Archives par mot-clé : alan lomax

The Global Jukebox

Depuis une vingtaine d’années, à la faveur du développement spectaculaire d’Internet, la question de la mise en ligne de documents patrimoniaux est devenue incontournable pour quiconque s’intéresse de près ou de loin à la conservation et à la mise à disposition du patrimoine. Formidable outil de valorisation, la mise en ligne pose également des questions épistémologiques de taille, et contraint les acteurs du champ patrimonial à repenser leurs pratiques professionnelles (à ce sujet, voyez notamment ce numéro de la revue RESET).

Nous vous parlions ainsi, il y a déjà plus d’un an, de la mise en ligne de milliers d’enregistrements par la Library of Congress. L’ampleur de la base de données mise à disposition des internautes avait alors fait figure d’événement, et la Library of Congress n’avait pas hésité à parler de « la plus grande collection d’enregistrements historiques de tous les temps ».

Désormais, les internautes peuvent également compter sur un autre projet d’envergure : « The global jukebox ». Ce site internet est l’aboutissement d’un immense travail collaboratif de collectage et d’analyse, sous la direction de l’anthropologue Conrad Arensberg et du folkloriste Alan Lomax. Ce dernier, qui est sans nul doute le collecteur de musique le plus célèbre chez les néophytes du fait de la longévité de son travail (il commence sa carrière en 1933, aux côtés de son père, John Avery Lomax) et de l’immensité des fonds qu’il a constitué pendant près de 70 ans, a très tôt investi les champs de l’informatique et d’internet. Dès le début des années 1990, il se réjouissait des potentialités qu’offraient les nouvelles technologies pour « préserver et revigorer toute la richesse culturelle de l’humanité« . Il a ainsi passé les vingt dernières années de sa carrière a construire ce projet, qu’il envisageait comme « le premier programme éducatif et démocratique qui n’ai jamais été mis en place, en ce qu’il contient la culture de tout le monde ».

Aujourd’hui mis en ligne par ses héritiers et collègues de l’Association for Cultural Equity, « The global Jukebox » se présente sous la forme d’un portail interactif qui  permet de naviguer géographiquement dans des collections de musiques, danses et traditions orales enregistrées au quatre coins du globe. Il s’inscrit ainsi dans le champ plus vaste des «cartographies sonores», qui ont fait l’objet d’une journée interprofessionnelle organisée par le CMTRA et le CRESSON en décembre dernier (dont voici le compte rendu).

Le site est pensé autour d’un double projet : une banque de données à disposition de la communauté scientifique, dotée notamment d’outils d’études comparatifs élaborés par Lomax et ses équipes ; et un outil de découverte à destination du grand public.

Crédits photo : PublicDomainPictures – Pixabay