Archives par mot-clé : ARCHIVES SONORES

Fonds Charles Joisten

Dans le cadre du réseau régional des archives sonores , le CMTRA, en collaboration avec le Musée dauphinois de Grenoble, se lance dans la documentation d’une partie du fonds Charles Joisten, qui sera peu à peu catalogué sur le portail régional du patrimoine oral : une quinzaine d’heures enregistrées de récits de vie et coutumes, de légendes, de chansons populaires (dont certaines en patois du domaine franco-provençal et occitan) et collectées en territoire rhodanien (majoritairement en Isère) entre 1957 et 1980.

En 1975, Mme Simone Benoit de Montagny, Planay (Savoie, 73) interprète les Vêpres de Montagny en patois savoyard du domaine franco-provençal

Conservateur du Musée dauphinois de 1970 à 1981, Charles Joisten  (1936-1981) est également fondateur de la revue Le monde alpin et rhodanien. Tout au long de sa carrière d’ethnologue et de folkloriste, il mène des recherches et collectages dans le champ des traditions populaires orales (notamment celles des contes et légendes fantastiques), principalement en territoires alpins de Savoie et de Dauphiné. Pendant plus de 25 ans, épaulé par son épouse, Alice Joisten, professeur de musique qui poursuivra l’œuvre de son mari après son décès, Charles Joisten a constitué l’un des fonds les plus riches jamais réalisé en France dans le domaine des traditions orales populaires.

Récompensé par la redécouverte d’une centaine de contes et de milliers de récits légendaires, Charles Joisten va donner une nouvelle visibilité à une société rurale, encore très active car peu touchée par la désertification, dans laquelle la tradition orale est toujours présente (dans les décennies 50 et 60).  Plus que le simple recueil de récits, contes, légendes ou chansons, le fonds Joisten révèle une réalité sociale historique dont la mémoire subsiste essentiellement par la présence d’informateurs nés avant la guerre de 14-18.  Entre les légendes et récits contés par les habitants, les interludes sont des conversations décomplexées et s’avèrent être des ruches d’informations ethnologiques autour d’une vie rurale en pleine révolution.  Les contes eux-mêmes sont de formidables outils de compréhension des sociétés qui les racontent: les petits détails, les anecdotes, empruntent à la vie quotidienne des villages et se glissent souvent dans les trames de récits pour éclairer un peu plus sur la réalité historique et quotidienne des territoires vécus.  

Charles Joisten a également eu un apport considérable dans la mise en avant de la diversité de ce qui fait “conte” en territoires ruraux. Alors qu’il demande à ses informateurs de lui en conter, il est confronté à de nombreux récits qui ne répondent pas à cette définition du conte. Un autre type de récit intéresse particulièrement Charles Joisten : les récits légendaires, des histoires auxquels les habitants, et particulièrement celui qui le raconte, sont censés croire, mettant en scène des personnages voisins, des lieux connus de tous, ils ne sont pas perçus comme fictionnels. Plus spécifiquement, Charles Joisten s’est focalisé sur les récits légendaires incluant des personnages fantastiques : des hommes sauvages, des esprits, le diable, des revenants… S’ils nous paraissent peu vraisemblables ces récits au style peu structuré témoignent de l’étendue, de la richesse, des croyances et superstitions.

En hommage à l’héritage patrimonial laissé par le travail de l’ethnologue, en mémoire du conservateur qui a très tôt donné une place aux archives sonores alors peu valorisées en muséographie, le Musée Dauphinois a édité 5 volumes regroupant l’œuvre de Charles Joisten : Patrimoine narratif de l’Isère (2005) ; Patrimoine narratif des Hautes‐Alpes (2006) ; Patrimoine narratif de la Drôme (2007) ; Patrimoine narratif du département de la Savoie (2009) ; et Patrimoine narratif du département de la Haute‐Savoie (2010).

Visuel : Charles Joisten 

Paysage sonore : le son des cloches

Les cloches, véritables marqueurs sonores des territoires, bien qu’elles ne bercent plus notre quotidien, ont fait l’objet de nombreuses études menées par des érudits aguerris, des amateurs passionnés, également dans le cadre de recherches scientifiques. Alain Corbin est l’un des premiers chercheurs à avoir étudié le son des cloches sous un angle historique et ethnologique sensible. Dans son ouvrage Les cloches de la Terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, datant de 1994, l’auteur présente l’acoustique des campagnes du passé et participe ainsi à ouvrir un pan de recherche en Histoire sensorielle, aujourd’hui en expansion, auquel le CMTRA porte un intérêt particulier. Le Centre de recherche sur l’espace sonore & l’environnement urbain (CRESSON), basé à Grenoble participe notamment à l’enrichissement du nombre de captations et de connaissances  accumulées autour des sons de cloches en espace rural et urbain. European Sounds à travers ce billet, en partage quelques uns.

Jusqu’au siècle dernier le son des cloches servait d’indicateur temporel, rythmant les étapes de la vie quotidienne des habitants et les évènements remarquables. Chaque temps avait sa cloche,  chaque village, chaque famille. Le travail artisanal permettait de rendre chacun de ces sons unique, et les habitants, malgré toute la diversité audible, étaient capables de discerner les différents types, cadences et harmonies des cloches. Particulièrement codifié, le monde campanaire était le reflet des identités communautaires  jusqu’au 20ème siècle. Désormais, le bruit des moteurs a débordé sur le carillon, le tocsin, l’Angélus, la sonnaille, et les systèmes technologiques ont remplacé le rôle initial de la cloche. Si elle a perdu sa fonction sociale, elle est aujourd’hui partie intégrante du patrimoine, et continue d’être produite et échangée dans les campagnes, affectée d’une forte dimension symbolique. Le paysage sonore des territoires ruraux n’a certes  rien de comparable à ce qu’il a pu être au siècle dernier, il est cependant encore fréquent de percevoir la présence des cloches, en particulier celles de l’église ou celles des lieux d’élevage.

Pour aller plus loin…
> Europeana Sounds présente le Cresson dont les enregistrements sont hébergés sur cette base de données.
> La plateforme Hypothèse du Cresson 

Visuel : Détails de cloche en bronze portant la marque Obertino, mai 1991, Pierre Laurence. CC BY-NC

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar

 

Conférence : Archive(s) et constitution d’archive(s)

Le lundi 11 avril 2016, à Paris, l’Institut des mondes africains (IMAF), en partenariat avec le groupement universitaire L’HeSam, organisent une conférence intitulée “Archive(s) et constitution d’archive(s) ; perspectives historiques et anthropologiques.”

De 9h30 à 18h30, 11 intervenants chercheurs se succéderont pour présenter leurs travaux autour des enjeux de la constitution, la conservation et l’exploitation des archives. De quoi alimenter les réflexions du réseau rhônalpin dédié aux archives sonores, où la question du traitement et de la mise en accès des fonds sonores est une problématique cardinale.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI

11 AVRIL 2016
Columbia Global Centers, Reid Hall
4 rue de Chevreuse
75006 Paris

Visuel : Florent Bodart

“Élaboration” des archives sonores à la phonothèque des ATP

La prochaine séance du cycle de conférences SAHIEF – Sources, Archives et Histoire Institutionnelle de lEthnomusicologie de la France – conçu par par Daniel Fabre et proposé par Marie-Barbara Le Gonidec et François Gasnault, aura lieu le jeudi 18 février 2016, de 9h à 12h, salle 9 (2e étage), à l‘EHESS, 105 bd Raspail, 75006.

Le centre de ressources (Phonothèque) et de recherches en ethnomusicologie de la France sous la double autorité de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral (années 1960 – années 1980)

Intervenants : Jacques Cheyronnaud (Centre Norbert Elias), Denis Laborde (Centre Georg Simmel) et Jean Raisky
Discutant : Gérard Nougarol

Avec cette séance se terminera une première série de conférences qui ont porté sur la mise en oeuvre d’un ambitieux programme d’enquêtes ethnomusicologiques, conçu par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, et sur les opérations dites “d’élaboration” mises en oeuvre au retour des terrains.
L‘angle d’approche se déplacera cependant sur la “fabrique” parisienne articulant une structure de conservation et – en théorie plus qu’en pratique – de diffusion d’archives sonores, la phonothèque, et un laboratoire d’étude et de systématisation où devait s’édifier le “corpus des musiques ethniques françaises”.

Les trois intervenants, Jean Raisky, Jacques Cheyronnaud et Denis Laborde, ainsi que Gérard Nougarol, qui avait déjà été le discutant lors de la précédente séance, ont été, plus ou moins longuement, les collaborateurs des responsables du département d’ethnomusicologie ; J. Cheyronnaud puis D. Laborde en ont également assuré la direction, au cours des années 1980. Observateurs-acteurs d’une méthode et d’une pratique, affrontés à la problématique de la relève et d’un infléchissement – voire d’une refondation – du projet épistémologique dans un musée-laboratoire désormais dirigé par Jean Cuisenier, ils apporteront un témoignage critique sur cette entreprise, à la fois institutionnelle et scientifique, qu’on se propose de soumettre à une triple appréhension critique en termes d’ambition, de management et de rayonnement.

Visuel : Claudie Marce-Dubois et Samuel Baud-Bovy au Département d’ethnomusicologie du Musée ATP, Paris, 1978 (photographie issue de l’article de Jacques Cheyronnaud, “Une vie consacrée à l’ethnomusicologie. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989)” consultable ici.