Archives par mot-clé : Bresse

« Lo busseron de Brasse » : variations sur le thème de la femme qui boit

L’archive sonore de la semaine fait sa rentrée ! Cette fois, notre  promenade hebdomadaire dans les fonds sonores en ligne sur le Portail régional du Patrimoine oral s’est arrêtée sur un chant en francoprovençal, enregistré par Sylvestre Ducaroy et l’association des Musiciens routiniers en 1981. On y parle d’un bûcheron bressan et de sa femme, de vin et de maux de crâne.

***

En 1981, le collecteur Sylvestre Ducaroy et ses amis musiciens routiniers organisent les rencontres des musiques traditionnelles à Lescheroux, dans l’Ain. Ils y invitent certains des informateurs qu’ils ont collecté  à se produire en public : Paul et Henri Lambert (illustres musiciens de la « petite montagne » jurassienne dont nous vous avions parlé ici il y a quelques mois), M. Pommatau au chant, Benoît Teppe ainsi que Gaston Mettret se succèdent. Parmi les nombreux airs et chants enregistrés ce jour là, figure la fameuse histoire du « Busseron de Brasse » (« Le bûcheron de Bresse ») :

« Lo busseron de brasse », interprète anonyme – voir la notice complète ici

Fameuse, cette histoire l’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on en trouve des traces anciennes. Une première version est attestée dès 1749, et l’on en fait mention dans de nombreuses publications du début du XXe siècle : une rapide recherche sur Gallica fait remonter plusieurs résultats intéressants. On retrouve le bûcheron chez Julien Tiersot et ses fameuses Chansons populaires, recueillies dans les Alpes françaises (1903), ou chez le folkloriste Bressan Paul Carru dans un article de 1917. Plus étonnant, la chanson est évoquée dans une publication médicale de 1902 sur « Les boissons hygiéniques – L’eau et la chanson » . Car, comme son titre ne le dit pas, le sujet de la chanson n’est pas le bûcheron, mais plutôt sa femme, et ses problèmes de boisson… jugez plutôt :

Quand lo benhom’vinci du beu
Quand lo benhom’vinci du beu
Trovi sa fènna ivra,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,

Trovi sa fènna ivra.

Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?    Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?   Z’ai on gre mau de téta                  Oua, ma fion oua, me n’argua oua, Z’ai on gre mau de téta.

Y don bin venu prontaman                Y don bin venu prontaman                Faut bayre na tisanna                     Oua, ma fion oua, me n’argua oua,  Faut bayre na tisanna.

L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’aidie me fa malada ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
L’aidie me fa malada.

 […]   

Se ze venivai à meri
Se ze venivai à meri
Enterô m’à la cova ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Enterô m’à la cova

Leu deu piè contre la paray
Leu deu piè contre la paray
La téta sous la gueille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
La téta sous la gueille.

Tote le gotte que chèron
Tote le gotte que chèron
M’areuseran la lingua ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
M’areuseran la lingua.

Quand le bonhomme revint du bois
Quand le bonhomme revint du bois
Trouva sa femme ivre
Oui, ma foi oui, mon âme oui,

Trouva sa femme ivre.

Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?          
Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?       
   
J’ai un grand mal de tête
Oui, ma foi oui, mon âme oui, J’ai un grand mal de tête.
C’est donc venu bien promptement          C’est donc venu bien promptement           Faut boire une tisane ;                            Oui, ma foi oui, mon âme oui,             Faut boire une tisane.

L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’eau me fait malade ;                 
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            L’eau me fait malade.

[…]

Si je venais à mourir
Si je venais à mourir
Enterrez moi à la cave ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Enterrez moi à la cave.

Les deux pieds contre la paroi
Les deux pieds contre la paroi
La tête sous le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
La tête sous le fausset.

Toutes les gouttes qui tomberont
Toutes les gouttes qui tomberont
M’arroseront la langue ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
M’arroseront la langue.

La chanson du bûcheron est également fameuse parce qu’elle reprend un thème bien connu de la littérature populaire : la femme qui boit. Dans la préface qu’il signe à la première édition des Chansons populaires de Charles Guillon, le poète bressan Gabriel Vicaire évoque rapidement ce type de chansons satiriques et bachiques. Après avoir pris soin de noter que le paysan « ne sait ni raffiner l’ordure, ni ciseler l’obscénité » et que « son esprit est, comme lui, lourd, pataud, épais », il souligne que l’ivrognerie des femmes constitue un thème comique important des chansons populaires du département et s’interroge : « Le beau sexe de notre région est-il vraiment animé d’une telle passion pour la dive bouteille? On serait tenté de le croire, tant les histoires de femmes grises abondent chez nous. »

En effet, Charles Guillon a recueilli à la fin du XIXe siècle plusieurs chansons sur ce thème, dont les ressorts comiques  sont incontestables. Cependant, une rapide analyse fait apparaître des aspects plus graves. « Le bûcheron de Bresse », tout comme « La moisson » , ou « Buvons, ma commère » (Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, vol. 2, pages 345-346) opposent l’ivrogne à son mari, au champ ou rentrant du travail. Dans ces chansons, transparaît en filigrane une condamnation morale de ces femmes oisives et imbibées. Dans « La moisson » par exemple, la Madelon délaisse la maison  et dilapide l’argent du ménage  :

Tandis que nos hommes
Sont à la moissonne,
Vidons-y le tonneau
De ce bon vin nouveau !
[…]
Voilà son mari qui entre
De l’eau jusqu’à mi-jambes
Regarde de tous côtés
Son bouillon renversé.
[…]
Diable ta maladie,
Toi et ta voisine !
Tu as bu tout mon vin,
Tu manges mon butin !

Replacée dans le contexte social et moral de la fin du XIXe siècle, cette condamnation en demi-teinte de l’oisiveté de la femme qui boit fait échos à une production discursive plus large sur l’alcoolisme féminin. Hélène Millot, chargée de recherche au CNRS, note ainsi que « la figure de la femme qui boit prend une importance grandissante dans le discours moral et social, mais aussi dans la littérature […] ».  Dans ce discours, dont l’incarnation littéraire la plus emblématique est sans doute la Gervaise de l’Assommoir, « on assiste ainsi à l’élaboration d’un système de représentations fantasmatiques, qui définit la femme qui boit comme n’étant plus véritablement une femme, et en même temps comme étant l’incarnation primitive et sauvage d’une féminité exacerbée : ce n’est plus une femme, mais une femelle, et c’est par son ivrognerie que la femme révèle la part obscure et inquiétante du féminin, c’est à dire son « hystérie » au sens premier du terme. »

Pour l’interprète qui livra cette chanson au micro des Musiciens routiniers au début des années 1980, il est peu probable que « Lo busseron de Brasse » ait revêtu une telle signification : le caractère comique de la scène prend vraisemblablement le pas sur les condamnations morales. Quoi qu’il en soit, et avec toutes les précautions d’usage (l’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…), concluons ce billet en vous livrant le dernier couplet de la chanson :

Feille, qu’allo sovan u vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Ne torzi po la guille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,Ne torzi po la guille.       
Filles, qui allez souvent au vin
Filles, qui allez souvent au vin
Ne tordez pas le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Ne tordez pas le fausset.

Autrement dit : ne bouchez pas le trou du tonneau. Un conseil avisé aux amatrices (et aux amateurs) de grands crus ou d’humbles piquettes.

Pour en savoir + :

Crédits photo : J. Hubert Bonnefoy – Héraldie et Poèsie

Les Frères Lambert

Dans le Panthéon des personnalités musicales qui ont marqué la trajectoire de bon nombre de collecteurs rhônalpins, les frères Lambert font figures d’incontournables.

Air instrumental (clarinette et violon) du répertoire des Frères Lambert – Voir la notice complète

C’est qu’ils sont cocasses les Frères Lambert. Les écrits de Patrice Martinot et de Sylvestre Ducaroy à leur sujet ne manquent pas d’humour. Jugez plutôt :

« Entre ses sept chats et ses treize lapins, lorsqu’il ne se promène pas, [Henri] fait des paniers, lit l’Humanité, et le soir prend le violon et joue de vieilles rangaines » (Patrice Martinot, « Musiques en Petit Montagne »)
« C’était un boute-en-train très demandé et sachant profiter des situations : mécréant notoire et bouffeur de curés, [Paul] devint finalement la mascotte des bonnes sœurs de la maison de retraite » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »)

Et l’on perçoit à ces dires combien Paul et Henri sont différents : un bref retour sur leurs parcours respectifs est utile afin d’éclairer ces deux personnalités à l’influence notoire sur l’histoire musicale locale.

Henri, l’aîné, a 81 ans quand Patrice Martinot fait leur connaissance en 1984. Il habite depuis toujours la maison familiale située au Hameau des Carrats, dans la commune de Loisia (Jura). Célibataire invétéré, il est considéré comme un « vieux sauvage pas très fréquentable » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds ») qui a passé sa vie entre agriculture paysanne, braconnage, communisme… et violon. Henri est un violoneux et n’a jamais appris à proprement parler à en jouer : très influencé par le « Père Badinet » dont il est beaucoup question dans le fonds Sylvestre Ducaroy, il explique : « Il venait, il jouait ; je le regardais jouer. J’ai appris sur les autres musiciens que j’ai vu jouer. Les danses qu’ils jouent, je les joue comme je leur ai entendu jouer (…) J’ai bien mis quinze ans pour que dire que ça rime » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »). En ce sens, Henri Lambert était un « vrai routinier qui ne connaissait que le répertoire des bals de granges locaux et les chansons de ses parents et grands-parents » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »).

Paul, de 9 ans le cadet, n’est revenu dans le Jura que plus tard après avoir vécu à côté de Lyon durant plusieurs années. Connu dans la région pour avoir exercé de nombreux métiers : domestique, ouvrier, aiguiseur de ciseaux, coiffeur et clarinettiste, Paul se considère avant tout comme musicien. Contrairement à son frère aîné, après avoir commencé de manière autodidacte, Paul a bénéficié d’une formation musicale reçue dans les sociétés de musiques qui s’étaient montées au sein des usines.  Après avoir animé les fêtes des conscrits et les bals de grange, il est rémunéré essentiellement pour ses prestations dans les bals de fête.

Pour autant, comme le souligne Sylvestre Ducaroy alors qu’il évoque sa rencontre avec les frères Lambert, aucun des deux est « le plus vrai » : « Ce sont tous les deux des musiciens avec lesquels on a beaucoup appris, tant en répertoire que dans le style. Très souvent, les personnes qu’on a rencontré étaient des gens ordinaires » (Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds »). Et c’est bien cela qu’il convient de souligner au sujet des frères Lambert : ils ont marqué toute une génération de collecteurs par la mémoire qu’ils portaient, loin d’une certaine folklorisation alors en marche. C’est d’ailleurs ainsi que Patrice Martinot conclut son article consacré aux frères Lambert : « Le soir, les frères Lambert prennent leur violon et jouent pour leur plaisir. Pas de spectacle !!! Ils ne jouent ni « les airs montagnons » ni les « airs bressans », ils jouent les airs de routine, ceux qui leur plaisent » (Patrice Martinot, « Les frères Lambert »).

En outre, ils sont les fiers représentants d’une forme de tradition territoriale qui faisait de « la Petite Montagne » (contreforts du Jura) et notamment du village de Loisia, une sorte de repère de violoneux. Patrice Martinot raconte : « Dans un périmètre de 100 kilomètres, j’ai retrouvé plus de 80 joueurs de violon » et renchérit : « [il] occupe une place prépondérante de par le nombre de joueurs et la place qui lui était réservée dans la tradition. D’après Henri Lambert, il n’était pas rare de danser au son de trois violons assemblés » (Patrice Martinot, « Musiques en Petite Montagne »). Quant à la clarinette, si elle était moins répandue, elle figure toutefois parmi les instruments habituellement utilisés pour accompagner les musiques de danse dans la vallée du Suran.

Les frères Lambert ont fait l’objet de plusieurs articles dont certains ont été fort utiles dans le cadre de la préparation de ce billet. En 1985, un disque « Musiques en Petit Montagne » réalisé par les Musiciens Routiniers est publié, concentré sur nos deux frères (et sur Victor Dagot, ce même Victor dont il était question lors de notre précédente « Archive de la semaine » : « Chibreli, Chibrela »). Pour Sylvestre Ducaroy, cet enregistrement est « bien dans la continuité de la démarche autodidacte du musicien chercheur de ces années 75 à 85. Il marque aussi la fin d’une époque. Ce fut sans doute l’une des dernières publications de ce type, quasiment auto-produites, en tout cas le sixième et dernier disque des « Musiciens Routiniers » » (Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse »)

Les frères Lambert sont peut-être des gens « ordinaires » : ils sont toutefois devenus, sans revendication en la matière, de véritables symboles : symboles d’une époque pour les collecteurs et symboles d’un territoire vivant et créatif.

Pour aller plus loin :

  • Sylvestre Ducaroy, « De l’Aubrac à la Bresse en passant par la Croix-Rousse » in Regard sur l’histoire particulière des collecteurs lyonnais de musiques traditionnelles, 1975-1985, Association Rhône-Alpes d’Anthropologie, 2è semestre 2004 (en ligne)
  • Entretien avec Sylvestre Ducaroy, « Histoire d’un fonds », Lettre d’info n°59, CMTRA, Automne 2005 (en ligne)
  • Agnès Ducaroy, « A la croisée des musiques – Musiques de Bresse et du Révermont », Lettre d’info n°69, CMTRA (en ligne)
  • Les Musiciens Routiniers, « Musiques en Petite Montagne », livret d’accompagnement du vinyle, 1985 (en ligne)
  • Patrice Martinot, « Les Frères Lambert », Revue des Musiciens Routiniers n°5, Automne 1984 (en ligne)

Crédits photo : Sylvestre Ducaroy

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR

Ambiance sonore des conscrits

L’ambiance sonore du banquet des conscrits constitue le premier enregistrement d’une collecte de Sylvestre Ducaroy. Les rassemblements de conscrits en Bresse ont été l’occasion, pour le collecteur, de capturer sur plusieurs décennies de nombreux airs instrumentaux, chants, contes, souvent traditionnels interprétés au sein de l’espace public, ou dans des lieux de rassemblement collectif. Cet enregistrement diffère de ce qu’il a majoritairement collecté, également de ce que nous vous avons présenté auparavant. Il constitue une introduction idéale à l’évènement enregistré, permet de se représenter l’atmosphère de la fête des conscrits, à appréhender les musiques qui y sont données, leurs interprètes, leurs publics.

De cet enregistrement nous disposons de peu d’informations, mais l’écoute nous permet à elle seule d’en recueillir un certain nombre. La première partie semble avoir été captée dans les cuisines lors du service, le bruit des couverts et les bribes de parole en témoignent. On perçoit ensuite des pas, le collecteur se dirige vers la salle commune, le bruit s’intensifie progressivement, les discussions s’entremêlent, il devient difficile de les distinguer. Cet enregistrement rend compte, par le chahut final, de l’importance du rassemblement qui semble réunir une communauté conséquente.

L’organisation des conscrits regroupe effectivement un nombre important de participants, l’évènement revêt une importance sociale considérable et pérenne puisqu’il cimente les générations de nombreux villages et villes depuis plus d’un siècle, particulièrement en région Rhône-Alpes rurale. Les origines de cette tradition remontent au 19ième siècle,  à Villefranche-sur-Saône, alors que le tirage au sort des jeunes hommes pour le service militaire constituait une source de stress collectif. Pour pallier l’angoisse, les jeunes se réunissaient autour de grands banquets festifs la veille de leur départ pour l’armée. Si l’évènement a ensuite beaucoup évolué (perdant ses références militaires, se propageant à d’autres cantons,  régions, adoptant de nouvelles règles…), l’esprit de classes, ainsi que de nombreux codes perdurent. La fête des conscrits est particulièrement codée mais évolutive puisque les jeunes en sont toujours les organisateurs. Le banquet est un exemple parmi tant d’autres (au même titre que le défilé, la photo solennelle, les apéros, les tournées, les matefaims…) de la transmission de cette tradition et de ses rites, parties intégrantes du patrimoine régionale.

Les classes regroupent l’ensemble des personnes d’un même village nées la même année. Les interclasses désignent un regroupement de toutes les classes dont l’année de naissance se termine par le même chiffre

Ce billet est pour nous l’occasion d’inviter à penser l’identité d’un territoire à travers diverses entrées sonores.  Le patrimoine sonore n’est pas uniquement constitué des musiques qui le composent. L’enregistrement d’ambiances et de paysages est également une approche immersive de l’espace (du terme « soundspace » développé par le compositeur canadien Robert Murray Schafer) et offre une multitude d’indicateurs permettant d’interroger les éléments qui le composent et ce quelque soit leur provenance. A ce titre de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, des techniciens, des artistes, s’attachent à développer de nouveaux outils et méthodes de captation, de les questionner, de les utiliser à des fins purement créatives, également à des fin concrètes d’aménagement des territoires. De plus en plus interdisciplinaires, les travaux en la matière permettent de questionner la pertinence de la recherche cloisonnée : l’appréhension du son, notamment du paysage sonore, expérience sensible et singulière, variant considérablement selon les acteurs qui le manipulent et les branches disciplinaires dont ils sont issus. Croiser les regards, permet de saisir la complexité du matériau sonore, de développer des outils communs d’appréhension utiles à sa valorisation.  Parmi ces acteurs, Le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (Cresson), basé à Grenoble, encourage la production de recherches architecturales et urbaines selon une approche sensible des espaces. Parmi de nombreux travaux, le laboratoire a notamment conçu une « Cartophonie du Monde« , exemple de soundmaps (cartographie des sons) permettant de se balader sur une carte par l’écoute de sons sélectionnés. La particularité de la cartographie du Cresson, par rapport aux autres projets soundmaps émergeants sous des formes variées (pour exemple : « Bruxelles nous appartient« ), réside dans le travail d’analyse et de catalogage des captations.

Pour aller plus loin… 
L’enquête « Le banquet des conscrits », dont est extraite cette piste, réalisée par Sylvestre Ducaroy en Bresse, regroupe de nombreuses interprétations qui illustrent l’évolution de l’ambiance sonore de l’évènement.
> L’article de Claire Guiu, datant de 2007, pour Vox geographica : « Espaces sonores, lieux et territoires musicaux : les géographes à l’écoute »
> L’introduction, en anglais, de The soundscape, l’ouvrage qui a fait connaitre Robert Murray Schafer, il constitue une référence bibliographique première en matière de paysages sonores.

Visuel : Fête des conscrits dans la Sarthe au début des années 1930

“V’tia la Saint Martin qu’approuche”

Extrait en franco-provençal de la chanson de « La Saint-Martin », interprétée par les chanteurs participants aux Rencontres de Lescheroux, commune de l’Ain. Enregistrement réalisé par Les musiciens routiniers le 15 mars 1981.

Historiquement, la fête de la Saint-Martin, le 11 novembre, est une tradition qui remonterait au Moyen-Âge. Dès le XVIIIe siècle, cette journée est consacré à la louée1 des domestiques. La Saint-Martin célébrait surtout un temps festif : le seul véritable jour non travaillé symbolisant l’émancipation du valet face au maître. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, cette fête revêtait une dimension sociale singulière. De grandes foires et des bals étaient organisés, les gens de la ville n’y étaient pas conviés et leurs employés n’hésitaient pas à dépenser des mille et des cents pour inviter leurs zettes2. Cirques, grandes roues, marchands ambulants, arracheurs de dents, singes savants, jeux de quilles et de tirs tenus par les bléquis3, étals en tous genres, et, surtout, des flots de vin… constituaient le paysage  de cette célébration qui reste d’actualité dans les campagnes bressanes d’aujourd’hui, sous des formes revues au goût du jour…et du lieu. Défilés de tambours et fifres, fanfares, gastronomie, flots de vin et lampions : de Biarritz à la Bavière, les fêtes de la Saint-Martin s’adaptent aux traditions festives locales.

Quant aux chansons  de la Saint-Martin, elles ont en commun l’amour du vin bien sûr, un art de la caricature et des scénarios récurrents de maris cocus et de valets Don Juan. Notre archive de la semaine illustre bien cette thématique :

« […]Savez-vous ce que je bois,
Sète-vous ce que je bavou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet puis la maîtresse
Lou vôle et la maitrecha
De bon vin blanc
D’bon vin blanc
Et puis moi de la piquette,
E pi ma de la pequeta,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…

Savez-vous ce que je mange,
Séte-vous ce que que je mangeou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet et puis la maîtresse
Lou vôle pi la maitrecha
De bon pain blanc,
D’bon pan blanc,
Et puis moi du pain de seigle
E pi ma de pan de chelia,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…
[…] « 

Nous avons catalogué à ce jour dans notre base de données sept interprétations de chansons de la Saint-Martin (ci-dessous), pour la plupart enregistrées par l’association des Musiciens routiniers de Bresse, parmi lesquels figure Sylvestre Ducaroy. Spécialiste de la cornemuse, il a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS à la tradition des conscrits.

Autres interprétations de chansons de la Saint-Martin :

1 La louée : date à laquelle les commis de ferme touchaient leurs gages et se présentaient à des nouveaux patrons potentiels.
2Les « zets » et « zettes » : surnoms donnés aux fiancés bressans, le jour de la Saint Martin la tradition voulait qu’ils circulent en se tenant par le petit doigt.
3Les bléquis : tenanciers forains 

Visuel : Saint-Martin dans une scène de charité, vitrail réalisé par Lucien-Léopold Lobin, à Tours, en 1864. Eglise d’Ingrandes-de-Touraine.