Archives par mot-clé : chanson populaire

Le mariage malheureux

À l’automne dernier, nous animions un atelier d’écriture à l’Université de Saint-Étienne, dans le cours de méthodologie d’Anne Damon-Guillot « Sources orales et archives sonores ». Une petite dizaine d’étudiants en ethnomusicologie s’est ainsi plongée dans les fonds sonores en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral, et s’est prêtée au jeu de l’Archive de la semaine. Leurs billets, qui proposent un point de vue singulier sur les collections sonores du réseau régional dédié aux archives sonores, viendront enrichir ce carnet de recherche tout au long de l’année. Commençons dès maintenant avec l’archive de la semaine proposée par Lila Jeunet, qui s’est penchée sur un thème bien connu des ethnomusicologues du domaine français, le mariage malheureux.

***

L’amour est un thème omniprésent dans la musique. Il a suscité un répertoire extrêmement vaste depuis des siècles qui s’exprime à travers de multiples textes, poèmes, lieder, et sérénades. Au Moyen-Âge, les troubadours composent des chansons amoureuses destinées à des dames inaccessibles de hauts lignages ; Wagner s’illustre à l’opéra en contant l’amour si fort qui unit Tristan et Iseult ; la Symphonie fantastique de Berlioz révèle, à travers le monde des rêves, un amour qui tourne au cauchemar ; Serge Gainsbourg dépeint des amours perdues, compliquées. L’amour est partout et est ancré dans nos traditions et nos chansons. Cet amour n’est toutefois jamais facile, et n’est pas toujours associé au bonheur. En effet, l’amour est enfant de bohème, et n’a jamais connu de loi… Et nombreuses sont les chansons qui font référence aux mariages malheureux ! Dans la culture populaire notamment, les histoires d’amour peuvent être tristes, lamentables, catastrophiques, voire funestes !

Au sein de la partie du fonds Charles Joisten en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral, composée d’enquêtes réalisées en Isère et en Savoie entre 1957 et 1976, Marcelle Sage et Alexandrine Gaillard, dite tante Sandrine, nous fredonnent quelques-unes de ces histoires qui finissent mal… en général.

« On voulait s’marier tous les deux afin d’pouvoir s’aimer à notre aise », chantée par Alexandrine Gaillard, dite Tante Sandrine – voir la notice complète ici

Souvent, si l’amour est malheureux, c’est une question d’argent. Tante Sandrine introduit ici un thème récurrent de ce type de chansons : le trousseau de mariage. Pour pouvoir épouser son Blaise, la prétendante doit amener au ménage « six pair’ de bas, trois ch’mis’ en fil, quatre en coton, quatorz’ mouchoirs, un jupon blanc, d’la fleur’ d’orang’ ». De nombreuses chansons sur ce thème chantent avec humour la distance sociale, la dureté des stratégies matrimoniales et les arrangements matériels et financiers entre familles.

« La triste noce », par Marcelle Sage – voir la notice complète ici

Si la jeune fille de la chanson précédente a réussi  à rassembler son trousseau, et épouser son Blaise, les répertoires populaires sont également remplis de « tristes noces », telles que celles chantées par Marcel Sage au micro de Charles Joisten en 1976. Dans cette chanson, les amoureux ne viennent pas du même milieu, et les parents ne veulent pas marier leur fille à un pauvre homme et inversement. La femme que l’homme épouse dans cette chanson est certes moins belle, mais plus riche…

Ces ritournelles comprennent rarement un refrain et s’articulent surtout autour d’une histoire, à l’aide d’une mélodie simple et répétitive. Elles se ressemblent d’ailleurs beaucoup au fil des chansons, d’abord ascendantes, les mélodies ornementent, puis elles redescendent à la fin de la phrase. En ce qui concerne la structure narrative, les paroles prennent souvent la forme d’un dialogue entre deux amants, deux amoureux ou deux prétendants. Les parents, et notamment les pères, font souvent parti de l’histoire, jouant un rôle décisif dans le choix du mari. Mais parfois ce ne sont pas les pères qui sont durs, mais les femmes…

« Le mal marié », chanté par Marcelle Sage – voir la notice complète ici

Si la noce advient, c’est parfois la vie conjugale qui est malheureuse. Ici, le thème du mari brimé par sa femme (que l’on retrouve sous une autre forme avec le thème de « La femme qui boit ») livre tout son potentiel comique. Triste fin pour ce marié qui s’étouffe avec les os que sa femme lui donne à manger.

« Amant, amant que vous m’ennuyez », par Alexandrine Gaillard, dite tante Sandrine – voir la notice complète ici

Enfin, dans ce dernier extrait chanté par tante Sandrine, c’est l’amant qui, bagarreur, provoque la dispute… On note dans toutes ces chansons un fort ancrage dans une société traditionnelle et rurale. Les références à la religion catholique (le curé, les noces, le dimanche, l’église) ou au travaux agricoles se retrouvent ainsi dans la plupart de ces chansons. Cependant ces mélodies et ces textes parlent à toutes les générations car malgré un paysage différent, le fond – l’amour – est toujours présent et les problématiques liées à celui-ci sont et resteront sans doute toujours d’actualité.

Lila Jeunet

 Pour aller plus loin…

Crédits photos :  Ministère des solidarités et de la santé

« Lo busseron de Brasse » : variations sur le thème de la femme qui boit

L’archive sonore de la semaine fait sa rentrée ! Cette fois, notre  promenade hebdomadaire dans les fonds sonores en ligne sur le Portail régional du Patrimoine oral s’est arrêtée sur un chant en francoprovençal, enregistré par Sylvestre Ducaroy et l’association des Musiciens routiniers en 1981. On y parle d’un bûcheron bressan et de sa femme, de vin et de maux de crâne.

***

En 1981, le collecteur Sylvestre Ducaroy et ses amis musiciens routiniers organisent les rencontres des musiques traditionnelles à Lescheroux, dans l’Ain. Ils y invitent certains des informateurs qu’ils ont collecté  à se produire en public : Paul et Henri Lambert (illustres musiciens de la « petite montagne » jurassienne dont nous vous avions parlé ici il y a quelques mois), M. Pommatau au chant, Benoît Teppe ainsi que Gaston Mettret se succèdent. Parmi les nombreux airs et chants enregistrés ce jour là, figure la fameuse histoire du « Busseron de Brasse » (« Le bûcheron de Bresse ») :

« Lo busseron de brasse », interprète anonyme – voir la notice complète ici

Fameuse, cette histoire l’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on en trouve des traces anciennes. Une première version est attestée dès 1749, et l’on en fait mention dans de nombreuses publications du début du XXe siècle : une rapide recherche sur Gallica fait remonter plusieurs résultats intéressants. On retrouve le bûcheron chez Julien Tiersot et ses fameuses Chansons populaires, recueillies dans les Alpes françaises (1903), ou chez le folkloriste Bressan Paul Carru dans un article de 1917. Plus étonnant, la chanson est évoquée dans une publication médicale de 1902 sur « Les boissons hygiéniques – L’eau et la chanson » . Car, comme son titre ne le dit pas, le sujet de la chanson n’est pas le bûcheron, mais plutôt sa femme, et ses problèmes de boisson… jugez plutôt :

Quand lo benhom’vinci du beu
Quand lo benhom’vinci du beu
Trovi sa fènna ivra,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,

Trovi sa fènna ivra.

Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?    Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?   Z’ai on gre mau de téta                  Oua, ma fion oua, me n’argua oua, Z’ai on gre mau de téta.

Y don bin venu prontaman                Y don bin venu prontaman                Faut bayre na tisanna                     Oua, ma fion oua, me n’argua oua,  Faut bayre na tisanna.

L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’aidie me fa malada ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
L’aidie me fa malada.

 […]   

Se ze venivai à meri
Se ze venivai à meri
Enterô m’à la cova ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Enterô m’à la cova

Leu deu piè contre la paray
Leu deu piè contre la paray
La téta sous la gueille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
La téta sous la gueille.

Tote le gotte que chèron
Tote le gotte que chèron
M’areuseran la lingua ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
M’areuseran la lingua.

Quand le bonhomme revint du bois
Quand le bonhomme revint du bois
Trouva sa femme ivre
Oui, ma foi oui, mon âme oui,

Trouva sa femme ivre.

Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?          
Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?       
   
J’ai un grand mal de tête
Oui, ma foi oui, mon âme oui, J’ai un grand mal de tête.
C’est donc venu bien promptement          C’est donc venu bien promptement           Faut boire une tisane ;                            Oui, ma foi oui, mon âme oui,             Faut boire une tisane.

L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’eau me fait malade ;                 
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            L’eau me fait malade.

[…]

Si je venais à mourir
Si je venais à mourir
Enterrez moi à la cave ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Enterrez moi à la cave.

Les deux pieds contre la paroi
Les deux pieds contre la paroi
La tête sous le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
La tête sous le fausset.

Toutes les gouttes qui tomberont
Toutes les gouttes qui tomberont
M’arroseront la langue ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
M’arroseront la langue.

La chanson du bûcheron est également fameuse parce qu’elle reprend un thème bien connu de la littérature populaire : la femme qui boit. Dans la préface qu’il signe à la première édition des Chansons populaires de Charles Guillon, le poète bressan Gabriel Vicaire évoque rapidement ce type de chansons satiriques et bachiques. Après avoir pris soin de noter que le paysan « ne sait ni raffiner l’ordure, ni ciseler l’obscénité » et que « son esprit est, comme lui, lourd, pataud, épais », il souligne que l’ivrognerie des femmes constitue un thème comique important des chansons populaires du département et s’interroge : « Le beau sexe de notre région est-il vraiment animé d’une telle passion pour la dive bouteille? On serait tenté de le croire, tant les histoires de femmes grises abondent chez nous. »

En effet, Charles Guillon a recueilli à la fin du XIXe siècle plusieurs chansons sur ce thème, dont les ressorts comiques  sont incontestables. Cependant, une rapide analyse fait apparaître des aspects plus graves. « Le bûcheron de Bresse », tout comme « La moisson » , ou « Buvons, ma commère » (Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, vol. 2, pages 345-346) opposent l’ivrogne à son mari, au champ ou rentrant du travail. Dans ces chansons, transparaît en filigrane une condamnation morale de ces femmes oisives et imbibées. Dans « La moisson » par exemple, la Madelon délaisse la maison  et dilapide l’argent du ménage  :

Tandis que nos hommes
Sont à la moissonne,
Vidons-y le tonneau
De ce bon vin nouveau !
[…]
Voilà son mari qui entre
De l’eau jusqu’à mi-jambes
Regarde de tous côtés
Son bouillon renversé.
[…]
Diable ta maladie,
Toi et ta voisine !
Tu as bu tout mon vin,
Tu manges mon butin !

Replacée dans le contexte social et moral de la fin du XIXe siècle, cette condamnation en demi-teinte de l’oisiveté de la femme qui boit fait échos à une production discursive plus large sur l’alcoolisme féminin. Hélène Millot, chargée de recherche au CNRS, note ainsi que « la figure de la femme qui boit prend une importance grandissante dans le discours moral et social, mais aussi dans la littérature […] ».  Dans ce discours, dont l’incarnation littéraire la plus emblématique est sans doute la Gervaise de l’Assommoir, « on assiste ainsi à l’élaboration d’un système de représentations fantasmatiques, qui définit la femme qui boit comme n’étant plus véritablement une femme, et en même temps comme étant l’incarnation primitive et sauvage d’une féminité exacerbée : ce n’est plus une femme, mais une femelle, et c’est par son ivrognerie que la femme révèle la part obscure et inquiétante du féminin, c’est à dire son « hystérie » au sens premier du terme. »

Pour l’interprète qui livra cette chanson au micro des Musiciens routiniers au début des années 1980, il est peu probable que « Lo busseron de Brasse » ait revêtu une telle signification : le caractère comique de la scène prend vraisemblablement le pas sur les condamnations morales. Quoi qu’il en soit, et avec toutes les précautions d’usage (l’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…), concluons ce billet en vous livrant le dernier couplet de la chanson :

Feille, qu’allo sovan u vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Ne torzi po la guille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,Ne torzi po la guille.       
Filles, qui allez souvent au vin
Filles, qui allez souvent au vin
Ne tordez pas le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Ne tordez pas le fausset.

Autrement dit : ne bouchez pas le trou du tonneau. Un conseil avisé aux amatrices (et aux amateurs) de grands crus ou d’humbles piquettes.

Pour en savoir + :

Crédits photo : J. Hubert Bonnefoy – Héraldie et Poèsie

Quand mon grand-père semait l’avoine

Il n’aura pas échappé aux plus ruraux de nos lecteurs que ces derniers jours, le ballet des moissonneuses-batteuses a repris dans les campagnes. L’occasion pour nous de retourner sonder le portail régional du patrimoine oral à la recherche d’une archive sonore sur le thème des moissons.

***

Entre les commentaires sur les coutumes et costumes liés aux semailles et moissons aux Avénières, et la « Chanson des blés d’or » , notre oreille se trouve une nouvelle fois accrochée par la voix de Germaine Panel. De son ample répertoire collecté par Jacques Bardot à Véranne (Loire) dans la première moitié des années 1980, nous vous avons déjà donné à écouter plusieurs interprétations : « Soin soin » , « La chanson de Roland » ou encore « Sous le soleil marocain« .  Aujourd’hui, penchons-nous sur la chanson en francoprovençal « Quand mon grand-père semait l’avoine », qu’elle interprète au micro de l’enquêteur en février 1984 :

« Quand mon grand-père semait l’avoine » , par Germaine Panel – voir la notice complète ici

Quan mon grand-pôre senôve son avène, (bis)                                                       Senôve la palha,                                                 Senôve lo gran,                                                  Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.                                                     A ! la bèla avèna, que Dièu me la ramena !

Quan mon grand-pôre repayôve son avèna, (bis)

Repayôve la palha,

Repayôve lo gran,

Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.

A ! la bèlà avèna, Que Dièu me la ramena !

Quand mon grand-père semait son avoine, (bis)
Il semait la paille,                                        Il semait le grain,                                         Il tapait du pied,                                         Levait la main.                                                 Ah ! la belle avoine, que Dieu  me la ramène !

Quand mon grand-père hersait l’avoine, (bis)                                                  Il hersait la paille,                                        Il hersait le grain,                                         Il tapait du pied,                                           Levait la main.                                                Ah !  la belle avoine, que Dieu me la ramène !                                                            

Nous avons là une chanson énumérative : à chaque nouveau couplet, un mot change pour retracer les différentes étapes de la culture de l’avoine : les semis, la moisson, le battage, la mouture, la cuisson du pain et enfin… sa digestion (« Je me souviens qu’à la fin, c’était pas joli ! »  nous dit Germaine) !

Patrice Coirault, qui consacra aux chansons énumératives des pages devenues fameuses, écrivait en 1953 que « leur origine semble se perdre dans la nuit de nos préhistoires, leurs commencements se confondre avec ceux de l’art verbal » . Et de s’interroger : « Leur genre serait-il aussi vieux que le monde des hommes ? » Il est vrai que quelques recherches rapides sur « La belle avoine », qu’on peut ranger dans la catégorie « H – Métiers et travaux (cycliques et saisonniers) » de la classification de Patrice Coirault, nous amènent aux quatre coins de la France et nous font remonter jusqu’au milieu du XIXe siècle. On en trouve ainsi une version collectée par Joannès Dufaud dans le Haut-Vivarais (300 chansons populaires d’Ardèche. Textes et partitions, pages 396-397), plusieurs interprétations d’habitants des Monts du Lyonnais, filmés et visibles sur le site « Francoprovençal des Monts du Lyonnais« , mais également une version collectée lors de l’enquête de 1853 sur la chanson populaire en Normandie.

Ce genre de chanson très ancien a très tôt retenu l’attention de collecteurs de la littérature orale. Déjà en 1880, les collecteurs et éditeurs Achille Montel et Louis Lambert s’étaient penchés sur les chansons énumératives, qu’il voyaient avant tout comme des petites pièces puériles, idéales pour distraire les enfants car extensibles à l’infini, tout en soulignant le rôle pédagogique de ce type de poésie populaire. Ainsi, note Madeleine Béland, « [pour les pionniers de l’étude des chants énumératifs], ces chants donnent une leçon de mots et de logique à l’enfant tout en ayant comme avantage de tuer le temps, dissiper l’ennui et de l’apaiser » .

Leçon de mots et de logique disions-nous, mais également leçon sur la valeur du travail pour le père de Germaine, qui profite de cette chanson pour l’avertir : « Pense le bien, combien avant que ton morceau de pain soit sur la table, ce qu’il a fallu faire » .

Pour aller + loin :

  • Patrice Coirault, « Chansons énumératives et randonnées », dans Formation de nos chansons folkloriques, Éditions du scarabée, 1953, pages 389-484
  • Conrad Laforte, « Poétique des chansons énumératives » , dans Poétiques de la chanson traditionnelle française: classification de la chanson folklorique française, pages 83-105

Crédits photo : AlainAudet – Pixabay

La boulangère a des écus

Après l’appel à la désobéissance du fameux « Mon papa ne veut pas que je danse la polka » et la portée politique de « J’ai du bon tabac« , continuons cette semaine à décortiquer les  chants enfantins et autres comptines, avec la fameuse chanson « La boulangère a des écus »

******

A l’été 1981, Agnès et Sylvestre Ducaroy sont à Salavre dans l’Ain, en compagnie d’Aymé Pommateau. Parmi les nombreux airs qu’il interprète à la vielle à roue et au micro de ce duo fondateur des « Musiciens Routiniers » bressans, se trouve « La boulangère a deux écus »

« La boulangère a deux écus », interprété à la vielle à roue puis chanté par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

À en croire la requête faite au sein de la Base interrégionale du patrimoine oral, qui affiche 187 notices à la requête « boulangère a des écus », cette chanson n’était pas chantée que dans l’Ain. Elle jouissait d’un grand succès chez nos aïeux de la France entière, qui la chantaient tant en Vendée qu’en Normandie. Aujourd’hui encore, « la boulangère » est fameuse ! Les jeunes parents qui nous lisent l’auront sûrement reconnue tant on la retrouve souvent sur les CD de comptines et chansons enfantines. Certaines versions ont même été écoutées près d’un million de fois sur Youtube. Les personnels des crèches et des écoles y ont également souvent recours, pour faire danser les rondes aux enfants. D’ailleurs, nous dit Aymé Pommateau, lors des noces et des veillées, l’on dansait souvent la ronde de la boulangère.

Description de la ronde de la boulangère, par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

Mais, malgré toutes ces explications et les premières paroles entonnées par Aymé Pommateau dans le premier extrait, la signification du texte de la chanson demeure bien mystérieuse. Une question surtout  reste en suspens : si nous avons bien compris que ses écus ne lui coûtent guère, à la boulangère, Aymé ne nous dit pas où elle les a eu. Pour le découvrir, il faut revenir à la genèse de la chanson.

Elle a été écrite dans la première moitié du XVIIIe siècle par  Pierre Gallet, chansonnier et co-fondateur de la société du Caveau. Le Caveau était, selon Brigitte Level qui lui a consacré sa thèse, autant une « société bachique et chantante » qu’un haut lieu de la « création littéraire collective ». S’y côtoyaient d’illustres chansonniers (Pierre Gallet, Alexis Piron…), compositeurs (Jean-Philippe Rameau) et dramaturges (La Bruère, Fagan) dans une ambiance épicurienne.

Connaissant désormais le cadre dans lequel a été composée cette chanson, il n’y a rien d’étonnant à ce que les paroles originales n’aient rien d’enfantin. Jugez plutôt :

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.
La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Elle en a, je les ai vus,
J’ai vu la boulangère aux écus
J’ai vu la boulangère.

Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?
Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?

Ils me viennent d’un gros Crésus
Dont je fais bien l’affaire, vois-tu,
Dont je fais bien l’affaire.

À mon four aussi sont venus
De galants militaires.
À mon four aussi sont venus
De galants militaires.

Moi je préfère les Crésus
À tous les gens de guerre, vois-tu,
À tous les gens de guerre.

Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère,
Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère

Vous êtes plus belle que Vénus. »
Je n’les écoutai guère, vois-tu,
Je n’les écoutai guère.

Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire
Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire

Des fleurettes au lieu d’écus.
Je les envoyai faire, vois-tu
Je les envoyai faire.

Ses écus, la boulangère les tient donc d’un « gros Crésus », à qui « [elle] fait bien l’affaire » ! La seconde partie de la chanson va encore plus loin dans le grivois, en filant une métaphore boulangère du meilleur goût. Le prétendant de la boulangère, tout en reconnaissant  qu’ « [il n’est] pas un Crésus » lui assure ainsi :

Mais mes talents sont bien connus
Boulanger de Cythère, vois-tu
Boulanger de Cythère.

Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.
Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.

Et la nuit, au four, assidu
J’enfournerai, ma chère, vois-tu
J’enfournerai, ma chère

Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.
Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.

Et tu ne seras pas déçue
Avec moi boulangère, aux écus !
Avec moi boulangère.

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Loin de nous l’idée de nous lancer dans une explication de texte détaillée… On comprend cependant pourquoi en 1958, enregistrant le 8e volume des « Rondes et chansons de France » Lucienne Vernay  édulcora quelque peu les paroles. Plus étonnant, les versions enregistrées ces dernières années sont revenues aux paroles originales de Pierre Gallet, telle celle-ci, accompagnée d’une animation toute naïve :

Pour en savoir + :

  • Évelyne Resmond-Wenz, Rimes et comptines. ERES, 2008 (l’introduction en ligne sur cairn.info)
  • Brigitte Level Brigitte, « Poètes et musiciens du caveau« , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1989, n°41. pp. 161-176
  • L’émission de France Culture « Chanson Boum » sur la Société du Caveau

Crédits photos : Bibliothèque Nationale de France

La chanson de l’Alsace

La chanson populaire est un genre musical fascinant : miroir d’une époque, d’un territoire et des cultures en présence, elle en dit souvent plus qu’elle ne laisse penser. La Première Guerre Mondiale, extrêmement prolixe en la matière, a fait de la chanson une arme de propagande massive indéniable, présente tant sur la ligne de front qu’à l’arrière. 11 novembre oblige, nous nous sommes penchées sur ce que nos fonds pouvaient révéler de cette période.

Et c’est au sein du Fonds Jacques Bardot que nous avons trouvé notre bonheur. Il s’agit de la « Chanson de l’Alsace », écrite en 1913 par le chansonnier Théodore Botrel et dont nous aurons ici qu’un bref aperçu. Interprétée par une femme inconnue au début des années 1980, cette archive sonore fait encore l’objet de recherches menées conjointement avec Jacques Bardot et l’association « Visages de notre Pilat » à Pélussin.

Découvrir la notice détaillée

Les paroles

Quand nous franchîmes la frontière
Pour reconquérir le pays
Où depuis la guerre dernière
Tant d’exilés sont endormis
Sur un ton nostalgique et tendre
Dans le vent, les sapins chantaient
Nous fûmes surpris de comprendre
Ce qu’entre eux ils se chuchotaient
Des Vosges fidèles
Sombres sentinelles
Comme aux anciens jours
Les sapins d’Alsace
Parlent à voix basse
En français toujours
Toujours !

Le lendemain c’était dimanche
D’un talon sonore et joyeux
Nous martelions la route blanche
Qui descend jusqu’à Montreux-Vieux
Les cloches de chaque village
Carillonnaient à l’unisson
Et nous comprenions le langage
Et leur prière, et leur chanson
Des vertus chrétiennes
Ferventes gardiennes
Comme aux anciens jours
Les cloches d’Alsace
Sonnent dans l’espace
En français toujours
Toujours

Dieu fêté, la journée entière
On nous fêta dans le hameau
Et dédaignant la lourde bière
On nous versa du vin nouveau
Et le vin montant à la tête
Ainsi que « l’eau du cœur » aux yeux
Chacun poussa sa chansonnette
Dans le doux parler des aïeux
Oui, quand il faut boire
O France, à ta gloire
Comme aux jours anciens
Le vin blanc d’Alsace
Fait chanter les races
En français toujours
Toujours !

En rouvrant l’école publique
Aux petits alsaciens ravis
On dicta cette phrase unique
« La douce France est mon pays »
Et tous les écoliers de dire
A leur nouvel instituteur
« Sans faute nous saurons l’écrire
Cette phrase on la sait par cœur ! »
Ah ! Vive l’aurore
Qui nous rit encore
Comme aux anciens jours
Fidèle et tenace
Le peuple d’Alsace
Est Français toujours
Toujours ! 

Dans le souvenir de cette femme, ne reste que le souvenir des cloches et de l’école publique et lance à l’issue de son interprétation : « C’était toujours la revanche ! ».

BNF_GALLICA-la_chanson_de_l_alsace_botrel

Écrite en 1913, cette chanson est en effet annonciatrice des événements à venir, la récupération de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine – territoires cédés en 1871 à l’Empire allemand – faisant partie des buts clairement affichés par la France aux débuts du conflit.

Évidemment en faveur d’une Alsace-Lorraine française, « La Chanson de l’Alsace » développe un vocabulaire fier, sûr et conquérant, convoquant aussi bien les éléments naturels (Vosges et sapins), spirituels que culturels (la fierté Et dédaignant la lourde bière / On nous versa du vin nouveau) pour asseoir la position de l’Hexagone.

Quant à son auteur, Théodore Botrel, il est l’un des grands chansonniers de la Première Guerre Mondiale. Né en Bretagne en 1868 mais ayant très tôt rejoint la capitale française, il est connu pour deux aspects de sa « carrière ». Le premier est relatif à son image de « chansonnier breton » qu’il s’est attaché à construire à  ses débuts sur les planches de Montmartre. Mais, ce qui nous intéresse davantage ici, c’est son engagement auprès des troupes durant la Première Guerre Mondiale : trop âgé pour être mobilisé, Théodore Botrel est chargé par le Ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, de divertir les soldats français pendant le conflit. Nationaliste convaincu, proche de Déroulède et de la Ligue des Patriotes, il n’eut de cesse de célébrer la revanche, comme en témoigne cet extrait.

Pour aller plus loin :

Visuel : photo libre de droit de Scapin