Archives par mot-clé : berceuse

Une chanson douce…

Cette semaine, « l’Archive de la semaine » nous emmène dans l’univers de la conteuse et poète cubaine Mercedes Alfonso, à travers son interprétation de la berçeuse « Drume Negrita », une douceur à l’oreille…mais des paroles au cœur lourd.

« Drume Negrita » (extraits et commentaires) – Contes et chants de Cuba  – Lire la notice détaillée

La langue de Mercedes Alfonso est « chantante » des accents et héritages multiples qui composent la culture cubaine, mais elle ne se définit pas comme chanteuse : « Je chante comme on chante à Cuba parce que tu as entendu depuis que tu es petite les berceuses que chantaient ta mère, ta grand mère ou la voisine d’à côté qui est en train d’étendre son linge… Pour nous c’est quelque chose de très naturel ! ». Mercedes est bien connue de la communauté cubaine de l’agglomération lyonnaise où elle a élu domicile au début des années 2000, et où elle créée en 2010 l’association Ekelekua, dédiée à la promotion de la culture cubaine. Elle l’est aussi du mouvement du Renouveau du conte cubain né dans les ateliers du Grand Théâtre National de Garcia Llorca à la Havane, où elle a fait ses premières armes en tant qu’écrivaine.

Nous avons rencontré Mercedes Alfonso en avril 2011 dans le cadre du projet de collectage des « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Elle a choisi de nous interpréter cette berceuse qu’elle entonnait en ouverture de chacune des représentations de son spectacle « Le Lézard vert » qui reprend le surnom communément donné à cette île longiligne des Caraïbes.

« Drume Negrita »
Paroles originales, traduction en castillan et traduction française

Mamá la negrita se le salen lo pie e’ la cunita la negra Merce’ ya no sabe que hace’.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

Si tu drumi yo te traigo un mamey muy colorao’
y si no drumi yo te traigo un babalao
que da pau pau.

Tu drume negrita
que yo va’ compra’ nueva cunita
que va’ tené capite’
que va’ tené cajcabel.

A la negrita se le salen los pies de la cunita
Y la negra Merce’ ya no sabe que hacerDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabelSi tu duermes yo te traigo un mamey muy colorao
Si no drume yo te
traigo un babalao
Que da pau pauDuerme negrita
Que yo voy a comprar nueva cunita
Que tendrá capitel y también cascabel
Les pieds de la petite fille noire sortent du berceau
Et la noire Merce’ ne
sait plus quoi faireDors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochetSi tu dors, je t’apporte un mamey bien rouge
Si tu ne dors pas, j’appelle un babalao
Qui te fait pan pan.Dors, petite fille noire
Car je vais acheter un petit  berceau neuf
Qui aura un baldaquin et aussi un hochet

Les lecteurs hispanophones (ou à peu près) de cette page auront sûrement remarqué que la version originale reproduite ci-dessus laisse entendre les accents créolisés de l’espagnol cubain, imprégné des différentes langues parlées dans les Caraïbes depuis les débuts de la colonisation du pays au XVIe siècle : du castillan bien sûr, de l’anglais et du français également, mais aussi des traces d’anciennes langues amérindiennes et de différents dialectes du Yoruba, qui est encore parlé dans les rituels de la Santeria. Le « duerme » (qui signifie « dort », à l’impératif) se transforme alors en « drume » tandis que certains termes renvoient clairement au culte des Orishas qui structure les pratiques religieuses des peuples yoruba telles que le candomblé dans le Nord du Brésil, l’umbanda autour de Rio de Janeiro, ou la Santeria à Cuba. Le « Babalao » dont il est question dans cette berçeuse est un prêtre yoruba, littéralement « le père qui détient les secrets » et qui les transmet aux initiés.

Certainement composée par le pianiste et compositeur Eliseo Grenet (l’histoire reste floue à ce sujet…), « Drume Negrita » a fait l’objet de nombreuses reprises notamment dans le monde du jazz. C’est toutefois l’icône cubaine Bola de Nieve (Ignacio Villa dit « Boule de Neige », chanteur, pianiste et compositeur) qui lui donna ses lettres de noblesse avec l’interprétation toute en finesse que voici :

Il serait en outre difficile de passer à côté de la superbe version offerte par la grande chanteuse argentine, Mercedes Sosa, dont l’engagement politique et social était reconnu sur la scène internationale :

Un mystère demeure : existe-t-il un lien entre ce « Drume Negrita » et la fameuse berceuse « Duerme Negrito » rendue célèbre par Atahualpa Yupanqui ? Si la référence à la situation des esclaves africains est plus prégnante au sein de la seconde, les deux chants se ressemblent par la dureté de la réalité décrite ou sous-entendues, les origines sociales culturelles auxquels ils renvoient… et cet espoir d’un monde meilleur.

Cette question soulevée, nous vous laissons désormais voguer au gré des « suggestions » d’écoute de vos lecteurs de musique, à la (re)découverte de ce patrimoine musical latino-américain aussi fascinant que bouleversant !

À la semaine prochaine !

Pour aller plus loin :

– Jorge Bello, « Duerme, Duerme Negrita », Diario Uno, 9 juillet 2013 – Accessible en ligne 

– Enrique Balmaseda Maestu, « A huella africana en el español caribeño a través de Mojana, Drume negrita y Saludo Chango », Actas del XXXVII Simposio Internacional de la Sociedad Española de Lingüística (SEL), 2008 – Accessible en ligne

Crédits photo : Public Domain Pictures 

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin

« Fais dodo »

En renseignant dans notre base de données en ligne, le portail rhônalpin du patrimoine oral, une partie de la collection sonore du musicien et collecteur Jacques Bardot, nous sommes tombées sur ces quelques notes de cette illustre berceuse enjoignant Colas à faire dodo pendant que maman est en haut, papa en bas,  en promesse du chocolat…on connaît la chanson. Mais justement, les quelques notes entonnées par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot s’échappent du « si-la-sol-sol-la-sol-la-si » que nous avons presque tous eu la joie de souffler dans notre flûte à bec d’écoliers :

Le Fais Dodo de Germaine Panel, habitante de Véranne dans la Loire, enregistrée le 14 février 1984 par Jacques Bardot, s’éloigne franchement de la mélodie familière dès la 4e note. À la fin du deuxième vers, on est passés en mode mineur. S’agit-il d’une variante du traditionnel « Fais Dodo » comme la plupart d’entre nous le connaissent ? D’une deuxième voix prévue pour une interprétation polyphonique ? La suite ne nous renseigne pas car Mme Panel passe aussitôt à l’interprétation de « Dodo Ninette » (ou »Berceuse pour petites filles sages ») : une curieuse berceuse traditionnelle où il est question de catherinette, d’amandes et de marteau, qui mériterait que l’on s’y attarde dans un prochain billet.

Visuel : « Fais dodo Colas mon p’tit frère » (détail), peinture de Louis-Maurice Boutet de Montvel (1851-1913)