Archives par mot-clé : carnaval

Adieu Paure Carnava !

D’un chant de carnaval occitan au générique de « Bonne nuit les Petits », il n’y a qu’un pas ! 

Alors que le Carnaval de Nice a lancé les hostilités il y a quelques jours, nous étions bien décidées à faire de cette « Archive de la semaine » une ode aux déguisements bigarrés, aux chants festifs et aux bouleversements des rapports sociaux ! C’est la larme à l’œil que nous avons achevé nos recherches, devant cette émission pour enfants dont les héros s’appelaient Nounours, le marchand de sable, Pimprenelle et Nicolas…

C’est, comme souvent, grâce à une brève exploration de notre Portail oral du Patrimoine oral et notamment du Fonds Charles Joisten sur lequel nous travaillons particulièrement ces derniers jours, que nous avons déniché « Adieu Paure Carnava » chantée par l’inimitable Alexandrine Gaillard dite « Tante Sandrine » en 1957 :

« Adieu Paure Carnava » par Tante Sandrine – Voir la notice détaillée
Partition téléchargeable 

 « Adieu Paure Carnava » est une chanson populaire très connue sur le territoire Occitan. Entonnée à l’occasion de l’incinération de Monsieur Carnaval, les paroles ne sont pas particulièrement tendres :

« Carnaval foutu
Qu’l’on en parle guère
Carnaval foutu
Qu’l’on en parle plus »
(Extraits)

La transcription de la chanson propose toutefois des paroles assez différentes des autres versions trouvées sur le web, qui, elles, vont parfois très loin dans la haine de ce bonhomme de paille synonyme de débauche mais aussi de maladie, de tristesse et de mauvais esprits. Bref, un beau ramassis de tous les maux de la société.

La traduction de la version enregistrée par les Ogres de Barback avec la chorale Occitania All Stars en est un bon exemple :

« Adieu, toi qui te la coulais douce,
toi qui t’es vu adulé.
Adieu l’argent que tu jetais par les fenêtres,
maintenant la roue a tourné.
Il te faut changer de train de vie,
et si tu ne veux pas en pâtir,
pour te punir de tes crimes,
vermine, on va t’achever ! »

Et voilà qu’à l’écoute de cette version, la mélodie réveille en nous quelques souvenirs. En cherchant un peu sur la toile, nous découvrons qu’en fait, « Adieu Paure Carnava » est issue d’un air du XVIIIè siècle vraisemblablement composé par Pergolèse ou le chanteur Antoine Albanèse.

Cette mélodie, qui accompagne le poème « Les tendres Souhaits » de Charles-Henri Ribouté, plus connu sous le nom « Que ne suis-je la fougère », semble avoir essaimé un peu partout dans le Sud de l’Europe, si bien que nous la retrouvons dans cet « Adieu paure Carnava » encore chanté aujourd’hui et même dans le générique de fin de… « Bonne nuit les Petits » !

Allez… replongez-bien !

Pour en savoir + sur le Carnaval :

Crédits photo : Annca sur Pixabay

J’aime les bugnettes !

Depuis une petite semaine, les bugnes ont fait leur retour sur les étals des marchés rhônalpins, pour le plus grand plaisir des gourmands ! 

Au CMTRA, nous sommes gourmand-e-s et puis, il faut l’admettre, les spécialités culinaires c’est comme les chansons traditionnelles : il existe des centaines de variantes, on s’en dispute la provenance et ça ne cesse d’évoluer… Et c’est aussi ça qui nous passionne.

Et comme nos fonds sont d’une richesse insoupçonnés, nous avons bien sûr mis la main sur une chanson qui célèbre ces fameuses bugnes. Malheureusement, les droits de diffusion du Fonds Rhône-Alpes du MUCEM (ex-MNATP) dont elle est issue ne nous permettent pas de vous donner à entendre les documents sonores qui y font référence. Les notices détaillées des deux versions dont nous disposons sont toutefois bien référencées ici et là, enregistrées toutes deux dans le Haut-Jura par l’ethnomusicologue André-Marie Despringre.

Ces deux notices font toutes les deux références à la chanson « J’aime les bugnettes » interprétée en franco-provençal et qui est évoquée dans deux ouvrages de Marie-Thérèse Hermann, historienne et auteur de plusieurs livres sur la Savoie :

D’amô lé bougnette
E lo matafan
E lé drôle fènè
Qu’on lo têtê blian

Traduction : 

J’aime les bugnettes
Et les matefaims
Et les jolies femmes
Qui ont les seins blancs

Mentionnées par François Rabelais dans la première édition de Pantagruel en 1532 lors de la longue énumération qu’il dresse au sujet de la gastronomie lyonnaise, les bugnes ne sont pourtant pas nées au sein de la capitale des Gaules. Si on considère que son origine remonte davantage à la Rome Antique où elles étaient préparées à l’occasion des carnavals, c’est la Savoie qui traditionnellement remporte la « paternité » de ce type de beignets. Cuisinées pour les vogues, les grandes fêtes ou encore Mardi Gras, leur diffusion à l’ensemble de l’aire franco-provençale et notamment à Lyon, dans le Dauphiné, la Vallée du Rhône, Saint-Étienne et la Franche-Comté s’est ensuite faite rapidement, chacun y apportant une touche « locale » spécifique (formes, tailles, tressages…), d’où les multiples noms qui lui sont attribués.

Si vous souhaitez vous lancer, ou, comme à l’époque, profiter d’un reste d’huile de friture avant que le Carême ne vous l’interdise, vous trouverez ici la recette des bugnes « à la mode de Saint-Étienne ».

Et pour terminer avec tout de même sur quelques notes et pas de danse, voici une célébration de la bugnette très entraînante :

Bibliographie :

  • Marie-Thérèse Hermann, La Cuisine paysanne de SavoieLa vie des fermes et des chalets racontés par une enfant du pays, La Fontaine de Siloë, 2004
  • Marie-Thérèse Hermann, La Savoie traditionnelleLa Fontaine de Siloë, 2005

Crédits photos : Bugnes © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons / CC-BY 2.5