Archives par mot-clé : boulangère

La boulangère a des écus

Après l’appel à la désobéissance du fameux « Mon papa ne veut pas que je danse la polka » et la portée politique de « J’ai du bon tabac« , continuons cette semaine à décortiquer les  chants enfantins et autres comptines, avec la fameuse chanson « La boulangère a des écus »

******

A l’été 1981, Agnès et Sylvestre Ducaroy sont à Salavre dans l’Ain, en compagnie d’Aymé Pommateau. Parmi les nombreux airs qu’il interprète à la vielle à roue et au micro de ce duo fondateur des « Musiciens Routiniers » bressans, se trouve « La boulangère a deux écus »

« La boulangère a deux écus », interprété à la vielle à roue puis chanté par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

À en croire la requête faite au sein de la Base interrégionale du patrimoine oral, qui affiche 187 notices à la requête « boulangère a des écus », cette chanson n’était pas chantée que dans l’Ain. Elle jouissait d’un grand succès chez nos aïeux de la France entière, qui la chantaient tant en Vendée qu’en Normandie. Aujourd’hui encore, « la boulangère » est fameuse ! Les jeunes parents qui nous lisent l’auront sûrement reconnue tant on la retrouve souvent sur les CD de comptines et chansons enfantines. Certaines versions ont même été écoutées près d’un million de fois sur Youtube. Les personnels des crèches et des écoles y ont également souvent recours, pour faire danser les rondes aux enfants. D’ailleurs, nous dit Aymé Pommateau, lors des noces et des veillées, l’on dansait souvent la ronde de la boulangère.

Description de la ronde de la boulangère, par Aymé Pommateau – voir la notice complète ici

Mais, malgré toutes ces explications et les premières paroles entonnées par Aymé Pommateau dans le premier extrait, la signification du texte de la chanson demeure bien mystérieuse. Une question surtout  reste en suspens : si nous avons bien compris que ses écus ne lui coûtent guère, à la boulangère, Aymé ne nous dit pas où elle les a eu. Pour le découvrir, il faut revenir à la genèse de la chanson.

Elle a été écrite dans la première moitié du XVIIIe siècle par  Pierre Gallet, chansonnier et co-fondateur de la société du Caveau. Le Caveau était, selon Brigitte Level qui lui a consacré sa thèse, autant une « société bachique et chantante » qu’un haut lieu de la « création littéraire collective ». S’y côtoyaient d’illustres chansonniers (Pierre Gallet, Alexis Piron…), compositeurs (Jean-Philippe Rameau) et dramaturges (La Bruère, Fagan) dans une ambiance épicurienne.

Connaissant désormais le cadre dans lequel a été composée cette chanson, il n’y a rien d’étonnant à ce que les paroles originales n’aient rien d’enfantin. Jugez plutôt :

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.
La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Elle en a, je les ai vus,
J’ai vu la boulangère aux écus
J’ai vu la boulangère.

Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?
Et d’où viennent tous ces écus,
Charmante boulangère ?

Ils me viennent d’un gros Crésus
Dont je fais bien l’affaire, vois-tu,
Dont je fais bien l’affaire.

À mon four aussi sont venus
De galants militaires.
À mon four aussi sont venus
De galants militaires.

Moi je préfère les Crésus
À tous les gens de guerre, vois-tu,
À tous les gens de guerre.

Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère,
Des petits maîtres sont venus
En me disant : « Ma chère

Vous êtes plus belle que Vénus. »
Je n’les écoutai guère, vois-tu,
Je n’les écoutai guère.

Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire
Des abbés coquets sont venus
Ils m’offraient pour me plaire

Des fleurettes au lieu d’écus.
Je les envoyai faire, vois-tu
Je les envoyai faire.

Ses écus, la boulangère les tient donc d’un « gros Crésus », à qui « [elle] fait bien l’affaire » ! La seconde partie de la chanson va encore plus loin dans le grivois, en filant une métaphore boulangère du meilleur goût. Le prétendant de la boulangère, tout en reconnaissant  qu’ « [il n’est] pas un Crésus » lui assure ainsi :

Mais mes talents sont bien connus
Boulanger de Cythère, vois-tu
Boulanger de Cythère.

Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.
Je pétrirai le jour venu
Notre pâte légère.

Et la nuit, au four, assidu
J’enfournerai, ma chère, vois-tu
J’enfournerai, ma chère

Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.
Eh bien ! épouse ma vertu,
Travaille de bonne manière.

Et tu ne seras pas déçue
Avec moi boulangère, aux écus !
Avec moi boulangère.

La boulangère a des écus
Qui ne lui coûtent guère.

Loin de nous l’idée de nous lancer dans une explication de texte détaillée… On comprend cependant pourquoi en 1958, enregistrant le 8e volume des « Rondes et chansons de France » Lucienne Vernay  édulcora quelque peu les paroles. Plus étonnant, les versions enregistrées ces dernières années sont revenues aux paroles originales de Pierre Gallet, telle celle-ci, accompagnée d’une animation toute naïve :

Pour en savoir + :

  • Évelyne Resmond-Wenz, Rimes et comptines. ERES, 2008 (l’introduction en ligne sur cairn.info)
  • Brigitte Level Brigitte, « Poètes et musiciens du caveau« , Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1989, n°41. pp. 161-176
  • L’émission de France Culture « Chanson Boum » sur la Société du Caveau

Crédits photos : Bibliothèque Nationale de France