Archives par mot-clé : ARCHIVES SONORES

“SAFAR” ou le voyage d’une archive

Le 25 mai 1916, durant la Première Guerre Mondiale, Abdul Kadir Khan, jeune afghan pashtun, interprète une chanson dans sa langue maternelle : le Pashto. Il est enregistré au gramophone dans un camp allemand regroupant les prisonniers de guerre de l’armée de l’Empire britannique : le Halfmoon Camp au Sud de Berlin.

Cent ans plus tard, grâce à l’initiative du Centre de Recherche sur la musique afghane créé au sein de l’Université de Musique de Weimar, l’enregistrement a parcouru plus de 6000 kilomètres jusqu’à Kaboul afin d’être entendu par plusieurs musiciens de L’Institut national de musique d’Afghanistan (ANIM). Plus qu’un retour aux sources, cette rencontre a donné lieu à un véritable travail de recherche sur l’évolution de la musique afghane, de ses traditions, depuis un siècle. Conduisant également à une réécriture, cet échange sera concrétisé, en septembre 2016, par une série de concerts donnés en Allemagne par un orchestre regroupant les deux nationalités. Voici la vidéo de présentation de la redécouverte de cette chanson par les musiciens afghans  participant au projet :

Il existe très peu de traces historiques de l’interaction culturelle, notamment musicale, entre les cultures réfugiées extra européennes et celles du vieux continent en temps de crises majeures. Cette archive traçable en est d’ailleurs un exemple rarissime, les cultures migrantes des populations réfugiées faisant rarement l’objet de démarches patrimoniales ou de projets de valorisation dans les pays d’accueil. Le portail Europeanasound a pour projet de relayer les initiatives actuelles, depuis quelques mois de plus en plus nombreuses, qui proposent de questionner la dite “crise des migrants” à travers le medium sonore. Alors qu’aujourd’hui la crise des migrants secoue l’Europe, certaines voix militantes se lèvent pour faire résonner les pratiques  culturelles de ces populations, notamment à travers la valorisation de la pluralité de leurs pratiques artistiques et notamment musicales. Dans cette entreprise, le risque est bien sûr celui de la folklorisation de répertoires musicaux à propos desquels les acteurs principaux de cette diffusion militante ont peu de connaissances. Là réside toute la richesse du projet SAFAR qui réunit des musiciens et ethnomusicologues autour d’une recherche appliquée et engagée sur l’évolution des cultures et leur transmission dans le temps.

Pour aller plus loin…
L’article d’Europeanasounds évoquant l’engagement du portail dans ce type de projet

Visuel : Répétition à l’ANIM à Kaboul. Image tirée de la video “SAFAR 2016 – hundred years old recording returns to Afghanistan”, par Markus Schlaffke.

Musiques en Pays de Cèze

En 1998, l’édition de l’Atlas Sonore n°13 “Cévennes, Pays de Cèze”, de la collection “Atlas Sonores” du CMTRA, co-produit avec le Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles, donne à entendre une partie de l’enquête menée par Valérie Pasturel entre 1995 et 1997. Durant cette recherche en ethnographie musicale, pas moins de 22 heures d’enregistrements de récits de vie, de chants, d’airs instrumentaux, de dictons et formules, de paysages sonores… dont plusieurs en langue occitane, sont collectées pour révéler la richesse de ce territoire imprégné d’influences variées.
Le Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze a été intégralement numérisé (les enregistrements originaux sont conservés au CMTRA) et est désormais disponible en ligne sur le portail oral du Languedoc-Roussillon.

Nous vous proposons l’écoute de cette enquête autour du répertoire chanté et des formulettes des Vans, réalisée auprès de Marguerite et Paul Vidal et collectée en 1995 par Valérie Pasturel : 

L’écoute est disponible ici

La description de cette enquête est visible sur le portail oral du Languedoc-Roussillon 

Lors de l’élaboration de ce travail de collecte puis de valorisation, la collaboration des deux Centres des Musiques Traditionnelles du Languedoc et du Rhône se justifie par les liens forts qui se jouent sur le territoire des Cévennes au delà des frontières régionales établies. Partagés entre Gard, Lozère, et Ardèche, les habitants se disent “Cévenols”, affirmant une identité culturelle propre à cette chaîne montagneuse.  Lorsque Valérie Pasturel s’arme de son micro c’est pour interroger la  mémoire de la culture « des gavots » et la place accordée à la musique dans leur travail : chez les mineurs, les femmes des usines de filatures, les ramasseurs de châtaignes, ou encore pour les nombreux musiciens routiniers. La diversité des profils qu’elle rencontre est significative de l’empreinte de l’immigration ouvrière : beaucoup de saisonniers ont contribué à rendre cette culture généreuse,  à l’enrichissement des répertoires et à la variété des instruments, originaires d’autres régions françaises (d’Auvergne, de Provence, du Bas-Languedoc…) et d’horizons plus lointains (des polonais, italiens, espagnols, arabes…).

Pour aller plus loin…
> Accédez au Fonds Valérie Pasturel – Enquêtes en Pays de Cèze
> Consultez la fiche “Patrimoines sonores du Pays de Cèze” 
> Ecoutez les enregistrements sélectionnés pour l’Atlas sonore n°13 

Fonds Charles Joisten

Dans le cadre du réseau régional des archives sonores , le CMTRA, en collaboration avec le Musée dauphinois de Grenoble, se lance dans la documentation d’une partie du fonds Charles Joisten, qui sera peu à peu catalogué sur le portail régional du patrimoine oral : une quinzaine d’heures enregistrées de récits de vie et coutumes, de légendes, de chansons populaires (dont certaines en patois du domaine franco-provençal et occitan) et collectées en territoire rhodanien (majoritairement en Isère) entre 1957 et 1980.

En 1975, Mme Simone Benoit de Montagny, Planay (Savoie, 73) interprète les Vêpres de Montagny en patois savoyard du domaine franco-provençal

Conservateur du Musée dauphinois de 1970 à 1981, Charles Joisten  (1936-1981) est également fondateur de la revue Le monde alpin et rhodanien. Tout au long de sa carrière d’ethnologue et de folkloriste, il mène des recherches et collectages dans le champ des traditions populaires orales (notamment celles des contes et légendes fantastiques), principalement en territoires alpins de Savoie et de Dauphiné. Pendant plus de 25 ans, épaulé par son épouse, Alice Joisten, professeur de musique qui poursuivra l’œuvre de son mari après son décès, Charles Joisten a constitué l’un des fonds les plus riches jamais réalisé en France dans le domaine des traditions orales populaires.

Récompensé par la redécouverte d’une centaine de contes et de milliers de récits légendaires, Charles Joisten va donner une nouvelle visibilité à une société rurale, encore très active car peu touchée par la désertification, dans laquelle la tradition orale est toujours présente (dans les décennies 50 et 60).  Plus que le simple recueil de récits, contes, légendes ou chansons, le fonds Joisten révèle une réalité sociale historique dont la mémoire subsiste essentiellement par la présence d’informateurs nés avant la guerre de 14-18.  Entre les légendes et récits contés par les habitants, les interludes sont des conversations décomplexées et s’avèrent être des ruches d’informations ethnologiques autour d’une vie rurale en pleine révolution.  Les contes eux-mêmes sont de formidables outils de compréhension des sociétés qui les racontent: les petits détails, les anecdotes, empruntent à la vie quotidienne des villages et se glissent souvent dans les trames de récits pour éclairer un peu plus sur la réalité historique et quotidienne des territoires vécus.  

Charles Joisten a également eu un apport considérable dans la mise en avant de la diversité de ce qui fait “conte” en territoires ruraux. Alors qu’il demande à ses informateurs de lui en conter, il est confronté à de nombreux récits qui ne répondent pas à cette définition du conte. Un autre type de récit intéresse particulièrement Charles Joisten : les récits légendaires, des histoires auxquels les habitants, et particulièrement celui qui le raconte, sont censés croire, mettant en scène des personnages voisins, des lieux connus de tous, ils ne sont pas perçus comme fictionnels. Plus spécifiquement, Charles Joisten s’est focalisé sur les récits légendaires incluant des personnages fantastiques : des hommes sauvages, des esprits, le diable, des revenants… S’ils nous paraissent peu vraisemblables ces récits au style peu structuré témoignent de l’étendue, de la richesse, des croyances et superstitions.

En hommage à l’héritage patrimonial laissé par le travail de l’ethnologue, en mémoire du conservateur qui a très tôt donné une place aux archives sonores alors peu valorisées en muséographie, le Musée Dauphinois a édité 5 volumes regroupant l’œuvre de Charles Joisten : Patrimoine narratif de l’Isère (2005) ; Patrimoine narratif des Hautes‐Alpes (2006) ; Patrimoine narratif de la Drôme (2007) ; Patrimoine narratif du département de la Savoie (2009) ; et Patrimoine narratif du département de la Haute‐Savoie (2010).

Visuel : Charles Joisten 

Paysage sonore : le son des cloches

Les cloches, véritables marqueurs sonores des territoires, bien qu’elles ne bercent plus notre quotidien, ont fait l’objet de nombreuses études menées par des érudits aguerris, des amateurs passionnés, également dans le cadre de recherches scientifiques. Alain Corbin est l’un des premiers chercheurs à avoir étudié le son des cloches sous un angle historique et ethnologique sensible. Dans son ouvrage Les cloches de la Terre, paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, datant de 1994, l’auteur présente l’acoustique des campagnes du passé et participe ainsi à ouvrir un pan de recherche en Histoire sensorielle, aujourd’hui en expansion, auquel le CMTRA porte un intérêt particulier. Le Centre de recherche sur l’espace sonore & l’environnement urbain (CRESSON), basé à Grenoble participe notamment à l’enrichissement du nombre de captations et de connaissances  accumulées autour des sons de cloches en espace rural et urbain. European Sounds à travers ce billet, en partage quelques uns.

Jusqu’au siècle dernier le son des cloches servait d’indicateur temporel, rythmant les étapes de la vie quotidienne des habitants et les évènements remarquables. Chaque temps avait sa cloche,  chaque village, chaque famille. Le travail artisanal permettait de rendre chacun de ces sons unique, et les habitants, malgré toute la diversité audible, étaient capables de discerner les différents types, cadences et harmonies des cloches. Particulièrement codifié, le monde campanaire était le reflet des identités communautaires  jusqu’au 20ème siècle. Désormais, le bruit des moteurs a débordé sur le carillon, le tocsin, l’Angélus, la sonnaille, et les systèmes technologiques ont remplacé le rôle initial de la cloche. Si elle a perdu sa fonction sociale, elle est aujourd’hui partie intégrante du patrimoine, et continue d’être produite et échangée dans les campagnes, affectée d’une forte dimension symbolique. Le paysage sonore des territoires ruraux n’a certes  rien de comparable à ce qu’il a pu être au siècle dernier, il est cependant encore fréquent de percevoir la présence des cloches, en particulier celles de l’église ou celles des lieux d’élevage.

Pour aller plus loin…
> Europeana Sounds présente le Cresson dont les enregistrements sont hébergés sur cette base de données.
> La plateforme Hypothèse du Cresson 

Visuel : Détails de cloche en bronze portant la marque Obertino, mai 1991, Pierre Laurence. CC BY-NC

La Piéròtta

Péroline Barbet, que nous vous avons déjà présentée dans ce carnet (ici), signe un nouveau documentaire sonore qui fait la part belle aux voix des femmes de Cogne et de Gimillan, dans l’Italie de la Vallée d’Aoste, et en particulier à l’une d’elles : Henriette Guichardaz, surnommée « La Piéròtta ». En mars 1956, Sergio Liberovici, ethnomusicologue italien, collecteur et compositeur reconnu, passe cinq jours au Val d’Aoste pour collecter témoignages et chants interprétés dans les quatre langues locales. La Piéròtta interprète alors cinq chants qui ne sortiront jamais des archives de l’ancien musée des ATP italiens, jusqu’à ce que Péroline Barbet aille les chercher, et leur redonne une nouvelle vie. La Piéròtta n’est aujourd’hui plus de ce monde, mais  se raconte encore à travers les témoignages de  celles et ceux qui l’ont côtoyée et écoutée.

La Piéròtta aimait marcher de longues heures, se poster dans les hauteurs et chanter à pleins poumons. Ces chants solitaires ont marqué le paysage mémoriel de la vallée de génération en génération, en particulier auprès des femmes qui trouvaient dans cette voix, et dans les leurs, la force de surmonter les difficultés d’une vie quotidienne laborieuse et d’une féminité trop souvent brimée. Ce documentaire sonore est ainsi l’histoire d’une trace laissée dans les mémoires de Cogne et de Gimillan. De ces archives et collectes de terrain émanent des récits d’amour, d’abandon, de renaissance, des airs et harmonies qui donneraient naissance au « chant à reutons1», ces ornements vocaux sur un même ton caractéristiques de la vallée de Cogne (plus d’informations ici).

Avec les témoignages de Agostino Guichardaz, Lauris Filippini, Barbara Tutino, Patrizia et Eufrosina Glarey, Nadia et Térésina Glarey, Mauro Balma, Carlo Rossi, Liliane Bertolo Boniface.

Documentaire réalisé avec l’aide du Fonds Gulliver 2014 (Soutien de la SACD, SACD France, SCAM, SCAM France et promotion des lettres de la fédération Wallonie Bruxelles). En partenariat avec la RTBF (Par Ouï-Dire), France Culture (Sur les Docks) et la RTS (Le Labo).

Pour aller plus loin …
Chez Bousca – Comment l’Auvergne a fait danser Paris : un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Véronique Samouiloff
> L’Atlas sonore en Rhône-Alpes n°21 du CMTRA autour des Voix des Alpes du Nord

Visuel : Alexis Bérar