrement réalisé par Les musiciens routiniers le 15 mars 1981.

Historiquement, la fête de la Saint-Martin, le 11 novembre, est une tradition qui remonterait au Moyen-Âge. Dès le XVIIIe siècle, cette journée est consacré à la louée1 des domestiques. La Saint-Martin célébrait surtout un temps festif : le seul véritable jour non travaillé symbolisant l’émancipation du valet face au maître. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, cette fête revêtait une dimension sociale singulière. De grandes foires et des bals étaient organisés, les gens de la ville n’y étaient pas conviés et leurs employés n’hésitaient pas à dépenser des mille et des cents pour inviter leurs zettes2. Cirques, grandes roues, marchands ambulants, arracheurs de dents, singes savants, jeux de quilles et de tirs tenus par les bléquis3, étals en tous genres, et, surtout, des flots de vin… constituaient le paysage  de cette célébration qui reste d’actualité dans les campagnes bressanes d’aujourd’hui, sous des formes revues au goût du jour…et du lieu. Défilés de tambours et fifres, fanfares, gastronomie, flots de vin et lampions : de Biarritz à la Bavière, les fêtes de la Saint-Martin s’adaptent aux traditions festives locales.

Quant aux chansons  de la Saint-Martin, elles ont en commun l’amour du vin bien sûr, un art de la caricature et des scénarios récurrents de maris cocus et de valets Don Juan. Notre archive de la semaine illustre bien cette thématique :

« […]Savez-vous ce que je bois,
Sète-vous ce que je bavou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet puis la maîtresse
Lou vôle et la maitrecha
De bon vin blanc
D’bon vin blanc
Et puis moi de la piquette,
E pi ma de la pequeta,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…

Savez-vous ce que je mange,
Séte-vous ce que que je mangeou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet et puis la maîtresse
Lou vôle pi la maitrecha
De bon pain blanc,
D’bon pan blanc,
Et puis moi du pain de seigle
E pi ma de pan de chelia,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…
[…] « 

Nous avons catalogué à ce jour dans notre base de données sept interprétations de chansons de la Saint-Martin (ci-dessous), pour la plupart enregistrées par l’association des Musiciens routiniers de Bresse, parmi lesquels figure Sylvestre Ducaroy. Spécialiste de la cornemuse, il a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS à la tradition des conscrits.

Autres interprétations de chansons de la Saint-Martin :

1 La louée : date à laquelle les commis de ferme touchaient leurs gages et se présentaient à des nouveaux patrons potentiels.
2Les « zets » et « zettes » : surnoms donnés aux fiancés bressans, le jour de la Saint Martin la tradition voulait qu’ils circulent en se tenant par le petit doigt.
3Les bléquis : tenanciers forains 

Visuel : Saint-Martin dans une scène de charité, vitrail réalisé par Lucien-Léopold Lobin, à Tours, en 1864. Eglise d’Ingrandes-de-Touraine. 

« Andriamanitra ô »

Nous avons rencontré José Ralaivitanaviro en 2011, soit huit ans après son arrivée en France. Il habite aujourd’hui à Villeurbanne avec sa femme Audrey, animatrice d’ateliers d’éveil à la danse et passionnée de culture malgache (elle y a consacré un mémoire de maîtrise d’anthropologie à l’Université de Lyon 2). De cette enquête chaleureuse scandée de chants religieux et profanes, de commentaires sur le rôle de la musique dans la vie quotidienne et rituelle des malgaches, nous avons extrait une chanson, entonnée à deux voix,  celles de José et Audrey Ralaivitanaviro, et une guitare, celle de leur ami Jean de Dieu.

Andriamanitra est littéralement un « prince parfumé ». Ce terme désigne la divinité, l’Être Suprême, les morts ou les manifestations mystérieuses en général. La référence olfactive proviendrait d’une croyance séculaire, selon laquelle une odeur suave et sucrée se ferait sentir par les prophètes, juste avant qu’une manifestation divine ne s’impose à eux. Andriamanitra serait un Dieu sans nom propre, sans image, une énergie primordiale. Le chant « Andriamanitra ô », s’il appartient au répertoire des chants chrétiens protestants, est connu de toutes et tous. Il accompagne fêtes, mariages, enterrements, réunions familiales et représente une adresse à cette divinité totale. José Ralaivitanaviro en traduit quelques vers : Dieu je t’appelle, je voudrais te rencontrer, viens m’assister, j’ai soif de toi, je t’attends, tu es mon rayon de soleil qui se lève le matin ».

D’autres chants sont interprétés par Audrey, José et Jean lors de cette collecte réalisée à leur domicile le 14 avril 2011. N’hésitez pas à la consulter en entier !

Pour aller plus loin…
> Dieu dans la tradition malgache, Pietro Luopo, éditions Karthala, 2006 (cf le compte-rendu d’ouvrage).> « Faire danser les morts« , un reportage passionnant consacré aux musiques du sud de Madagascar et aux travaux de Julien Mallet, ethnomusicologue spécialiste du Tsapiky.
> Une interprétation de « Andriamanitra ô » par le groupe malgache « Vetson_Kira ».

Visuel : Nasa Visible Earth