Archives par mot-clé : Ain

Le fonds « Confréries alimentaires de l’Ain »

Au début des années 1990, la ferme bressane des Planons a été rachetée par le département de l’Ain et sa conversion en musée départemental est entamée. Parmi les axes thématiques de ce futur Musée de la Bresse, l’alimentation occupe une place centrale autour du parcours permanent en construction « En Bresse, du terroir à l’assiette ». C’est dans ce contexte qu’Isabelle Chavanon, jeune ethnologue, est missionnée par la Direction des Musées départementaux de l’Ain (DMDA) pour conduire une enquête sur les confréries alimentaires et bachiques du territoire.

En 2017, les musées de l’Ain ont confié le traitement documentaire des entretiens réalisés par Isabelle Chavanon. Une vingtaine d’heures est disponible sur le portail rhônalpin du patrimoine oral. Continuer la lecture de Le fonds « Confréries alimentaires de l’Ain »

Mère, mettez le chat à cuire !

Explorer pour la toute première fois la Base interrégionale du Patrimoine oral réserve bien des surprises. Ce fut le cas de Capucine, dernièrement entrée dans l’équipe du CMTRA qui, après avoir proposé un article sur certains rites funéraires a décidé de se concentrer sur une archive de la semaine un peu plus légère !

Derrière les très sérieuses enquêtes et collectes menées ou cataloguées par le CMTRA l’on trouve quelques pépites – non moins intéressantes ! – qu’il serait dommage de ne pas partager avec le plus grand nombre. Enregistrée par Sylvestre Ducaroy, la chanson Mère, mettez le chat à cuire en fait partie. Son titre prête à sourire, inévitablement, et quand l’on cherche à en savoir un peu plus, ce que les méandres du net nous révèlent en vaut tout autant.

Interprétée d’abord à la vielle puis a cappella (et l’on vous conseille d’écouter jusqu’au bout) par Aymé Pommateau, le chat devient « os » dans la version dont le CMTRA dispose. Mais, comme tout répertoire de tradition orale, les interprétations diffèrent (mélodies, rythmes, ornementations, paroles) et l’on trouve sur la toile d’autres variations où le chat refait surface.

Les paroles :

Mère mettez l’os à cuire
Car le galant que vint
Faut ben qu’on l’en régale
Le premier gars qui vint 

Nous trouvons également les paroles suivantes, d’après la version d’Hélène Deflisque, enregistrée à Cheylade (15) par Didier Huguet dans les années 1990 :

Bòta lo chat cuèire, maire
Bòta lo chat cuèire
E regalarem
Lo galant de nòstra ainada E regalarem
Lo galant que vai venir 

Traduction :

Mets le chat à cuire, Maman
Mets le chat à cuire
Et on régalera
Le galant de notre aînée
Et on régalera
Le galant qui va venir 

Evidemment, taper « Mettez le chat à cuire » sur votre moteur de recherche préféré donne lieu à quelques correspondances toutes aussi amusantes.

Où l’on tombe sur le site de l’Oulipo qui propose par exemple 1000 manières de cuire un chaton :

« Mettre votre chaton dans l’eau froide et la porter à ébullition. Prévoyez deux heures de cuisson à petits bouillons. Ajouter les légumes au bout d’une heure et veillant bien de mettre d’abord les carottes dont le temps de cuisson est plus long »

Mais aussi sur cette question, qui finit par nous tarauder : « Est-il légal de manger son chat » ? Heureusement qu’internet a réponse à tout…!

Visuel :
Photo libre de droit – SimonaR