Archives par mot-clé : chant

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar

 

Chants séfarades de Turquie

Ajda Ahu Giray est une musicienne et chanteuse turque installée à Lyon depuis 2004. Nous l’avons rencontrée en 2008, à l’époque où elle suivait une formation musicale auprès de Marc Loopuyt, à l’ENM de Villeurbanne. Elle interprète pour nous ce jour-là deux chants issus du répertoire séfarade turc.

L’amour à distance : « Fasel de Marmara » 

C’est à son arrivée en France qu’Ajda commence à prendre plaisir à chanter de la musique turque, alors qu’elle ne la pratiquait guère dans son pays d’origine. Son répertoire admet depuis un grand nombre de chants issus de fasil originaires des pourtours de la Mer de Marmara. Les fasil sont des suites instrumentales et vocales parmi les plus représentatives de la musique de cour des Sultans d’Istanbul, au cours desquels se côtoyaient chants populaires, airs de louange au prophète ou lamentations.  Le « Fasil de Marmara » raconte une histoire d’amour entre deux jeunes turcs qu’une grande distance géographique sépare. La langue dans laquelle Ajda interprète ce chant est le ladino, un mélange d’espagnol, d’hébreux et d’influences turques, grecques ou bulgares, aujourd’hui très peu pratiquée, et que le répertoire vocal judéo-espagnol contribue à garder vivace.

Une identité transfrontalière : « Si verias a la rana »

La seconde chanson qu’Ajda nous offre est un air populaire mettant en scène une grenouille, une souris, et leurs familles respectives…

Si verias a la rana
asentada en la hornalla
friendo sus buenas fritas
inspartiendo a sus hermanicas.
Ben seni severim,
Çok seni severim.
Si verias al raton
asentado en el canton
mundando sus muezezicas
inspartiendo a sus hermanicas.

On retrouve dans cette chanson populaire la pluralité des influences culturelles qui ont formé ce répertoire que l’on nomme de façon faussement homogène « la musique sépharade d’Orient ». Celle-ci raconte la trajectoire des Juifs séfarades depuis l’Espagne dont ils ont été chassés en 1492. Ces chansons, ces airs profanes ou sacrés, sédimentent sans que l’on puisse les segmenter, les « emprunts ponctuels » faits aux différents systèmes culturels parcourus depuis cinq siècles. C’est ainsi que le lieu de l’identité culturelle sépharade se dissout sur les cartographies du monde arabe, mais se cristallise autour de sa langue, ce ladino qui, suivant les pays où il résonne, s’appelle djudyo, djidiyo, espanyoliko, tetauni, haketiya ou yahudice.

Aujourd’hui, Ajda est retournée à ses premiers amours…la chanson française qu’elle avait découverte pendant ses études au lycée francophone d’Istanbul, et qui une fois son diplôme de Chimie en poche, l’avait décidé à venir vivre sa passion musicale en France, à Lyon. L’année dernière, elle était invitée par l’Institut Français à Jérusalem pour chanter Edith Piaf, dans le cadre des journées internationales de la Francophonie. Une belle manière de perpétuer la nature « déterritorialisée » de ce monde de musiques…

Consultez ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Ajda Ahu Giray.

Pour aller plus loin…
> Un article de Sami Sadak : « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols« , publié en 2007 aux Cahiers d’Ethnomusicologie
> le livret du cycle de concerts programmés en février 2000, à la Cité de la Musique « Turquie : musiques populaires et classiques. Musiques et danses de la Mer Noire ».
> L’ouvrage Traditions poétiques et musicales juives en Occident musulman d’Haim ZAFRANI, paru en 1998 aux éditions Stavit/Unesco

Visuel :
« Mosquée bleue », photo de « tiff_smd«