Archives par mot-clé : ambiance sonore

Villes sonores

L’ « extrême complexité de nos rapports aux lieux mobilise tous nos sens », Bailly et Scariati (1999)

Depuis la directive européenne du 25 juin 2002, les villes européennes sont invitées à cartographier les zones de nuisances sonore afin de les prendre pleinement en compte dans les projets d’aménagement urbains. Si cette initiative politique a largement permis de conscientiser l’importance de l’environnement sonore dans l’appréhension des espaces publics, le chemin est encore long pour que l’ambiance (qu’elle soit sonore, olfactive, émotionnelle…) devienne réellement un outil de lecture et de planification des territoires.

Dans le monde universitaire, les recherches ayant pour objet la perception sensible des paysages se multiplient depuis une dizaine d’années, notamment dans le champ de la géographie, de l’architecture et de l’urbanisme. Pour ce qui concerne le sonore, les écrits d’Anthony Pecqueux, Claire Guiu, de Nicolas Rémy, Grégoire Chelkof ou autres  chercheurs affiliés au Centre de Recherche sur l’Environnement Urbain (CRESSON) participent activement à inscrire cette dynamique d’attention en France.

Du côté de la médiation scientifique ou des expérimentations multimédia, les productions sont de plus en plus visibles sur la Toile. Les cartographies sonores des villes se sont imposées comme des outils interactifs permettant de questionner notre rapport aux bruits du quotidien et à l’attention qu’on leur porte. En proposant à l’internaute de se promener virtuellement avec un curseur sur des sons spécifiques captés à des temps/lieux différents, ces outils invitent à nuancer nos conceptions des bruits normaux ou nuisibles de la ville, à porter attention à nos limites d’acceptabilité et à leurs variations, en fonction des temps et des lieux de la ville. Ne pas manquer sur ce sujet l’excellent webdocumentaire « Écologie Sonore, sur la pollution par le bruits et notre incapacité croissante à soutenir le silence ». Certains projets, telle cette carte des sons de Miami, en font des indicateurs de la pluralité des identités culturelles et sociales d’un territoire.

La mapsound est aujourd’hui un outil de plus en plus répandu, qui regroupe à la fois des acousticiens, des designers sonores, des amateurs de captations sonores, des scientifiques issus de branches disciplinaires variées… Les terrains de capture audio sont également multiples, s’il semble que la cartographie sonore se concentre essentiellement sur les territoires urbains, la captation des ambiances sonores existe depuis de nombreuses années dans les espaces sauvages. Quant aux cadres du collectage sonore et aux méthodes de description des enregistrements, il en existe autant que de projets existant, et vont de la mise en ligne de son sans spécification des sources ni des circonstances d’enregistrements (comme dans le cas du projet Aporee), à la description fine, subjective et souvent poétique de la cartophonie du CRESSON, en passant par les dispositifs ouverts de partage de son et de descriptions participatives telles que dans le projet Bruxelles nous appartient.

Quelques exemples de cartographies sonores de villes…
Bruxelles
Montréal
New York
Miami
Mississauga
Paris
Florence

…Et sur des échelles plus vastes
CRESSON
Soundcities
Aporee

Des cartographies sonores illustrant des ambiances du passé…
Les sons historiques de Vienne
La visite de Paris au XVIIIe

Pour aller plus loin…
> L’article sur la « ville sonore » du carnet du CRESSON
> « La figuration cartographique de l’espace sonore » par Joël Chételat
> « Pour une géographie des milieux sonores » par Frédéric Roulier
> Un autre type de cartographie sensible: Le projet d’Elise Olmero 

Visuel : Cartophonie, la cartographie sonore du Cresson

Ambiance sonore des conscrits

L’ambiance sonore du banquet des conscrits constitue le premier enregistrement d’une collecte de Sylvestre Ducaroy. Les rassemblements de conscrits en Bresse ont été l’occasion, pour le collecteur, de capturer sur plusieurs décennies de nombreux airs instrumentaux, chants, contes, souvent traditionnels interprétés au sein de l’espace public, ou dans des lieux de rassemblement collectif. Cet enregistrement diffère de ce qu’il a majoritairement collecté, également de ce que nous vous avons présenté auparavant. Il constitue une introduction idéale à l’évènement enregistré, permet de se représenter l’atmosphère de la fête des conscrits, à appréhender les musiques qui y sont données, leurs interprètes, leurs publics.

De cet enregistrement nous disposons de peu d’informations, mais l’écoute nous permet à elle seule d’en recueillir un certain nombre. La première partie semble avoir été captée dans les cuisines lors du service, le bruit des couverts et les bribes de parole en témoignent. On perçoit ensuite des pas, le collecteur se dirige vers la salle commune, le bruit s’intensifie progressivement, les discussions s’entremêlent, il devient difficile de les distinguer. Cet enregistrement rend compte, par le chahut final, de l’importance du rassemblement qui semble réunir une communauté conséquente.

L’organisation des conscrits regroupe effectivement un nombre important de participants, l’évènement revêt une importance sociale considérable et pérenne puisqu’il cimente les générations de nombreux villages et villes depuis plus d’un siècle, particulièrement en région Rhône-Alpes rurale. Les origines de cette tradition remontent au 19ième siècle,  à Villefranche-sur-Saône, alors que le tirage au sort des jeunes hommes pour le service militaire constituait une source de stress collectif. Pour pallier l’angoisse, les jeunes se réunissaient autour de grands banquets festifs la veille de leur départ pour l’armée. Si l’évènement a ensuite beaucoup évolué (perdant ses références militaires, se propageant à d’autres cantons,  régions, adoptant de nouvelles règles…), l’esprit de classes, ainsi que de nombreux codes perdurent. La fête des conscrits est particulièrement codée mais évolutive puisque les jeunes en sont toujours les organisateurs. Le banquet est un exemple parmi tant d’autres (au même titre que le défilé, la photo solennelle, les apéros, les tournées, les matefaims…) de la transmission de cette tradition et de ses rites, parties intégrantes du patrimoine régionale.

Les classes regroupent l’ensemble des personnes d’un même village nées la même année. Les interclasses désignent un regroupement de toutes les classes dont l’année de naissance se termine par le même chiffre

Ce billet est pour nous l’occasion d’inviter à penser l’identité d’un territoire à travers diverses entrées sonores.  Le patrimoine sonore n’est pas uniquement constitué des musiques qui le composent. L’enregistrement d’ambiances et de paysages est également une approche immersive de l’espace (du terme « soundspace » développé par le compositeur canadien Robert Murray Schafer) et offre une multitude d’indicateurs permettant d’interroger les éléments qui le composent et ce quelque soit leur provenance. A ce titre de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, des techniciens, des artistes, s’attachent à développer de nouveaux outils et méthodes de captation, de les questionner, de les utiliser à des fins purement créatives, également à des fin concrètes d’aménagement des territoires. De plus en plus interdisciplinaires, les travaux en la matière permettent de questionner la pertinence de la recherche cloisonnée : l’appréhension du son, notamment du paysage sonore, expérience sensible et singulière, variant considérablement selon les acteurs qui le manipulent et les branches disciplinaires dont ils sont issus. Croiser les regards, permet de saisir la complexité du matériau sonore, de développer des outils communs d’appréhension utiles à sa valorisation.  Parmi ces acteurs, Le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (Cresson), basé à Grenoble, encourage la production de recherches architecturales et urbaines selon une approche sensible des espaces. Parmi de nombreux travaux, le laboratoire a notamment conçu une « Cartophonie du Monde« , exemple de soundmaps (cartographie des sons) permettant de se balader sur une carte par l’écoute de sons sélectionnés. La particularité de la cartographie du Cresson, par rapport aux autres projets soundmaps émergeants sous des formes variées (pour exemple : « Bruxelles nous appartient« ), réside dans le travail d’analyse et de catalogage des captations.

Pour aller plus loin… 
L’enquête « Le banquet des conscrits », dont est extraite cette piste, réalisée par Sylvestre Ducaroy en Bresse, regroupe de nombreuses interprétations qui illustrent l’évolution de l’ambiance sonore de l’évènement.
> L’article de Claire Guiu, datant de 2007, pour Vox geographica : « Espaces sonores, lieux et territoires musicaux : les géographes à l’écoute »
> L’introduction, en anglais, de The soundscape, l’ouvrage qui a fait connaitre Robert Murray Schafer, il constitue une référence bibliographique première en matière de paysages sonores.

Visuel : Fête des conscrits dans la Sarthe au début des années 1930