Archives par mot-clé : archive sonore

La Basse-Cour!

Lectrices, lecteurs : cette archive de la semaine est spéciale puisque c’est avec elle que Camille Frouin termine son stage au CMTRA ! Elle est la plume principale qui se cache derrière les billets consacrés aux fonds sonores du réseau régional des archives sonores depuis le mois d’avril. Nous la remercions pour son enthousiasme, pour sa finesse, et lui souhaitons bonne route vers de nouvelles aventures patrimoniales !

En 1975, l’ethnologue Charles Joisten collecte en Isère des contes, des récits légendaires et des musiques traditionnelles du Dauphiné. Un jour de mai, à Vignieu (Isère), il enregistre sa rencontre avec trois habitants : Joseph Clarard, Marcel Montagne et « Zin-Zin ». L’occasion pour les trois amis d’échanger autour du micro du chercheur quelques chansons  modernes (datant de 1900 à 1940), de trinquer autour de conversations diverses pendant près d’une heure et demi. A mesure que l’enquête progresse, l’ambiance semble de plus en plus conviviale et animée par les vapeurs d’alcool. Alors que Joseph et Marcel enchaînent les chansons et tentent de réfréner Zin-Zin dans ses élans d’expression, lui insiste pour interpréter un conte d’animaux : la Basse-Cour. L’assemblée commence par se moquer de lui avec une bienveillance amicale, s’amuse  finalement et  finit par se prendre au jeu. Un concert de mimologismes-saynètes, sous forme de dialogues facétieux entre animaux, s’offre alors au micro de Charles Joisten.

capture-decran-2016-09-13-a-10-16-21

le père Pigeon dit : « Ô, Ô, T’as de belles coulles, t’as de de belles coulles! »…

capture-decran-2016-09-13-a-10-17-30

Le Loriot dit : « fô cou-pa lé cou du cou-yo, fô cou-pa lé cou du cou-yo! » (Faut couper les couilles du curé)

Consultez ici la transcription partielle du conte, par Charles Joisten

Les contes mimologiques d’animaux ne sont pas à confondre avec les fables ou les contes mettant en scène des animaux. Les mimologismes sont des imitations de cris d’animaux sur la base de phrases amusantes, parfois grivoises. Le conte mimologique, au même titre que de nombreux récits collectés par les folkloristes et ethnologues du XXe siècle, n’est pas uniquement destiné à un public d’enfants. Ce genre appartient aux traditions orales que des acteurs culturels et patrimoniaux contribuent aujourd’hui à revitaliser : c’est le cas de nos collègues de l’UPCP-Métive, le centre de musiques et danses traditionnelles en Poitou-Charentes et Vendée, qui a rassemblé un grand nombre d’enregistrements de mimologismes dans le cadre de sa saison culturelle dédiée aux Métamorphoses.

Charles Joisten a pris soin de retranscrire des extraits du conte de la Basse-Cour. Cela témoigne d’un impératif scientifique et méthodologique : Charles Joisten joignait à ses collectes sonores  des documents accompagnant leur bonne compréhension et leur analyse. Parmi ces documents, l’exercice de retranscription, c’est à dire la traduction des paroles, des mélodies et des rythmes d’une performance musicale sous une forme écrite, a ici un statut particulier. De façon générale, la transcription musicale d’enregistrements de terrain est un outil formidable de compréhension d’un « moment de musique » dès lors qu’on l’assume comme une transformation – c’est à dire dès lors qu’on prend acte du fait qu’il s’agit d’une traduction nécessairement incomplète et non d’un miroir graphique des sons, des mélodies, des ambiances et des émotions éprouvées. Dans notre cas précis, la retranscription réalisée par Charles Joisten une fois revenu de son immersion joyeuse auprès des trois amis de Vignieu, nous rappelle qu’une chanson ne saurait être réduite à l’addition de musique et de paroles. La première détermine les secondes, et inversement.

Mais, alors que Zin-Zin ne semble pas en totale possession de ses moyens, l’acte de transcription revient-il à conférer une valeur de modèle à sa version de la Basse-Cour? Non car tout l’intérêt de la collecte de chants et d’airs instrumentaux traditionnels est justement d’en écouter et analyser les variations en fonction des époques, des interprètes, des contextes de performance…ou des degrés d’alcoolémie.

En faisant le choix de considérer la seule transcription des paroles comme insuffisante, de rendre visibles l’aspect mélodique, et l’expressivité d’une parole a priori externe à la performance chansonnière, Charles Joisten réaffirme la prédominance du caractère oral de cette pratique. A travers le conte de la Basse-Cour, le constat  est fait de l’insuffisance de la ponctuation et des indications en marge, même si Charles Joisten les utilisent (« ! », « Chuchoté »…), à rendre compte de la richesse de l’expressivité. Ce travail entrepris par le chercheur nous invite à penser des formes nouvelles d’écriture permettant au mieux de dégager les spécificités de l’oralité…les exemples ne manquent pas, mais ne nous plongeons pas ici dans les affaires des linguistes !

Pour aller plus loin…
> Consultez une partie du mémoire de Pentagon : De l’oral à l’écrit. Caractéristiques, transcription & interprétation du discours oral.
>
Les enquêtes de Charles Joisten auprès de Joseph Clarard, Marcel Montagne et Zin-Zin : la première / la deuxième / la seconde 

Visuel : « plumage dindon sauvage », photo libre de droit sur Pixabay.

Le rigodon d’Emile Escalle

Un jour de juin 1973, Charles Joisten rencontre Emile Escalle, célèbre violoneux routinier de la vallée de Champsaur dans les massifs du département des Hautes-Alpes. Celui que l’on surnommait « Milou » a vécu de 1900 à 1987  à Molines-en-Champsaur et, comme la plupart des musiciens routiniers, ne vivait pas de sa pratique musicale. Emile était berger et vivait avec sa famille, également présente lors de l’enregistrement. Plusieurs musiciens et ethnologues le rencontrent dans les années 1970. Parmi eux, Charles Joisten tire de cette rencontre conviviale plusieurs enquêtes auxquelles il faut ajouter celles, réalisées dans le même cadre, de Jean-Michel et Hélène Guilcheren. L’objectif est alors de compléter la documentation du musée Dauphinois de Grenoble dans le champ des danses traditionnelles du Dauphiné, et plus spécifiquement autour du rigodon. Le résultat donne à entendre plus de 5h d’un riche répertoire musical ainsi que quelques commentaires sur sa pratique. Plus tard, l’ethnologue et musicien Patrick Mazellier, animé par d’autres problématiques, ira lui aussi à plusieurs reprises à la rencontre de Milou.

Rigodon de Charance (le « coucou ») et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.56 Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.00

Essentiellement joué au violon, le rigodon du Dauphiné est une danse traditionnelle à deux temps issue de la société paysanne étendue de Grenoble à Gap. Traditionnellement transmise oralement, il en existe autant de versions que de vallées, villages, musiciens… Certains rigodons sont identifiables à un lieu : ainsi, Milou interprète celui de Charance, du Solon, de Valgaudemar… Sa pratique reste encore vivace, notamment à Charance où de grands rassemblements villageois continuent à donner le pas. Le rigodon se danse à deux, à quatre ou en rond, ses figures sont relativement peu complexes et structurées, laissant une grande liberté d’ornementation aux danseurs. Alors que cette danse était presque oubliée, plus guerre dansée dans le Dauphiné du milieu du 20ième siècle, les décennies 70 et 80 ravivent son souvenir. Le mouvement en faveur des musiques et danses traditionnelles, les collectes revivalistes engagées en ce sens, celles des ethnologues, la réinterprétation des répertoires, ont permis de redonner une place à cette danse dans le vaste champ de celles traditionnelles : aux côtés des valses, polkas, scottishs, mazurkas,  bourrées auvergnates, danses bretonnes, et autres rondos, qui n’ont pas été autant menacés de disparition.

Rigodon du Solon et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.40.32

Emile Escalle est musicien routinier : celui appelé à animer les fêtes communales, les cérémonies, les rassemblements. Dans la première moitié du 20ième siècle les musiciens routiniers ont un rôle social important au sein des sociétés villageoises. Ils apprennent la pratique instrumentale des « anciens », des joueurs des villages voisins, selon leur propre oreille, leurs réinterprétations, parfois compositions. S’ils ne vivent pas de leur art, s’ils sont agriculteurs ou artisans au même titre que de nombreux habitants, ils bénéficient d’une « place à part » au sein de la communauté, jouissant d’une notoriété locale certaine dépassant les frontières communales. La vague de collectes des années 70 engagée par les jeunes musiciens revivalistes se base essentiellement sur les répertoires routiniers, dans une optique artistique, plus que de conservation, de réappropriation de ces airs variés. Les récits de vie narrés au cours de ces différentes enquêtes donnent à entendre les parcours singuliers, une diversité de profils de musiciens routiniers qui ont alors entre 70 et 80 ans et dont la pratique a fortement perdu de sa portée sociale.
Sylvestre Ducaroy, un grand nom de l’histoire des musiciens routiniers, se souvient : « Ces musiciens routiniers croisés au fil des bandes étaient-ils marginalisés au sein de leur communauté villageoise ou se sont-ils taillés une place particulière ? En fait, il ne faut pas trop s’attarder sur le cliché du musicien routinier, témoin esseulé et anachronique. Certes, beaucoup sont porteurs de quelque chose d’anachronique, de survivances, puisqu’on s’y intéresse comme tels. Mais qui ne devient pas quelque part, à 70 ou 80 ans, un témoin de son temps ? On rencontre toutes les histoires possibles. […] Mais dans leur histoire revient toujours l’idée du privilège d’être musicien, ou chanteur. C’est une fierté, et un statut reconnu comme tel, dans un contexte cependant parfois disparu ou presque.« 1
Reconnu, Emile Escalle l’est très certainement, il demeure une figure de la mémoire locale, en laissant derrière lui un répertoire sans lequel la revitalisation des musiques traditionnelles du Dauphiné, en particulier celle du rigodon, n’aurait pas eu la même couleur.

Rigodon de Valgaudemar et sa partition

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.41.29
1 _ Archive du CMTRA : « Histoire d’un fonds … » entretien avec Sylvestre Ducaroy, lettre d’information n°59, 2005

Pour aller plus loin…
> Une partie des enquêtes réalisées par Charles Joisten auprès d’Emile Escalle en 1973 ont été mises en ligne sur le portail régional du patrimoine oral dans le cadre d’une collaboration entre le Musée Dauphinois et le CMTRA au sein du réseau documentaire. Ces notices contiennent de nombreuses partitions transcrites par Charles Joisten, dont celles des rigodons présentés ci-dessus :
« Airs instrumentaux (violon) : enquête auprès d’Emile Escalle, dit « Milou, violoneux en Champsaur »  01  /  02 03 04  /  05  /  06
> Notre billet sur le Fonds Charles Joisten

Visuel : Emile Escale et ses proches photographiés lors de l’enquête réalisée par Charles Joisten en 1973. Documentation du Musée Dauphinois de Grenoble.

Ambiance sonore des conscrits

L’ambiance sonore du banquet des conscrits constitue le premier enregistrement d’une collecte de Sylvestre Ducaroy. Les rassemblements de conscrits en Bresse ont été l’occasion, pour le collecteur, de capturer sur plusieurs décennies de nombreux airs instrumentaux, chants, contes, souvent traditionnels interprétés au sein de l’espace public, ou dans des lieux de rassemblement collectif. Cet enregistrement diffère de ce qu’il a majoritairement collecté, également de ce que nous vous avons présenté auparavant. Il constitue une introduction idéale à l’évènement enregistré, permet de se représenter l’atmosphère de la fête des conscrits, à appréhender les musiques qui y sont données, leurs interprètes, leurs publics.

De cet enregistrement nous disposons de peu d’informations, mais l’écoute nous permet à elle seule d’en recueillir un certain nombre. La première partie semble avoir été captée dans les cuisines lors du service, le bruit des couverts et les bribes de parole en témoignent. On perçoit ensuite des pas, le collecteur se dirige vers la salle commune, le bruit s’intensifie progressivement, les discussions s’entremêlent, il devient difficile de les distinguer. Cet enregistrement rend compte, par le chahut final, de l’importance du rassemblement qui semble réunir une communauté conséquente.

L’organisation des conscrits regroupe effectivement un nombre important de participants, l’évènement revêt une importance sociale considérable et pérenne puisqu’il cimente les générations de nombreux villages et villes depuis plus d’un siècle, particulièrement en région Rhône-Alpes rurale. Les origines de cette tradition remontent au 19ième siècle,  à Villefranche-sur-Saône, alors que le tirage au sort des jeunes hommes pour le service militaire constituait une source de stress collectif. Pour pallier l’angoisse, les jeunes se réunissaient autour de grands banquets festifs la veille de leur départ pour l’armée. Si l’évènement a ensuite beaucoup évolué (perdant ses références militaires, se propageant à d’autres cantons,  régions, adoptant de nouvelles règles…), l’esprit de classes, ainsi que de nombreux codes perdurent. La fête des conscrits est particulièrement codée mais évolutive puisque les jeunes en sont toujours les organisateurs. Le banquet est un exemple parmi tant d’autres (au même titre que le défilé, la photo solennelle, les apéros, les tournées, les matefaims…) de la transmission de cette tradition et de ses rites, parties intégrantes du patrimoine régionale.

Les classes regroupent l’ensemble des personnes d’un même village nées la même année. Les interclasses désignent un regroupement de toutes les classes dont l’année de naissance se termine par le même chiffre

Ce billet est pour nous l’occasion d’inviter à penser l’identité d’un territoire à travers diverses entrées sonores.  Le patrimoine sonore n’est pas uniquement constitué des musiques qui le composent. L’enregistrement d’ambiances et de paysages est également une approche immersive de l’espace (du terme « soundspace » développé par le compositeur canadien Robert Murray Schafer) et offre une multitude d’indicateurs permettant d’interroger les éléments qui le composent et ce quelque soit leur provenance. A ce titre de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, des techniciens, des artistes, s’attachent à développer de nouveaux outils et méthodes de captation, de les questionner, de les utiliser à des fins purement créatives, également à des fin concrètes d’aménagement des territoires. De plus en plus interdisciplinaires, les travaux en la matière permettent de questionner la pertinence de la recherche cloisonnée : l’appréhension du son, notamment du paysage sonore, expérience sensible et singulière, variant considérablement selon les acteurs qui le manipulent et les branches disciplinaires dont ils sont issus. Croiser les regards, permet de saisir la complexité du matériau sonore, de développer des outils communs d’appréhension utiles à sa valorisation.  Parmi ces acteurs, Le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (Cresson), basé à Grenoble, encourage la production de recherches architecturales et urbaines selon une approche sensible des espaces. Parmi de nombreux travaux, le laboratoire a notamment conçu une « Cartophonie du Monde« , exemple de soundmaps (cartographie des sons) permettant de se balader sur une carte par l’écoute de sons sélectionnés. La particularité de la cartographie du Cresson, par rapport aux autres projets soundmaps émergeants sous des formes variées (pour exemple : « Bruxelles nous appartient« ), réside dans le travail d’analyse et de catalogage des captations.

Pour aller plus loin… 
L’enquête « Le banquet des conscrits », dont est extraite cette piste, réalisée par Sylvestre Ducaroy en Bresse, regroupe de nombreuses interprétations qui illustrent l’évolution de l’ambiance sonore de l’évènement.
> L’article de Claire Guiu, datant de 2007, pour Vox geographica : « Espaces sonores, lieux et territoires musicaux : les géographes à l’écoute »
> L’introduction, en anglais, de The soundscape, l’ouvrage qui a fait connaitre Robert Murray Schafer, il constitue une référence bibliographique première en matière de paysages sonores.

Visuel : Fête des conscrits dans la Sarthe au début des années 1930

Soin soin

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute de quatre versions d’une même berceuse en patois franco-provençal, toutes issues du département de la Loire, et que l’on retrouve alternativement sous le titre de « Soin soin », « Son son » ou « Som som » selon les lieux et les époques d’interprétations. Connue dans toute la zone occitane et dans une partie de la zone franco-provençale, « Soin soin » illustre bien la variabilité des paroles, du rythme et de la mélodie des chants traditionnels, en fonction des lieux, des époques ou des familles où ils sont interprétés.

Ces différentes versions de « soin soin »  ont pour point commun de maintenir le format d’une berceuse.  Elles sont issues du fonds sonore du CMTRA, et cataloguées dans notre portail régional du Patrimoine Oral. Plusieurs d’entre elles ont été publiées au sein de deux Atlas sonores (ici, les numéros 10 et 22). La traduction la plus répandue de ce chant traditionnel en francoprovençal étant : « Sommeil, sommeil, viens, viens, viens. Sommeil, sommeil, viens viens donc. » Toutefois, les interprétations varient dans le rythme, les paroles, mais aussi la prononciation.

Celle-ci vient du Forez et est chantée par Jo Faure en 1995,  pour le micro de Jacques Bardot :

« Son son vèné, vèné, vèné
Son son vèné, vèné, donc

Le son son veut pas venir
Le mami veut bien dormir 

Le son son est bien venu 
La mami a bien dormi. » 

Ici, « la mami » désigne « Le petit ». Alors que dans la version de Mme Panel de Verranne l’enfant est le « fanfan » : raccourci du terme « enfant » ou tiré du prénom « Fanfan » pouvant être utilisé en patois pour désigner, de manière générique, les garçons.

La version suivante, également enregistrée par Jacques Bardot, date de 1984 et admet de fortes similitudes avec la première, bien que le tempo soit un peu plus rapide.

Le tempo augmente crescendo dans ces deux autres versions, la première interprétée par une habitante de la Loire , amie de Mme Panel, également enregistrée par Jacques Bardot. Ici, l’enfant est le « poupon ».

Cette dernière version est interprétée par Marie Arquillère à Fourneaux et enregistrée par Patrick Favier lors d’un rassemblement. Si le rythme et l’élocution trahissent un impatience certaine dans l’attente du sommeil, les paroles sont également autrement directives: « Soin soin que le vène vène. Soin soin que le vène donc. », autrement dit « Sommeil, sommeil, qu’il vienne, vienne. Sommeil, sommeil qu’il vienne donc. ». A l’interprète de conclure, sous les rires entendus des auditeurs : « Voilà, c’est comme ça qu’on endormait les bébés à l’époque!« .

Pour aller plus loin…
Berceuse et discussions sur le répertoire vocal de Germaine Panel enregistrées par Jacques Bardot en 1984 
> Au sein la même enquête, « Fais dodo Cola mon petit frère » (variante) et « Dodo Ninette »

Visuel : Camille Frouin